Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [JdR] Le carnet d'Izaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 18  Suivant
AuteurMessage
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 25 Avr - 20:21

Ahhhh, ben voila une petite qui m'invite pour les vacances, c'est bien ça...

Izaac, les doigts des pieds en éventail, était affalé sur la chaise longue de bois que lui avait vendu jadis Nekroman, "en bon bois de Fribourg, c'est d'la qualité", qu'il avait dit... La palombe fleurait bon la lavande, le thym et la garrigue.

Une bestiole du midi, à l'heure de la sieste ?

Citation :
Le 24 avril 1457,

Maître Izaac,

je suis une Genevoise partie vivre ma vie au soleil de Provence, et nous n'avons jamais eu l'occasion de nous croiser en Hélvétie, mes parents étaient bien trop sévères pour me laisser déambuler dans les ruelles de la cité Phare. A peine arrivée ici, j'entends déjà parler de vous par un certain Tancrel, qui me dit avoir été un temps Réformé avant de devenir diacre... De plus, savez vous qu'ici seul l'Aristotélicisme Romain est accepté ? Un certain évêque Uterpendragon croisé en taverne a commencé à m'expliquer tout ça. Bien sur, je ne l'ai pas ramené avec ma Foy Réformée... je les sens bien capable de me faire des méchancetés.

Si je vous écris, c'est surtout pour savoir si vous n'auriez pas connaissance de groupes de Réformés en Provence, que nous puissions nous faire des lectures tranquillement sur la plage, au coucher du soleil, en écoutant le clapotis des vagues sur le sable fin. Ah oui aussi, la pêche en mer c'est aussi agréable que sur le lac de Genève, puis aussi surtout, ça pèle moins. Si l'envie de morue vous vient un jour, passez donc me voir dans ma maisonnette au creux d'une calanque.

Que le Très Haut vous empêche de devenir trop vieux trop vite.

Lea

Préboist !!! viens voir, j'ai des nouvelles du petit Tancrel !!!
Tu te rappelles, le gars de chez toi qui avait monté un temple du temps où, même à Genève, on devait se cacher dans les caves...

Izaac se revoyait jeune et fringant, traçant sur le linteau le poisson, l'ichthus, par lequel les premiers croyants se reconnaissaient. Les jeunes, ça peut jamais s'empêcher de taguer sur les murs...
Le Skald... Adhémar aussi... Ceux là était partis rejoindre leur Créateur. Tancrel, lui, avait été tourmenté. Des supplices atroce qu'on lui avait dit. Les provençaux n'y avaient pas été par quatre chemin. Même Tchantches en aurait rêvé moins. Le pauvre petit, à l'âme encore tendre, n'avait pas supporté. Diacre qu'il était devenu... La crise des vocations, ça rendait l'Église imaginative, c'est sûr.


Elle aurait pu mettre un petit portrait, la demoiselle, quand même... tsss...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 25 Avr - 20:22



Le bon Préboist a toujours gardé l'arme à l'œil quand on lui parle des calanques. Vigilant donc, il passa l'autre, œil, par dessus l'épaule du vieux, devenu un peu tendre, faut dire.


Bonne Mère, c'est des carabistouilles, ça !

Je connais très bien là bas. Il n'y a que des graviers. Pour les plages de sables fins, il faut aller plus par derrière les montagnes des maures. Où alors du coté des flamands roses. Mais, là, vous prenez le moustique qui vous fiche les cloques et les fièvres à vous vider de haut en bas, pendant trois jours.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 30 Avr - 18:02

[le bruit des cloches dans les oreilles, et c'est assez énervant]

Izaac était descendu du pèlerinage pour squatter le presbytère, comme à son habitude. Faut dire qu'il y avait eu les élections, et le vieux ne manquait jamais de mettre son petit bulletin dans l'urne. En plus, il y avait celle de Petitced qui traînait. D'urne. Et il n'aurait jamais manqué un dernier hommage à l'homme qui venait le trouver dans les caves au poisson pour causer comme deux vieilles devant une tasse de tisane. Hélios ??? non, pas Hélios... c'était comment, déjà, son nom de proscrit réformé... Adhémar... Le vieux perdait la mémoire.


Ding Ding Dong Ding Ding !


C'est en basse ville qu'il avait appris la présence de ces spadassins dans les faubourgs. Des soldats perdus, qui erraient depuis la Bourgogne, depuis Nevers semblait-il.

-Triste époque, hein Préboist... les porteurs de casque se transforment en traine-savates... Je te dis que dans peu de temps, on les accusera aussi de porter des pestes d'outre-mer.

Préboist haussa les épaules. Il s'en fichait lui, il avait toujours le nez bouché. Alors, c'était pas une grippe de goret qui l'allongerait.


-Passe moi du papier, je te prie. Tu porteras cela là où il faut. Tu trouveras bien.


Citation :
Genève, aujourd'hui.

Cher monsieur Vrael, et vos amis.

Je me permets de vous écrire simplement. J'entends que vous escomptez constituer trois armées franches dans ma cité. Je vous confesse que je suis surpris. Vous devez connaître la loi. Genève est un sanctuaire que je protège. Je me permets donc d'être un peu ferme, d'autant plus que vous n'avez point daigné venir me trouver. J'attendais pour le moins une petite bouteille de vin de la Loire. A défaut un boite de petits gâteaux secs de Nevers. Je sais bien qu'il faut que jeunesse se fasse et que j'appartiens à un temps révolu. La vieille école, comme on dit dans les grottes sombres et alcoolisées, peuplées de jeunes hommes et de jeunes femmes extatiques.
Vous comprendrez donc, vous, ou vos frères - je n'ai plus l'âge de faire dans la demie mesure -, je l'espère sans vous froisser, que je souhaiterais que vous ne troubliez pas l'onde pure près de laquelle je souhaite vieillir doucement, et en paix. Genève n'a pas à être troublée. La loi est la Loi. Vous la connaissez. Respectez-la.

Je finis comment...

Citation :
Veuillez agréer, patati patata...
Izaac

Bah, allez ! comme ça, ça ira. de toute manière, ils s'en moquent. Ce sont des jeunes. Mais ils pourront pas dire qu'ils n'ont pas été prévenus.

Tout fout'l'camp...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 9 Mai - 18:15

Shera a écrit:
[rp]Le repos à l'auberge avait fait du bien à Shera ; enfin le repos ... L'alcool à flot surtout. Voilà qui soulageait sa gorge, endormait la blessure de la nuit, et rendait son coeur moins lourd à porter. Saleté de brigande Aliette, ou aliguette ... L'homme avait prononcé le prénom, mais sa mémoire faisait défaut. La garce avait failli lui transpercer le sein droit. Pour un peu, elle serait devenue amazone. La plaie qu'elle lui avait faite avec une lame mal taillée ne demandait qu'à s'infecter. De l'épaule à la base du sein, tssss elle aurait du l'achever tient pour la peine !

Un peu d'eau sur la plaie, et un peu de bourbon qu'elle avait volé aux mécréants cette nuit, et voilà qu'elle s'était empressée de cacher tout ça sous une de ses longues robes aux couleurs gitanes. Rouge sang, voilà qui lui allait à merveille aujourd'hui. Elle avait caché ses lames, un peu partout sur elle et avait laissé dans la chambre son écu et son épée.

L'alcool l'ayant rendu guillerette, elle fit bonne connaissance en la taverne et appris des choses très intéressantes. Alors comme ça le vieil Izaac ne sortait plus guère de chez lui. On disait qu'on y voyait des tas de colombes, tourterelles et pigeons y passer tout au long de la journée, mais pas d'Izaac en ville. Il devait se faire ravitailler.
L'homme au regard qui louchait sur le décolleté, lui apprit qu'on pouvait le trouver au presbytère. Il y avait contait il, en hésitant à porter sa grosse main sur sa cuisse, il y avait ... derrière l'église Saint Pierre, une ancienne cathédrale où un évêque, dont elle s'empressa d'oublier le nom, qui y avait dressé une taverne.
C'était par là bas que le vieil Izaac avait élu domicile. Et c'était là aussi qu'elle comptait se rendre. Justement, Zeph fit son apparition, et après avoir tenté le môssieur louche, elle s'envola avec le colosse. L'accueillant chaleureusement, ivrement, aurait été le mot :

Ahhh ! mon mari ! je ne vous le présente pas, hein ... Il est d'un jaloux, je crains qu'il ne fasse qu'une bouillie de vous ...

Petit sourire ravageur et moqueur, et voilà qu'une minute plus tard, elle était au côté du Sénéchal et l'entrainait tout sourire vers l'extérieur. La grande gentillesse dont elle faisait part à son égard pouvait laisser à penser à une reconnaissance pour la bagarre de cette nuit ; en fait, il n'en était rien. La bohémienne souriait car elle savait déjà quel mauvais tour elle allait lui jouer.

Zeph ... vous permettez que je vous appelle ainsi ... je ... je voudrais *hips* vous présenter quelqu'un. Je suis certaine que vous allez beaucoup l'apprécier, et sera vraie *hips* la réciprocité ... C'est trES important que nous le rencontrions ... vraiment ça me tient à coeur.
Oh non, laissez votre monture, marcher nous fera le plus grand bien ... vous n'estes pas blessé au moins ...



---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Après une heure de marche silencieuse, retenant le suspens et mettant de l'ordre dans ses idées, Shera et Zeph arrivèrent enfin. Cette marche n'avait pas manqué de lui faire penser à son passé de fantassin. L'armée de Franche Comté, c'était là que tout avait commencé.
Observant la cathédrale éboulée et en piètre état, elle réprima un frisson de dégoût en pensant ce que les hommes étaient capables de faire en nom et place de la religion. Combien des siens avaient fini aux galères pour vénérer et servir les cieux ? pas le bon Dieu ...

Qu'est ce qu'Izaac pouvait venir faire en tel endroit ? Pas de doute, cet homme avait réellement la foi. Du regard, elle cherchait sans le voir. Où donc se cachait il ? Elle ne pouvait pas hurler son nom, Zeph aurait rebroussé chemin. Elle se demandait bien comment l'ex sénéchal allait réagir. La surprise viendrait bien assez vite.

Ce fut alors qu'elle le vit. L'homme, grand et sec, toujours vêtu de noir, avec ce col si serré qu'il finirait un jour étranglé, se tenait raide comme une pique à cinq mètres tout au plus d'eux. Shera s'arrêta et s'appuya sur l'épaule de Zeph pour murmurer discrètement :

L'homme que je cherche, c'est Lui. Il saura me dire où se trouve Fabulous. En temps normal, il est assez ... pacifiste. Alors quoiqu'il se passe, je vous demande d'en faire autant. Quoiqu'il se passe, vous avez bien entendu ?

Haussant un sourcil, elle lui lança un regard noir qui n'admettrait pas d'exception, ni même de question.

Allons y, il me tarde de savoir et de continuer ma route ...

Elle avança lentement, prenant soin d'écraser quelques brindilles pour annoncer son arrivée et ne pas surprendre celui qu'on appelait à tort le Vieux. La dernière fois qu'elle l'avait vu, il était pâle comme un mort et se remettait difficilement d'une blessure qui l'avait considérablement affaibli. Aujourd'hui, il avait repris des couleurs et se concentrait à bêcher le petit jardinet. Méticuleusement, il bêchait, arrachait, et binait.

Des géraniums ? Hum intéressant. Je ne suis pas une fleur, mais permettez que je pose le pied dans votre humble jardin, messire ... Bien le bonjour, je suis venue suite à votre missive. Je ... je voudrais vous présenter quelqu'un ; j'ai cru comprendre qu'il était important pour vous que je choie l'artilleur, alors je vous l'apporte sur un plateau. Messire Izaac, permettez moi de vous présenter en personne Messire Zephirin, aventureux comtois de réputation. Zeph, messire Izaac, je pense que ... enfin qu'il n'y a nul besoin que je vous dise qui IL est ...

Offrant son plus beau sourire à Izaac, elle passa sa main à son front et essuya les gouttes de sueur qui apparaissait sur son visage presque aussi rouge que sa robe. Et hop un point partout. Izaac voulait faire le malin dans sa missive en parlant de Zeph et Lothilde, hé bien l'y voilà devant le grand ! Quant à Zeph et ses intentions douteuses ou hasardeuses, voilà qui le calmerait certainement. Au moins, peut être allait il apprendre à comprendre comment des Comtois avaient pu se retourner contre ce qu'était devenue la Franche Comté.

La rencontre promettait d'être épicée... Et voilà qui plaisait définitivement à l'Andalouse ![/rp]

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 9 Mai - 18:15

Citation :
[dans le jardinet squatté du presbytère]

A l'ombre du chantier de la cathédrale, encore noircie par endroit des traces de l'incendie, Izaac avait élu domicile. Non point qu'il apprécie l'ombre. Quoi que. Des fois. Izaac bronze rouge, très vite, quand il est exposé à la Lumière. Depuis le temps qu'on lui attribuait la réformation du Lion de Juda, la surproduction des marchés de l'Aristotélité, la mort de dizaines de gens, l'attaque de Pontarlier, La conquête de Constantinople par les turcs, la bouillabaisse à Marseille et deux ou trois enfants aujourd'hui cardinaux de l'Église de Rome... Il y avait quoi devenir rouge, des fois. Pour les enfants cardinaux, là, c'est un mensonge éhonté, vous savez. L'Église n'a pas besoin d'Izaac pour se corrompre.

Izaac, donc, sortait ses géraniums. Les petits pots de terre cuite rouge prenaient l'air devant le seuil de la petite maison. Un sac de crottin de cheval trônait à coté du puits. Les mains dedans, Izaac vit arriver la charmante bohémienne qui était venue le trouver jadis au pèlerinage. Le bon sang du vieux avait eu raison du vil poison qui l'avait alité alors.


Shéra, quelle bonne surprise ! Quel bon vent vous amène ? Je vous pensais à Grandson, chez l'ami Yoyo. Vous m'amenez de la cancoillotte, je vois.

Monsieur Zephirin, si je ne m'abuse. Vous n'avez point trop changé depuis l'an passé, où vous veniez sous nos murs tourmenter mes nuits de vos bombardes.


Le grand Siège...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 12 Mai - 22:29

Shera a écrit:
[rp]Impression ou non, Shera eut l'impression que le silence du Comtois ne présageait rien de bon. Aussi jeta t-elle un rapide regard vers lui, puis vers le vieux, et saisit ce dernier par le bras pour l'emmener un peu plus loin. Il ne s'agissait pas que l'ex Sénéchal lui tombe dessus, comme il était tombé sur Servane ...

Hum ... peut être n'aurai je point du l'emmener ici ... arf je ne sais quelle mouche l'a piquée .... Enfin, bref. Voilà ce qui m'amène ici. Dans votre courrier, là, ..., et elle joignit le geste à la parole sortant de ses jupons le courrier au papier jauni ...
Fabulous ... vous disiez qu'il était tombé au combat, mais je ne peux le cr..., enfin quoiqu'il en soit, il faut que je sache, que je le vois. Aussi je souhaiterai faire appel à vous ... pour savoir où il est tombé. J'irai le chercher, lui ou son corps. Passer de juge en Franche Comté à réformé contre la Franche Comté, ça mérite au moins une tombe digne. Beaucoup des vostres ont été amnestiés et ont pu quitter sereinement la FC, grâce à lui ... Acceptez vous de me renseigner ; bien sûr, votre prix sera le mien ...

Contrôlant du mieux qu'elle pouvait l'intonation et les vibrations de sa voix, elle tentait de rester distante. Elle avait pris soin de serrer ses mains dans son dos pour cacher la tension qui l'animait.
Demander un service, un renseignement, était à mille lieues de ces pratiques, mais pour Fabulous, elle ne pouvait agir différemment. Il en aurait sûrement fait autant. Toutefois, et c'était là son inquiétude quant à sa présence ici, qui justifiait par là même la présence du gros, c'est qu'elle ignorait totalement comment était perçu l'engagement de Fabulous dans le camp des réformés ...

Elle s'arrêta à l'ombre de petits arbustes odorant, humant le léger parfum, fermant les yeux pour en percevoir tout l'arome subtil, et en profiter pour ravaler les larmes qui lui montaient. Alors, elle rouvrit ses yeux noirs et les posa sur Izaac.

Ah mais comme je suis pressée et impolie. Je n'ai même pas songé à vous demander comment vous alliez ... Bien mieux, il me semble ...[/rp]

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 12 Mai - 22:30

Ma chère Shera, je suis bien ennuyé, mais voyez-vous, je n'en sais pas un mot de plus. Fabulous a été allongé au champ du Salut devant Pontarlier. La bataille a été féroce, une vraie curée. A trois contre un, nous n'avions pas la moindre chance. Nous nous sommes fait tailler en pièce par les dolois et l'armée fribourgeoise.

Que vous a-t-on dit à Grandson ?


Izaac s'interrompt.

Voulez-vous entrer, il doit me rester du fromage et du vin.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 19 Mai - 16:54

[quelques jours plus tard]

Le vieux grommelait. Mais qu'allait-il faire dans cette galère... ?


Bon, je prends la petite laine ? A berne, il fait frisquet quand même. Préboist, tu en penses quoi ? je prends la noire, où je tente la couleur ? Comme bourreau, le noir c'est mieux quand même, non ?


Izaac emménageait pour quelques temps dans une grosse tour cossue, celle du bourreau des helvètes.

Quand même, Préboist, ça jette, bourreau des helvètes, non ? Si Humbert et Guillaume voyaient ça...


Izaac eut sa petite pensée nostalgique. Kurian... ahhh, le bon temps du juge Kurian... avec les potes, on avait fait les quatre cent coups, à l'époque. On s'en était pris des raclées, à l'époque. C'est qu'il était un tantinet grognon, Kurian. Fallait pas l'emmerder. Il avait le hachoir facile. Définitivement, c'est lui qui lui avait donné la vocation. Depuis ce temps là, Izaac voulait faire juge et défendre la veuve et l'orphelin. Merci Kurian, paix à ton âme.

Tu te rappelles du vieux juge Kurian, toi, Préboist ? Nan, bien sûr, tu ne te rappelles plus...


Vieux con... Ajouta discrètement Préboist.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 22 Mai - 21:58

Citation :


[Le vieux à Berne, la souris danse au pèlerinage]

Préboist savourait le retour du printemps. Le chaud, hein, pas le faux, qui vient avec la sainte Clémence, juste bonne à vous faire frissonner d'envie en rêvant des mimosas et des cerises. Mais pour les cerises, il faut attendre la fin juin. Et encore...


Io soleil miooooooooooo !

Il faisait beau ce matin là, sur la terrasse du pèlerinage. Le vieux avait investi la Tour des bourreaux à Berne, pour quelques semaines. Nul doute qu'il y deviendrait rapidement insupportable, et qu'il referait le chemin inverse bientôt. Alors il fallait en profiter. Préboist avait donc sorti les chaises longues, la petite table en bois marqueté du pays maure, et les bouteilles. La robe de bure relevée jusqu'aux genoux cagneux, il prenait la chaleur de l'astre du midi.

Sllurrrrrpppp


Il avait pris soin de couper proprement une tige de froment, moissonnée l'an passé et aspirait goulument la petite piquette rosée dont il avait fait sauter le scelle pontifical. Les vieux souvenirs du vieux... La veille, une promenade dans l'alpage, sur les sentiers fleuris jusque chez la petite qu'il aimait tant mirer de loin, l'avait conduit jusqu'au confins des dernières neiges, éternelles. Il en était redescendu avec un coffre de glace précieusement enveloppée. Le rosé glacé, c'est meilleur.

Tacatacatacatacatacatacata !

Les cigognes d'Izaac étaient de retour. Ça fait un boucan d'enfer, ces bestioles. Deux jours déjà que trois d'entre-elles inondaient de fiente la couverture de pierre de la petite tour qui servait de pigeonnier. Faut dire, que si la ciconia ciconia est d'un blanc immaculé, c'est vraiment pas le cas de son nid. Mais bon... Pour les colis, c'est plus pratique que les pigeons. Quand même.

______________________________


Dernière édition par izaac le Dim 24 Mai - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 24 Mai - 18:45

--Preboist a écrit:


[Le pèlerinage en haut de la colline]

Sifflotant joyeusement, en haut de la colline, donc, Préboist avait lacé le large tablier de cuir de boucher d'Izaac. C'était le seul que le vieux avait laissé, avant de filer à Berne. Devant la grande table, le bonhomme entassait les casseroles.


Portez le lait à ébullition avec la poudre d'amandes, sans cesser de tourner... Préboist, studieux, répétait la litanie et tournait la mixture avec sa grosse cuillère en bois. Au lait d'amande, reposé le temps qu'il faut pour ne plus se bouillir le doigt quand on le trempe dedans, ajouter la gelée de coing. Juste assez pour qu'elle fasse prendre en crème. Ajoutez le miel selon le gout, la louche de crème de lait de vache, la même de fromage frais, et remuez doucement.

Parfumez le blenc-mangier avec les fraises échaudées dans le miel... Préboist s'interrompt brusquement.

Les fraises, les fraises ! 'Sont encore dans le nid des cigognes, les fraises de l'alcade de Valencia !

Les grands oiseaux d'Izaac les avaient livrées la veille avec un bébé que Préboist, dans l'improvisation du moment, avait remisé dans la grande cave, bien fraiche. En attendant. Du coup, il avait oublié les fraises.

Con ! bon ben, le blenc-mangier, il sera nature...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 30 Mai - 0:57

Sanctus a écrit:
Cela faisait des jours et des jours qu'il était parti. Ses ennemis le croyaient mort, ses amis en retraite. L'homme était toujours là, assis le cul sur sa rosse, la sica à la taille et le livre des vertus à la main. Il chevauchait lentement sur le sentier de montagne, regardant tantôt le paysage, tantôt des passages de l'ouvrage. Au détour d'un chemin, il aperçut enfin le pèlerinage où vivait le Vieux.
Arrivé à une vingtaine de mètres de l'habitation, il mit pied à terre et se mit à crier, les mains en porte-voix.


Izaaaaac ? Izaaaaaaaaaaaaaaaaac !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 30 Mai - 0:57

--Preboist a écrit:


[le pèlerinage, en cuisine]

La montagne crie le nom du patron ? Préboist tourne la cuillère en bois dans le pot glacé. Un deuxième cri.


Izzzaaaac...

L'écho donc ? Préboist poursuit son laborieux ouvrage. Il avait passé un bon bout de la veille à grimper sur le toit du colombier. Cette fois, ses fraises, il les avait. Les cigognes avaient un peu râlé. Elles ne supportent que le vieux. Allez savoir pourquoi. Malheureusement, le grand soleil de la veille avait cuit les fruits. C'est fragile, quatre livres de fraises de Valencia, arrivée par cigogne. Préboist avait donc du improviser. Il tournait donc sa mixture en bouillie. doucement mais longtemps, c'est ça le souci. Pour vous monter les fraises en crême glacée, il vous faut des fraises, donc. Du miel, et un bol de ferraille plongée en bain dans un autre plein de glace. Les neiges, c'était bon, avait donnée la glace que Préboit avait redescendu quelques jours plus tôt. M'enfin, ceux qui suivent le savent déjà. Les fraises, c'était bon aussi. Restait plus que l'hôte.

Izaac avait dit qu'il arrivait. Et il arrivait.


Tournez la bobinette, et la chevillette cherrera, Pépé !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Lun 8 Juin - 21:15

Sanctus a écrit:
Sanctus avait amené avec lui une galette et un pot de beurre. Il tourna la bobinette mais rien ne vint. Il donna un violent coup d'épaule qui ouvrit brusquement la porte, découvrant Préboist, stupéfait, de l'autre côté.

Ca alors ! Préboist ! Tu as changé dis-moi, depuis la dernière fois. Cela fait plusieurs mois que je n'ai pas mis les pieds ici. Mais nous avons à causer ton maître et moi. Le Vieux est-il par là ? On m'a dit qu'ils avaient osé le nommer juge au conseil. C'est une blague ? J'ai aussi apporté ce dont nous avons parlé pour le tournoi. Es-tu au courant ?

Et j'ai soif ! Et faim ! Qu'as-tu de bon à me donner ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 9 Juin - 15:58

--Preboist a écrit:


Du sorbet, pépé !

Aux fraises. Ton préfaré, Bonne Mère ! Izaac a diso que tou e vieillot, le Lion avait necessitado de mangeaille toute facile à mastiquaré.


C'est vrai, c'est Izaac qui l'a dit. Préboist éclairait sa face d'un large sourire. Fier du travail accompli. Et il se remit à tourner sa cuillère.

Du vallé gouter tantôt ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 9 Juin - 15:59

Izaac a écrit:
Pourtant,
Que la montagne est belle leuuuu
Comment, peut-on s'imaginer,
En voyant un vol d'hirondelles leuuu
Que...
Que quoi déjà ?

Le vieux gravissait le sentiers qui le conduisait jusqu'au pèlerinage. Retour aux sources. Ils avaient quitté un à un le pays, pour s'en aller gagner leur vie, loin de la terre où ils sont nés. Depuis longtemps ils en rêvaient, de la ville et de ses secrets. Izaac, lui, il avait vu Berne, et il revenait, nostalgique. Les vieux ça n'était pas original, quand ils s'essuyaient machinal d'un revers de manche les lèvres. Mais ils savaient tous à propos, tuer la nonne ou le moineau. Et manger la tomme de chèvre. Quoi que par ici, les vieux mangeait surtout du fromage de gruyère. Deux évêques et puis quelques curetons, une année bonne et l'autre non. Et sans vacances et sans sorties. Les filles, elles, veulent aller au bal, à Pontarlier, en plus. Il n'y a rien de plus normal que de vouloir vivre sa vie. Leur vie ! ils seront sicaires ou spadassins. De quoi attendre sans s'en faire que l'heure de la retraite sonne. Il faut savoir ce que l'on aime. Et Izaac, lui, préférait son Helvétique Ladrerie pour Martyr, manger de la palombe sauvage.


Bonsoir mon Frère ! On fait la route de nuit, comme au bon vieux temps ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 25 Juin - 22:03

Longue ellipse... le tournoi est un gros trou noir, en fait.


Après les bosses le réconfort. Izaac fit donc cet après midi-là une petite promenade jusque sous les premières falaises du Salève. Il retrouva assez facilement l'entrée de la crypte. Un coup d'œil à senestre, un autre à dextre. Et comme on n'est jamais trop prudent, en l'air aussi.

Rien.

Il entra, alluma la lampe à huile orientale qu'il tenait d'un grand oncle averroiste. Elle était poussiéreuse, mais il ne frotta pas trop fort. On ne sait jamais. Le sac de graines était toujours là. Cinq livres de courges salées, ça ne s'épuise pas aisément.

Le trésor du Lion était toujours là. Des coffres. Des coffres. Des jarres de vin aussi. Un vieux panier plein de fraises pourries, depuis le temps. Les deux urnes aussi. Celle de Guillaume était posée sur une pierre. Celle d'Humbert, elle, trainait par terre. Brisée.


C'est quoi ce souk... انه على قيد الحياة . Deos, c'est quoi ce miracle que tu me fais là !

Tu sens le parfum de la cendre Izaac abou Assad ?

Deos, tu me ranges ce foutoir, sinon, ça va encore tomber sur Préboist. Et je sais que t'aimes pas que je le maltraite.

Humbert est parti tout seul, Izaac, je n'ai rien fait, pour cette fois.

On ne me la fait pas Deos. Franchement... Tu crois que ça va passer ? Humbert, vivant ? Faudrait être envinassé comme un bourguignon, ou comtois, pour croire une affaire pareille. C'est comme ton histoire des Quatre-Vingt Houris du Ciel...

Izaac, tais-toi, tu blasphèmes !


Deos...

Izaac ! Suffit !

Je blasphème pas, je rêve. D'abord. 4ème article. Le Très haut transmet ses commandements par les rêves et par le verbe. C'est même toi qui me l'a dit. Et c'est pas la peine de me parler comme Cromwell. J'ai plus l'âge.

Bon, c'est pas tout ça, je suis pas venu pour faire le ménage. Elle est où, foutre-Dieu... ?


Izaac, tu blasphèmes à nouveau !

Quoi, on peut plus dire foutre-Dieu ? Tu deviendrais pas un peu comme Notwen, toi ?

Izaac farfouillait, farfouillait... Enfin, il la trouva. Elle était encore là. La taille de Nicbur.

______________________________


Dernière édition par izaac le Jeu 25 Juin - 22:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 25 Juin - 22:09



oui, je sais, sur fond noir, c'est pas terrible...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 23 Juil - 12:15

[le Salève, au dessus de Genève]

Izaac, birkenstock, sac à dos et bâton de randonneur, arpentait les sentier autour de chez lui. En été, faut toujours savourer l'oisiveté. Et comme l'été ne dure que trois semaines, autant décréter l'oisiveté en automne aussi.

Le Salève... Izaac feuilletait les papiers qu'il avait trouvé à Berne, entre deux dossiers d'appel.


Citation :
La première mention écrite du mont Salève apparaît au 4e siècle de notre ère: monte Seleuco. La première partie de ce nom dériverait d’une langue barbare et ancienne. « sal » qui signifierait « pente à éboulis ». La deuxième partie - leuco - viendrait d’une langue parlée par les Celtes helvètes, peuple d'avant les romains, signifiant « le mont brillant » . D’après une autre source Salebra = lieu d’accès difficile.

Mouai... Encore un diacre ou un évêque qui s'ennuyait. Faut vraiment avoir rien à faire pour écrire des trucs pareils... Plutôt un évêque alors...

Tout le monde savait qu'en réalité, le nom de la montagne où avait élu domicile le vieux venait des travaux d'un géant. Alors que Gargantua creusait le Léman, il amassa les déblais à l’emplacement de la future montagne. Cette entreprise suscita la curiosité des habitants de la région. En regardant la nouvelle montagne, ils s’écrièrent: « Eh! foutre Dieu ! mais regarde donc comme ça lève! », et ainsi le nom du Salève fut trouvé.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Lun 27 Juil - 11:02

[dans la salle du Conseil - halle de Genève]

Ruhm ruhmmmm !

C'est pas pour dire, mais bon... Dites voir Madame l'avoyère, j'ouïe que Rome nous envoie un nouvel évêque et les teutons qui vont avec, comme servant de messe. D'ici que l'ancien ait pas dit au Seigneur en chasuble que la taverne cathédrale, c'est son caprice à lui ! on va se retrouver à ressortir le décret de Guidrion ergonomines et tout le tintoin.

M'dame l'Avoyère, et en attendant le nouvel, ne pensez-vous pas qu'on devrait rappeler à tous ces estrangers de passage que c'est bien parce qu'Aurélien a fait le coq en boudant sur ses ergots, en refusant de reconnaître les lois de la république,qu'il s'est mis par là même en retrait de la communauté.

Je ne doute pas que bientôt on nous accusera d'être persécuteur de la bonne Église. C'est l'évêque Aurélien qui a refusé l'édit du simultaeum qui assure l'usage apaisé de la grande église. Et encore, les romains ont droit à deux jours alors que nous un seul. Il voulait tout pour lui tout seul. Il s'est exclu avec fracas, en hurlant à la persécution et a travesti la clochette du bar de la taverne en gros bourdon.

Que l'évêque se dispense de participer à la désignation populaire des représentants de chaque communauté, et bien soit. On ne va pas inculquer les valeurs de la démocratie et du vote aux romains, que l'on sait tous despotes quand il s'agit de dire qui porte la pourpre, qui arbore la sainte croix, et qui a le droit d'être aimé du Seigneur Déos. Nicbur, lui a accepté la responsabilité haute, de représenter les aristotéliciens réformés devant le conseil et la loi. L'évêque Aurélien, là encore a refusé, menaçant de sa crosse et invoquant le droit divin. Rogue et drapé dans sa dignité de berger romain, il a refusé une fois encore de se soumettre au loi de la république de Genève, arguant qu'il n'obéissait qu'aux seules lois du Ciel.

Je prie chaque jour Aristote que la paix enfin acquise depuis le départ de cette oie pourprée du capitole de Rome, et le décret d'amnistie du bienheureux Guidrion, ne soit pas renversée queue par dessus tête par je ne sais quel estranger de passage.

Je souhaite que tous les bourgeois, les habitants, de Genève invitent instamment le nouvel évêque à reconnaitre nos bonnes lois. Je souhaite que cette requête ne soit pas seulement invoquée par le conseil, mais bien par tous, ici dans la cité phare de l'Aristotélité. A cette condition là, enfin, nous n'aurons plus à souffrir des tristes querelles qui divisent les fidèles d'Aristote.

Repensant un instant à ses vaches mauves,


Je profite pour saluer l'unanimité qui a voté la loi du pain à deux écus pour les vagabonds. Je pense que nous pourrions également distribuer, en plus de ce petit pain, une bouteille de lait. Parce quand même, c'est bon pour la croissance.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 28 Aoû - 11:08

[sympa le réveil...]

Le vieux, terrassé par la canicule refaisait surface, tel le monstre du Lac. Et voila que Genève l'attendait les portes grandes ouvertes. Que dis-je, les portes blindées béantes ! Les banques suisses n'étaient vraiment plus ce qu'elles étaient. Une louve hurlait sa haine des genevois jusqu'au delà des combes du jura comtois. Elle avait les mains plein de leur or depuis l'avant veille.


Bon, si j'ai bien suivi, L'avoyer est en retraite estivale depuis le 15 aout au fort de Brégançon avec son italienne. La garde aurait toutefois fait son travail. Elle a mobilisé une compagnie de quatre soldats, comme à l'accoutumée. Les rapports de douane n'avaient pas manifesté de présences particulièrement inquiétantes, aucune autre mobilisation n'a donc été jugée nécessaire par l'État Major. Ensuite, nous avons perdu 5000 ? 6000 ? écus, plus du bois dont nous avons récupéré l'essentiel.
Enfin, la pucelle dépravée et ses compagnons sont actuellement en fuite en Franche Comté. Le gouvernement comtois nous assure de son soutien, et un procès est en cours à Berne.
Nous ne demandons aucune aide particulière aux autres cantons, et un impôt a été levé pour renflouer les caisses de la république.


Anything Else ? comme dirait l'ami anglois ? à part qu'on a l'air très couillons...

Je dirais qu'il faut présenter nos plus humbles excuses à nos combourgeois genevois et annoncer qu'ils pourront prochainement sanctionner le conseil en place lors des prochaines élections. Deux pillages en moins de deux mois, on va se faire chahuter...

Préboist, ma plume, s'il te plait ! Si tu pouvais enfin la retirer de ton truc, là, j'ai à écrire, moi !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 28 Aoû - 11:09

[à noircir du papier avec de l'encre, Préboist au dessus de l'épaule]

Splash.............


- Mordiable, ces encriers, c'est de la Mmmmerde ! Ça tient pas sur son séant, et quand on tremblote de la plume, ça se vide illico sur votre vélin. Errare humanum est qu'il parait ! Si j'attrape le gars qui m'a vendu ce colifichet juste bon à orner la cheminée de Caméliane, je lui coupe les testicules. En quatre.

- Tiendez Maestro, du paper d'Oxford. L'est doux come il culetto d'un bambino.

Izaac prend la feuille, l'œil dubitatif sur le bossu. Faut dire que Préboist est bossu. Oui, je sais, ça fait beaucoup. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir les fesses roses d'Epsonstylus de Saint Claude, la peau blanche de Gaia, les muscles huilés de Tchantches, la chevelure de feu de cette sympathique petite ambassadrice savoyarde, et l'intelligence de Sanctus. Mais c'est comme ça, des fois, on nait pas beau. Louons Deos de ce privilège qui nous fait ne pas être assailli par la concupiscence de taverne.

-Tu as déjà caressé les fesses d'un lardon, toi, Préboist ? Où en étais-je ? ah ! oui ! confédération n'est pas fédération, donc...


Citation :
[...] La confédération helvétique n'est point une fédération gouvernée d'en haut par une chancellerie à Berne. Une fédération dispose d'un gouvernement central qui a autorité sur les états sous lui, ne leur laissant qu'une infime part d'autonomie. Notre confédération est l'alliance privilégiée de onze cités souveraines telles des duchés. La chancellerie de Berne - le conseil ducal ig - ne s'autorise aucun acte de majesté. Elle gère pour le bien commun des helvètes, les vaches, les mines et les petits cochons, tel un conseil de fonctionnaires au service de la Diète des onze maire. Notre confédération, en outre, est bilingue. Elle est à géométrie variable. Les cités alémaniques, férocement hostiles au gouvernement de type ducal, surtout s'il parle français, se sont engagées dans une alliance privilégiée, entre elles en matière judiciaire. Toutefois, les règles qui prévalent chez eux en matière économiques sont diverses, d'une cités à l'autre. Solothurn a entièrement ouvert son marché alors qu'ailleurs, des règles drastiques règlementent le travail des marchands ambulants. Dans notre confédération, les bourgeois, habitants des bourgs, sont souverains. Ils décident en pleine indépendance de ce qui est bon pour leur marché. Comme nous autres welsches, ils ne délèguent pas à un conseil fédéral, le droit de décider cela à leur place. Amen. Un conseil fédéral, central organiserait mieux les choses ? Il serait plus "efficace", ils aurait une vue d'ensemble qui ferait défaut aux cités ? C'est faire bien peu de cas des helvètes. Onze cités unies par la coutume, c'est onze fois plus d'inventions, d'hommes et de femmes qui s'investissent dans la chose publique. Quelle misère de voir chez nos voisins impériaux un conseil de douze barons tout prendre dans sa main. Douze pour décider, c'est toujours onze de trop ? Le despotisme est un choix. Ce n'est pas le mien. Notre confédération est riche. Riche d'autant d'habitants que la Savoie et la Franche comté réunies. Et on voudrait en réduire son gouvernement à douze conseillers fédéraux, ou douze apprentis ducs ? Les ducs et les barons, c'est bon pour les terres qui manquent de bras. Nous autres helvètes sommes nombreux. Quelle misère de voir l'imagination et la force de nos gens châtrées par le despotisme d'un gouvernement central.

Définitivement Gaia, je ne me résoudrai jamais à concevoir notre terre autrement que comme la confédération, l'alliance privilégiée de nos onze vallées. Je te présente mes amitiés avant de partir pour Dole voir Imladris. Comme je te l'ai annoncé, la république de Genève mandate son chancelier pour présenter ses amitiés au Franc Comte Sacrai et le remercier d'avoir accéder favorablement à ma requête en extradition de la gueuse des chemins qui a vidé nos coffres. Ça va être petit fours, belles robes, cadeaux, concours de poésies, visite de la collégiale et des rues historiques de Dole - il parait même que les dolois y font visiter la maison d'un "pasteur". Comme quoi, il y aurait des aristotéliciens réformés quand même en Franche Comté - Et promenades romantiques sur les bords du Doubs avec la vicomtesse de Nozeroy qui nous offre le couvert, le gite et la boisson. Promis, je t'enverrai un pigeon.

Je vous prie d'agréer, madame le chancelier, l'expression de mes respectueuses et néanmoins sincères salutations.

Izaac

Et point.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 28 Aoû - 11:10

[salle du conseil]

Messieurs Dames du conseil,

Nous y allons donc ! Le Franc Comte nous attend à Dole. Nous rejoindrons les lances de la vicomtesse Lothilde de Mélincour qui vient nous faire l'escorte. J'appellerai bien tous les genevois et genevoise à se joindre à l'équipée, mais bon, je sais qu'il y a le lac à vider. Qu'il soit su de tous que la Franche Comté nous accueille en amitié. Que de chemin parcouru depuis le temps où les armées impériales et les corps comtois étaient sous nos remparts lors de la croisade. Nos efforts sont récompensés, enfin. Genève ne sera plus jamais le jouet de ses voisins. Genève est respectée désormais. Une nouvelle aube se lève.

Mon Sieur Vanitas, vous avez pris les cadeaux m'a-t-on dit, je me félicite de votre diligence. Mon Sieur, que dis-je, mon frère, Kirkwood, vous avez la charge de composer les odes à nos hôtes. Ils vont être contents, je n'en doute pas. Mettons nos beaux habits tous noirs, mon frère. Le noir, c'est connu, ça va avec tout, et en plus ça amincit quand c'est ras du cou.

Cher collègue du conseil, Dame Macricri me promet moult pots de cancoillote à ramener bientôt. Je souhaiterais qu'une motion soit votée avant notre retour afin d'éviter d'être attrapé par nos gens d'arme pour importation frauduleuse sur le marché.


Les paquetages étaient prêts. La layette bleue également. De la bel ouvrage genevois. Pourvu que les informations soient exactes. Et si c'était une fille ? Le sort de l'Aristotélité du coté des crêts helvético-comtois serait mis en péril ! Bientôt, ce serait le jour du jugement.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 28 Aoû - 11:11

[sur le chemin qui serpente, de l'ermitage du Salève, au val de l'Arve. Regardez une carte, c'est assez joli comme coin, pour les balades]

Et Izaac descendit de la montagne, à cheval. Il rejoignait les lourds charriots de l'ambassade de la république de Genève auprès le Franc Comte, à Dole. De l'autre coté du col de la faucille, les lances de la vicomtesse de Mélincour les attendaient.


Quand te reverrai-je
Pays Merveilleux
Où ceux qui s'aiment
Vivent à deux.


Hop hop hop... les pieds du vieux rebondissaient de cailloux en rochers. Alerte telle une chèvre, le vieux lion savourait à l'avance les salaisons comtoises. Son homologue de Dole, Imladris, lui promettait de percer le fut de cervoise. ; La vicomtesse de Nozeroy, des marmites de cancoillotes... Il suspendit son vol un instant, regardant au sud-est, les cimes des crêtes enneigées.

Quand te reverrai-je
Pays Merveilleux...


Les doigts noueux du vieux chancelier genevois serrèrent la petite fleur blanche malencontreusement poussée sur son chemin. Portée jusqu'au nasal, nostalgique, Izaac humait en soupirant.

'tain, ça sent vraiment queue dalle une edelweiss.


Il était temps. Il allait être à la bourre et Maître Vanitas était assez pointilleux sur les horaires. Izaac pressa le pas. Plus loin, on voyait le charroi chargé de malles de cadeaux mais aussi de toiles, de nourriture et de vêtements. Des habits en velours noirs liserés d'or avaient été tout spécialement taillés pour l'arrivée de l'ambassade à Dôle. Un grand étendard à "l'aigle et à la clé" flottait fièrement au sommet d'une lance fixée sur le véhicule.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 28 Aoû - 11:13

[Saint Claude, les faubourgs, pas bien loin de là]

Cataclop, cataclop cataclop.

Izaac chevauchait sa mule à coté des charriots. La délégation avait quitté Genève la veille et arrivait enfin dans la cité comtoise. Pas grand monde sur la route, il faut dire. Galovert, telle la vigie un peu pirate aussi, était parti en avant, histoire d'assurer la route. Avec les risques d'attentat, il fallait rester prudent. Louvela était rancunière. Elle avait proclamé haut et fort que les efforts des deux chancelleries genevoise et comtoise étaient un blasphème, une honte, une défection humide de dahut sur les berges du Doubs. Définitivement, cette petite aventurière était merveilleuse. Certes le pour boire avait été conséquent. Cinq ou six mille écus, à vrai dire, je n'en sait foutrement rien, les chiffres et moi... Notwen, la gardienne immortelle des cordons de la bourse genevoise, s'en plaignait bien souvent. Izaac ! quand est-ce que tu présentes le bilan comptable de la compagnie du Léman !?

Allez avance Inge ! Bougre de mule.

Définitivement, en ces temps de caniculae, qu'une petite louve aux oreilles racornies par la haine permette au chancelier de la république de Genève d'aller, en toute amitié, prendre l'air de Dole, c'était tout bonnement miraculeux. Merci Louvela.

Citation :
Aujourd'hui, en chemin, vous avez croisé Greenwarrior, et l'armée "Ad Gloriam Dei" dirigée par Epsonstylus.

Greenwarrior, ce cher capitaine. Le puissant seigneur comtois avait été aperçu sur le chemin. Passé le col de la faucille, c'est toujours difficile de voir à qui l'on a affaire. La nuit, tous les comtois sont gris. Mais lui, il avait la trogne d'un homme qu'on oubliait pas. Le baron de Rougemont restait un ennemi irréductible. Et un bon guerrier, en plus.

J'ai bien fait de rebosser les armoiries avant de partir, tiens. Le quatre quart un peu fouillis, c'est Rougemont. Griffon - Rougemont, griffon - Rougemont... Faut qu'ça rentre. Aigle en premier quart, Loup en trois. morsure assurée.

Pour les embrouilles, on verrait bien plus tard. Là, c'était le temps de poser les bagages et faire le tour des monuments historiques. Saint Claude. Ses faubourgs, ses remparts, sa poterne, son Epson. Les flammes de ses compagnies flottaient. Elle était là, sans aucun doute.

Deos soit loué, nous sommes enfin arrivé ! Maître Vanitas, croyez-vous que comme à Pontarlier, on puisse boire un peu d'absinthe, par ici ? Fichtre ! Cela fait si longtemps que je ne suis point venu.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5028
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 23 Oct - 9:17

[Jaca]

El día era soberbio. El sol de Aragón es más caliente que en la casa. Izaac miraba prudentemente a ése acostarse. El día a la mina(aspecto) había sido duro. El canciller honorario de Ginebra cumplía escrupulosamente de sus compromiso cerca de las autoridades de Jaca. Los suizos tienen sólo una palabra(voz).

¡ Bono! ¿ Qué bebemos en la región?

La hermosa aragonesa, pasaba allí. La siguió de la mirada un momento largo antes de que ella desaparezca detrás de una casa. Precipitadamente, pensó que mirar a una aragonesa, era atraerse en cuello seguro, los rayos de su padre, su hermano, su primo, su tío, su sobrino, su vecino...

Citation :
La journée était superbe. Le soleil d'Aragon est plus chaud qu'à la maison. Izaac regardait sagement celui-là se coucher. La journée à la mine avait été rude. Le chancelier honoraire de Genève s'acquittait scrupuleusement de ses engagement auprès des autorités de Jaca. Les suisses n'ont qu'une parole.

Bon ! qu'est-ce qu'on boit dans la région ?

La jolie aragonaise, passait là. Il la suivit du regard un long moment avant qu'elle ne disparaisse derrière une maison. Brusquement, il pensa que regarder une aragonaise, c'était s'attirer à cou sûr, les foudres de son père, son frère, son cousin, son oncle, son neveu, son voisin...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   

Revenir en haut Aller en bas
 
[JdR] Le carnet d'Izaac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 18Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» Protège carnet de santé
» Carnet de caporal
» Comment trouver le carnet d'un membre
» Répertoire - carnet d'adresses
» carnet de liaison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: