Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] La Raoulade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Horribles et épouvantables faits et prouesses d’un très renommé Traine savate   Jeu 31 Jan - 19:12

Esclandres a écrit:
[Tours, les Remparts, parce qu'il le faut bien ...]

Quelques jours déjà qu'il ne regardait son champ de raisin que depuis les contreforts de la capital. La guerre, il connaissait, il envait fait son metier. L'Ost de Guyenne, Celle du Maine, la guerre contre la Bretagne, les batailles de Laval, celles du Mans, Orléans, la liberation d'Armoria ... Il savait ce qu'il devait faire.

Un ... Deux ... Trois !

Plouf !

Bof ... Les douves ... A toi L'Martin ! Fais y mieux !

Le dit Martin, un gamin, 13 ans tout au plus le regardait d'un drôle d'air

Vous croyez qu'on peut Monsieur Esclandres ?

On lui avait refilé un chiard ...

Tu vas l'a j'ter ta caillasse ou c'moi qui vais t'balancer ! Qu'est qu'tu crois qu'on d'mieux a faire à c't'heure ?

Surveiller ... Comme à dit la Dame

Mais t'es vraiment couillon ... Suffit d'ouvrir les oreilles. On y voit qu'dal dans c'cul d'âne ! Vas y jette ton cailloux, on a l'temps avant qu'les faiseurs de vinaigre s'pointent. Si ils veulent venir ici, ils f'raient mieux d'contourner Chinon, parce qu'y' a L'Raoul labas, et l'Raoul y fait chanter la poudre quand y veut ! Meme quand y veut pas ...

Et c'est peut etre dangereux ...

Pas faux ... Les Chinonois devraient foutr'l'camp, même si Raoul est avec nous ... La guerre c'est la guerre, dommages colateral obligent

Les Chinonais ...

Hein ? Quoi ?

On dit "Chinonais" et "collateraux"

Depité d'être tombé avec un litterraire qui ne connaissait rien à la guerre ni au jeu "C'est qui qui lance plus loin que les douves", Esclandres soupira et commença a s'éloigner pour patrouiller, esperant entendre un gros Boum, non pas qu'il souhaitait le malheur des uns, mais les fourmies commençaient à titiller Guertrude, sa lame Suisse.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Horribles et épouvantables faits et prouesses d’un très renommé Traine savate   Jeu 31 Jan - 19:13

[La Lande du Ruchard, près d'Chinon, des masures piteuses qui sentent bon les salaisons, hors les murs, donc]

C'est un soldat chinonais, y vient chercher à bouloter pour ses hommes,

La vieille édentée parlait fort, le vieux qui l'écoutait tassé près du poêle avait le visage chiffonné par des années d'une pratique assidue et consciencieuse du sourire tellement sympathique du sergent d'arme qui vous tombe dessus quand vous vendez un poisson un peu passé, en douce sur le marché. Dans les yeux du vieux couple marié devant Aristote du temps du règne du bon roi levan II ou son père, il y avait toute l'affection douce et paisible du silure pour la fraye de la carpe.

Mad'moiselle
, qu'il dit mon Raoul, tout poli

Madame qu'elle corrige sur le ton administratif qu'son époux lui a transmis. Alors comme ça, vous vous battez près d'la lande du Ruchard ? qu'elle ajoute...

On s'bat, on s'bat, c'est plutôt qu'on s'rait comme une espèce de poste avancé, quoi... dans l'cas que les angevins y'rviendraient par là. Comprenez m'dame, une supposition qu'les ang'vins r'culent... Crac, on est là ! qu'il répond mon Raoul.

Pour les empêcher d'rculer !


Non... pour... la t'naille quoi...

La t'naille oui. J'vous d'mande ça parc'que... aux dernières nouvelles, les ang'vins sont déjà à trois lieues au sud de la lande du Ruchard, et qu'ils ont pris les compagnies tourrangelles d'Loches sur le dos. Que des morts, qu'ils ont dit aux pigeons...

Tiens ! oh dites donc, ils foncent hein ?


Mon Glaber sentait que les sauciflards qu'il avait r'niflés en passant devant la bicoque, ben il en croquerait pas beaucoup...

Alors si j'comprends bien, vous êtes trois lieues derrière les ang'vins, à attendre qu'ils ressuscitent, en somme ?

Pour l'instant ! on va pas attendre des années évidemment.

J'men doute oui, surtout qu'y peuvent r'culer par un autre chemin... Déjà qu'ils sont morts près d'Loches...

Ça vous savez, quand on r'cule...

Mon Raoul, et ben même s'il est sacrément courageux sous le harnois, et ben, là, il recula. Le patriotisme a cela de merveilleux que ça vous remplit pas l'ventre et qu'ça vous sort les boyaux aussi, des fois. C'est curieux la nature. La lande du Ruchard, c'est vraiment un pays d'rapaces, moi j'dis.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Horribles et épouvantables faits et prouesses d’un très renommé Traine savate   Jeu 31 Jan - 19:14

[Pas bien loin, sept soldats, un sergent. Toujours l'automne 57]

On verra un peu ce soir, si on est des couilles molles ! qu'il ajoute le sergent tourrangeau.

Un peu plus tard, la nuit, les chats sont gris, les vaches aussi.


Allez'y les gars !

ben dis donc, on a foncé, qu'il dit le meunier caparaçonné par les hasards de la guerre.

Attendez-moi quoi ! Attendez-moi ! la p'tite boulangère arrive en r’tard, comme d’habitude, enfin plutôt sa gamine, vu qu'elle doit avoir pas plus de dix sept printemps, mais l'sergent assure qu'elle a fini sa croissance. Ses hautes bottes de cuir claquent sur les cailloux.

En route ! on suit les traces de lapins, c'est plus court.

On va s'déchirer l'froc, moi j'marche pas ! Faut dire qu'il y a de ces ronces, là où l'sergent veut aller.

P'isque t'es là, tu march'ras comme tout l'monde, qui c'est qui commande ici ?

Pour avoir des chefs, on d’vrait voter ?

Nan mais tu rigoles dis, l’meunier.
Grand geste du bras vers le ciel qui veut dire, qu’tu vas t’en prendre une.

Qui sait qui connait les grades ici ?

Face à face viril en perspective.

Moi ! y’a capitaine !

Moi j’connais un gars qu’est caporal, l’est manchot maint'nant, mais l'est vachem’ent intelligent l’vieux !

‘Tout cas, l’plus fort, c’est l’première classe ! soldat de première classe, qu’il articule consciencieusement, le petit boucher rengagé.

Alors, y’a des soldats de deuxième classe ? La petite patissière vient de la rouvrir, elle est plus essoufflée, elle a ses yeux de biches grands ouverts devant la merveilleuse nouvelle.

Alors quoi, on vote ou on choisit chacun son grade ?

La section est immobilisée en rase campagne, juste à l’orée du bois de Philomène, d’la forêt derrière Chinon. La position tactique est périlleuse. Une compagnie d’archers en ferait son tir d’exercice sans suer.

On choisit ! moi j’choisis, le… colonel de deuxième classe !

C’est bien la première fois que les regards virils se posent là sur la bouille ensoleillée de la petite. D’habitude, c’est plus bas.

Oh ! vous commencez à m’enquiquiner avec vos histoires à la noix ! Tu veux que j’te dise moi ! Dans la vie, l’chef c’est celui qu’à l’plus grand zizi !

Silence stupéfait dans la compagnie. Le soleil se lève. Et pis aussi le sourire de la meunière :

Alors c’est Raoul

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   Ven 1 Fév - 10:48

[j'ai pas l'droit d'dire où qu'on est, sinon l'général, il me fait passer mon Raoul en conseil de guerre, vu qu'c'est la guerre... quand même. Châteauroux, octobre 1457]

1.e4 - e5 2. Fc4 - Fc5 3. Df3


Pousse-toi, j'vois rien !

3... Cc6

4. Dxf7 mat


Ben tu veux qu'j'te dise, t'es pas près d'êt'sergent toi, mon petit gars...

A la guerre comme à la guerre. Dans ce bas monde, faut savoir s'occuper en attendant d'être déquillé.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 1 Fév - 10:49

[Loches, à la Saint Juste, l'an de grâce quatorze cent cinquante-sept]

Marrrrrrrrrrche, marrrrche, marrrrcheeeeeeeeeee... Compagnie ! Arme au pieds.

Raoul, sergent rengagé de la deuxième compagnie des rengagés de Chinon, mène sa brochette jusque sous les remparts de la cité. Deux meuniers, une pâtissière, un boucher à la r'traite, ou presque. Y'a quand même deux laboureurs aussi.


Haut les saladiers, on est arrivé !

hannn, j'fais des rimes, nom d'Deos... J'd'viens poête. On lui avait dit, Raoul, t'emmènes ta compagnie au moulin des cordeliers. Elle dort là-bas. Tu verras c'est étudié pour. Mais sang de bougre d'animal, il est où ce moulin des cordeliers. L'œil qu'à l'air de pas en avoir l'air, Glaber lèche les vitrines des estaminets de la rue. Jusque là où qu'y a un attroupement. La Corroirie du Liget qu'on lui dit. Et pour chez Raoul et Vacances, c'est où, foutre bleu !

Visite de la ville de Loches en petite charriote touristique, balade avec Segway... c'est moi, m'sieur
, que l'a ptite voix lui rossignole dans le derrière du saladier.

Et la v'la qui repart, la p'tite.

Visite-découverte de la Cité Médiévale de Loches.
Commentaires en deux langues et six patois ça vous dure jusqu'à none, si on part maint'nant.

Pour les tarifs : c'est 1 écus pour les grands et un d'mi pour les p'tits. Mais j'vois qu'vous zètez'un groupe alors j'vous fait l'tout à 4 écus et 50 deniers.


Balade accompagnée par Segway ! Longez les remparts de la forteresse de Loches avant de gravir sans effort les chemins escarpés accédant au cœur de la Cité Médiévale. Admirez le Logis Royal, flânez dans le Parc Baschet au pied du majestueux Donjon, glissez en silence dans les magnifiques ruelles pavées de la citadelle...
Les balades sont encadrées par un accompagnateur qui vous assure une formation en toute sécurité. Sont vraiment bien organisés ces lochois. C'est la pratique régulière de se faire envahir par les touristes estrangers, probablement.


On est pas un groupe, la pucette, on est des libérateurs !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:17

Leamance a écrit:
[Loches, matin frisquet d'octobre]

Toujours là la Lea, à se demander si elle doit ou non tenter la sortie de la ville. Loches, c'est vivant, c'est plein de fruits, mais ce n'est pas le lieu où elle doit être. Les mécréants fourmillent dans les rues...non vraiment le coin est loin de la grandeur luminescente irradiante de Genève, phare du monde connu et inconnu.

Déambulant encore et toujours autour des remparts, une silhouette se dessine au loin...la Sicaire jurerait que c'est le Raoul. Mais que pourrait il bien palucher ici? Aux denrières nouvelles, il était resté bloqué à Dôle, ne pouvant rallier la Bourgogne et prêter main forte aux assaillants, en ce bel été 1457. Et là il semblerait qu'il soit devenu soldat..non finalement pas étonnant, c'est lui qui avait initié le contact avec Eikorc et la Zoko.

Plus à une surprise prêt, Lea s'approche par l'arrière, et lui plante le bout de la sica dans le creux des reins.


- Salvé Trouffion, l'interpelle t'elle de son bel accent Hélvète, celui qui entre en résonnance avec les meuglements bovins des alpages sans fin.

Amusée, Lea pense immédiatement que le Très Haut protège les Sicaires: Le Raoul va pouvoir l'aider à sortir de la ville. Enfin..auparavant, il faut quand même vérifier que c'est bien le Raoul qu'elle tient à bout de Sica...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:18

[Loches, au bout du couteau suisse]

Faut reconnaître, c'est du brutal ! J'ai connu une genevoise qu'en usait pour cisailler la tomme du fromage d’emmenthal. C’est même comme ça qu’on a donné l’gout du fromage râpé dans les alpages. Faut quand même admettre que c'est plutôt une lame de femme. Glaber tousse. C'est mon glabre, Glaber.


Tu sais pas c’que ça m’rappelle, ton cure dent ? C't'espèce de drôlasse qui faisait d’la soule. Une vraie furie. J’me rappelle l’avoir déquillée salement au Tournoi d’Genève, au printemps. L’était pas farouche, la douce helvète. Même qu'on a bu sans soif, tous les deux dans une petite taule de bien, Chez Nicotte, ou un truc comme ça. Tu connais ? C’est pas tellement loin du lac. Les volets rouges. Une blonde, j’crois bien ! Comment qu'elle s'appelait nom d’Déos?

Lulu la nantaise ? nan… pas Lulu…


T'as connu ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:18

Leamance a écrit:
Le doute n'est pas permis, c'est bien le Raoul qui fait face à Léa. Sourire détendu s'arbore entre ses joues d'Hélvètes brunies durant l'été sous le soleil méridional.

- Genève regorge et dégorge de blondes, mais par contre un seul Nic. Le Nicburissime Nicbur, que mes parents voulaient me voir épousailler.
je ne connais pas la guerrière dont tu parles.


La Sicaire remet son arme idéalement taillée pour la pelure des pommes dans sa ceinture, et montre les soldats proche du Raoul d'un geste discret.

- Dis moi..depuis quand fais tu dans le combat légal? aurais tu viré ta cutille? *regard moqueur*. Et si oui...tu pourrais peut être m'engager dans tes rangs, afin que je sorte de la cité, en toute quiétude.

Lea ne va pas manquer une telle occasion. Elle prend alors sa moue la plus implorante, desfois que le Raoul y soit sensible. Les légendes disent que même la catin Poupette a réussir à l'émouvoir, en préambule du Tournoi de Genève.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:19

[Plus tard, faut bien que le gosier soit humide pour ramener les vieux souvenirs]

J'lui trouve un goût de pomme.

Le glabre a bu, ça se sent et ça s’entend.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:19

Leamance a écrit:
yeux globuleux de dahut ayant croisé une armée de la Noblesse Noire par un froid matin de Février, la Lea tente de maintenir sa chopine en main.

- Goût de pomme? naan le Raoul, Maîtreuuuu Raoul * hips*. Goût de mirabelle...celle de Lorraine.

Et pour que le borgne en saisisse l'effluve, elle lui flanque la verrerie de Limoges (cité proche de Loches y paraît) sous le tarin.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:20

Y'en a j'te dis !

long silence.

Et bien c'est d'vant chez elle qu'Lucien le cheval s'est fait dessoudé. ? j'ai la mémoire qui flanche.

Le lecteur bienveillant ne nous en voudra pas de trop pour cette causerie d'alcooliques notoires. Les plus jeunes doivent savoir que la goute sous l'nez, c'est pas joli joli.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:21

Leamance a écrit:
Pleine comme une bourse de Prélat Romain, la Sicaire a loupé le nez du Borgne, qui n'a d'ailleurs rien vu non plus. Le bilan du geste est une volée du liquide, dont on ne connaîtra jamais la subtile fragrance aromatique, directement sur le sol.

Que nenni, par Averroes, la Sicaire verse à nouveau une rasade dans les chopines.


- dessoudé *hips*? mais par qui? la garde* hipseuuuuu* de Genève?

dialogue de sourd avec un borgne..tout doit se vivre ...Le Très Haut met parfois ses fidels à l'épreuve.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:21

Ben v'la que j'ai pu ma tête.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:22

Leamance a écrit:
Ressac dans l'estomac, se traduisant par une paleur subite de la Sicaire, proche de la régurgitation inopinée et ô combien inesthétique du nectar bu.

- Par Mahaud, la fondue qui prenait des bain d’fesses dans les barriques de clairet de champagne ?

Le blanc vire au verdâtre..

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:23

Toute une époque !

Long silence qui cause, qui cause…

Nefti ! qu’elle s’appelait !

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:23

Leamance a écrit:
et la gerbe fut. Tête qui se relève, des plus affligeantes

- qui ça??* blurp*

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 8 Fév - 11:24

La fausse pucelle qui vous t’nait serrée entre ses cuisses mieux qu’la tête dans l’étaux. Celle du tournoi que j'te causais t'à l'heure.

Raoul lui amène le registre sous l'blaze retroussé.

Bon, tu signes là ?



Bienv'nue dans l'armée ! tu vas voir du pays, moi j'te dis.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Leamance
Camelot
avatar

Messages : 4712
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   Ven 8 Fév - 13:21

Tiens le Raoul, souvenirs d'un RP avec mon PNJ Poupette.

http://www.univers-rr.com/RPartage/index.php?page=rp&id=1737&start=1
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Dim 10 Fév - 10:49

[La loire ou l’Berry, allez savoir tiens, quand on est pas du coin]

Si j’connaissais l’con qu’a fait sauter l’pont !

On passe comment sergent ?

A la nage !


Hein ? A la nage ? Et si une escouade d’berrychons y z’arrivent pendant qu’on est d’l’aut’coté, sergent ?

En cas d’besoin on a la bombarde, hein sergent ?


L’est coincée la bombarde, et pas dans l’bon sens en plus. La roue l’a cassée la bombarde. Ces z’armes modernes, ça vaut rien, j’te dis, sergent !


Un coup pied au cul plus tard et le temps qu’il faut pour plier les chemises


Ohhhh ! c’est pas chaud chaud, hein sergent…

Plouffff…

Citation :
Extrait des hauts faits et moult prouesses de l’ost de Touraine en Berry, l’an de grâce quatorze cent cinquante sept,

Le connestable de Touraine s’ébranle à l'instant et se dirige sur les hauteurs du village de Luzille avec ses fières compagnies. Il coupe entièrement la droite de l’ennemi, dont tous les mouvements devinrent incertains. Surprise par une marche de flanc pendant qu’elle fuyait, se croyant attaquante et se croyant attaquée, elle se regarde comme à demi battue. La gauche, menée merveilleusement par un courageux sergent des chinonais, marche avec ses trente bombardes en échelons par régiment, comme à l’exercice.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Dim 10 Fév - 10:51

[Plus tard, dans les faubourgs de Chateauroux]

Blang ! Braaaoum ! Crac !

Une estafette du connestable, Sergent !

Ahh quand même !

Il faut dire que depuis l’aube, on ne sait plus trop où qu’on est chez Raoul. On a vu des pucelles en cuirasses, des soldats bougons, et même un bonhomme en turban, très poli. Les oriflammes fleurissent dans le faubourg de la cité castel roussie. Ca brule de partout et les trébuchets vous trébuchent les masures aussi facilement que grand méchant loup chez le petit goret rose.

Mais vous êtes qui vous ? Qu’est-ce que vous foutez par Deos ?
qu'elle dit l'estafette.

Ma compagnie a été attaquée par des berrichons ou des limousins, je sais plus. Y’a trop d’couleur, on s’en sort p’us, vous direz au connétable. On s’est mis à l’abri. On reste ici jusqu’à la nuit, on attend les ordres. J’ai déjà Fred qu’à attrapé la malemort en passant la rivière ce matin, je veux perdre personne d’autre. L’a le blaze qui goute, j’vous jure, comme une princesse qu’à pas vu son paladin d’puis l’an passé –
qu’il lui dit mon Raoul.

Et on’a p’us d’pigeon !

C’est plein d’étangs par là-bas, on y a laissé une bombarde.


A l’ouest de Châteauroux, il y a au moins mille étangs, et pis l’Indre. Aristote sait qu’c’est mouillé dans l’coin. Mon Raoul, il a du laisser tremper sa poudre, la couleuvrine, elle est bonne qu’à astiquer.

re(((((((Braoummm)))))). Mon lecteur pardonnera l’onomatopée maladroite. Il pleut aussi. De gros boulets de pierre. Raoul se sert un gobelet de ce vin qu’il a trouvé là. Le berrichon sait boire, on ne peut pas le lui ôter, ça.

Z’en voulez ?

Il se rapproche de l’estafette. En tout bien tout honneur, que l’on n’y trouve rien à redire. Causant plus bas, pour que ceux de la compagnie l’entendent pas de trop :

Dites, J’ai repéré au moins dix oriflammes d’puis c’matin. Des auvergnats, des limousins, des berrichons, quand même, vu qu’ils sont chez eux. Des angevins, des poitevins, et j’ai même occis un bourguignon ce matin. Dites… On est avec qui ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 22 Fév - 7:58

Attila_caligula a écrit:
[Quelque part, au milieu de ruines ruinées, de décombres encombrantes, de fumées fumantes... Châteauroux peu avant l'aube]

Le groupe de soldats s'égayent sur un murmure.
Ils ont cheminé toute la nuit depuis Guéret, passant à pas de leu sous le nez de sentinelles berrichonnes pourtant chargées de les empêcher de rejoindre la ville.
On convient d'un rendez vous: on se retrouvera ici, a coté du gros boulet et des jambes qui dépassent d'en dessous. Au premier rayon de soleil.

Le vicomte de St Pardoux s'en va donc de son côté. Il encore un peu de riz accroché à sa chemise pourtant propre. Le "Mariage" est encore frais.


- Bordel c'est une rue ça ? Vraiment y a rien à attendre du berrichon. Comment peuvent ils circuler dans cet amas de pierrailles et de débris fumants?
Le vicomte grogne encore un peu en regrettant l'absence de bon architecte Limousin et négligeant le fait que ce dernier oeuvre en fait depuis deux jours. Et l'on voit l'ampleur de ses travaux urbanistique, avec ses zélés collègues de Touraine, du Bourbonnais, du Périgord.

Enfin, ce qu'il cherche. L'Oriflamme Limousin...
Quoiqu'un peu perdu au milieu de pas mal d'autres, dont un berrichon.
Circonspect, le vicomte avance jusqu'à buter sur un borgne, qui semble tout droit sorti d'un hôtel de même infirmité.


- Dis donc bonhomme, je suis bien à l'Ost du Limousin? ¨Parce que j'ai un doute là, toutes ces hampes pavoisées, je ne suis pas bien sûr...
C'est une collection?
Et qui a joué à la pétanque avec Châteauroux? Il y a un de ces bordels ici!

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 22 Fév - 7:59

[le monsieur devant mon Raoul]

Voila un beau monsieur qui ramène sa fraise jusque sous le nez de mon Raoul.


Non point Seigneur, vous êtes ici dans l'ost de Touraine. Et vous êtes mon prisonnier.


Glaber se promet de vérifier plus tard, quand il aura l'temps, si les gens du limousin sont avec ceux de touraine.

Vous voulez manger un bout ? On a une accalmie, là.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 22 Fév - 8:00

Attila_caligula a écrit:
- Avec plaisir.

Les mots du borgne crapahutent gaiement dans les méninges un peu endormies du vicomte, puis une lueur dans la nuit...
- Prisonnier? Mais pourquoi faire?
Un morceau de jambon de la taille d'un mollet disparait en deux coups de langue.
- Alors que je pourrais être otage... je vaux pas mal d'écus vous savez... ne regardez pas mon épée comme ça, je la garde, et c'est sans appel. C'est un souvenir.
Je disais donc, créez votre commerce mon brave, c'est la fortune assurée. Disons que vous demandiez à Mère... je ne sais pas

mais sait très bien en fait, que sa dette de jeu de 5 000 écus court toujours. Et que la perspective de se voir fermer les cercles le fait davantage trembler que le bucher.
... 15 000 écus... vous m'en reverseriez la moitié
le vicomte saisit les plis frontaux de concentration de son interlocuteur, et assène
... soit 10 000 écus, et vous gardez la plus grosse part pour vous et vos sbires. Car vous avez des sbires n'est ce pas?
Et je pourrais même vous emmener à l'Ost Limousin, dès que vous m'aurez nourri et indiqué le chemin, pour vous désigner les quelques nobles fortunés qui ont fait le chemin.... tout exprès pour vous.... et pour le même arrangement avantageux.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Ven 22 Fév - 8:00

[vrais faubourgs castelroussins, fausse impression de se faire contrefaire]

Le bandeau de l'œil droit est relevé et dessous, ça vous fixe la goupil limousine, dubitatif. Faut dire que mon Raoul est un homme qui a du style, et surtout, un vrai faux borgne. Et comme il a dl'a truffe et du flair, mon Raoul,


Z'êtes en train d'vous foutre de ma trogne, Môssieur ... d'Aubusson ? Z'êtes dans la vente de tapis ou d'tapisserie, de part chez vous ? J'en ai botté l'fondement pour moins qu'ça.

Lui tend la gourdasse. Nan pas l'soldat Léa, la liqueur, la vraie celle-là. Derrière les deux nouveaux compagnons briseurs de miche, comme le nom l'indique, une estafette aux armes de... ben je sais pas, c'est confus, en fait... s'embourbe parmi les bourgeois du cru, hébétés par le déluge.

Nous sommes venus pour vous aider ... La cité est aux mains du Poilu et de ses capitaines ... Nous sommes venus vous aider ... Nous sommes venus vous tendre une main secourable pour ceux d’entre-vous qui souhaitent se placer sous la protection du connétable de Touraine…

Sergent ! Un soldat lochois est accroupi, chapel de fer sur la nuque. C'est la pause, on l'a dit plus haut.

Ehh, qu’est-ce qui s’passe ? Bougez pas vous, qu’il ajoute à destination d'un vraisemblable merveilleux bonimenteur à sang bleu.

C’est un blessé grave Sergent, un berrichon qu’essayait de… l'a les tripes complètement à l’air sous c’couvercle, sergent ! ça déborde un peu là, r'gardez.

L’autre morbide Adonis, il fut beau et romantique certainement, agonise dans sa cuirasse éventrée en baragouinant, geignant, gémissant, déglutissant, bref, c’est pas beau à voir. Deos merci, sa dulcinée ne verra jamais la scène en vrai. Un pote de régiment viendra probablement lui annoncer la triste nouvelle, mort au champ d'honneur pour le Berry, elle pleurera beaucoup, certainement, il la réconfortera un peu, beaucoup... Je dispense mon lecteur* des scènes horribles qui suivent. C'est trop ignoble.

Qu’est-ce qu’il raconte ?
Faut dire que le sergent Glaber, il connait point l’patois du coin.

C’est un sale berrichon, il d’mande de l’eau ! Il a qu’à boire dans la rivière !


Paf ! la taloche derrière le chapel d’acier.

C’est quoi ces conneries ? Donne ! Donne-moi la gourde !
qu’il appuie, mon Raoul. Un homme qu’est’assez brave, pour s’battre les tripes à l’air peut boire à ma gourde !

Mon lecteur doit savoir que Raoul le glabre est un grand humaniste. C’est dit. Voila.

Vous disiez ? Môssieur l’duc ?

* : je dis "mon" lecteur, mais bon, avec un peu d'chance, j'en ai au moins deux...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 486
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Sam 23 Fév - 10:56

Attila_caligula a écrit:
Raoulleglabre a écrit:

Vous disiez ? Môssieur l’duc ?

A dire le vrai... le vicomte de St Pardoux n'avait absolument pas prété attention à la digression humaniste de son geôlier. Il croque joyeusement dans le reste de jambon, ne laissant que l'os assez bien nettoyé pour qu'on en fasse un touille marmite ou un goupillon casseur de crâne.

Le vicomte est en pleine "tempête sous un cerveau" et ça commence à prendre des proportions industrielles.

- Et pourquoi s'arrêter là? un type malin comme vous doit saisir les opportunités, et avec mon entregent, mon sens du beau monde et ma faconde naturelle, vos grosses pognes de tâcheron seront bientôt pleines de bonnes monnaies... non rognées.

Le flot de paroles se déverse sur un rythme rhodanien... lent mais irrésistible.

- ...la comtesse, qui paierait certainement jolie somme pour m'entendre pérorer de nouveau au château. Et ma cousine! Ma belle cousine qui sent si bon! Elle a du bien, un vicomté, et ne désespère pas de faire bonne alliance avec un vieux riche. Il y a la baronne de Saincte Merveille, aimable personne, fortunée et généreuse; l'héritage de père, que je n'ai pas encore touché, et qui est donc préservé ... pour l'instant. Aaaaah et mon futur beau père, le vicomte -encore un- de Lastours... assurément vous devez le connaître... il...

Irrésistible on vous dit.
A tel point que le geôlier au bandeau dodeline du chef de somnolence...

... et que le Vicomte en est a des additions de piles d'écus que le Roi Minos ne pourrait renier. Une lueur jaune un peu folle danse dans ses yeux.

Soudain, c'est la trompette, le buccin, le bugle, qui répond au collègue et voisin... il y a mouvement.
Poliment le vicomte se lève et secoue son geolier.


- Vous me ramenez? Je crois que j'ai une ville à prendre.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] La Raoulade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: