Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] La Raoulade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Sam 23 Fév - 10:57

[Où l'on constate que Monsieur Caligula n'est plus là, mais pas bien loin, et qu'en plus, on a réorganisé la section du sergent Raoul pendant la nuit. Où l'on entend que la bleusaille n'aime pas les postillons mais prend souvent les choses au pied d'la lettre. Un peu plus tard, donc...]

Bien, j'me présente, ch'uis vot'sergent dans l'ost de touraine. Et j'ai besoin de sept soldats.


Comme on les a bien dressés, même les rengagés d'occasion, v'la les bleus qui avancent tous d'un pas.

On va s'pointer à Bourges, sous l'nez du poilu. On n'a qu'un objectif à atteindre et un seul : terroriser ce coq et ses berrichons !

Chef ! oui Chef !

Les pilussophiles ont conquis les tours du Berry par l'intimidation, l'intrigue, la torture, la terreur et la culbute d'une vieille princesse françoyse qu'un apothicaire véreux et bossu, Nostredamous, lui aussi berrichon, abrutit et endort depuis, pour calmer ses douleurs, chaque jour que Déos fait, en l'aspergeant d'essences rares de vanille hors de prix.

Nous allons leur rendre la monnaie d'leur écus ! Nous allons massacrer les soldats de Georges Pullicinus Pilus ! C'est par notre cruauté qu'ils vont nous connaître ! Ils vont avoir la nausée ! Ils vont nous entendre arriver ! Ils seront terrorisés ! Ils sont des mécréants sans foi, il faut les détruire.


silence mortel, comme il se doit...


Chaque soldat de cette compagnie devra me rapporter dix trophées pileux ! Et j'entends avoir mes scalps.

Non, non et non... le scalp n'est pas un anachronisme parodique et inglorieux. Une tradition ancienne, et limousine en outre, fait état de la pratique du "décalotage" de certains coqs. Oui, la crête de coq peut aussi se travailler. Entourée d'un mystère technique quasi-mystique, où il faut être initié pour maîtriser l'occulte, il n'y a rien de plus enfantin que de préparer ces excroissances qui servent en grande cuisine classique comme élément de garniture. Rien d'extraordinaire sur le plan gustatif, seulement un clin d'œil au passé... ce passé où rien ne se perdait !! On voudra donc être bienveillant quant à mon audacieux parallèle, exercice de gymnastique sacrément périlleux lorsqu'on connait les rancunes tenaces du poussin poilu.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Dim 24 Fév - 10:29

Attila_caligula a écrit:
[Chateauroux, exterieur nuit. Camp foutraque Memento Mori]

Le borgne a été plus qu'aimable. Non seulement il ramène l'Ysengrin vers son oriflamme, lui file force jambon le long du trajet (mais peut etre craint il la morsure d'un leu affamé), mais en plus il opine du chef avec cette pénétrante détermination qu'avait le cousin Kervin, dict "Monsieur Daccord".
Aucun Vicomte Ysengrin n'est insensible à cela. Celui ci pas moins que les autres, il se souviendra du Borgne, la courtoisie faite homme, s'il ne se gourait dans les titres et les noms.3
Essorage de pognes, formules choisies, promesse de se donner des nouvelles et on se quitte riche d'un compère de plus.

Le Vicomte retrouve les hommes et femmes de la Memento Mori, certains avec plaisir, d'autres moins.

- Tiens vla l'Bleu!
Ca c'est plutôt le moins: le rappel incessant de son humiliant ratage d'incorporation pour "gringaletterie" selon le motif invoqué par le sergent Laboule.
- Vicomte!
Ca c'est le plus... la fille du Capitaine qui a rejoint la nuit derniere et qui lui lance une oeillade plus assassine que les défenses berrichonnes.

il pue le chien mouillé, ayant campé à la dure et dans l'humidité chez le Borgne de Touraine. Mais son pas s'allonge et le voilà tout contre la jeune femme, sous l'ayvent d'une tente douillette.

Et là, il s'ébroue.

Réflexe con.


- Hey Vicomte, active, on bouge! Et y a une surprise qui t'attend.
C'est Burrich, un Père/Gd Frère pour une bonne partie des soldats présents. il a une expression étrange sur le visage.

La surprise c'est cet homme trainé par une longe attachée entre deux cavaliers.
On s'arrete, démonte, attache l'homme à un arbre entre Chateauroux et Bourges. Et Burrich sort l'épée du fourreau.

- Allez l'Bleu, c'est le moment de perdre ton pucelage.
Le leu rabat les oreilles. Montre les crocs.
- Ce gars va falloir l'occire. Ton baptême.
- De sang froid?
- C'est pour t'apprendre.

Burrich porte un coup de Misericorde dans l'abdomen du condamné, qui hurle comme un gars a qui on met un coup de lame dans le bide.
Les autres Memento approchent.

- Le bide, c'est nul, la gars braille et il peut riposter. Karine? montre-z-y.
- Un coup net, là!
dit la Blonde en joignant la démonstration à l'exposé.
- Ou là! renchérit un autre en faisant jaillir l'acier et le sang.
Les cris se sont tus, silence de mort et de circonstances.

- A toi.

Le leu a fanfaronné à Limoges, s'est gaussé des dentelles et des armures marouflées des nobles de salons.
Là, faut y aller.
Un meurtre?
La guerre... et il sort sa lame.
Citation :
21-10-2009 04:10 : Vous avez engagé le combat contre Untel.
21-10-2009 04:10 : Vous avez frappé Untel. Ce coup l'a probablement tué.
21-10-2009 04:10 : Vous avez frappé Untel. Ce coup l'a probablement tué.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Dim 24 Fév - 10:30

Un peu plus loin... En plein siège de Bourges. Raoul comme visiteur, évidemment.

Citation :
Expéditeur : Ouf!!
Date d'envoi : 2009-10-24 23:50:24
Bonsoir messire,

Je me permets de vous indiquer que la vente de poisson est interdite sur le marché de Bourges! Seule la mairie peut en vendre!
Je vous invite à retirer du marché tous vos produits, sinon je serais obligé de prevenir le tribunal!

Bonne soirée à vous!

Dame Ouf!! Mairesse de Bourges

[Bourges ! enfin, ses faubourgs...]

A la guerre comme à la paix. Mon Raoul se fait taquiner par la maréchaussée locale. Trois poissons qu'il a r'fourgué en douce. Du poisson de contrebande. Ils sont là, devant, on le menace du doigt haineux du bourgeois, ce qui reste bien normal à Bourges, vous m'direz.


Qu'est'ce vous attendez pour fout'e le camp avec mes baluchons de poiscailles ! Allez, r'inflez-moi ça ! sentez moi ça si ça sent bon !

Il vocifère, l'Glaber. Il sait faire semblant.

Vous qui mangez qu'du boudin à la sciure et d'l'eau croupie ! Vous avez à bouffer pour trois s'maines là-d'ans ! Eh ben allez-y quoi ! Eh ben qu'est'ce que vous attendez !

R'gardez tiens, 'y bougent même p'us ! Et après ça, 'y z'iront aboyer cont'e le marché noir !


Mon Raoul ramasse ses frusques.

Salauds d'pauvres ! J'vous ignore, j'vous chasse de ma mémoire... j'vous balaie.

On leur donne à bouffer, au mépris des ordres, et v'là comment qu'on est r'mercier. L'monde part en coucougnettes comme dirait l'curé d'Luxeuil.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Guerre du Berry - 1457   Dim 24 Fév - 10:31

[Le pavillon du connétable de Touraine, Dragoond dans son treffe, à Saint Aignan. Ameublement magnifique dans le goût demi-tourangel du temps de Levan III. À gauche, une grande table à châssis doré et à petits carreaux. De côté, sur un pan coupé, la porte basse donnant vers quelque extérieur. Au fond, une grande tapisserie d'Aubusson, comme un immense rideau tombe du haut en bas. Une table, un fauteuil, et ce qu'il faut pour écrire.
Glaber entre. Il porte une cassette et divers paquets qu'on dirait disposés pour un voyage. Il est vêtu de velours noir, costume de cour du temps de Jean Long d'Argent. Le collier des vainqueurs du grand Tournoi de Genève au cou. Par-dessus l'habillement noir, un riche manteau de velours vert clair, brodé d'or et doublé de satin noir. Épée à grande coquille. Chapeau à plumes blanches.]


Monsieur ! Je vous présente mes hommages et vous annonce mon départ. Les choses sont dites avec le Poilu, vous n'avez plus besoin de mon épée. Ce fut bien agréable de bastailler à votre dextre.

Révérence polie et respectueuse.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Jehane
Ambuleur
avatar

Messages : 350
Date d'inscription : 07/10/2010

MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   Dim 24 Fév - 11:46

Interlude

"je dis "mon" lecteur, mais bon, avec un peu d'chance, j'en ai au moins deux..."

En tout cas, y a moi, j'me régale, j'applaudis, merci, merci!


______________________________
Voglio un uomoooooooo!
Revenir en haut Aller en bas
esclandres
Ambuleur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   Dim 24 Fév - 13:05

vu que je te relis plusieurs fois, on est plein à moi tout seul, avec Jehane ça fait plein +1
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Limousin - 1457   Lun 25 Fév - 10:12

Après l'effort, le réconfort.

Isabel_de_mendoza a écrit:
[Dans les routes du Limousin]

Jamais un pique niq….

Cot cot cot

Chuttttttt Mahaut

Jamais un pique nique avait de…..

Cot cot Cooot

Chutttttttttt Orkaa

Jamais un pique nique avait demandé un tel deplo…..

Cot cot
Cot cot


Hinnnnnnnnnnnnnnnnnnnn, Mahaut !!!! Orka!!!!! Venez faire taire vos poules ou je leurs cloue le bec à ma manière, j’essaye de me concentrer là, j’ai un truc à dire…
Je recommence….


Jamais un pique nique avait demandé un tel déploiement logistique…
Trois charrettes rien que pour les bagages, une vache, deux poules, un chien, une crevette, une baleine et la Sainte Boulasse, plus un passager clandestin (si clandestin qu’elles l’avaient perdu sur la route) et trois gaillards inconscients qui les accompagnaient en connaissance de cause…

La lance des poneys roses avait fait une halte sur la route qui les mènerait au Berry pour consulter la carte…


Bon, les filles, notre consécration sociale est de plus en plus près, sortez vos bibis voilés, vos robes chatoyantes, vos gants de velours car d’ici une semaine on sera là…

Elle pointa du doigt la carte avec un sourire triomphant…

Mais marraine, ça c’est le Portugal…

Héhé oups, qui a mis la carte à l’enverssssssssss !!!!!
Voilà, comme ça c’est mieux….


Comme je disait… On sera là …
Le Georges regrettera toute sa vie de ne pas nous avoir invités à son pique nique géant….
Et piiiiiiiiiiiiiire, d’avoir refusé l’entrée à mon futur suzerain, le seul assez born… ahem…intelligent pour m’annoblir …
Et si quelqu’un s’interpose sur notre route on leur pete la tronche…

Mouhahahahha

Hinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn, au secours j’ai une fourmi dans le bras, Hinnnnnnnnnnnnnnnnnn



*Pour info: les deux poules ont le meme prenom que leurs maitresses...
La baleine c'est Orka, la crevette Isabel et Sainte Boulasse Mahaut


[hrp]Rp Ouvert à tous ceux qui se moquent d'eux memes, qui ont envie de s'amuser tout en respectant les autres. Si doutes adressez nous un MP[/hrp]

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Lun 25 Fév - 10:13

Je passe les détails, mais la lance des poneys roses vient de poutrer l'armée de Tadek, soldat berrichon du duc Georges le poilu.

[Plus loin, mais guère. La marmite sur le feu, Le spadassin au coin de ce dernier. Où l'on voit que mon Raoul se laisse aller, où l'on concède que la grenouille est moins gouteuse que le poussin, quand même]

Slurrrppp !

Déculottée de grenouilles.

Bloup bloup bloup !
ça mijote, ça bouille...

Le moins délicat, c'était les préliminaires... Pourtant... Blanchir les grenouilles dans du beurre et garder le jus. Garder l'jus, ça c'est important.

Dépioter les grenouilles. Ça c'est rude, dépioter les grenouilles.

Dans la marmite, il mit les échalotes très fines bien fondues dans le beurre avec l'cruchon de vin blanc de table. Du clairet d'Anjou, ça f'sait bien l'affaire.

Sel, poivre, l'jus, les grenouilles, quelques simples et la crème. Deux mesures, pas davantage. Sinon, l'gorgerin passe plus et les espalières vous r'montent sous le bassinet.

Slurrrp ! Slurppp !

Oui mon bon mossieur, chez mon Raoul, on n'mange pas, mossieur, on déguste. Et pour déguster, il avait dégusté. Chastel Roux, Bourges, Saint Aignan, re Bourges et rebelotte, Chastel Roux... Une demie douzaine de berrichons plus tard, un bourguignon qu'il avait pris pour pilussophile zélé, et un breton bien malheureux, Glaber boulottait tristement sa soupe, berrichonne ou limousine, là, c'était confus. La rumeur enflait, telle celle-là qui voulait se faire plus grosse que le bœuf. Georges Pullicinus Pilus était navré. Et, curieusement, ça le chagrinait, mon spadassin.

A la guerre, on devrait toujours prestement tuer les gens avant de les connaître.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Mer 27 Fév - 8:50

Isabel_de_mendoza a écrit:
[Symphonie gastricoanimale]

Refourguer les œufs avait été tache facile…
Hormis quelques égratignures chez son parrain, les Ponettes avaient pu sauver l’honneur, c'est-à-dire l’alcool…
La mirabelle, le vin, le gland et la cervoise seraient surveillés d’avantage…

Ô alcool, divin nectar, pour tua les hommes se battent, et enfin, Mahaut aussi….

La baleine ne lui adressait plus la parole et chantait une belle balade à la gloire de Rochechouart assise sur un tonneau…
Kahhlan continuait accrochée aux sacs de mais…
Garelito fuyait les poules qui l’avaient adopté comme le coq du poulailler…
Optat prenait doble ration d’ail pour faire cicatriser plus vite ses coupures…
Mahaut continuait à donner des coups d’épée dans le vide tout excitée à l’idée qu’on puisse venir encore nous chiper nos victuailles pour le pique nique…

Isabel scrutait au millimètre se robe jaune toute discrète qu’elle comptait mettre pour l’acte sociale lorsqu’une odeur lui vint titiller les narines…


Blop, blop, blop…
Son estomac se mit à crier famine…
Elle n’avait rien mangé depuis le matin et vu qu’elle avait donné les œufs à la Casavequi….
L'ibère renifla bruyamment mais gracieusement (du moins c’est ce qu’elle croyait…) l’air et fit un geste aux filles pour qu’elles la suivent au trot vers la forêt sombre…
Levant la main elle les fit s’arrêter un peu avant l'objectif…


Regardez là…On aperçoit la lueur des flammes…
Quelqu’un est en train de faire quelque chose, mais il ne sait pas qu’on sait ce qu’il fait, ou plutôt on ne sait pas ce qu’il fait mais ce qu’il fait est très bien fait passque ça sent divinement…

Les Ponettes la regardent faisant semblant de l’avoir compris…

Moi ce que je propose…
Clac!!! (là elle arrache discretement une branche)
Je vais vous le dessiner au sol…
Ça c’est le point G, ahem , H, alors on s’approche chaqu’une d’un coté et on l’encercle…
Lorsqu’on est en place on fait un code pour faire savoir aux autres qu’on est en place…
Voyonssssssss….

Mahaut, tu vas faire la chouette bergeracquoise….
Orka, tu feras la vache Marguerite…
Kahhlan, tu vas être un chat
Et mua, un canari des iles Canaries, qui fait PIO, PIO,et pas CUI CUI passqu’ils sont espagnols et qu’ils parlent pas français…


Remettant la plume de son chapeau un place…

Des questions ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Mer 27 Fév - 8:50

Mahaut_bozier a écrit:
Non cheffe !

Au garde à vous, elle avait écouté sagement le plan de la stratège hispanique. Pas dur. Suffisait de casser un bâton puis de.. Euh...Bon, là, elle n'avait pas bien écouté mais apparemment il suffisait de faire la chouette neurasthénique. Ça, pas de problèmes, elle savait faire.

Allant à pas de loups parmi les arbres, elle contourna par la flanc ouest, preuve qu'elle avait fait des progrès en termes militaires ces derniers temps. Elle n'avait pas bien vu ce qu'on encerclait au juste mais les faits étaient là. Ça sentait super bon. Et finalement, le pique nique s'était révélé un peu léger, il n'y avait que des amuses bouches. Donc, on passait à la phase offensive, le fameux plan B intitulé "N'empêche que j'ai hyyyyper faim".

Bon, de la discrétion, hein.


*Craaaaaaac*

CHUTEUUUUH ! saleté de branche... Tain pis ça glisse ici, on n'a pas idée de mettre des feuilles mouillées dans des forêts !
Oh des champignons ! C'est vrai que c'est la saison, je vais en cueillir pour Optat. Oh et puis là bas aussi !


C'est toujours comme ça. Vous mettez une cruche dans une forêt et même sans loup, elle finit par se paumer. C'est obligatoire, Aristote aime les histoires répétitives.
Mais la brune savait qu'elle avait un but à tenir.
Avant d'être complètement paumée, elle décida de lancer le cri de ralliement.


HOUUUHOUUUHOUUUHOUUU !*


Voilà. Donc il ne restait que... le colibri patenté et la vache en sourdine ? Ah et le chat hystérique aussi. Enfin des trucs dans le genre.
Attendant les signaux, elle risqua sa tête pour voir l'origine du plan B.
Ah, un homme. Et une marmite. Voilà, ça c'était du plan. On allait l'encercler pour lui piquer sa marmite. Y'avait pas à dire, la guerre, c'était quelque chose, hein.


HOUUUHOUUUHOUUUHOUUU !*



*Toute ressemblance avec le cri de Tigrou est parfaitement aléatoire. C'est lui qui imite une chouette neurasthénique, c'est bien connu.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Mer 27 Fév - 8:51

[Sous bois automnal et néanmoins limousin. Où l'on craint de casser les noisettes, quand même]

Mon Raoul se pourléchait les babines en fin matois. La barbe du glabre en frisottait d'émotion, c'est pour dire. La sauce coulait le long de son grand doigt. Sa mémé lui avait pourtant appris à manger proprement, rien n'y faisait, quand y'a d'la crème, y'a du plaisir. Et ça passe par le scrupuleux léchage de la phalange supérieure du grand doigt. Le souci, c'est quand l'ongle est maculé. Le mélange de saleté du dessous de l'appendice ongulé donnait un vilain gout quand même. Et comme mon Raoul avait ramassé des noix pour le dessert, il s'était englué dans le brou, qu'était bien amer. Ainsi soit-il.


Aristote ! Trou du cul ! Pourquoi qu'Deos a pas illuminé la Création d'un stratagème génial pour se laver le dessous des ongles. Ça pousse trop vite. En plus, c'est lune montante.

Le temps de compter dix fois les doigts des deux mains, à se frotter les pognes dans l'onde pure du ru d'en bas, Glaber avait retrouvé son immaculité du pouce. Et comme il en était à l'heure du midi, il commença à astiquer sa couleuvrine avec l'application précieuse qu'on lui connaissait en matière de travaux de précision.

*Craaaaaaac*

La branche qui craqua réveilla le soldat aussi surement que son escopette quand elle vous perce une cuirasse berrichonne de part en part. Raoul enfila la balle et bouta le feu à la mèche de son arquebuse. Par précaution. Des fois qu'on viendrait lui chouraver ses noix. Et comme on n'est pas à deux précautions, mon faux borgne releva le vrai bandeau qui lui dissimulait le coquard.

Qui va là ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Jeu 28 Fév - 12:32

Mahaut_bozier a écrit:
M.erde m.erde m.erde m.erde m.erdeuuuuuh... Comment est-ce qu'il avait fait pour les entendre ? Elles avaient été super discrètes ! Entre deux branches, elle vit l'homme relever son bandeau et guetter en tenant son arquebuse.

Qui va là ?


Bon, il fallait tenter le tout pour le tout.


Personne ?

Voilà. Elle espérait que les filles avançaient vite de leur côté parce qu'elle était pas bien sûre d'avoir suivi le plan là.
Elle allait leur lancer un appel à l'aide en refaisant la chouette neurasthénique.


HOUUUHOUUUHOUUUHOUUU !

Viteuuuuuh, les filles, dépêchez-vous... Immobile, épée à la main, elle attendait un cri animal. N'importe lequel. Même celui du lézard. N'importe quoi mais vite, là.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Jeu 28 Fév - 12:33

Vous vous aventurez bien imprudemment dans les bosquets, pucelle. Un parti de routiers sans scrupule en a ventrouillé des plus gueuses.

Un doute. Un doute saisit mon Raoul. Une pucelle seule dans la forêt. enfin, c'est presque la forêt. On la lui conte pas, la garcette est une maligne. Pour fêter sa centième lieue, mon Raoul s'était rasé de près, brossé les dents, nettoyé de fond en comble. De quoi se sentir léger, heureux, aérien. De là à se faire pigeon, il n'y avait qu'un pas. Lourd, mais tout de même.

Dis voir, l'chaperon, tu t'en vas voir Mère'Grand ? Fais voir ton panier, j'ai plus d'miel.

Sur une route isolée, elles établirent leur commerce, attirant le brave voyageur sans défense, lui retardant son souper, le temps qu'il faut pour se l'occire et le boulotter. L'œil fidèle, et l'autre aussi, méfiants, scrutaient attentivement la damoiselle. Finalement, l'épée de la dame le rassurait.


Blang !

oups... la mèche...

Partez pas ! C'est parti tout seul !

Il s'essaya d'un timide vous voulez une noix ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Jeu 28 Fév - 12:33

Mahaut_bozier a écrit:
Blang !

Elle resta pétrifiée sous le choc. Un machin avait fait un bruit terrible pas loin d'elle. Elle n'avait aucune idée de ce que c'était mais c'était sûrement pas amical.
L'homme la regardait, preuve que niveau discrétion et imitation d'arbre, elle avait encore des preuves à faire.


Partez pas ! C'est parti tout seul !


Elle resta silencieuse, preuve d'un grand chamboulement dans sa tête. Fixant l'homme son épée pendante à la main, elle ne savait même plus quoi répondre.

vous voulez une noix ?


Ce fut la phrase de trop.


NAN MAIS POUR QUI VOUS ME PRENEZ ? Une voleuse de grand chemin ? Une femme de petite vertu ? Je sais même pas ce que ça veut dire vertu, d'abord ! Je vous signale que j'étais tranquillement là à me balader en imitant la chouette d'abord ! Et vous vous m'avez euh... vous avez fait exploser un machin hyper bruyant qui a troublé la quiétude du lieu !


Quiétude du lieu, bien ça... Se faire passer pour une promeneuse en goguette. Voilà, ça allait être la ligne de conduite.

C'était quoi d'ailleurs ?

miaouuuuuuuuu miaouuuuu miaouuuuuuu


Tenez, vous avez du blesser un animal en plus ! Nan mais j'vous jure !

Elle alla s'asseoir par terre, près de la marmite. Au point où elle en était, hein, la discrétion...

J'veux bien une noix, oui. Moi c'est Mahaut et vous ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Jeu 28 Fév - 12:34

Il descendrait des molosses qui franchirent les alpes avec les légions romaines. On retrouve ses origines en suisse dès le troisième siècle, à l'hospice du Grand Saint-Bernard. C'est là qu'il s'était forgé une réputation de secouriste des montagnes et même des valons. Ce qui est mieux pour la vallée de la Loire. Le plus célèbre Saint-Bernard, Raoul Le Glabre, dit Glaber, sauva une princesse de France des griffes d'un infâme angevin en Saumur, sans qu'elle s'en rendit compte, en fait. Ce Saint-Bernard a le poil court, d'où son nom : Le Glabre. Glaber, en latin pour ceux qui veulent faire bien... Ermengarde de Faucogney, une farouche vosgienne, également son aïeule, fut jadis croisée avec Pierre de Baillard de Terre-Neuve, un gaillard aventurier savoyard, voire un peu helvétique. L'histoire ne dit pas si c'était de plein gré ou vaguement forcée. c'est à vérifier. Ainsi naquit la variété glabre, à poil très court donc, la plus répandue aujourd'hui.


J'm'appelle Raoul

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Sam 2 Mar - 10:51

Mahaut_bozier a écrit:
Ah. C'est joli, Raoul ça rime avec euh... Non, laissez tomber.

Comme quoi elle a fini par comprendre que c'était mieux de ne pas s'enfoncer des fois.


Chuis pas toute seule en fait. J'étais venue avec des amies et... on allait à un pique nique, chez George, vous connaissez ? Ben bref y'a eu des embouteillages, pis on fini par hausser le ton avec certains mais tout va bien. Là on avait juste faim alors on est venues voir.


Elle avait bien tenté de cacher son épée encore pleine de sang mais il était de toute façon trop tard. Les filles semblaient préférer rester planquées dans les arbres. Sûr qu'elles étaient en train de picoler sans elle. Elle soupira.

On a du popeuh corneuh si vous voulez. ISAAAAA, KAAAAH ! Viendez ! Il s'appelle Raoul et il a des noix.


Si ça c'était pas un argument, hein...
Attendant que les filles se pointent, elle sortit une gourde pleine de mirabelle et s'en but une bonne rasade, avant de la tendre à l'homme. Il y a des langages universels.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Sam 2 Mar - 10:51

[Où l'on fait un saut dans le temps, histoire d'échapper aux gentils "boujour madame, boujour mademoiselle, boujour meussieur, plop". Histoire également de sauter jusqu'au dessert et au pousse dessert]

Et vous habitez chez vos parents ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Sam 2 Mar - 10:52

Mahaut_bozier a écrit:
Le ventre plein, elle en était à respirer les odeurs douçâtres s'échappant d'une bouteille dont l'étiquette était devenue illisible. Non pas tant à cause des outrages du temps, mais plus à cause des outrages des bouteilles déjà vides à côté.

*Liqueur ? Eau de vie ? Gnmachin qui pique ? Ah non c'est sucré... Liqueur de vie qui pique ? Ouais ça doit être ça, liqueur de vie qui pique. Chuis formelle.*

Après l'arrivée tout à fait normale des filles, et les présentations d'usages ("Raoul- Isabel, Isabel-Raoul, Kahhlan- Raoul, Raoul-Kahhlan, Isabel-Kahhlan, Mahaut-Kahhlan, ah mais suis je sotte on se connait déjà etc."), on était passé aux étapes plus prenantes. Manger et boire.

Ne nous appesantissons pas sur ces étapes triviales, nous qui sommes attachés plus que tout au monde aux choses de l'esprit. Ne dit-on pas les spiritueux ?


Et vous habitez chez vos parents ?


Ben techniquement c'est plus maman qui habite chez moi. Et on squatte un peu partout, chez l'évêque, chez le baron, etc. Ah chez presque-père aussi. Enfin globalement on est dans le Périgord. C'est plein de truffes là bas. Un coin sympa.
Vous, laissez-moi deviner... Vous êtes d'un vignoble, non ? Vouvray ? Chinon ?
Vous êtes venu pour le pique nique ? Nous, oui, mais c'est déjà fini on va rentrer chez nous. On a assez vu le Limousin, c'est plutôt morne je dois dire. Et les gens nous regardent bizarrement. Si on refait un pique nique j'insiste pour qu'il se fasse ailleurs.


Dit-elle en débouchant une autre bouteille. Celle-là c'était facile. Poire.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Sam 2 Mar - 10:53

[Conversation d'après bombance]

L'Mahaut ! L'Mahaut ! Ton eau, elle a une température de haute précision... Si c'est glacé ça l'tranche l'ventre ! Mais là, ça t'descend dans les boyaux comme la rosée du matin su'les feuilles...

glou glou...

Oh c'est'y bon, L'Mahaut !

Tu m'en r'sers ?


Sonore désagrément gastrique. Glaber est tout confus, il aurait pris la tannée de la mémé derrière les oreilles, si elle avait été là. M'enfin si on peut plus péter sous les étoiles sans outrager la pucelle... Le canon, faut comprendre que c'est pas seulement du pinard, le vent du ventre ou la couleuvrine qui vous échappe, c'est aussi de l'amitié.

Mahaut, J't'aime bien. Z'allez où comme ça ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Sam 2 Mar - 10:53

Mahaut_bozier a écrit:
Et oui. A l'heure où les nations, comtés et duchés mettent en œuvre des politiques alambiquées pour obtenir de leurs habitants de simplement ne pas se taper sur la gueule à propos de tout et de rien, il y avait une technique ancienne, toute simple à appliquer pour qui voulait être en bon termes avec à peu près tout le monde.

En digne réincarnation de Sainte Boulasse, elle le savait bien. Si tous les gens du monde voulaient bien se bourrer la gueule ensemble...

Ah son nouvel ami lui avait posé une question. Mince, elle avait comme un décalage image et son. Pendant un instant elle le regarda, lui et ses 3 jumeaux en attendant le son qu'il devait produire vu le mouvement de ses 8 lèvres.

Ah, ayé.


Mahaut, J't'aime bien. Z'allez où comme ça ?


Ah oui, elles allaient où, déjà ? Concentration, concentration...
5 minutes plus tard, l'idée apparut et elle put être exprimée au bout de 5 autres longues minutes.


Ha ben on allait vers chez Georginou. Mais du coup on dirait que c'est fini, là.

Elle écrasa une larme et entonna un "Ce n'est qu'un au revoir".


Je pense qu'on va rentrer au Périgord. Tu veux v'nir ? J'ai toute ma cave là bas.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: pique nique et poneys roses en Berry - 1457   Sam 2 Mar - 10:54

[Pendant que tous les Limousins, toutes les limousines s'interrogent sur le cours du stère en Berry, la couleur des oriflammes, le salaire à la mine, et les conventions prud'hommales en vigueur selon l'article 3 alinéa b du programme électoral de... de qui déjà ? Pendant que... donc, un petit feu de camp résiste, dans la forêt... là]

Raoul, les yeux vides - j'vous ai déjà dit, c'est un vrai faux borgne - fixe benoitement la demoiselle.


C'est toi l'Esclandres ?

Faut dire qu'Esclandres, c'est un bon pote à mon Raoul. L'est pas là, il a du travail. Six cents livres de glace et un sapin de bien... septante coudées, à livrer en Andalousie avant la fête du petit Christos. En char à bœufs en plus. Mon Raoul tremble.

J'ai très très froid ! T'as fermé la porte ? Parce que j'ai été attaqué par des renards tout à l'heure.

M'enfin, il paraît qu'c'est la saison.

J'ai du mal à parler parc'que j'ai les dents qui poussent... J'ai peur qu'y neige... Tu m'abandonnes pas l'Esclandres, tu promets ?

Eh ! Si y'r'viennent, j'ai des potions contr'les renards au fond d'mon sac, t'auras qu'à les prendre.

La poudre après la poire de Mahaut, ça ne fait pas bon ménage. C'est le mélange de salpêtre et de souffre, sur la gnôle à Mahaut qui passe pas. Ça vous détraque la bile noire et vous assèche la pituite. Bon à savoir. Comme quoi, c'est quelquefois dans des circonstances inattendues qu'on fait progresser la science.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3803
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   Sam 2 Mar - 13:17

Shocked Very Happy

Edit : Je sais pas c'que j'ai foutu et à quelle page je suis aller me perdre, mais c'est pas à ce dernier post de ton topic que je réagissais. C'est celui du p'tit Christos ressuscité.^^

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   Dim 3 Mar - 13:39

drunken

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Chapitre suivant, Réception de l’ambassadrice et des frérots rochers - 1457   Sam 9 Mar - 12:45

[Où Raoul se fait propre, parce qu'elle le vaut bien et parce qu'une invitation de Mahaut est comme un miracle : Réception de l’ambassadrice et des frérots rochers]

Alors, les rêves montent dans la nuit pour aller s'embraser au mirage de la lumière qui bouge. Il faut se dépêcher de s'en gaver de rêves, pour traverser la vie sordide qui vous attend dehors. On choisit parmi les rêves ceux qui vous réchauffent le mieux l'âme et le corps. Vins fins, belle robes, et petites bouchées de l'ambassadrice ? Oh qu'il en aurait croqué des petites bouchées de cette ambassadrice là. Raoul conservait précieusement l'invitation de Mahaut du Périgord pour le diner truffé. Pas sûr que la truffe, c'était pas lui, le Raoul. Mais il s'en foutait royalement ; spadassin qu'il était, rarement convié aux banquets des puissants, si ce n'était les sanglants.

Pour Raoul, c'était, il l'avoue volontiers, les cochons, de rêves, qui le laissaient vivant. Faut pas être fier, sans doute, mais on emporte d'un miracle que ce qu'on peut en retenir. Une brune qui possédait des nichons et une nuque inoubliable avait cru bon de venir rompre le silence de la vie raoulienne. On en aurait pleuré avec lui. Raoul content !


Dites ! Madame Mahaut, elle est espousaillée ?

Qu'il fait à son voisin de truffes.

______________________________


Dernière édition par Raoul le Sam 9 Mar - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raoul
Ambuleur
avatar

Messages : 479
Date d'inscription : 08/05/2009

MessageSujet: Réception de l’ambassadrice et des frérots rochers - 1457   Sam 9 Mar - 17:38

un peu plus tard dans la soirée...

.mahaut. a écrit:
A moitié accrochée à Raoul, Mahaut continuait à fouiller l'assemblé de son regard perçant. Interdiction de rire. Ça alors, la chambellan avait disparu ! Voilà qui était facheux. Pas de chambellan, pas de traité signé. Pas de traité signé, pas de bénédiction. Pas de bénédiction, pâques au tison.
Raoul, certainement sous le choc de voir Mahaut débarquer en rampant, restait sans voix.


- Bon, je vais reprendre mon chemin. Qui m'aime me suive !


Elle se rabaissa et reprit son chemin. Petit regard en arrière, personne.


- Tsss, sont d'un vexant ici, des fois... Aieuu ! C'était ma main ! Vous, là ! Ouais, j'vous parle ! En bas ! Baissez la tête ! Coucou. Donc j'vous disais c'est ma main sous votre pied, là. Amusant, non ? Oui je suis ambassadrice. Oui, je suis par terre. Y'a une loi qui interdit aux ambassadrices d'être par terre, peut-être ? Comment vous vous appelez ? Mac Doom ? C'EST UN ECOSSAIS, FOUTEZ LE DEHORS ! Il a même pas de kilt. Ah si, tiens. Bon, permettez, je reprends mon chemin.

Elle réussit à passer sous une table. Enfin un endroit à l'abri. Personne, pas de pieds agressifs, Lynette et son roudoudou, bref, un coin calme.


*....*


Les deux avaient l'air absorbés dans une discussion. A voix basse. Histoire de bien se rapprocher l'un de l'autre. Ils ne l'avaient même pas vue. Le sang de la brune commença à s'échauffer. D'abord, une vulgaire servante dans un bain chez son propre père. Ensuite le fâcheux "oubli de cadeau d'anniversaire". Après le "ah mais je ne peux pas venir, j'ai croisade". Et maintenant, le très risqué "ah oui, je suis content de te revoir, mais tiens, et si j'allais sous la table avec une de tes amies habillée en presque prostipute ?". D'un côté, elle appréciait la prise de risque... Décidément, Matpel était joueur.
Elle capta quelques mots. "Poules" "remparts". Houlaaaa

*Vite, Mahaut, réagis ! Tu peux encore t'enfuir, changer d'identité, te faire appeler Juanita Banana et inventer une danse exotique qui t'emmènera sur les routes et...tu perdras ton titre. Hors de question.*

* Détourner la conversation. "oh, vous avez vu ? Mais si, là ! Une réception ! J'vous laisse !" mais aucune satisfaction personnelle, et cela ne fait que déplacer le problème dans le temps.*

*Bon. La meilleure des défenses, c'est l'attaque. Vas-y.*


Elle s'avança à quatre pattes vers eux, les yeux brillants de colère et alla foutre une baffe magistrale au baron. Ok, elle l'emporterait peut-être pas au paradis, mais bon... au point où elle en était... Elle pourrait jouer le quiproquo devant Aristote. Sur un malentendu ça peut marcher.
Elle toisa ensuite Lynette.


- Lynette ! Je sais que tu cherches à tout prix un mari, mais de là à piquer le futur des autres, c'est petit ! Tout petit !

Elle tourna le dos et s'en alla à grands pas. A quatre pattes, mais à grands pas. Avant de soulever la nappe, le coup de grâce.


- Papapair va être très déçu par ton comportement, Matpel.


Sortie, elle se redressa, brossa sa robe et rejoignit Aimbaud, l'évêque et tout le monde, en poussant les invités sur son passage.


- Mon père, problème ! Le traité d'amitié est compromis. Ça vous dit une petite guerre ? Aimbaud, tu crois que ça intéresserait l'Anjou ? On pourrait écrire une chanson, là dessus, un hymne. Bordel, une réception si bien préparée...

______________________________


Dernière édition par Raoul le Sam 9 Mar - 17:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] La Raoulade   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] La Raoulade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: