Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Carnet de m'zelle Cha'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Dim 13 Sep - 18:58

Parce que le soutien de Mad, c'est pas du bidon !!!!

Madeline a écrit:
Toujours attablée, bien que silencieuse, Madeline assiste à la conversation.
L'homme avait fait un long chemin pour venir jusqu'ici.
Un long chemin pour parler d'un passé qui intéresserait certaines personnes.

Que de fatigue accumulée avec la distance parcourue  pour une éventuelle satisfaction de nuire.

Oui, toujours attablée, bien que silencieuse encore, Madeline assiste à une conversation qui la dépasse un peu.

C'est peut être pour cela que, attablée, elle rompt le silence...


- Moins une !

Elle hausse les épaules et complète.

- De nombreuses personnes, moins une !

Petit geste de la main pour se désigner.

- Moins moi quoi... Je m'en tape le coquillard du passé de Cha.

Vraiment Mad ? Tu t'en tapes ? Certaine ? Sûre ? Certainement sûre ? Module un peu tes propos...

- Enfin, je m'en tape oui... Sauf si vous me dites qu'elle possède une robe ispice di counasse dans ses malles et qu'elle s'est bien gardée de me le dire... Là, je vous garantis, que je vous offre un verre - un galopin, j'économise et je vous connais pas, faut pas déconner - pour avoir fait un si long trajet pour venir vous soulager d'un tel poids.
Mais s'il s'agit de trahison, de meurtres entre amis, de viols, de vols, de destruction massive de comté ou de lâcher de rats porteurs de la peste, ou encore de génocide ! Ben... pour ces broutilles... j'm'en tape le coquillard moi ! Les petites préoccupations de la vie quotidienne, surtout passée... pffff aucun intérêt !


Izaac aime

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10938
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Dim 13 Sep - 19:30

Smile

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Jeu 17 Sep - 11:20

Quelque part au milieu des verts pâturage

La veille, nous étions encore sur Fribourg et je passais la journée à faire des transactions. L'envie m'avait prise d'acheter un épis en or. J'avais d'abord compté sur le conseil confédéral pour m'octroyer ce petit plaisir, mais de toute évidence, certains pensaient que signer un petit bout de vélin revenait à signer leur arrêt de mort. Pas étonnant après d'entendre certains discours à Berne. C'est donc auprès de l'avoyère de la ville que j'avais finalement réussi à trouver mon bonheur. Et c'est toute fière que j'allais, subtilement, déposer ce petit cadeau dans le sac de mon blond.

Au petit matin, alors que le campement était installé à l'abris des regards indiscret, je me réveillais avec pour surprise, un petit mot à la place de l'homme qui partageait ma couche. PANIQUE !!!! Venait il de lâchement prendre la fuite pour me quitter? Que Nenni! A la lecture des quelques mots qui filaient sur le papier comme l'eau claire coule dans la rivière, des larmes me montèrent. Et ne dite pas "normal, tu es une femme, tu chiales pour rien". Bien acquis celui capable de dire un jour m'avoir vu pleurer pour un homme. Mais là, la fière Charlotine en prenait un coup. Touchée au plus profond de mon âme, je la relus, encore et encore .... des fois que ...


Citation :
De Vignolles
Date d'envoi Le 14 Septembre 1463 à 21h39
Objet A ma belle Charlotine...

Merci beaucoup,
Je me souvient d'un temps ou un homme m'avait préter des écus alors que je n'avais rien.
Ne pouvant le rembourser rapidement je lui demandait de patienter le temps de pouvoir m'acquiter de ma dette.
Il me demanda alors d'honorer ma dette en prétant à mon tour à quelqu'un ayant besoin d'écus, ce que je fis à mon retour de provence.
L'idée d'être encore celui qui reçoit ne m'avait jusque là jamais traverser l'esprit...
Par ta générosité, je me rappel au bon souvenir d'un vieil homme que j'ai croisé par delà la mer du port d'Arles et qui disait :
"Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier."

Je t'embrasse avec tout mon amour pour le bonheur que tu m'apporte chaque jour que Déos fait.

Vignolles.

Au même moment un cri raisonna dans le campement

CHARLOTINE, J'AI FAIMMMMMM!

Pliage immédiat et en bonne et du forme du papier qui atterrit aussitôt dans ma poche, et me voilà rejoindre les soldats qui attendaient, cuillère en bois levée vers le ciel, que je leur serve leur petit déjeuner, Capt'aine Léa en tête. Bon là, faut pas déconner. Je leur ai préparé, mais pour le reste, chacun sa merde.

Et pendant que ce petit monde dégustait ma soupe de potiron aux châtaignes et au Beaufort - oui, de bon matin, parce  que ça rigole pas à la CRS - moi, je me dépêchais d'aller répondre à ce petit mot doux. Alors par contre, là, ce fut le blanc total. Moi et les lettres d'amour, c'est un peu comme Tonton avec des dents ou le vieux sans sa mule .... c'est limite pas possible. J'suis douée pour certains trucs, mais ça, j'avoue, c'est pas ma tasse de tisane. Je fis cependant effort conséquent, avec ma plus belle écriture et une brindille de lavande glissée dans l'enveloppe, le tout déposé sur le sac de mon sicaire.


Citation :
À Vignolles
Date d'envoi Le 15 Septembre 1463

Objet Re: A ma belle Charlotine...

Ma main tremble en tenant ma plume. Pour une journaliste, ça craint, mais l'émotion est si grande à la lecture de ta lettre qu'il ne pourrait en être autrement, tout comme les quelques larmes qui me montent aux yeux.

Je suis femme comblée. Ton amour a lui seul vaut tout l'or du monde et mes écus ne sont que bien peu de choses à côté. Et puis ... Déos a décidé que nos routes ne feraient plus qu'une, alors aujourd'hui, ce qui est à moi est aussi à toi.

Je t'aime

Cha

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Sam 14 Nov - 9:00

Citation :
14/11/1463 - procès opposant Charlotine au Duché de Savoie

Charlotine est accusé de escroquerie.

Le juge attend la première plaidoirie de la défense
(à déposer sous deux jours ouvrables après l'accusation)

Acte d'accusation
Monsieur le Juge,

Devant cette Estimable Cour de Justice comparaît aujourd'hui Charlotine, que Nous, Procureur de Savoie, accusons d'escroquerie.

En effet, en date du 20 septembre 1463, dans le début de soirée, l'accusée a été vue en train de vendre, à la faveur de la nuit, des stères de bois sur le marché annécien, à raison de 5 écus l'un.

Or, selon les arrêtés municipaux datés du 27 mars 1463 de la bonne cité d'Annecy, le bois est soumis à régulation selon la grille imposée des prix maxima et ne doit donc pas être vendu à plus de 4.5 écus le stère.

Nous reportant à la législation du duché, dont Annecy dépend, nous lisons l'article I-4, du Code Pénal de Savoie, traitant du Respect de la Grille des Prix : "Est considérée comme escroc toute personne vendant ses denrées à un prix ne respectant pas celui arrêté par la grille imposée par la Mairie, si une grille imposée est en vigueur. Tout escroc se verra poursuivi et condamné par des peines allant de l'amende ou du remboursement jusqu'à l'emprisonnement, notamment en cas de récidive. La libre appréciation est laissée au Juge de Savoie. Nulle poursuite ne saurait être engagée sans un échec préalable d'une procédure amiable."

Nous amenons les preuves de cette infraction. C'est un homme, nommé Bauduin, qui a dénoncé l'accusée, nous prouvant la vente interdite :
----
"20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 10 stères de bois pour 5,00 écus.
20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 10 stères de bois pour 5,00 écus.
20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 10 stères de bois pour 5,00 écus.
20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 2 stères de bois pour 5,00 écus."
----

Nous laissons à présent le Greffier lire la plainte dûment remplie par la prévôté savoyarde :
------
Ville de Annecy
Prévôté Savoyarde

DEPOT DE PLAINTE
Date : 26 septembre 1463

Plainte de Sieur : Bauduin

Contre Dame : Charlotine

Pour : non respect du décret municipale d'Annecy sur la vente du bois

Preuve :

"20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 10 stères de bois pour 5,00 écus.
20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 10 stères de bois pour 5,00 écus.
20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 10 stères de bois pour 5,00 écus.
20/09/1463 21:30 : Vous avez acheté à Charlotine 2 stères de bois pour 5,00 écus. "

Achat de Sieur Bauduin"

Vols constatés pour les cas de brigandages :

Exposé des faits : Dame Charlotine, résidente de Genève, a vendu sur le marché 32 stères de bois au prix de 5 écus l'unité. Hors cette personne est en infraction avec le décret municipale qui réglemente la vente de bois uniquement par la mairie et au prix maximum de 4.5 écus l'unité.

Témoins : Sieur Bauduin

Formulaire rempli par : Arwenn de Bouvignes, Prévôt
-------


Nous, Marc-Antoine di Leostilla, Procureur de Savoie, appelons le sieur Bauduin, témoin du réquisitoire et délateur bienfaisant du marché annécien, afin qu'il reconnaisse l'accusée devant la Cour.

Nous laissons également la parole à la défense, qui peut se faire représenter ou non par un avocat.

---
Le 14 novembre 1463,
Au Palais de Justice Savoyard.


Citation :
Première plaidoirie de la défense

*A l'entrée du tribunal*

- vous avez droit à un avocat
- un avocat? pourquoi faire? assister à la crétinerie humaine? allons! je ne vais pas déranger un avocat pour ça. Allez, zou, faites moi entrer, qu'on en finisse!

*Dans la salle d'audience, après avoir écouté le procureur*

Bonjour !!!!

alors donc, vous me reprochez d'avoir vendue des stères de bois 50 deniers de plus que ce que la loi le permettait. hum. Et ça ... il y a presque deux mois .... Sérieusement, vous croyez que je me promène avec mon livre de comptes? non parce que je ne me souviens déjà pas des transactions que j'ai faites la semaine dernière, alors en septembre ..... C'est facile de tomber sur les gens après, sans même qu'ils n'eussent été au courant qu'ils avaient fait une entorse à la loi. Moi aussi je peux présenter des preuves contre le premier pecnot qui passe et le foutre en procès deux mois plus tard en sachant pertinemment qu'il n'aura plus trace de ses transactions.

Je vous signale quand même qu'il s'agit là d'un procès sans sommation, sans courrier du prévôt m'informant de mon erreur, car oui, il s'agit tout bonnement d'une erreur. Je suis tellement habituée aux gens ouverts et aux marchés libres, que j'en avais oublié qu'il existait encore des esprits étroits et des marchés restrictifs. Bref. Si je plaide coupable? non! Parce que les preuves que vous présentez n'en sont pas, parce que vous n'avez fait votre devoir de prévention, et aussi, parce que tout ça n'est qu'un prétexte bidon en guide de représailles contre la Lectrice Réformée d'Annecy que je suis. Ce qui en soit réussi même à m'amuser tant c'est minable.

Mais bon .... on est en Empire, on ne peut pas non plus vous demander mieux.

Faites donc ce que vous avez déjà prévu de faire, ça n'y changera strictement rien, si ce n'est accroitre encore un peu plus le désamour qui est porté à votre petit royaume.

*et de quitter le tribunal pour aller faire les boutiques dans le centre de la capitale*

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Sam 14 Nov - 19:15

Et youpiiii

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mar 1 Déc - 17:10

Citation :
De Cesarphilippeauguste Date d'envoi Le 01 Décembre 1463 à 14h26
Objet Verdict
Expire le 20 Décembre 2015
De Nous, Sa Grasce César-Amédée Philippe Auguste di Leostilla, Duc du Bugey, Vicomte de Châteauneuf-la-Vieille, Juge de Savoie,
A Vous, dame Charlotine,

Salutations,

Veuillez trouvez ci-joint le verdict de votre procès vous opposant au Duché de Savoie pour escroquerie.

Que le Très-Haut vous garde,

Faict le premier jour du mois de décembre de l'an de Grasce MCDLXIII,
En la bonne ville d'Annecy,

Sa Grasce César-Amédée Philippe Auguste di Leostilla,
Duc du Bugey, Vicomte de Châteauneuf-la-Vieille, Juge de Savoie



Au visa de l’acte d’accusation déposé,
Au visa de la défense de dame Charlotine,
Au visa du réquisitoire de l’accusation de la procure savoyarde et des preuves fournies,
Au visa des textes municipaux du vingt-sept mars mil quatre cent soixante-trois ainsi que de l’article I-4 du Code Pénal,

Attendu que nul n’est censé ignorer la loi et que la méconnaissance de la loi n’excuse rien ni personne,

Attendu que tout comportement irrespectueux à l’égard de la Cour est cause de circonstance aggravante,

Attendu que la vente de stère bois sur le marché de la bonne ville d’Annecy est interdite à tout particulier n’ayant obtenu aucune dérogation de la part du maire d’Annecy et que le prix maximum de vente autorisé est fixé à quatre écus et demi (4,5) la stère,

Attendu que selon les preuves de la procure, l’accusée a mis en vente et vendu trente-deux stères de bois au prix de cinq (5) écus l’unité à messire Bauduin,

Attendu qu’aucune preuve de dérogation de la part du maire de l’époque n’a été fournie par l’accusée,

Mais attendu que l’article I-4 du Code Pénal a été violé puisque aucune procédure à l’amiable n’a été engagé entre messire Bauduin et dame Charlotine ainsi que le fait que l’acheteur ne soit pas assermenté par la Prévôté ne constitue en rien une dispense à la procédure à l’amiable,

En ce premier jour du mois de décembre mil quatre cent soixante-trois, Nous, Sa Grasce César-Amédée Philippe Auguste di Leostilla, en notre qualité de Juge de Savoie, et ce après avoir analysé l’ensemble des pièces du procès et écouté les différentes interventions, reconnaissons coupable la dénommée accusée Charlotine au motif de violation du texte municipal relatif aux denrées stratégiques. Pour le motif de violation de la grille des prix municipal, étant donné qu’aucune procédure à l’amiable n’a été engagée, nous reconnaissons l’accusée non coupable. Vu le premier motif et vu le comportement déplacé de l’accusée à l’égard de la Cour, nous condamnons dame Charlotine à une peine de quatre jours de prison et deux cent écus d’amende.


Nous rappelons également que cette décision de justice peut être contestée tant par la procure de Savoie que par la défense auprès de la Cour d’Appel Impériale dans un délai de sept jours ouvrables à compter d’aujourd’hui, délai après lequel elle aura force de chose jugée et devra s’appliquer à toutes les parties sans aucune possibilité de recours.

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mar 1 Déc - 19:10

affraid

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mar 1 Déc - 19:29

Spoiler:
 

Je vais faire appel mais pour cela, j'ai besoin de quelqu'un qui puisse traduire ma requête en anglais (et en retour, me traduire les réponses que j'aurais). Vive l'Empire!

Par contre, j'ai besoin de quelqu'un qui soit suffisamment dispo pour le faire (du moins, la demande que je voudrais déposer rapidement).

L'un ou l'une d'entre vous serait il susceptible de m'aider ?

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mer 2 Déc - 19:37

Si c'est pas trop long et qu'il n'y a personne d'autre, je peux tenter le truc (indisponible demain).

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mer 2 Déc - 19:50

C'est très long et j'ai quelqu'un qui m'a proposé d'essayer. Donc je vais voir ce que ça donne. Merci Smile

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Ven 4 Déc - 22:47

Hop, sortie de prison un jour plus tôt! Déos a entendu mes prières et va aller taper sur les doigts du juge Laughing

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mer 16 Mar - 21:31

[échange épistolaire au cœur des campagnes françaises]

Citation :
De Tibere Date d'envoi Le 07 Février 1464 à 10h08
Objet .:T:. 1.0

Ma fille,

Nous venons à vous en missus de l'Inquisition. Il est parvenu jusqu'à nous une lettre au Roi de France dont vous seriez signataire. Nous souhaiterions comprendre vos motivations, savoir si vous vous définissez toujours comme fidèle et enfin connaître votre position quant au serment prêté lors de votre baptême.

Dieu vous guide.

.:T:.

Un temps, tu te crois privilégiée. Tu t'imagines avoir tapé dans l’œil de Monsieur "T". Je dirais que ce temps dure jusqu'au moment où le "T"rétin te demande si tu es toujours fidèle à Rome et à ton serment de baptême. Là, très honnêtement, tu hésites entre rire ou pleurer et tu t'imagines même Aristotruc se retourner dans sa tombe. Afin, je sais pas s'il est mort en fait, mais vu qu'il ne donne plus signe de vie, c'est tout comme.

Sans doute que l'air frais et vivifiant de la route y est pour beaucoup, ni je ne ris, ni je ne pleure. Par contre, j'échange et j'apprend que ce courrier a été recopié autant de fois que de signatures se trouvant sur le courrier envoyé au Roy de France. Pas le mien personnel, l'autre, celui de la Communauté Réformé. Cela dit, pas de jaloux, le dénigrement n'a pas de limites, et personne n'a été favorisé par une réponse de sa Majesté qui doit sans doute avoir besoin de sa plume pour la tremper ailleurs que dans la fiole qui lui ait réservée.

Mais revenons à "T". Il faut bien lui répondre au missus de l'inquisition, par politesse. Je suis devancée par certains de mes frères et sœurs et les réponses qu'il leur a donné sont éloquentes! Alors je prend ma plume - oui, la mienne ne trempe pas n'importe où voyons, elle est à sa place.


Citation :
À Tibere Date d'envoi Le 08 Février 1464 à 22h36
Objet Re: .:T:. 1.0

De moi, Charlotine Durand, Aristotélicienne Réformée, Prima du Lion de Juda
A vous, copiste avare de Rome, qui manque aux règles de bienséances les plus élémentaires,

J'ai bien reçu votre missive, pâle reflet de celle envoyée à mes frères et sœurs, tout comme j'ai pu prendre connaissance des divers échanges que vous avez pu avoir avec eux par la suite. Je ne perdrais donc pas de temps à vous parler de la force de ma foy ni même à débattre sur la somme de mots que vous avez additionné dans votre courrier dupliqué, vaine tentative pour lui donner du contenu, et sans doute, espérer vous donner un semblant d'importance.

Fidèle, je le suis, soyez en assuré. Ma vie entière est dédiée à Déos, l'Unique.
Pour ce qui est de mon certificat de baptême, il a brûlé dans ma cheminée arlésienne, à l'époque où le Très Haut m'a montré la voie et je trouve amusant que vous vous en inquiétiez sachant que j'ai été excommuniée.

Enfin, et je terminerais par là, quand nous écrivons au Roy de France, c'est pour échanger avec le Roy de France, et c'est de sa part et de la sienne uniquement que nous attendons réponse. Il est regrettable qu'en plus de faire montre de si peu de courage, celui ci se cache derrière l'intervention d'une Inquisition à l’affût du moindre morceau de pain dur à se mettre sous la dent.


Fait le 8 février de l'an 1463, à Tulle

Pourquoi faire compliqué? Quand on voit le contenu des écrits de cet homme, on se dit qu'il ne sert à rien de discuter avec lui. ça sonne creux et répété. Le bon petit soldat de l'Inquisition qui récite sa leçon apprise sur le bout des doigts et qui essaye de l'enjoliver de traits d'humour qui ne font même pas sourire tant ils sont dénués de sens. Le vélin est plié et accroché, il s'en va vers une destination inconnue. Plus tard, réponse me parviendra. Au moins, il m'aura épargné de certaines tirades douteuses

Citation :
De Tibere Date d'envoi Le 09 Février 1464 à 11h59
Objet Re: Re: .:T:. 1.0

Ma Fille,

Nous vous remercions de votre réponse.

Dieu vous guide

.:T:.

Bon finalement, c'est le rire qui l'emporte ....

Citation :
De Tibere Date d'envoi Le 13 Février 1464 à 10h46
Objet Re: Re: .:T:. 1.0

Ma chère enfant perdue,

Vous trouverez ci-joint le document de votre excommunication que vous pourrez porter en trophée ou broche, selon votre voeux.

http://rome.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=634152#634152

Monsieur "T" est un humoriste. Sur une scène, il ferait fureur. Pas suffisant qu'il soit venu s'inquiéter de l'état de mes croyances romaines - ce qui avec du recul s'avère quand même être un brin vexant pour la sicaire que je suis - voilà qu'il m'envoi l'annonce de mon excommunication, comme si cette décision était toute récente ou que je la découvrais pour la première fois. Comment ne pas répondre?

Citation :
À Tibere Date d'envoi Le 13 Février 1464 à 13h30
Objet Re: Re: Re: .:T:. 1.0

A Monsieur "T",

je ne sais d'où vous sortez que je suis perdue. Par contre, vous, il semblerait que vous soyez totalement à l'Ouest!

Je suis sérieuse! Je me demande d'où vous débarquez. Je savais Rome avoir touché le fond, mais je m'aperçois qu'avec vous, elle a décidé de creuser le trou pour s'enfoncer encore plus.

Si c'est ainsi que sont menées les enquêtes de l'Inquisition, je ne donne pas cher de vos ouailles .....

Sur ce, je vous laisse à vos investigations. Vu vos prédispositions à faire du sur place, voire de la marche arrière, je me doute que votre temps vous est plus que précieux!

Que le Très haut ait pitié de vous le jour du jugement dernier

Charlotine

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mer 16 Mar - 21:38

Gascogne, Dax, un manoir

lui a écrit:
    Les anges et les démons chutent. Les dieux trébuchent.



    Tant de guerres ou de combats l’éloignaient de sa Gascogne durant des mois ou des années.



    Pourtant,

    Toujours, il revenait à Dax. Toujours.

    Combien étaient-ils encore de ces premiers colons qui, injustice suprême, n’avaient pas eu le bonheur de naître sur les terres aimées du sud-ouest, bien qu’ils en soient les parents.
    Combien ? Même pas au nombre des doigts d’une main, pouvait-on les compter.


    Pourtant,

    La Gascogne, bien qu’elle ne soit que l’ombre d’un passé glorieux, vivait et se construisait, comme dans un vase clos se suffisant d’autarcie. Personne n’en parlait, sauf quand Namay y était.

    Il ne se souvenait plus combien de fois il avait pris le château et renverser les conseils, parce que ceux-ci n’avaient pas la gueule de l’emploi et qu’en héraldique il ne connaissait que le terme « brisure de gueule ». Il n’était qu’un mulet, un de ces mulets de Gascogne, durs, entêtés, dormant à la belle étoile en toute saison, qu’elle soit de gel ou de sécheresse, ressemblant de plus en plus avec l’âge au lynx qui emblémait le pavillon de la Memento Mori, se réjouissant de la neige en hiver et du soleil en été, sans définition de vocable pour les petits, à croire que le lynx naissait adulte.
    Peu de choses le touchaient. Quasi rien en fait, tant la carapace s’était durcie.


    Pourtant,

    Il croyait en l’amitié, la féodalité et la conviction. Il croyait en l’homme malgré sa fébrilité d’émotion qui le rendait parfois plus animal que les bêtes, sachant que l’humain défaillait souvent de sentiments justes ou infondés.



    Pourtant,

    Des matous l’avaient déçu et à la griffe, il avait répondu par le croc. Sans pitié ou état d’âme, hormis l’intérêt supérieur de Memento.



    Mais,

    Il était chez lui, père de cette terre, qu’on le veuille ou non et avec profonde émotion, il s’était béni de l’eau des confluences de la terre par le lac et le fleuve ainsi que par celle de l’océan, fils des éléments du ciel comme des abysses.

    Le vieux manoir dressait fièrement ses tourelles sur le lac, le jardin se débroussaillerait, le bief, ruisseau pépinière de tacons et de farios s’écoulait à merveille et le lac recélait des trésors d’écailles qu’il mit à partie quelques jours, après avoir rectifié la position de la plaque, par deux baïonnettes, ornant un pilier de pierre soutenant le portail de la propriété, sur laquelle était inscrit :

    « Salmo Salar »


    Demeure et berceau familial, ce manoir ne ressemblait en rien à ces châteaux qui défiguraient trop la France, héritage de largesse héraldique dénaturée par des régnants souvent éphémères léguant à jamais leur inutilité au travers des âges. Décadence d’un royaume oubliant la notion féodale du legs mérité et à jamais dû.

    Tout Memento y avait le gîte et le couvert et savait comment se sustentait. Il y était également chez lui.

    Il avait allumé un feu, trop fumé par le bois mort et pourrissant de cette belle demeure historique, trop souvent inhabitée alors qu’elle offre le gîte et le couvert à tout un chacun, donc un Franc-Comte exilé a bénéficié longtemps.

    Levant les yeux, toussant de ce monoxyde, l’épée de Kabotine manquait à cette cheminée rupestre construite de ses mains. Il l’avait offerte, symbole de confiance d’un aîné à son cadet. Peut-être aurait-il dû la briser sur un roc, mais un roc se doit d’être large et généreux, laissant la vague et l’érosion l’écailler tout en les brisant et les narguant de la force sereine et imperturbable.


    Mais,

    Il n’a pas demandé la pièce ce jour-là, celle qui scinde, qu’elle soit d’un denier ou de mille écus. La pièce pour ne pas couper l’amitié ou la fraternité, lorsque l’on offre une lame.



    Alors,

    Il paie la facture, Carmin, mais rédige son addition sur une ardoise qu’il ne mettra pas dehors quand il pleut.




    Par contre,

    Il y a les belles rencontres, amenées au hasard guerrier d’un général de France, rencontrant l’enfant auquel il prend la main lors des sièges féroces et le nourrit comme il le protège ou encore une rédactrice en chef d’une agence de l’AAP, hors royaume, définie par trois rivières, passant la main à une montagne appelée du Salève. Dans la géographie et le nom.

    Hormis,

    Qu’elle soit brune, cela lui hérissa le poil ;
    Qu’elle soit intelligente, cela lui frisa l’écaille ;
    Qu’elle le perturbât, que cela soit !

    Il lui écrivit un soir de pluie, en sentiment profond, comme peut le faire quelqu’un très entouré, mais toujours très seul. Il en a rêvé. Elle lui répondit.

    Sans plus de fioritures, ayant combattu les démons comme les anges, il la convoqua et elle se rendit à Dax.


    Le pourquoi, il ne le savait pas lorsqu’il concassait les bûches d’un vieux pin plus que centenaire abattu récemment, les équarrissant d’une hache tenue d’une main, tandis qu’il se demandait pour quelle raison elle était venue…


moi a écrit:
Dax. Gascogne. J'aurais pu demander pourquoi. Pourquoi là-bas, pourquoi maintenant. J'aurais pu faire au moins semblant de prendre le temps. Au lieu de ça, j'avais juste dit oui. Et j'avais pris la route. Il est des évidences qui guident nos pas sans que l'on ait besoin d'en connaitre les raisons. On le fait, voilà tout. Simple réponse à l'appel de notre destin.

Pourtant, quelques mois en arrière, si l'on m'avait dit que les choses se passeraient ainsi, j'aurais trouvé cela suffisamment improbable pour que cela me fasse rire. Préjugés! On croit connaitre quelqu'un à travers ce que les autres en disent, et telle la gifle qui s'abat subitement sur notre joue, une rencontre, au détour d'un couloir, un échange de regards, quelques mots, et la réalité vous laisse pantoise.

Alors je me prends au jeu, bercée par des mots couchés sur un papier, puis un autre. Et je laisse mes pensées vagabonder. Tant de choses semblent nous séparer et pourtant, née une sorte de complicité encore bien trop fragile mais pourtant tellement palpable.
L'homme se dévoile, si peu, mais pourtant, tellement.
L'homme intrigue mais surtout, touche, par une simplicité et une humilité dont je ne l'aurais pas cru capable.

Genève. Dijon. Dax

Le besoin se fait trop grand. Partir, reprendre cette route tellement salvatrice, et me retrouver, seule face à moi même d'abord, respirer et avancer, sans n'attendre d'autre chose que ce que le Très Haut voudra mettre sur ma route. Bien sur, je mentirais si je disais que je n'ai pas espéré, tout au fond de moi, que cette lettre arrive. Aussi brève que précise, elle n'appelait à rien d'autre qu'à une approbation de ma part. Parce que voilà, cet homme là, il m'a donné envie .... aussi stupide que cela puisse paraître. Et parce que j'ai passé l'âge de laisser trop de questions instaurer un doute dans mon esprit, je n'ai pas réfléchie une seule seconde.

Il s’était écoulé quelques jours, que je n’avais pas comptés, tant j’avais été absorbée à la fois par la préparation du synode mais aussi et surtout, par la rédaction d’articles dont je regrettais, pour le dernier, le silence de la rédactrice en chef de l’agence française qui ne semblait pas prompte à le publier dans sa zone. Je devais avouer que depuis que j’avais gouté à la méthode « izaaquienne » de l’ouverture de l’AAP, j’avais beaucoup de mal à concevoir tout ce travail caché et ce frein que l’on pouvait parfois ressentir à la lecture des articles de nos homologues. Mais c’était ainsi ; toutes les mentalités n’étaient pas prêtes à évoluer.

L'esprit libre de toute autres préoccupations, je finis par prendre le petit bout de papier sur lequel était inscrit « 100 allée de la plage ». C’était joli. Ça me rappelait ma Nice natale, le chant des mouettes et le bruit des vagues qui se cassent sur les rochers. Sauf que là, ni mer, ni sardine. Juste un lac. Encore un lac si j’osais dire.

L’heure est venue. Avec elle, la question existentielle, car il n’est pas aisé de choisir au milieu de tant de robes celle qui sera la plus appropriée, même si dans le fond, on sait pertinemment que ça n’a pas grande importance. C’est donc d’un velours pourpre que je me pare non sans observer dans le miroir la marque qui orne mon bras. Quelle sera sa réaction s’il devait la voir ? A-t-il seulement prit la mesure de qui j’étais vraiment, lionne adoucit qui n’en reste pas moins sauvage au cœur même de ses convictions ? L’avenir nous le dira mais si je ne devais avoir qu’une seule crainte, ce serait celle là.

Emmitouflée dans une épaisse cape noire dont je relève la capuche pour me protéger d’un froid encore saisissant en cette saison, je traverse tranquillement la ville pour rejoindre le lieu indiqué. Se dresse alors devant moi un manoir à la fois sobre et imposant. Un frisson me traverse. Le froid sans doute. Je resserre un peu plus les pans de ma cape dans lesquels je cache des mains soudainement bien sensibles. La plaque ne laisse aucun doute quant au propriétaire des lieux. Je pousse la lourde grille et m’aventure jusqu’à la bâtisse. D’un premier coup d’œil, l’endroit semble fort peu animé et c’est donc au bruit sourd qui raisonne non loin que je décide de me guider pour apercevoir un homme en train de couper du bois. Je n’ai aucun mal à le reconnaitre et un petit sourire s’affiche sur mon visage tandis que j’annonçais ma présence … à ma manière ….


Moi qui croyais que les comtes avaient leur personnel pour ce genre de besogne … voilà que tu m’obligerais presque à revoir une partie de mon jugement sur la noblesse !


lui a écrit:
Le jeu, l’enjeu


ou l’histoire de "Je", à laquelle se prit Charlotine, par des mots couchés sur velin, s’accomplissait de sa présence en ces terres du sud-ouest, excentrées du Paris mondain où la botte lustrée faisait l’homme, au détriment de ses valeurs, apanage des officiers de cour, décrié par le général de toutes les cambrousses. Non pas qu’il ne lustrât pas la botte tous les jours. Ou tous jours.



Sauf quand il bûcheronnait.



Bonheur de l’homme simple, heureux du ciel aussi bleu que le lac et l’océan, teinté d’écume de fleuve parfois furieuse de fonte, qui se contente de ce que  ce ciel lui offre, remerciant la vie quotidiennement.



La voix soudaine, surprise sans en être une, imprima un coup de bras puissant à l’encontre d’une bûche qui n’y pouvait rien d’être ainsi tapée à la fracasse. En fait, un tronc n’aurait pas soutenu cette charge.



Son museau fit face à la situation et un de ces sourires si francs qui le caractérisaient parfois, illumina son visage.



Elle se vêtait de couleur pourpre, même pas carmin, la malhonnête… Comme en provocation de l’officier qui, cette fois, ne lui apparaissait pas en vareuse boutonnée de haut et de bas.



En fait, qu’elle se revêtisse de rien ou de tout, lui importait peu lorsqu’il se dirigea vers elle, en haut le corps, perles de sueur en tempes, dues à l’effort ou à … l’émotion.




Te voilà !



Sans plus, ni moins, qui pourtant voulait tout dire lorsque mû par cette envie tiraillée de l’avant, il lui leva le menton de l’index et l’embrassa, naturellement, comme si cette histoire était écrite par cette envie si dénuée de logique en frisson animal.


moi a écrit:
« C’est impossible, dit la Fierté
C’est risqué, dit l’Expérience
C’est sans issue, dit la Raison
Essayons, murmure le cœur”
*



C’est surtout si simple ! prouve la Réalité .... Simple, quand on sait retirer tout le superflu pour n’entrevoir que l’essentiel.

Simple, comme l’homme qui se tient devant moi sans artifices et dont la hache vient brutalement fendre la bûche au son de ma voix,
Simple, comme ce regard émeraude qui vient me faucher quand il se retourne, même si je suis encore en mesure de ne rien en laisser paraître,
Simple, car au final, nous savons pertinemment, l’un comme l’autre, qu’il ne se passe rien de plus que ce que nous souhaitions au plus profond de nous.

Même le baiser ne me surprend pas vraiment, familiarité qui n’en n’est pas une mais qui répond encore à une évidence. Il venait ainsi de se poser dans l’histoire comme l’abeille sur la fleur qui vient d’éclore avec les premiers rayons du soleil. Et parce que l’instant est agréable, peut être que je me surprends à le prolonger, un peu, portée par un petit frisson qui n’a lui rien à voir avec le froid !

Avant de le rompre, une main sort frileusement de sous la cape pour venir essuyer une goutte dont des yeux, sans nul doute pétillants, suivent la descente avant de revenir croiser ceux du Carmin, à qui j’offre un sourire léger, empreint encore d’une petite retenue, mais marqué par une réelle satisfaction de me retrouver là, avec lui.

Peut-on dire alors que le temps s'arrête? Surement. L'espace d'un instant du moins, savoir profiter de ce qui était attendu, espéré et qui devient réel. Il n'y a pas de mal à se faire du bien parait-il.

Puis, une moue se dessine, malicieuse, quand enfin je penche légèrement la tête en souriant, repensant à ce qu'il venait de me dire, accueillant mon arrivée comme si, à aucun moment, il n'avait imaginé qu'elle ne soit pas imminente. Et tandis que ma main part retrouver la chaleur feutrée du tissus qui m'enveloppe, non sans effleurer, involontairement, ou pas, celle du bûcheron, je lui répond d'un air amusé, rappelant que, mine de rien, tout est parti d'un jeu dans lequel nous nous sommes laissés prendre


Maintenant que je suis là, tu veux que je t'aide à couper du bois, ou tu m'invites à rentrer au chaud?

[hrp]* William Arthur Ward[/hrp]


lui a écrit:
C’est ainsi, dit Namay !


Les superflus, qu’ils se prénomment combats, religion, différences se nomment croyance lorsqu’ils s’unissent au détriment du bon sens mais à la gloire du sens. Le sens qui fait l’humain, capable de s’allier par intérêt ou de s’unir par envie.



La Vie, l’Envie…



L’envie qui s’immisce dans le frisson de la rencontre. Celle jamais espérée, qui d’abord attire le regard, puis qui le soutient et ensuite mordore l’émeraude en paillettes, poussant l’âme et l’esprit à céder à l’émotion.

Au baiser prolongé puis interrompu, il secoua la tête. De gauche à droite. D’abord côté cœur. Comme toujours, il a fait ce qu’il a voulu. Ou il fait ce qu’il veut. Il prend, mais veut donner.

Il intercepte une main sortie de cape, passe son index sur une joue complément d’une bouille qui lui plaît énormément et lape la perle de larme, souriant de son sel, en goût d’arvine, du canton de Sion.

A une moue, il n’a jamais pu résister. Alors il l’embrasse à nouveau à la passion tandis qu’il la soulève à la hussarde, l’amenant au manoir, dont il ouvre la porte d’un coup de botte…




Sois chez moi, comme chez toi !



Non, non, il n’a pas dit chez noux, mais elle entrait chez nous, dans une Memento profonde et secrète en proie à ses dissensions…même dans un manoir épargné jusque-là.


moi a écrit:
Lionne indomptable serait elle apprivoisable?


Un brin de satisfaction, un soupçon d'arrogance, un zeste de charme, et  femme se prend à redevenir jouvencelle, sans toutefois pucelle. Juste se laisser griser par l'insouciance, alors que de regards croisés, de mains qui se frôlent et de baisers qui s'offrent, bien plus qu'ils ne se volent, le corps devient en proie à une chaleur toute autre.

Ainsi portée par le maître des lieux, je ne saurais m'opposer à le laisser me mener où bon lui semble. Bien trop d'envies et aucun enjeu si ce n'est celui d'aller au bout de ce que l'on veut sans n'avoir à demander l'avis de personne.

Des bras qui passe autour d'un cou, une main qui s'invite dans la chevelure en bataille d'un général que l'on croirait sorti tout droit d'un combat, et le manoir s'ouvre dans un certain fracas. Le bûcheron serait il donc aussi menuisier?  

Curieuse, j'observe la demeure, silencieuse mais pas sourde, tant l'oreille est attentive à chacun des mots qu'il prononce. Et si nombreuses se seraient déjà imaginées changer les tapisseries d'un manoir qui, peut être, nécessiterait que cela soit fait, j'étais à mille lieux de telles réflexions. A tel point que sans vraiment réfléchir, j'approchais mon visage du sien, bouche susurrant à l'oreille


Du moment que chez l'un ou l'autre, ce soit l'un sur l'autre .... peu m'importe

Loin de moi l'idée de prendre ses mots à la légère pour autant. Bien au contraire. Étonnée tout autant qu'honorée, j'en prenais la mesure, accordant au mot confiance bien trop souvent bafoué toute la signification qu'il se devait d'avoir. Et si j'ignorais encore ce à quoi cela m'engageait, il ne faisait plus aucun doute qu'il pourrait dorénavant compter sur moi.

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mer 16 Mar - 21:59

Dax, une lubie en passant devant l'église

Citation :
À Bravy
Date d'envoi Le 16 Mars 1464 à 18h49

Objet Cure de Dax

Bonsoir

En passant devant votre église j'ai vu que vous cherchiez un ou une volontaire pour en assurer le fonctionnement

L'évidence m'est apparue de me porter candidate!

Charlotine Durand  

Et pourquoi pas? Sans doute parce que ...

Citation :
De Bravy de Couchey de Bazas
Date d'envoi Le 16 Mars 1464 à 19h06
Objet Re: Cure de Dax

Bonjour Charlotine,

Oui en effet je cherche des diacres, diaconesse, sacristain...... pour faire vivre nos églises.


Pouvez vous me parlez de vous?
Quel est votre engagement au sein de l'Eglise aristotélicienne?
Vous êtes baptisée?
Pouvez vous m'adresser votre certificat de baptême.

En attendant de vous lire, que le très Haut vous guide

Monseigneur Bravy de Couchey

Ce n'était pas comme si je ne m'attendais pas à cette réponse .... mais comme l'avenir sourirait aux audacieux

Citation :
Je crains que mes réponses ne soient que peu à votre goût et vous m'en voyez navrée.
A dire vrai, face à un appel autant désespéré, je pensais ma proposition venir vous délivrer et non déclencher une procédure rigoureuse
Car pour moi, il n'est pas besoin de montrer patte blanche pour servir le Très Haut et rassemblez les fidèles
Il suffit juste d'ouvrir son cœur et son âme

Je suis de confession Réformée et je croyais la France plus ouverte qu'ailleurs, préférant, de loin, avoir des édifices fleuris et remplis, plutôt que vides et tombant en décrépitude.
Je me suis peut être trompée puisque je ne vois nulle lectrice dans la liste de vos recherches. M'en voilà fort attristée, alors qu'opportunité était présente de montrer que nous sommes tous des Aristotéliciens, enfants du Très Haut, que nous servions ou non Rome

De toute évidence, ma naïveté m'a ce soir joué des tours, à moins que vous ne soyez homme capable de prendre des décisions en pensant avant tout et à ses ouailles et non à ses supérieurs. Alors si tel est le cas, sachez que je suis votre femme, et que je serais heureuse de faire vivre la Foy Dacquoise

Charlotine Durand

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Jeu 17 Mar - 20:00

Izaac aime

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Ven 18 Mar - 16:05

j'sais pas pourquoi, il m'a pas répondu Rolling Eyes

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Ven 18 Mar - 20:30

Bizarre autant qu'étrange...

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mar 22 Mar - 7:39

bon ben au moins, il est pas rancunier ^^

Citation :
De Bravy de Couchey de Bazas Date d'envoi Le 20 Mars 1464 à 18h38
Objet Re: Re: Re: Cure de Dax Expire le 10 Avril 2016 Bonjour Dame Charlotine Durand,


Je ne peux donner suite à votre proposition et vous savez pourquoi.
Je ne peux accepter comme diaconesse une personne membre de l'église réformée ui de plus a été excommuniée.
Votre nom me disait quelque chose !!!
C'est our cela que je vous ai posé toutes ces questions.
Besoin de précision et de confirmation.

Merci pour votre honneteté.
Je vous souhaite que le Très Haut vous guide sur la voix de la raison et de la sagesse.


Monseigneur Bravy de Couchey

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mar 22 Mar - 20:04

Bon, ben y'aura peut-être moyen de jouer quelque chose avec lui ?

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Mar 22 Mar - 21:05

j'sais pas trop. On verra. J'sais déjà pas trop ce que je vais faire avec Cha dans les semaines qui viennent donc bon

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Ven 25 Mar - 23:36

Gascogne, Dax, un manoir (suite)

lui a écrit:
Et si Lionne indomptable arborait yeux de lynx…



Elle deviendrait Carmine, empreinte à l’angoisse de décisions allant à l’encontre de son Helvétie.

Pourtant, il la désirait, là, dans l’instant ou le moment, sans fin, dans le toucher en velours de peau, la dénudant naturellement par les épaules de ses mains dont les doigts voltigeurs se faisaient vagabonds comme curieux de sentir ce grain dont, déjà, ils s’habituaient.

Devant une cheminée ronflante bien que fumante, sur une peau à défaut du cliché de l’ours, simplement de loups, parce que le loup s’apprivoisait comme le chien qu’il était et qu’il en fallait plus d’un pour fournir une simple peau, il la posa délicatement, en mâle de sueur bûcheronne, empreinte de virilité à tendance machiste, comme en volonté de prendre et de posséder, sans manquer de douceur extrême lors que ses mains remontèrent le long des cuisses et fesses de Charlotine.



Te veux !


Deux mots en binôme, aussi simples que l’homme, alors que glaive tendu, il passait à l’assaut, lance basse, qui, à contrario de ce que les innocents de la guerre croyaient, signifiait… Taïaut…


moi a écrit:
A émeraude qui scintille, aucun souhait ne saurait être refusé


Une poitrine qui se soulève, aux échos d'une respiration qui s’accélère; un froissement d'étoffe qui se dérobe et qui dévoile, sous des doigts qui se font plumes, attisant braise qui ne demande qu'à devenir flammes.

De regards qui se croisent, de pupilles qui brillent et de mots qui n'ont pas besoin d'être prononcés, tant le fruit de l'envie, maintenant, se croque et se consomme, sans toutefois se consumer.

La lionne se fait chatte, sur la peau de loup, entre les mains d'un bien plus redoutable félin, s’apprêtant à se livrer, corps et âme, offrande s'il en est, à chasseur aguerri. Et à une main qui parcourt déjà mon corps, la mienne s'amuse à dessiner une joue, puis du bout des doigts, une lèvre, appel à gourmandise, contre laquelle je ne saurais lutter.

Rendant les armes sans même résister, corps s'unifiant dans un douceur bestiale, j'attire son visage vers le mien, scellant nos lèvres dans un baiser langoureux, laissant s'envoler, entre soupirs enchantés, une réponse sans équivoque


Tu m'as!

Réalité du moment, loin des troubles qui m'animeront demain, les cuisses se resserrent et renforcent l’étreinte, sous un crépitement de cheminée, seule témoin de cette attaque d'un carmin me faisant payer mon pourpre, sans ne me laisser aucune chance de me défendre. Pas que j'en ai envie, cela dit!

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5288
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Sam 26 Mar - 8:04

pig

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Sam 26 Mar - 8:23


______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1623
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Sam 26 Mar - 13:47

Averroes a dit : "Et l'Unique l'a décidé : Le plaisir est le souverain bien. Il nous aidera à fuir la douleur. Et l'Homme dès sa naissance sera en quête du plaisir. Ainsi l'a-t-il voulu car Il est sage et omniscient." .

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3246
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   Sam 26 Mar - 20:00

Amen Smile !

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Carnet de m'zelle Cha'   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Carnet de m'zelle Cha'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Protège carnet de santé
» Carnet de caporal
» Comment trouver le carnet d'un membre
» Répertoire - carnet d'adresses
» carnet de liaison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: