Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [JdR] Le carnet d'Izaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 13 ... 18  Suivant
AuteurMessage
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 6 Jan - 11:00

[Il était une fois... l'Histoire]

Droit comme un i - six pieds trois pouces - cent cinquante livre tout mouillé - col Mahaud noir serré au cou comme il convient à un bon croyant en la réformation de l'Aristotélisme, le chancelier de la république de Genève semblait observer les trefs des français. Enfin, observer, c'est beaucoup dire. Sur le rempart, la bise mord et là, la vicomtesse Lothilde Adams de Mélincour interpelait sa méditation. Izaac lui tendit un bout de bricelet au miel.

Vous voulez un bout ? C'est délicieux vous savez ! Vous prenez une bonne livre de beurre que laissez fondre à coté du four. A peine plus de farine que vous tarvaillez avec. Un peu de miel aussi. Vous pouvez mettre du sucre, mais ça emmerde moins les abeilles.

Scronch !


C'est une sorte de gaufre plate, fine et croustillante. Le plus chiant, c'est de bien graisser le fer à bricelet. M'enfin, avec une barde de lard qu'on frotte quand c'est chaud, ça le fait. C'est de la mauvaise graisse, c'est sûr. Mais c'est bon. Quand c'est mauvais c'est bon. Curieux.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mer 19 Jan - 22:55

âneries, suite...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mer 19 Jan - 23:18

Je me demandais si vous aviez des ambitions cachées envers cette jeune femme et je n'osais vous interrompre...
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 20 Jan - 8:21

J'ai passé l'âge. Ô mon avoyère.

Regard coulant et libidineux sur la chute de rein la plus somptueuse de l'Aristotélité.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Lun 24 Jan - 15:03

[Où le pigeon vole encore au dessus du nid de coucou]

Citation :
De Annecy,

Ma chère amie,

Je prends enfin le temps de vous répondre. Vous vous inquiétez pour ma santé, je ne vous rassurerai point sur le sujet. Mon nouveau régime alimentaire à base de pomme me complique la digestion. Je deviens très beau, mais j'ai des fièvres infernales et des douleurs aux entrailles, pire que quand le petit Boldaq tenta de m'occire il y a deux semaines.
Vous me demandez ensuite ce que nous autres helvètes pouvons penser de l'ambition impériale de rentrer la confédération helvétique dans l'Empire. Le document fait en 55 est helvète. Nous ne conservons pas les documents impériaux. J'ajoute que la souveraineté helvétique n'est gagée que sur la volonté des helvètes, document impérial ou non. Ceux qui la contestent n'ont qu'à venir la contester les armes à la main, si ça leur chante. Jean Long d'Argent ne l'a jamais contestée. Ainsi, pour exemple, la Confédération disposent de sa propre cour de justice en appel, cette cour n'a pas été contestée par l'Empereur et la cour impériale d'appel a toujours rejeté les appels venant de chez nous, au titre qu'elle se déclarait incompétente là dessus. En outre, la confédération n'a jamais été sollicité par l'Empereur au titre du devoir d'aide ou de conseil, qu'une terre vassale d'Empire doit à son suzerain. Le reste est un bavardage de circonstance qui regarde les impériaux s'ils n'ont que cela à faire. L'empereur ne peut alors faire que deux choses : soit, avec l'amabilité qui est coutumière des aristocrates d'Empire, il tamponne notre souveraineté de son sceau, soit il s'en tamponne. Mais je vous demande : qu'est-ce que cela change pour nous autres helvètes ? S'il ne l'accepte pas, il nous envahira. Voila tout. Jamais un tribunal helvète n'acceptera de réviser un de ses verdicts sur l'ordre de la Cour d'Appel impériale. Jamais nous ne lèverons le ban sur l'ordre de l'Empereur. Jamais enfin, nous n'obéirons à ses ordres. Les comtois, lorrains ou savoyards sont coincés, eux, parce qu'il y a chez eux des nobles d'Empire qui peuvent perdre leurs couronnes baronniales au gré des humeurs du prince. Et certains y tiennent beaucoup. Nous, nous n'avons rien de cela. A celui qui me dit que la confédération n'est pas souveraine parce qu'un Kaiser n'a pas scellé un bout de parchemin, je lui répondrai donc volontiers "chiche". Comme il convient pour des papiers du siège, d'Aix la chapelle ou de Strasbourg, ils sont doux et parfumés, certainement, mais ne servent jamais qu'à s'essuyer le séant.

Sur ce, mes pommes me rappellent et je vous donnerai bientôt d'autres nouvelles. Je vous embrasse tendrement.

A Genève,

Izaac


______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Sam 5 Fév - 10:39

[Dans le décor simple d'un plafond à poutres, de murs blanchis à la chaux, de meubles rustiques et d'étagères chargées de pots de terre et de vaisselle d'étain, les portraits des grands noms lausannois du passé, les Kurian, Louis Snow, Adrien von Stauffen, Karl-Heinz, Auryn, Djock, trônent. C'est noté. Comme il fait froid, je me permets d'ajouter du feu dans l'âtre et une marmite de soupe qui mijote ?]

Izaac aimait bien le coté rustique des lausannois. Ahhh Kurian ! Ce bon juge Kurian... Echange de regard entendu entre celui qui fut juge suprême de la confédération à l'époque où les cantons étaient bernés et lui, Izaac. Six pieds trois pouces tout mouillé. Sec. On notera le paradoxe. Curieux retour aux origines. Il y avait si longtemps que le vieux sicaire avait pris les armes. Et... c'était ce Kurian là, celui du portrait, qui l'avait mis, lui, à l'ombre les talus des chemins creux. Jamais il n'avait connu depuis de juge plus en Majesté, plus déterminé à le détruire, lui, l'hérétique et le "brigand". Ce Kurian là était parti. Loin, du coté du Lot ou de la Dordogne, bien avant la siège de Genève. C'était un peu grâce à lui qu'Izaac avait choisi de poser son baluchon dans la confédération helvétique.


Et moi alors ?

Oui Seigneur, c'est un peu toi aussi.


Izaac avait fait la route depuis Annecy avec Ingeburge. Et là, Inge en avait plein les sabots. La mule attendait sa ration d'avoine. Et il ne fallait pas compter sur un miracle. A la boulasse consulaire, donc, honorable hostellerie cantonale, le chancelier de la république de Genève avait posé son baluchon.

Citation :
Au menu :
Les spécialités de röschtis, préparées avec soin par Hilde, notre cuisinière :

- Röschti au maïs : 6,20 écus
- Röschti des Etudiants : 9,30 écus

Et on ne contrarie pas la cuisinière !

On vous servira également de la liqueur de salespareil ou la boisson nationale, le grogynolet.

L'ardoise était sobre. La taverne vide mais il était encore tôt. Grogynolet et Salespareil... L'homme déposa un écu sur la table et se servit un peu du machin... Bleu ? Etait-ce la bouteille ou la fatigue ? Des petits êtres bleus qui sont toujours heureux gambadaient autour de l'auguste carafe.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 6 Fév - 11:18

[Ach ! la guerre, madame, Groß Malheur ! A Lausanne, petite lucarne avare de lumière, chandelle, plume et papier. Mémoire de guerre.]

C'est à peine si l'on sentait l'atmosphère férocement virile qu'imposaient les hommes en robe et chasuble dans la cité genevoise occupée. Les vallées helvètes semblaient dormir paisiblement. Les vacarmes assourdissants des crapaudines s’étaient tus.
Le 11 décembre de l’An de grâce Quatorze cent cinquante huit, le gouvernement de Genève avait répondu aux assassinats ciblés que pratiquait le très aristotélicien duché de Savoie depuis le Grand Siège de Cinquante six, en faisant marcher ses phalanges jusque sous Annecy. Le 12, trois armées genevoises investissaient ses remparts. Après une semaine de combats féroces et une centaine de morts coté savoyards, la cité sur le Thiou était saisie. Durant trente et un jours, les genevois tinrent victorieusement la ville, la mine et toute la route des Alpes jusqu'au Mont Blanc.
Le sort des armes avait tourné depuis en faveur de l'alliance du glaive et du goupillon qui occupait Genève depuis l’aube du vingt-huit janvier. Huit jours. Alors que les derniers averroïstes et les spinozistes, dernières macules ici-bas, se voyaient circonscrits au destin de Croupion de l'Aristotélité, l'Eglise de Rome avait proclamé une troisième croisade contre les aristotéliciens réformés, seconde religion dans les royaumes par le nombre de ses fidèles. Tous les chemins mènent à Genève. A Gouda, en terre d’Empire, les plus hauts dignitaires ecclésiastiques et les Ordres Militaires projetaient de draper la cité du lac d'un linceul de pourpre et d'en faire un territoire temporel de l'Eglise. Genève, phare de la réforme aristotélicienne se voyait promettre le destin de Ville Eternelle de l'Aristotélité. Alléluia ! Hors Genève, la confédération helvétique, elle, demeurait à l’abri des délires des hommes de Dieu. Au fond des leurs vallées, derrière leurs forts remparts, les sages femmes et hommes des hameaux d’Helvétie fourbissaient les mots qui accouchent de belles Paix pour des guerres qu'ils n'ont pas faites. Sous le regard de leurs édiles, tristes Cassandres, Morat, Sion, Soleure et Zürich mouraient de langueur, faute d’âmes. On écrirait plus tard l’Histoire en accusant les montagnes qui faisaient des cul-de-sac. Mais, Deos merci, la Confédération était sauvée. Requiescat im pace.

S’il n'était quelques remous de grands chemins en Pars imperii lingua italicum et dans le beau duché de Lorraine, rien ne semblait désormais interdire les plus folles ambitions des Hommes pour la cité du lac. La Cité !


Genève ! Ô Genève !

52. Qu'ils disparaissent donc tous, ces faux prophètes qui disent au peuple : « Paix, paix ! » Malheureusement, il n'y a pas de paix !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 13 Fév - 17:49

[Pension lausannoise. Où la vie coule comme un long fleuve tranquille]

Mais enfin madame !

Izaac serre les lèvres, visiblement ennuyé. Attablé comme à l'accoutumée, il vient de finir un modeste brouet de maïs. Comme c'est dimanche, il l'a accompagné d'un verre de vin rouge du Rhône.

Puisque je vous dit que je n'ai plus faim ! Je vais bien, je vous assure !

Izaac, genevois, six pieds trois pouces, 150 livres tout mouillé, mange peu. Il boit peu. Il b[...] Il est aristotélicien réformé et ça le rend fort sympathique. En face, Hilde, géante des alpages, tresses blondes enroulées au dessus des tempes, tablier rougi d'on ne sait encore quel sang, le fixe tel l'infirmière sergent major de l'armée de Fribourg du capitaine Zefamousmitch en 57. Les poings sur les hanches.

Madame [...]

Le regard est déterminé, le silence est assourdissant. Et Izaac capitula.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Lun 14 Fév - 23:12

[sur le chemin qui serpente, au dessus du lac, c'est pas Genève, mais c'est assez joli comme coin, pour les balades]

Et Izaac descendit de la montagne, à cheval. Il rejoignait Lausanne et sa délicieuse pension.


Quand te reverrai-je
Pays Merveilleux
Où ceux qui s'aiment
Vivent à deux.


Hop hop hop... les pieds du vieux rebondissaient de cailloux en rochers. Alerte telle une chèvre, le vieux lion savourait à l'avance le brouet de maïs local... Il suspendit son vol un instant, regardant au sud-est, les cimes des crêtes enneigées au dessus de Genève.

Quand te reverrai-je
Pays Merveilleux...


Les doigts noueux du vieux chancelier genevois serrèrent la petite fleur blanche malencontreusement poussée sur son chemin. Portée jusqu'au nasal, nostalgique, Izaac humait en soupirant.

'tain, ça sent vraiment queue dalle une edelweiss.


Il était temps. Il allait être à la bourre et maîtresse Hilde était assez pointilleuse sur les horaires. Izaac pressa le pas.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Lun 14 Fév - 23:12

--Hilde_Gardavou a écrit:


Grumf.

mAd'moiselle !
tssssss

L’armoire à coquilles hausse les épaulettes, dégage ses pognes qui vont s’agacer sur la copieuse chute de reins. Haussements des talons, à peine perceptibles, vibrations et soubresauts du haut postérieur.

En cet instant plein de douceur, enfin… une douceur toute personnelle pour le pousser à la consommation… Donc en cet instant ça saute aux yeux qu’elle l’aime bien, la langoustine qui plonge ses bacchantes dans l’écuelle.

La bouche en cul de poule, la gracieuse ne veut surtout pas sourire.
Hilde, le patron te l’a demandé !
Non !
Tu vas t’faire lourder !
Non !
Pourtant, le patron…
Grumf !

Justement… le dernier qu’elle a fait fuir du dispensaire…
Elle s’était bien inquiétée, surtout pour le matériel. Un déambulateur en moins, en pleine crise, au prix qu’ça coûte ! C’est sûr, là ça gueule dans les couloirs.
Pourtant, y’avait juste le début des canines. Comme devant la glace quand elle s’arrache les poils du nez.
Même qu’elle s’était brisée, c’était plutôt bon signe.

Hilde entame un quart de tour, avec une grande rigueur, professionnelle, mais ne lâche pas le bonhomme qu’elle couve d’un regard oblique.
Les sourcils se resserrent, sévères.


- Et ne salopez pas toute la table, j’ai pas qu’ça à faire !
…. Paraît qu’on attend du monde !


Revient sur ses pas et vers la table silencieuse, attrape le torchon avachi sur son épaule qu’elle fait claquer sur sa cuisse musclée. Tout raide, il se retrouve à califourchon sur l’avant bras.
L’austère empoigne la bouteille, ressert le p’tit moustachu, raz bord.
C’est son p’tit côté généreux. Tant qu’ya d’la place et puis faut pas gâcher.


- J’vous prépare vot’dortoir ?
Gruiiimffff ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Lun 14 Fév - 23:13

[plus tard, vachement plus tard...]

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps.
Les yeux cernés
Par les années,
Par les amours
Au jour le jour,
La bouche usée
Par les baisers,
Trop souvent mais
Trop mal donnés,
Le teint blafard
Malgré le fard,
Plus pâle qu'une
Tache de lune.

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps.
Les seins trop lourds
De trop d'amours
Ne portent pas
Le nom d'appâts,
Le corps lassé
Trop caressé,
Trop souvent mais
Trop mal aimé.
Le dos voûté
Semble porter
Les souvenirs
Qu'elle a dû fuir.

La femme qui est dans mon lit
N'a plus vingt ans depuis longtemps.
Ne riez pas.
N'y touchez pas.
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes.
Lorsque la nuit
Nous réunit,
Son corps, ses mains
S'offrent aux miens
Et c'est son cœur
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure.


J'pourrai avoir un verre de lait avec mon maïs demain matin ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 15 Fév - 16:21

Jehane a écrit:
Tourne et retourne sur sa couche, étire les jambes, les replie.
C'est pas qu'il fait froid, c'est pas qu'il fait chaud, c'est qu'il fait vieux!
Tout est propre, ça oui.
Mais punaise qu'est-ce que l' mobilier est vieux!
Mais qu'est-ce que les lits couinent!
Mais qu'est-ce qu'elle voudrait que les murs soient plus épais encore ou alors qu'on éloigne les deux d'à côté, qu'on leur donne la chambre au fond du couloir! Qu'on place dans l'couloir un sonneur de clairon!!!

S'en est trop, les pieds nus sur le sol glacé, les cheveux en bataille... oups pire que ça même, la robe de chambre relevée par deux mains agressives qui donnent le ton à une marche, de mur à mur... pas très grande sa cellule... une marche de soldat même, (vous savez, avec les bottes qui claquent?), elle chante, enfin elle articule des mots sans queue ni tête qui ont le mérite de camoufler les bruits. Les bruits, c'est peu dire, les cris! Pour sure qu'il sait y faire l'autre d'à côté!
La fait hurler la donzelle!!
Ou alors, elle est douillette et lui pas très tendre...
Peu importe!
C'est pas amusant.
Surtout quand t'es seule, seule depuis....houuuuuuuu, longtemps, trop longtemps!
Mais zenfin, là n'est pas la questin!

Trébuche dans ses chausses, les grosses, celle des randos,
aie ya yailleuuuu, sautille, trépigne, jure de toutes ses forces, je baisse et attrape sa chausse, talon en l'air et s'en sert comme arme d'attaque contre le mur de l'intimité ratée.

BOUM BOUM BOUM. C'EST PAS BIENTÔT FINI CE VACARME?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mer 16 Fév - 20:54

--Hilde_Gardavou a écrit:



Pendant ce temps, dans la cuisine, c'est la corvée de patates.
Hilde est sourde.
C'est pas congénital. Juste que le patron lui a demandé d'être discrète.
Le potin, c'est pas ses affaires !
L'a juste rentré le cou dans les épaules lorsqu'elle a entendu la p'tite rousse s'énerver.

Puis...

L'a tout de même entrouvert les écoutilles sur les confidences du moustachu.
Sans moufeter mais avec un brin d'émotion. Très intérieure l'émotion.

"J'pourrai avoir un verre de lait avec mon maïs demain matin ?"

Les coquilles dégringolent, se délitent.
Se penchent sur le côté du gros tas de pluches.
Un doigt furtif vers le cul de sac lacrymal.

Snuffproiiik ! snuf

Une pomme de terre roule et s’échappe de la table, file gambader sur le sol puis s’immobilise.

- Z’étiez pas obligé de me raconter votre vie. snuf
…suis infirmière réformée, pas spychanalyste !

Retour du tire-jus au fond de la poche du tablier, replié mé-ti-cu-leu-se-ment.

Hilde reprend son couteau, relève un œil et garde l’autre sur l’oignon qu’elle détaille lentement en fines rondelles.

- Galatée est à côté, vous aurez votre lait chaud au petit déjeuner.

Allez savoir pourquoi, Galatée est une généreuse simmental qui adore qu’on lui tripote les tétines sur l’air de la grosse papille.

- Et pour la dame qu’est dans votre lit, qu’est-ce qui lui ferait plaisir ? au petit déjeuner ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mer 16 Fév - 20:54

--La_Bertille a écrit:


La Bertille se faisait bien du mouron. Son époux devant Aristote ne revenait pas. Ne sachant plus rien depuis la lettre, elle ignorait si elle était veuve ou pas.
Louis, mon cochon, t'allions prendr' eun genr'eud rouste, si tu r'venions!!!

Mais la bicoque où elle vaquait seule lui tournait les sangs ... trop loin de tout, trop loin de tous...
Ahhhh, j'étions si seule avec mon désespoir!!!

Elle passait ses journées assise à regarder l'horizon, repassant dans sa caboche les heures heureuses passées aux côtés de son Louis, dans le Lausanne d'antan, avant le peuplement. Petits reniflements, -SNORF-, discrets sanglots -OUINNNNN-, légères jérémiades -LOUIS ,ENFANT EUD' CATIN VEROLEE!, QU'LES MORPIONS T'BOUFFIONS L'TUYAU EUD' POIL!!!! étaient son morne quotidien.

Un matin, elle décida qu'il lui fallait de la compagnie, c'en était trop!

Ahh, c'en étions trop! bougr'eud saloupiot, t'attendions point à trouver eul lit garni à ton r'tour! J'm'en allions dans l'monde à mon tour!

Elle se fit propre, elle se fit belle, elle se mit du sens bon. Beaucoup de sens bon, car il fallait au moins ça pour s'en aller en société! Quand elle sortit de sa bicoque, un moineau posé sur le toit tomba dans les vapes.
Sa robe du dimanche avait connu de meilleurs jours, mais la Bertille se trouvait pimpante! Cette robe avait fait les beaux jours de son amie, sa soeur de lait, la Prunille, qui lui en avait fait cadeau des années auparavant. Bon, fallait pas dire à Prunille que la jupe avait servi à une promenade dans la barque du Louis, un jour où il l'avait amenée pêcher, non, pécher sur les rives du lac. D'ailleurs, une tâche sur l'envers de cette jupe était un souvenir du Louis en personne. Fidèle jusqu'à la moelle, Bertille se refusait à laver ce discret témoignage de leur amour.

Mais bon, là, il lui fallait parler, voir du monde, se sentir entourée. Et donc elle prit le chemin de la ville.

Ah, c't'estaminet là y'm plaisons bien!!!

Ca lui plaisait bien, le décor qu'elle voyait par les fenetres. Elle entra, s'arrêta, les mains sur les hanches, pour regarder autour d'elle.

C'étions coquet, dans c'boui boui!

Elle alla vers la galerie de portraits.

Ohhh, l'gars aux grandes dents! L'avions d'ces ratiches, çui-ci!!! Et y savions mordr' comme personne!!!


Se détournant, elle appela à la cantonade pour réserver sa chambre, et un repas:

Oh la! Tabergiste!! Auvernier! C'étions pour l'boire et l'manger, et l'coucher!

Voilà, c'était fait, elle s'offrait de la goguette, puisque son Louis n'avait pas hésité à faire pareil de son côté! Qui sait, l'amour serait peut être au bout du couloir!

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mer 16 Fév - 20:55

--Hilde_Gardavou a écrit:


A l’étage.
Départ des brodequins.

__tac
____tac
_______tac

______tac
____________tac

__________-ClaC – grouinfff !
__________le coin de la rampe. virage.
________________________________tac
_______________________________________tac

_____________________________________tac
______________________________tac

___________________________________________tac
________________________________tac
ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip ! regrouinfffff ! de non de d’ de b’ de mer-deu !!!


Juron préféré du p’tit français qu’aimait pas les piqûres.
Jette le paquet de draps de laine au pied de l’escalier.

Hilde cavale des chambres à la cuisine, de la cuisine aux chambres.
Rapplique quand on la corne.

Des vapeurs qui remontent du col, font chauffer les pommettes rebondies, soulèvent les mèches qui partent à l’égaillée.
Les avant postes se gonflent au rythme de la respiration essoufflée.

S’approche de la p’tite dame, coup d’œil rapide sur sa mise un peu trop mise, frémissement des naseaux. Nausées.

La plantureuse tavernière serre soudain des dents, de crainte de tout lâcher. Une odeur pareille, à jeun, ça secoue le gosier et les tripes.
*Saperlotte ! Elle à pas l’air comme ça, mais elle flingue !*

Se penche avec raideur au-dessus du comptoir.


- Tout est possible ici Madame, l’boire, l’manger, l’coucher, l’b…‘hu…l’calme !
- Combien de nuitées ? rez-de-chaussée ou vous pouvez grimper ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 20 Fév - 8:59

[Pension la boulasse, greffe provisoire de la course, pour la république de Genève. Où l'on tient les comptes proprement, parce qu'on est suisse.]

Ah bon ?

Oui chancelier, les savoyards disent qu'ils veulent faire la paix et rentrent chez eux.

Mmmm... ça cause beaucoup un savoyard. P'is ça tue. Mais faire la paix, ça serait bien la première fois.

Ben... Vous savez chancelier, il parait que la guerre qu'ils nous font leur a coûté au bas mot 40 000 écus.

44 563 et 75 deniers au 28 janvier 1459. C'est Notwen qui a compté.


Izaac trempe sa plume.

Et chez nous ?

Vous n'allez pas faire l'apothicaire aussi ? Ils nous assassinent des gens, on s'arrêtera quand des gens raisonnables chez eux gouverneront.


Citation :
+ 7526 écus. En faux frais. Déclaré à la greffe de la course pour la république de Genève, le...

Quel jour qu'on est ?

Citation :
Monsieur Dekos, genevois, capitaine franc de la compagnie d'Eldorado.

Z'arrêtez de regarder par dessus mon épaule !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 27 Fév - 16:09

Aelig a écrit:
Du balcon du Consulat

-Vas-y, vole Icare, vole !


Battement frénétique des ailes puis décollage en trombe du pigeon voyageur, ainsi relâché des mains de l'avoyer de Lausanne, en direction de Sion.

C'était un rapide.

-Mais qu'est c'qu'il fait?

-Non Icare tu voles trop bas ! Fais attention au feu !


- Remontes ! tu vas te brûler...

...les ailes... Gloups.


Ma missive ...

- C'est malin, il n'y a plus qu'à recommencer.

hrp/ perdu ma lettre grrr.

Une demi-heure après, alors que les flammes se rapprochaient inexorablement, avalant tout sur leur passage .

- Bon Gontrand, tu fais gaffes hein, sinon Maria va me tuer ! Vole Gontrand ! Vole haut !

Citation :
A Dame Auréa,

Avoyère de Sion

J’ai été réélu aujourd’hui à la tête de Lausanne et mon début de mandat s'annonce encore plus sulfureux, une étincelle passant par là, la ville a commencé à s'embraser. Mais cette fois-ci personne n’était là pour me féliciter ou me vilipender, tout le monde occupé à sauver sa peau et ses biens dans la panique.
Lausanne sera bientôt détruite et vidée de tous ses habitants.
La prophétie tant annoncée d'un étrange voyageur artésien s’est abattue hier sur la ville.

Ainsi, l'avant dernière nuit, un orage a éclaté au-dessus du bourg et l'on a soudain assisté à une pluie de poissons. Évènement insolite qui fut non sans créer une panique à la bourse du commerce, tout le monde se précipitant pour vendre rapidement tout leurs stocks.
« Ça sent la marée » commenta un poissonnier.

Dans la matinée, un incendie a débuté, ravageant déjà des pans entiers d' habitations de Lausanne.
Une rumeur dit qu’un poulet oublié sur une broche des cuisines du manoir de Montbazon Navailles en serait la cause. Autant dire que le dîner est foutu et que toute la ville est en train de passer à la rôtisserie.

Mais bizarrement, un autre foyer d’incendie s’est déclaré suite à une explosion mystérieuse au tribunal, et nous avons déjà à déplorer une première victime dont les morceaux sont si éparpillés qu’il serait vain à présent d’entreprendre de reconstituer le puzzle de l'intrigue qui s'y est déroulé. Et enfin, encore plus étrange, un troisième s’est déclaré à la Taverne Municipale, plus connue sous le nom de « la Boulasse Consulaire». Un suspect a cependant été signalé : Une vieille dame fuyant brusquement en semant des pelotes de laine enflammées partout dans sa chambre dans un accès de folie, pour piéger des gros chats interdits de séjour à ce que j'ai cru comprendre.
Le chancelier de Genève, Izaac, en pension dans ladite taverne aurait déclaré à ce sujet : « Et M**** ! On va encore dire que c'est moi, c'est sûr... » et l’Avoyer, c’est à dire moi-même, mais à la troisième personne du singulier, présent également à ce moment là, de déclarer par la suite, résigné : « D’façon, vous allez voir que ca va être de ma faute toute cette histoire… Où que j’aille, j’apporte la poisse. »

Nous sommes donc actuellement impuissants à lutter contre les flammes qui ravagent la Cité, n’avons seulement que 8 sceaux cerclés pour 137 habitants, ce qui nous fait un investissement de 2,62 écus par personne et un sceau pour 17,12 personnes selon mon boulier, mais je ne sais pas quelle tâche confier aux 0,12 restants. Les sceaux non cerclés sont moitié moins cher, mais ils ne sont pas étanches. La population a commencé à se rassembler aux portes de la ville avec biens, bestiaux, vieillards et enfants entassés sur des charrettes. On en a vu tout de même courir en tenue d’Adam et Eve en provenance de la deuxième institution "Antique" de Lausanne après le doyen, mais néanmoins sulfureux bordel de Lausanne, déjà réduit en cendres à ce qu’on m’a rapporté.
D’autres encore résistent envers et contre tout contre la fatalité.
Mais actuellement c’est la panique et le sauve qui peut.

Selon les anciens, cet incendie est non sans rappeler celui qui ravagea une partie de Lausanne durant cette fameuse "Nuit Pourpre" dans la nuit du 19 au 20 août 1457. Mais cette fois-ci, l'issue de cette catastrophe semble irréversible pour l'avenir de la ville. Et tel il fut annoncé par l'artésien dit "le prophète", Lausanne ne sera bientôt plus que cendres et champs de ruines inhabitées.

C’est pour cela que je vous demande officiellement à présent, votre hospitalité dans l’Amitié qui unie nos Cantons pour accueillir les réfugiés et mettre tout en œuvre pour qu’ils soient bien accueillis dans votre bourg. L’ACL encadrera l’exode des habitants et moi même serait présent à Sion dans les prochains jours.

Dans l'espoir que vous serez sensible à ma demande et au sort de mes concitoyens, recevez, Dame Aurea, mes salutations.

Aelig,
Dernier représentant élu de la Cité souveraine de Lausanne, canton de Vaud.




______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 31 Mai - 8:50

Citation :
Je suis Falco de Cartel, et Seigneur d'Oserez.
Donc sans doute un des rares Nobles de France Huguenot!
J'ai eu maille en Touraine contre une duchesse Bigotte, sur les terres de Clodowek...Nous virames la duchesse qui retourne à la roture par la volonté du Duc.

Je suis Noble Huguenot et accepté comme tel ou hait pour cela, mais plus important, la Réforme gagne des coeurs et instille le doute.
Ici sans doute je ne resterai pas seul longtemps.

D'ailleur m'envoyer quelques textes serait bienvenus.
Nottement sur les horreurs de Rome à Genéve.


Pour l'anecdote: en bourgogne je fus fauché par une armée avec 2 compagnons excellents..Qui moururent.
Je venais à vous avec mon épée.
Le Duc de bourgogne avait un dol contre moi; Je lui ai tué 5 marchands apportant moults denrées vitales..Ainsi qu'une diaconesse et quelques croisés dépouillés en sus.
Ainsi nous fûmes quittes.

Comme j'aimerai vous voir en Touraine!
Dispensant vos sages paroles;

Car je prone la tolérance, le droit d'exister et le refus de voir Rome se substituer au pouvoir de la noblesse en ses terres et briser ses usages.


Bien à vous!


______________________________


Dernière édition par izaac le Sam 25 Juin - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 5 Juin - 21:49

[Dans le bourg]

Par les Saints P'tits Couillons du pape Eugène ! Regard rond sur les trefs de France et d'Ailleurs.

Si je n'ai jamais mis en colliers les perles de la prière, je ne T'ai jamais caché cette poussière de péchés qui souille mon visage ; c'est pourquoi je ne désespère pas de Ta miséricorde, car je n'ai jamais dit que l'Un était Deux.

Savez-vous, monsieur Dusalève, qu'à Constantinople, le Grand Turc se fait construire un palais immense au bord du Bosphore ?

Du quoi ?

Le palais de Topkapichou... Ou de Pokemon... Je crois... La langue de là-bas est gutturale et je ne l'entends guère. Mon ami vénitien, vous savez, le marchand, m'a affirmé que les coupoles s'alignaient sur des pas et des pas au bord de l'eau.


Genève est grande place de commerce internationale, ne l'oublions point. On y trouve moult nations. Surtout d'avril à juin. Cité du Sans Nom dit-on. Cité des coffres Sans Nom, certainement. La rumeur assure que le monstre du Lac abrite outre le trésor du messager fauve de la tribu perdue et retrouvée de Juda, celui des templiers et des hospitaliers, d'un pharaon - allez savoir comment - et d'un trouvère à succès, aujourd'hui embaumé, qui refusa jadis de payer ses impôts au roi de France. Pour les détails, il faut demander à Notwen.

Un peu comme monsieur Schmurtz à coté de la criée ?

[...]


Le silence assourdissant de l'aurore n'est troublé à l'instant que par l'Astre levant qui darde de ses dards débonnaires la brume en volutes vaporeuses et vespérales sur l'onde irisée du lac de Genève. C'est beau...

Je ne crois pas que monsieur Schmurtz ait ordonné à ses charpentiers d'élever des coupoles, si ?

Il pourrait. C'est tendance à Genève.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Ven 10 Juin - 17:19

[Genève. Urbi. Déambulant sur le marché. Long bliaud noir serré au cou, à la mode genevoise du XVème siècle. Chapel de fer et antique cuirasse lustrée par les ans. Sans espalière ni gorgerin. Egide au lion rugissant. Epée au coté. C'est la guerre quand même. Sandales cloutées à la mode birkenstock.]

Tout d'même chancelier, c'est cher.

Vous trouvez ?

La boule à 2 écus et 35 deniers ! Et encore ! Nature !

Notwen vous dirait que ce sont des bons produits locaux. La glace vient de la Givrine tout de même. Le lait [...]

De nos vaches mauves de Morges, oui, je sais...
Gros soupir.

[...]



Citation :
08-06-2011 08:20 : Vous avez acheté à une brave femme 1 Boule de neige pour 2,50 écus.

Tenez ! Un peu de douceur dans ce monde de brute. Louez l'Unique de nous laisser quelques fraises en ce triste mois de juin.

Ahh la guerre... Groß malheur !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 14 Juin - 20:40

'Pus d'mon âge, c'est conneries.

Citation :
09-06-2011 04:05 : Sampieru_corsu vous a porté un coup d'épée. Vous avez été légèrement blessé.

Aïe !

Allons, ne faites pas votre souleur, chancelier ! Buvez ça !


Le verre est encore tiède. Curieusement.

Mon petit, l'urine lusitanienne, c'est juste pour les contusions, non ?

Buvez chancelier ! Et arrêtez de râler ! Demain, vous serez à nouveau bon pour le service !


D'un trait.

La réforme, quand ça vous guète... Croyez-moi, c'est une véritable hantise, quelquefois.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Dim 19 Juin - 15:41

[Eglise saint pierrot. Chaire. Comme tout à Genève, remarquez.]

Mane nobiscum Domine ! Reste avec nous, Seigneur !

En cette Année Douloureuse, puissent les aristotéliciens s'engager avec plus de force pour témoigner de la présence de Dieu dans le monde ! N'ayons pas peur de parler de Dieu et de porter la tête haute les signes de la foi. [...]

Alors ?

Les Trois Prophètes lus et entendus, on ne peut que promouvoir une culture du dialogue et donner à cette dernière force et nourriture. On se trompe lorsqu'on pense que la référence publique à la foi peut porter atteinte à la juste autonomie de l'État et [...]

Ben rien...

[...] des Institutions civiles, ou bien que cela peut même encourager des attitudes d'intolérance. Celui qui apprend à dire "merci" pourra être un martyr, mais il ne sera jamais un bourreau. [...]

I'z'ont pas ????

Il nous est possible de reconnaître l'importance de préserver le droit fondamental à la liberté de religion et [...]

Ben nan ! Saison des basses douleurs, qu'elle m'a dit...

[...] à la liberté de conscience, colonnes essentielles sur lesquelles repose la structure des droits humains et fondement de notre confédération, seule société réellement libre de l'Aristotélité.

[...] Même pas un bisou ?

[...] Il n'est permis à personne d'annihiler ces droits en faisant usage de coercition pour imposer une réponse au mystère de l'homme.

N'ayons pas peur de parler de Dieu et de porter la tête haute les signes de la foi.

[...] Siiiiiii !

Allelhuia !

Allelhuia !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mar 21 Juin - 8:50

[Genève. Urbi. Mais comme les portes et les poternes sont ouvertes, on s'en fiche]

JAPD ! Prenez le formulaire, là. Vous mettez votre nom et votre adresse.

Le surcot croisé bombe le torse. Le fonctionnaire genevois est scrupuleux et consciencieux. Pareil qu'en 40. Mais en propre, en plus. 1440.

Après avoir procédé à votre recensement dans la milice, vous devez accomplir une journée défense et citoyenneté avant de [...]

Vlang !


Le fonctionnaire genevois grommelle. Seul. L'autre a claqué la porte.

Pour les réclamations, vous mettez votre nom et votre adresse là. Déclaration complémentaire 4c.

Et l'officier recenseur reprit son ouvrage. Genève. 13 juin 1459. 371 âmes. Enfin, âme, c'est beaucoup dire.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Mer 22 Juin - 8:36

[A la chancellerie. De Genève, pas de Berne]

Puisque je vous dis que l'agrément est un du.

C'est un désagrément.

Les cantons sont souverains. L'avoyer lève l'armée selon son voeu. Berne agrée.

Alors l'armée des bocans qu'est entrée en Franche Comté n'est pas helvétique [...]

Si.

[...]

Elle est grandsonnaise. Grandson c'est en confédération helvétique.

Et si Dole demande [...]

A Grandson, oui. Et à Berne quand le mandat de mobilisation est voté par les sept avoyers.

Et c'est voté, là ?

Ben faut demander à Berne.

Mais c'est à cause de Genève que [...]

Et ?

Alors ce sont des armées genevoises qui [...]

Ben non.

Et l'armée de Fribourg qui [...]

Nan, elle a pas demandé à Genève.

Et à Berne ?

Qu'est-ce que j'en sais...

Mais c'est vous le chancelier...

De Genève.

Pas de Berne ?

Nan. C'est Madame Gaia.

Qu'est chancelière ?

Voui... C'est pourtant pas sorcier. Vous avez des vallées qui causent welches et d'autres qui causent schwitzerdütch. Ceux-là, c'est la suisse primitive. Outre Sarine. Nous autres welches, on subit l'influence douce et civilisée des françoys. Chaque vallée est peuplée d'hommes et de femmes libres : les cantons. Ils font leurs votations entre eux. Ils se reproduisent entre eux. Cela se voit d'ailleurs. Et ils sont tous confédérés. Huguenot qu'on dit chez les françoys. Helvètes en plus. Mais ils sont différents. A Berne, c'est quand on a envie de se faire un truc ensemble.

Huguenot ? vous voulez dire réformés ?

Huguenot, eidegenossen en schwizerdütch. Confédérés quoi.

[...] C'est comme pour le fromage alors. Y'en a vec trous, p'is y'en a sans.

[...] Voila.

Et pour la Savoie [...]

Avec trous, oui.

Sont helvètes aussi ?

[...] confédérés, des fois...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5031
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   Jeu 23 Juin - 9:30

[Chancellerie de...]

[...]

Vous disiez ?

Nan, rien...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [JdR] Le carnet d'Izaac   

Revenir en haut Aller en bas
 
[JdR] Le carnet d'Izaac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 18Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 8, 9, 10 ... 13 ... 18  Suivant
 Sujets similaires
-
» Protège carnet de santé
» Carnet de caporal
» Comment trouver le carnet d'un membre
» Répertoire - carnet d'adresses
» carnet de liaison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: