Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Mar 27 Mar - 21:15

J'crois pas Maria. Il a crié "let go". Or let go dans le jargon maritime a deux sens en français : laisser choir un pavillon ou mouiller l'ancre. Alors j' crois bien qu'on s'est emmêlé les pinceaux en pensant que c'tait de l'ancre dont il parlait. j'me disais bien aussi que c'était trop tôt... Du coup, toute la longueur de la chaîne bâbord a défilée et le bateau a stoppé net avant l'entrée du port. Mais si ce n'était que ça. L'effet de freinage de l'ancre bâbord fit faire une embardée au navire dans cette direction, droit vers l'autre bateau qui en sortait. Et je crois qu'on aurait pu encore limiter les avaries si, pour arrêter la facheuse progression du navire, on n'avait pas jeté l'ancre tribord, ce qui fût visiblement sans effet, puisqu'elle tomba sur le gaillard avant de l'autre navire qu'était plus bas que le notre.
Du coup, ce doit être pour ça que le capitaine a réagit violemment en m'expulsant de son navire hier soir une fois arrivé à quai, aprés avoir manoeuvré durant 6 heures pour desenquiller son navire sous les injures assassines de l'autre capitaine qui nous demandait de faire des choses impossibles à nous autres et au navire. Faut dire aussi que notre capitaine avait également perdu son jeune marin espagnol pour l'aider à la manoeuvre, ce qui n'était pas fait pour le calmer. Il croyait que son novice avait deserté, jusqu'à ce qu'on le retrouve pleurant tout recroquevillé sur le quai, répétant qu'il était arrivé au port à la nage sans pouvoir expliquer pourquoi il avait terminée le crosière dans l'eau.

Je m'étonnerai toujours de la réaction des gens pendant des moments d'incident mineur.

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Mer 28 Mar - 12:59

Barcelone, dans le registre des curiosités locales

Citation :
Il reste 2 postes libres de milicien (Salaire : 8,00 écus)

Barcelone, deuxième jour, fin d'après-midi. Ici les couleurs des façades criardes et l’exubérance des habitants masquaient la misère. Barcelone ressemblait à un village de pauvres pousseurs de filets qui n’avait de capitale que le nom. Les habitants étaient même assujettis à un impôt pour subventionner la milice.

1 écu de taxe de séjour, 5 embauches depuis c'matin ! Pis y a pas d' mines !
T'es sûre Maria que tu veux attendre dans c't'auberge que boule de gomme descende de sa vallée ?

Reste la peche au bord de mer ?

Oui c'est sûr et encore avons de la chance, ils ne nous ont pas laissé les arrêtes. Quoique c'matin, j'voulais vite vendre celui que j'avais pêché en le mettant seul au plus bas prix, 16 écus, ben v'là que j'maperçois que j'ai fais chuter le cours jusqu'à 15 ! Les gens sont fauchés Maria, c'est la misère j'te dis.



______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Ven 30 Mar - 16:37

Barcelone, quatrième jour.

Ici le Port alignait la plus formidable armada qu'Aelig n'avait jamais vu, de quoi faire passer celle de Genève pour une flotte de pêche. Mais cette belle Marine tranchait avec une économie moribonde. Le peuple était raquetté et vivait chicement. Ici on avait démocratisé les bains de mer, mais point pour le divertissement et la détente. Le poisson était la seule monnaie d'échange, faute d'argent qui circulait. L'embauche étant devenue un produit de luxe pour les vagabonds et paysans. Il était même assez consternant de voir ce poisson à bas prix s'accumuler sur le marché alors qu'il pourrait être vendu dans des villes voisines à bon prix, voir même dans le Bearn qui en manquait. Mais heureusement qu'Aelig était là. Et autant dire qu'une odeur de poiscaille allait lui coller aux frusques pendant un certain temps.

On pouvait également entendre les rumeurs d'un siège à Urgell où une quarantaine de rebelles avaient déclaré celle-ci franche, alors que tantôt, furent mises à sac plusieurs mairies par des bandes armées.

Mais cela ne troublait point le moins du monde Aelig et Maria qui en patientant, barbotaient sagement dans l'eau.

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Sam 31 Mar - 16:55

Où l'on finit plus de s'étonner

Citation :
Luisike cherche un travailleur pour récolter des légumes. Qualification requise: aucune. Salaire : 11,28 écus.
Consulter

Je croyais que le salaire plancher commençait à 12. J'ai jamais remarqué qu'on pouvait descendre aussi bas.

Du jamais vu !

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Meliandulys
Camelot
avatar

Messages : 2958
Date d'inscription : 08/07/2008

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Sam 31 Mar - 18:25

Ca vient des taxes sur les embauches. Elles sont retirées après le choix du salaire par l'employeur Wink
Apparemment 6% de taxe sur un salaire de 12 dans ton exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Sam 31 Mar - 19:13

Autant pour moi, j’ai pas fait le distinguo avec la taxe qui s’ajoute sur le prix de vente des produits que l’on met en vente au marché.

Maria, dis moi que ça bouge de ton côté, j’commence à avoir des fourmis dans les jambes !

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Dim 1 Avr - 8:32

Barcelone, 1 er avril. Sous la couette au petit matin dans une auberge Formule 1 écu, quand les genres s'emmêlent.

- Monsieur ! J’vous ordonne de sortir du lit ! Vous vous êtes trompé de chambre .

- Comment ça ? C’est toi Maria ! ?

- …

- Maria, t’es un homme ! ! !? ? ?

- …

- J’ai les seins qu’ont poussés ?
Mais que signifie-t-il ?

[...]

-Faut qu’on arrête le poisson Maria !
Il est bourré d'hormones !




[...]

- J’t'imaginais pas comme ça en mec. T'as une tête de brigand.

- ...


- J’suis mignonne ? N’en profites pas !

- …

- Ceci dit, je l'ai échappé belle…Heureusement que Raoul n’est pas avec moi…

[...]

- Remarque, s’il lui est arrivé le même sortilège que nous, il aura de quoi s'occuper toute la journée… Smile

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.



Dernière édition par Aelig le Dim 1 Avr - 9:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
maria_paz
Meneuse de revue
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 29/08/2011

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Dim 1 Avr - 8:36

héhé... c'est moi qui vais m'occuper de vous deux les filles ! Twisted Evil
Allez hop, enfilez vos fanfreluches !

______________________________




Dernière édition par maria_paz le Dim 1 Avr - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
maria_paz
Meneuse de revue
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 29/08/2011

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Dim 1 Avr - 9:00

[C’est l’amour à la plage… baisers et coquillages…hahou hahou]

Et pendant que nos deux touristes s’adonnent à des explorations sensorielles
En s’abreuvant de baisers mouillés,
Sans aucune protection la poiscaille se dore la pilule sous le soleil de miel
Rougissant devant cette scène encanaillée.



- Aelig, … on nous r’garde !

-------------------------

[Bien plus haut sur la grève]

- Youhououou ! Aelig ? Maria ?

Au loin une silhouette frêle, ses jupons frissonnant sous le vent léger. Sous la tignasse blonde, des mains para sol.

- Donde estáis?

[?]

- Maria ! On dirait Galadrie !

- Mierda ! On ne peut yamais être tranquille ! Nous aurions mieux fait d’aller déjeuner sur l’herbe dans le secret d’un verger en fleurs pour imiter les butineuses.


Sa démarche est bien étrange. Une comtesse de Luna aux pieds nus qui ne parvient pas à en mettre un devant l’autre, ça manque de dignité, de classe.

- Ho pequeños suizos! ‘hips ! Responda !

Deux culs blancs cavalent à quatre pattes vers un tas de frusques. Allez enfiler des nippes quand vous êtes encore tout mouillé et couvert de sable.

- Haaay ! mé yé vous vois !

L’aragonaise vire soudain de l’oeil, titube pitoyablement et s’affaisse.
La lune, elle se l’est plantée dans un trou de sable. Son altesse est assise en tailleur, le buste raide, ébouriffée comme un balai espagnol.

Interdits et finalement inquiets, les p’tits baigneurs se précipitent vers elle.

Pour eux, l'aragonaise vient de vider sa bourse en taverne dans le but d’obtenir l’aide du commissaire au commerce local qui en a profité pour la mettre au défit d’écluser autant que lui.

Dans un ultime effort, Galadrie écarte d’une main lourde le rideau d’épis qui lui masque la vue et jette précipitamment une longue phrase rocailleuse et entrecoupée de hoquets avant de s’effondrer.

- Mais elle est complètement pétée ! Tu as compris quelque chose ?

- Je crois que c’est une histoire d’import Aelig. Elle a parlé d’une commande de jambons qu’un commissaire au commerce se serait engagé à aller la chercher à Caspe dans quelques jours. Je ne suis pas certaine, mais j’ai cru entendre qu’on pouvait l’accompagner.

Maria lève un regard sombre vers Aelig.

- Tu ne devineras jamais,… il s’appelle Cata !

______________________________


Revenir en haut Aller en bas
maria_paz
Meneuse de revue
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 29/08/2011

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Lun 2 Avr - 19:51

Zut, je suis redevenue fille ! C'est ballot, hier je vous attendais et commençais à fantasmer Laughing

______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Lun 2 Avr - 22:15

N'oublie pas de passer au vestiaire, j'y ai laissé le costume Smile

Barcelone, j'sais plus combien de jours, j'ai fini par arrêter d' compter.

maria a écrit:
Bon, paraît qu'ils sont tous partis à la guerre ! Les marchands, les bouchers, les cochons, les jambons, o-Ô, et l'sel ?

Retournement de situation donc. Plus la peine d'espérer quoi que ce soit. Et puis tout comme toi j'aimerais bien bouger.
J'attends les laissez-passer pour circuler ici et en Aragon, réponse probablement demain.

Lorsque nous les aurons, soit nous glanons ce qui traine sur les marchés aragonais avant de quitter cette pauvre contrée infestée de groupes armés terroristes, soit nous la quittons dans l'heure direction Montpellier.

-Qu'est ce qu'on fait aujourd'hui, alors ?

Citation :
Aujourd'hui, allons barboter encore une fois. J'aime bien les baisers mouillés.

-On va finir par croire qu'on lambine.


______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Ven 6 Avr - 15:02

[Z'avez pas vu Maria ? Je la cherche partout...]

-M'enfin, qu'est ce que c'est que ce binz ? Maria t'es où ?!

Taragonne, Costa Brava. Ses petits bar à tapas pas cher, son bord de mer, sa Rambla, son amphitéatre romain. C'est buccolique, c'est sympa, il y a même un petit port de pêche.

Précédemment, nos deux pionniers des transhumances estivales en Espagne avaient obtenus leur visa pour se balader librement dans tout le principat de Catalogne par l'entremise de leur bonne fée aragonaise, Galadrie.
Faut savoir que la Catalogne était rattachée au Royaume d'Aragon depuis 1137, lorsque Pétronille, la fille de Ramiro II, épousa Raimond-Berenguer IV, comte de Barcelone. Chose qui n'apportait aucun élément utile au récit de notre histoire au demeurant. Quant à l'Aragon, Galadrie ne pouvait y demander des Laissez-passer, étant aussi attendue dans ses terres que gibier débouchant de derrière un sapin à partie de chasse à courre.


Citation :
[...]le seul fait que je donne vos noms et vous seriez recherchés et capturés. Personne ne vous fera rien s'ils ne font pas le lien avec moi.

Ce n'était pas quelques casseroles que se trainait la duchesse mais une batterie de cuisine toute entière. Et la curiosité faisait se demander avec circonspection ce qui lui vallut d'être ostracisée ainsi par le conseil du Royaume d'Aragon.
Mais au risque de se retrouver empétrés dans une béchamel infernal, nos deux tourteraux préfèrent ne pas prendre le risque d'éluder la question en compagnie de la gente dame.


Maria a écrit:
De mon côté j'ai fait une demande de LP au prévôt aragonais, pas de réponse. Mais j'ai le temps de relancer avant qu'on y mette les pieds avec les patins.
Il y a au moins 7 armées sur le territoire et 3 qui nous barrent le chemin. Je préfère assurer. Ou alors, on se déguise en saltimbanques et on les amuse avec notre tour de magie. Pas sûre qu'ils aient beaucoup d'humour dans le coin.

Maria avait tout planifié : une feuille de route avec une liste de courses précises : Tarragona, Fraga, Monzon, Huesca, Zaragoza, Jaca où l'on pouvait trouver du Porto, jambon ibérique et même du quedalle...Puis nouveau coursier leur fut remis la veille du départ et pour l' occasion Maria avait bricolé une bannière rouge à croix blanche avec en surimpression ses armes, afin de passer sans être inquiétés sur ces terres ravagées par la guerre civile.

Citation :
Maria_paz de la neutralidad suiza

La seule chose qu'elle n'avait pas prévu dans son organisation bien huilée, était que son embouché de compagnon perdrait non seulement la feuille de route mais l'cheval et la cavalière avec. Et pour celui-ci, d'ignorer comment il était arrivé à Taragonne. Fallait reconnaître que cette gnôle artisanale bu dans un troquet était du brutal, deux jours dans la machine brouillard, puis au réveil, il ne savait même plus comment il s'appelait !





______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.



Dernière édition par Aelig le Sam 7 Avr - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Sam 7 Avr - 12:23

[A 10 lieues de Lerida. Où nous retrouvions Aelig, marchant à la rencontre de Maria]


- TABADA-TABADA, TABADA-TABADA, TABADA-TABADA, TABADA-TABADA , TABADA-TABADA, HIIIIIIII !.

- Tu montes cheri ?

HIIIIIIII !.

- TABADA-TABADA, TABADA-TABADA, TABADA-TABADA, TABADA-TABADA , TABADA-TABADA...





______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5286
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Sam 7 Avr - 13:17

Sobre. J'aime Smile

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Dim 8 Avr - 14:58

[En passant par Lérida-la-bataille*, où grisé par la douceur de la nuit, on pousse la chansonnette. ]

-Elle descend de la montagne à cheval
Elle descend de la montagne à cheval

Elle descend de la montagne
Elle descend de la montagne
Elle descend de la montagne à cheval
Elle descend de la montagne à cheval !


-En choeur !


-El Ejército del Ebro
Rumba la rumba la rumba bam bam!
Rumba la rumba la rumba ba ba
Una noche el río pasó,
Ay Carmela, ay Carmela.
Ay Carmela, ay Carmela.


Y a las tropas invasoras
Rumba la rumba la rumba bam bam !
Rumba la rumba la rumba ba ba

Buena paliza les dió,
Ay Carmela, ay Carmela.
Ay Carmela, ay Carmela.**



Citation :
Aujourd'hui, en chemin, vous avez croisé l'armée "Ebrios Dragones de Caspe" dirigée par Maryie et l'armée "Companyia Almogàver Ramon Berenguer, el Sant" dirigée par Jezabeldark.

-Elle descend de la montagne à cheval...

------------------------------------
*Faut savoir que Lerida fut, il y a un mois de cela, l'épicentre de la guerre civile d'après la KAP. On peut encore y voir de nombreuses troupes stationner en ville, comme nous avons pu entendre...Ben quoi? qui vous dit qu'on s'est fait repérer ?
**El paso del Ebro, chant de guerre républicain espagnol.


L'armée de l'Èbre
Rum bala rum bala rum ba la !
Une nuit passa le fleuve
Ay Carmela, ay Carmela.
Et aux troupes d'envahisseurs
Rum bala rum bala rum ba la !
Elle donna une bonne raclée
Ay Carmela, ay Carmela.



______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Lun 9 Avr - 15:17

Le dimanche à Fraga, [url=http://www.youtube.com/watch?v=ENyheixlDm4 ] c'est jour de fête [/url] au village.

Citation :
08-04-2012 08:30 : Vous avez acheté 1 jambon Iberico pour 90,00 écus.

-Maria ! Tu ne devineras jamais qui c'est que j'ai vue, tu ne devineras jamais ! Devine ! Tu ne devineras jamais ! Non, allez devine qui c'est que j'ai vue, tu ne devineras jamais ! Tu ne devines pas, hein ?
- Dame Gomelina ?
- Comment qu’t’as fait pour deviner ?

Qui était donc cette Dame Gomelina que l'on recherchait tant ? Une artiste de la charcuterie, pardi ! la fée de la salaison ! la reine du jambon des couronnes de Catalogne et d’Aragon réunis ! Voilà des jours qu’on essayait de mettre la main dessus. Puis c’était pas faute d’avoir demandé où c’que donc on pouvait la trouver. Mais faut savoir que l’espagnol connaissait qu’une direction : tout droit, todo recto comme ils disaient ici, en vous montrant vaguement du doigt une direction quelconque. Puis dès fois que vous n’aviez point compris il commençait à s'enerver en accélérant le rythme de ses phrases au fur et à mesure des nouvelles tentatives de dialogue, si bien qu'on finissait finalement dans un cul de sac.

Gomelina a écrit:
Hola

me alegro que le haya gustado el jamón

si, me queda uno mas, si usted me dice a qué hora lo desea yo se lo pondré en el mercado al mismo precio que el anterior.

-Ahora ?

-Si, un minuto !

[i]Gominola, qui était charmante, sans age, affublée d’un tablier avec des traces rougeâtres -qu’on pourrait se croire facilement en visite chez sa vieille tante Gertrude à Baden Baden , si ce n’était les saucissons, le boudin et les oreilles de cochons accrochés au dessus des étals - vous faisait alors patienter en vous montrant un banc sur lequel ,entre deux mamies aux robes fleuries, il convenait d’attendre sagement son tour qu’elle ait servi les cinq clientes précédentes, pris des nouvelles de la famille de chacune, s’enquière de la recette de la poule au pot de la semaine dernière, se rende dans sa boutique dix fois pour aller chercher la marchandise, se trompe dans l’addition et fasse une sieste juqu’à la fin de l'aprés-midi…Ce qui vous amenait rapidement au début de la soirée, si vous n'y preniez garde.


Citation :
08-04-2012 18:00 : Vous avez acheté à Gominola 1 jambon Iberico pour 90,00 écus.

Puis au vue de l’heure avancée, l'aragonaise étant très ouvert touristiquement et le dimanche se passant traditionnellement en famille, elle vous proposait alors de venir manger à la maison autours de plats variés au grand nombre d'ingrédients raffinés comme des tripes frites, du boudin fri, des oreilles de porc frites, ... Tout cela accompagné de gros haricots fris provoquant parfois quelques problèmes gastriques...Invitation qu'on finissait par accepter parcequ'on avait pas tout bien compris au début et qu'elle eut fini par s'enerver en accélérant le rythme de ses phrases, si bien que...

[...]

- Maria, quand j't'ai dis de mettre le ch'val à l'envers derrière la f'nêtre, pour qu'on s'enfuit une fois qu'elle eut le dos tourné, t'aurais dû r'pérer la f'nêtre, parc'qu'en étant obligé de r'venir chercher l'ch'val, on est r'venu juste à temps pour l'plat principal !

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.



Dernière édition par Aelig le Lun 9 Avr - 17:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Lun 9 Avr - 16:48

Morzon, todo recto après Fraga, bled paumé comme on en trouve tant d’autres en Aragon…

Tagada, tagada, tagada...

PAF !

-Aïe !

Hiiiiiiiiii !

-Qué passa ?

-J’viens d'me prendre un chorizo en travers d'la tronche !

…où l’autochtone est irascible et imprévisible.
C’est Maria qui l’a dit.


______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Mar 10 Avr - 21:58

Lol

Maria a passé jolie annonce hier sur la gargotte aragonaise pour annoncer qu'on cherchait des produits de luxe, vu le désert.

Maria_paz a écrit:
[rp][/rp]

On s'est fait acceuillir aujourd'hui en fanfare à Huesca. Ce matin il n'y avait rien et ce soir :

Bouteilles d'huile d'olive 155,15 5
Jambons de Parme 139,10 1
Jambons de Bayonne 107,00 3
Vin de Bordeaux 90,95 5
Tonnelets de vin de Porto 214,00 4
Vin Rioja 214,00 4

sans compter les produits qu'on a acheté aujourd'hui

Very Happy

Par contre il nous ont pris pour Shmurtz...

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
maria_paz
Meneuse de revue
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 29/08/2011

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Mer 11 Avr - 0:34

[Dans les vallées profondes et verdoyantes, où les ruisseaux gazouillent et les brigands trifouillent, on y entend aussi le loup, le renard et la belette]

- Maria tu as entendu ?
- Oui, mais chut ! Grouillons nous. Pas envie qu’on nous découenne et qu’on nous pende comme de vulgaires jambons.

Citation :
Hier, vous avez été témoin du combat entre un groupe composé de Isabella_de_chesnais et de Waldred et Camilo05. De toute évidence, la première personne tentait de racketter la seconde.


[Huesca par ci, Huesca par là, Huesca couci, Huesca couça, Huesca on r’passera par là, p’têtre]

- Non, non… non ! Laisse moi tranquille !

Clapotis de castagnettes en claquettes, mains contre mains.

- Allez, un p’tit bisou !

- Nan !

- Rien qu’un p’tit, tout doux et parfumé !


El Agujero Negro
Menu
migas a la pastora –

Ne traduisez pas n’importe comment, sinon vous aurez : « tu mets des morceaux de pain dans la bergère » mais après tout, chacun ses plaisirs.
Soupe de Huesca, à l’ail
morue à l´ail
agneau de lait… à l’ail
boudin … à l’ail
tresse d’Almudévar
châtaignes en pâte d'amande


Au trou noir, il n'y a pas de trou normand.
Il y a des jours où l'on aimerait bien, pour changer, terminer le repas par des mojitos. Pour la menthe, évidemment.


- Diiiis-donc, je n’avais pas remarqué que ce bigadin était aussi cambré.

______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Mer 11 Avr - 22:26

[Curiosité locale.]

Chuck Norris facts

Citation :

09-04-2012 Chuck_norris ha sido elegido alcalde de Zaragoza

Chuck_norris fue elegido alcalde de Zaragoza. Obtiene la mayoría de los sufragios.
Chuck_norris : 100%

[Sur la route de Huesca, quand on entend le loup et le renard défourailler]

Citation :
Hier, vous avez été témoin du combat entre un groupe composé de Isabella_de_chesnais et de Waldred et Camilo05. De toute évidence, la première personne tentait de racketter la seconde.

- Oui, mais chut ! Grouillons nous. Pas envie qu’on nous découenne et qu’on nous pende comme de vulgaires jambons.

- Si tu crois que j'vais m'laisser impressionner par une môme de 16 ans... Nous sommes trop gros pour eux...
...
-Mais non ! j'ai pas dis qu' t'étais grosse ! J'voulais dire que comme elle est maigre...
...
-Mais non ! Quand j'dis qu'on est gros, c'est une métaphore ! De trop gros poissons pour eux...
...
- Mais quels poissons lune !!?


[...]

- C’est curieux... elle m’dit vaguement quelqu'chose quand même. Avec l'patron on a du avoir l'coup coeur, mais j'sais plus où...

Citation :
Les dernières personnes à avoir fait confiance à Isabella_de_chesnais :

Aelig
Cendres

Citation :
13-12-2010 07:02 : Aelig vous a accordé sa confiance.
14-12-2010 10:02 : Cendres vous a accordé sa confiance.

Elle n'a pas du vouloir montrer sa culotte...

Le lendemain à Huesca, où le prix du jambon ibérique connaît une inflation galopante,…

Citation :
11-04-2012 17:00 : Vous avez acheté à Veruska 1 jambon Iberico pour 89,00
écus.
10-04-2012 21:40 : Vous avez acheté à Veruska 1 jambon Iberico pour 88,00
écus.
10-04-2012 06:30 : Vous avez acheté à Veruska 1 jambon Iberico pour 87,00
écus.


…à "El Algujero Negro", "Le Trou Noir", c’est le tôlier qui offre la bouteille. Un truc qui vous pique les yeux.

- Diiiis-donc, je n’avais pas remarqué que ce bigadin était aussi cambré.
- Ben alors, alors, alors, on s’tire d’ici. Parc’que quand, quand, quand, le cava-cava, cavalier, i, i, i m’sourit, ça, ça, ça, m'fait chia-chia, chialer...

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Ven 13 Avr - 11:06

[Hier.]

Maria a écrit:
Oo nous n'avons pas bougé, c'est bizarre.

On a oublié d'enlever les cales? On recommence ce soir.

[Aujourd'hui]

Arrivée à Jaca où Jaca dit :

Citation :
Expéditeur : Eyla , Señora de la Pe�a de Oroel
Date d'envoi : 13/04/2012 - 07:07:20
Titre : Bienvenue à Jaca !
Bienvenue à Jaca !!!!!

Cher touriste,

Je suis heureuse d'être en charge de vous accueillir à Jaca.

Notre humble ville vous fournira un large éventail de services dans ses nombreuses tavernes où la bière et la nourriture ne sont jamais absents, et où vous recevrez l'hospitalité de nos villageois, en échange d'histoires passionnantes ou d'un peu de conversation, profitez de nos services et de votre séjour.

Je vous prie de répondre à ce message en indiquant ce qui suit:

1. Combien de jours resterez-vous, ou pensez-vous rester, dans notre ville.

2. La raison de votre visite.

Si vous avez des biens à vendre veuillez en informer le maire de cette ville, qui vous répondra, sur le potentiel commercial de Jaca, et obtenir ainsi sa permission.

Sinon, il est interdit d'acheter des marchandises en grandes quantités, sauf pour la consommation personnelle, si vous désirez acheter davantage, vous devez prendre contact avec le maire Messire Donrobert.

Voici le lien des lois en vigueur en Jaca, et en Aragon:
http://foro.losreinos.com/viewtopic.php?t=6777

Donc, je vous rappelle qu'il n'est pas permis par votre statut de touriste d'entreprendre une activité commerciale qui n'est pas destinée à votre consommation journalière et/ou n'en ayant pas reçu l'aurorisation. Ceci afin de ne pas générer d'instabilité sur le marché de notre ville.

Pour toute question, veuillez contacter notre maire ou moi-même par MP, ou en taverne quand nous y sommes présents.

Je reste à votre disposition.

Sincèrement.

Eyla
Conseillère aux Douanes de Jaca - Royaume d'Aragon

Touriste, touriste... est ce qu'on a des gueules à seulement manger des beignets frits en visitant le palais des premiers comtes d'Aragon ? Car pour la grand Histoire, la cité de Jaca fut la première capitale du royaume d'Aragon, un des points de départ de la Reconquista, et pour la petite, la dernière étape du tour d'Hispanie pour nos deux voyageurs. Demain, nous franchirons les cols Pyreneens, direction Lourdes dans le Comté de Bearn, où l'on mettra le cap vers Montpellier, à pattes finalement.

Maria a écrit:
On a la poisse, le vent vient de tourner. El Campeador ne peut pas appareiller avant quatre semaines, Monsieur a des obligations. ça doit rapporter des obligations.
[...]





______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
maria_paz
Meneuse de revue
avatar

Messages : 445
Date d'inscription : 29/08/2011

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Sam 14 Avr - 0:51

Dans un coin du marché, trois vieux à peine vermoulus, assis a sombra sur un vieux banc tout moussu.

Rafael, el molinero.
Vieil homme courbé par les ans et les sacs de farine. Toujours souriant si on se donne la peine de se pencher pour lui voir la bobine rougie par la couperose et le jaja de Jaca.

Raúl, el pastor.
Quinqua encore vigoureux. Courre plus vite après les filles qu’après les moutons. Son cabot étant aussi fainéant que lui, y’a de l’absentéisme aggravé à la bergerie et des claques qui s’perdent, comme dirait son paternel qui mord encore avec rage de ses trois dents dans le saucisson sec série limitée de 1452. Fabrication d’origine incontrôlable.

Miguel, el navareto.
Radelier qui disent de l’autre côté des Pirineos. Miguel ne flotte plus, il coule, croule sous les ans et son embonpoint. Le patron l’a viré. Temporairement. El navareto a beau taper du pied et hurler que c'est une chance dans son métier d’avoir une bouée naturelle, ça n’éclabousse personne. En attendant, il patauge dans le jaja de Jaca de concert avec Rafael.

- Dis donc, t’as vu c’matin les deux touristes et leur sacoches remplies raz la gueule ?
- Ben tu sais bien que j’dors pas ! Bien sûr que j’les ai vus ! Sont descendus d’leur penco les pattes toutes écartées comme si z’avaient été maillotés sur un tonneau, les traits tirés et les yeux dans les galochas !
- Comment ça s’fait que t’arrives à voir, toi qu’a le pif qui trace des sillons ?
- Et l’sillon d’mon joufflu tu veux l’voir ? Même pas d’respect pour mon grand âge. Si j’regarde pas en face c’est pour point voir la misère !
- En parlant d’joufflu, doit pas être vilain celui d’la p’tite !
- Tais-toi la voilà !
- Bon sang, ça pue !
- T’as raison ! Sont négligés ces étrangers.
- Ha ben c’est ben connu que d’l’autre côté y sont pas prop’
- Si ! Un gant d’toilette par an !
- Par personne o para toda la familia ?
- Té ! C’est pas plutôt ce qu’elle vient d’étaler sous not’ nez ? Qu’est-ce que c’est ?
- Vas voir Rafael !
- Ben non, pas Rafael il fait dans le rase motte ! Moi j’y vais !
- Non ! Toi Raúl tu restes là à machouiller tranquillement ta pâquerette. Son tendre est à côté et t’as les sinus fragiles !
- C’est vrai ça, combien de fois tu t’es fait péter le baigneur à reluquer les filles de trop près ? Et puis pas besoin d’aller voir. Ça sent la marée c’est tout ! ça fait longtemps qu’on n’a pas eu de poissons sur le marché.
- Vous m’gonflez, j’m'en vas rentrer pour souper. Et en passant, j’lui dirait c’que j’en pense de son poisson.


[...]

[?]

- Comment ça il est pas frais mon poisson !?!?


______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Dim 15 Avr - 20:01

Vous nous pardonnerez, chers lecteurs, cette petite pause dans le récit, un coup de pompe aprés la traversée des pyrénées...

[Bearn, où l'on trouvait quelques anciens croisés notoires et des graines fleuries de la réforme]

Citation :

"Dame Maria, nos frontières ne sont point fermées, ainsi, vous n'avez pas besoin de Laissez-passer.
Néanmoins, il faudra vous mettre en conformité avec les marchés Béarnais , pour les achats tout comme les ventes, aux prix conseillés.

Respectueusement.

Acar de Ventoux, presvot du Béarn."

[Curiosités locales]

Spoiler:
 

Spoiler:
 

[RP] Le printemps de la Réforme ou l'histoire d'un mariage.

[Tarbes]
[RP] Une grange réformée : Temple pour les enfants de Deos.

Anacron a écrit:
Alors qu’au loin les cloches de Tarbes sonnaient, annonçant la messe, AnacrOn s’avançait vers la Grange.

En pénétrant dans la maison de Deos, il se mit à rêver du jour où lui aussi pourrait faire sonner carillon et tocsin …

Le jour où des cloches réformées, pourraient à l’égale de leurs sœurs aristotéliciennes, battre le rappel de l’office … ce jour là serait le plus beau jour de sa vie !
Rien ne laissait espérer que ce jour soit proche … Bien au contraire mais il se devait d’y croire et de faire taire ses doutes et ses découragements !
Une cloche ? …. Et pourquoi pas ?
Et un clocher ? Un haut clocher s’élançant vers le ciel pour être vu de tous ? Pour être vu de partout en gargote …
(post-it)

Il sourit en s’asseyant sur un banc … Le Temple réformé était ouvert à tous, chacun pouvait venir s’y recueillir et prier … mais l’injustice de la loi, le mépris de l’église officielle, les préjugés … faisaient de ce lieu un endroit proscrit, un endroit malsain aux yeux de beaucoup !

La Grange était un lieu de paix et de prières … Rien d’autre.



Il récita à haute voix le psaume 67 :


[rp]
Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse, faisant luire sur nous sa face!
Sur la terre on connaîtra Tes voies, parmi toutes les nations, Ton salut.
Que les peuples Te rendent grâce, ô Deos, que les peuples Te rendent grâce, tous!
Que les nations jubilent et chantent, car Tu juges le monde avec justice, Tu juges les peuples en droiture, sur la terre Tu gouvernes les nations.
Que les peuples Te rendent grâce, ô Deos, que les peuples Te rendent grâce, tous!
La terre a donné son produit, Deos, notre Dieu, nous bénit.
Que Deos nous bénisse et qu'Il soit craint de tous les lointains de la terre !
[/rp]


Puis à voix plus basse, comme si les demandes personnelles que l’on adressait au Très Haut demandaient une plus grande intimité, il soumit quelques prières plus spécifiques à l’Unique.



Deos, protège ta fille Caro et redonne lui le goût à la vie.
Deos, que le bonheur accompagne la petite Angelyna et qu’elle grandisse en comblant le fossé qui la sépare de toi.
Deos, accompagne et protège Dyvina. Fais d’Holden un bon époux pour elle.
Deos, éclaire Murlok dans ses choix , ne l’abandonne pas au moment où il a le plus besoin de toi.
Deos, donne moi la force et le courage.



Il resta encore quelques instants recueilli et plongé dans ses prières puis se releva et sortit du Temple …

Dehors, le soleil brillait en ce dimanche … Il souriait et était de bonne humeur…


Une cloche ?

Une cloche ?

Il fallait bien être un dimanche, après la messe, pour rencontrer un type amoureux des cloches. Pourtant ici point de clocher, ni d'église toute proche et encore moins de messe. Seulement une grange simple et sobre dans un décor champêtre et fleuri.

-Salvé carilloneur ! je t'entends parler de cloche, mais le coeur de l'homme ne suffit-il pas comme battant pour illuminer cette journée ensoleillée ?

Ils se tenaient à quelques pas de leur interlocuteur, qui absorbé dans ses pensées, n' avait pas vu nos deux voyageurs défraîchis par la route juchés sur leurs montures, avec une odeur de marée qui les poursuivait depuis Barcelone.

- Mais dis moi l'ami, on murmure sous la barbe dans les tavernes du coin, qu'ici se trouve un lieu de paix et de prières. Est-ce ici ?

Anacron a écrit:
-Salvé carilloneur !


Il ne les avait pas entendus arriver …

Du haut de leurs montures, les deux hommes, à quelques pas, l’observaient. Celui qui s’était adressé à lui avait un fort accent. A l’évidence, ils n’étaient pas de la région. Leurs vêtures, fatigués, à l’image de leurs chevaux, indiquaient la qualité d’étrangers des deux visiteurs … Le « salvé » n’était pas non plus innocent !


Salvé voyageurs … On vous aura bien renseignés ! L’endroit est un lieu de paix et de prières pour les hommes à la recherche de spiritualité.

Il fit un pas en leur direction.

C’est aussi un lieu d’hospitalité pour les voyageurs fatigués. Je suis AnacrOn. Soyez les bienvenus chez moi.
Que venez-vous faire en Béarn ?


Il fallait toujours se méfier des inconnus, l’époque était assez violente et la petite ferme isolée … mais les deux hommes ne semblaient pas animés de mauvaises intentions.

- Ainsi donc, c'est bien ici ! Fit le cavalier enjoué.

Il mit pied à terre, tandis que son compagnon, vêtu d'une cape de voyage, baissa sa capuche qui fit soudainement apparaître une tignasse brune démêlée et le visage d'une femme aux traits fatigués par la route.

Anacron, ainsi se présenta-t-il, était homme affable et accueillant, cependant son regard trahissait un sentiment de suspicion bien connu de notre vadrouilleur au long cours, pour l’avoir rencontré souvent durant ses périples, surtout au poste des douanes de Macôn.

-C’est Déos qui nous a guidé jusqu’ici ! Et quelques chopes de bon Porto pour délier les langues…
Mon nom est Aelig, camelot, Ambuleurs Marchants et citoyen d’ Genève. Ma compagne qu’est point bavarde, mais faut l’excuser, depuis c’matin elle parle comme l’abominable homme des neige, enfin ma compagne qu’ a la gorge qui picote et qui racle à cause du froid et d’la fatigue pendant la traversée des Pyrénées, c’est Maria. Etions en Royaume d’Aragon, mais les délais des bateaux en partance pour le Languedoc étant trop longs, nous decidâmes de rentrer par voie d’terre. J’avais vaguement entendu parler de cet endroit. Avons opportunement fait le crochet en passant par Tarbes.

Alors c’est toi l’hôte de ce lieu ? Merci pour ton hospitalité que nous acceptons humblement. Nous sommes fourbus et un peu de repos nous requinquera. Puis, je souhaiterais me recueillir dans cet havre de paix, comme tu le dis si bien, pour remercier Déos de nous avoir emmenés ici sains et saufs depuis Genève et de t'avoir mis sur notre chemin, tel le phare sur les récifs.


______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3866
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Ven 20 Avr - 10:17

Anacron a écrit:
L’homme descendit de son cheval tandis que son compagnon qui fit tomber sa capuche s’avéra être une compagne …

Aelig et Maria … de Genève !


Il sourit ce qui eut pour effet de dissiper sa méfiance.

Genève … Ville phare, ville mythique pour les Réformés ! La République de Genève, cité si singulière au courage légendaire. Genève ville martyre qui avait vu déferler sur elle les armées de Rome …



J’ai visité Genève il y a longtemps … Une bien belle cité ! Je comprends que l’on soit prêt à franchir les Pyrénées pour la rejoindre …
Mais vous avez pris des risques ! Les cols sont encore dangereux en cette période de l’année et vous devez être épuisés.



Il n’en dit mot mais il était étonné que ses visiteurs aient entendu parler de la Grange … Il ne pouvait croire que l’humble Temple réformé puisse être connu au-delà des frontières du Béarn ?


Vous pouvez utiliser l’écurie pour vos chevaux … et rester le temps qu’il vous faudra ! Si vous savez vous contenter de peu, l’eau du puits et les fruits de la réserve sont à votre disposition … Vous pouvez vous restaurer et même vous laver.


Il invita l’homme à regarder la vieille Grange sur le portail de laquelle était gravé le logion 17 de Christos : « Autant la plaine est une montagne plate, autant les Hommes entre eux doivent-ils être de même hauteur. »


Quant à la nourriture spirituelle que tu sembles rechercher … le Temple est derrière toi ! Nul besoin d’autorisation pour y aller prier ou méditer.

Maria_paz a écrit:
S'il n'y avait que la fatigue ou l’épuisement.. Délier les langues à coups de porto, faut bien y mettre la lavette aussi. Et puis on ne reste jamais sur une patte. Même si parfois ça finit à quatre.

Maria était mûre, mais pas tout à fait rétamée. Elle descendit péniblement de sa vieille jument, une bête bientôt réformée, s'amusant de la présentation d'Aelig et de l’étonnement d’Anacron puis leva un index en vaporisant quelques précisions singulières.


- Il faut dire aussi qu'après avoir partagé le vin de Porto, on a vu de la lumière sur le sentier. On s'est dit : c'est la bonne ! Vu que les ténèbres se tenaient à distance !

Un accent épouvantable. La castillane avait épousé l'helvète sans se débarrasser complètement du sien. Les R roulaient, lentement. A en faire grincer les tympans.

L'évocation de nourriture provoqua une étincelle dans la caboche brumeuse.
D’une sacoche usée elle tira un paquet mou et fort odorant qu’elle tendit à leur hôte.


- Merci pour ton hospitalité Anacron.
Accepte ces modestes poissons pour améliorer ton repas. Nous les avons pêchés avec patience, des journées entières.

Anacron a écrit:
Le paquet renâclait sévère … Pas étonnant pour un poisson ayant franchi les Pyrénées !
Mais l’époque n’était pas à la gabegie et il fallait plus que quelques odeurs fortes pour renoncer à un repas … surtout au sortir de l’hiver où reconstituer ses forces était une priorité !
Il prit donc l’offrande puis répondit à la jeune femme dont l’accent trahissait les origines :



Merci … Je vais faire quelques braises et nous mangerons ces poissons ensemble si vous le voulez bien ! Je dois avoir quelques tubercules qui accepteront parfaitement l’accompagnement !
Vous pourrez ainsi me donner, autour d’un repas, quelques nouvelles du monde et de Genève ….


--Quitterie a écrit:


La gamine dans la tenue que les paysans enrichis offraient à leurs enfants les années de bonnes récolte entra dans l'étrange bâtiment où d'ordinaire on lui disait de ne point venir car cela déplaisait aux autorités du Comté et de l'Eglise. Mais là, elle avait une tache à accomplir et en était gonflée d'importance. Elle entra, presque sans frapper et son nez fut atteint par l'odeur du poisson légèrement passé.

Elle se reprit et d'une voix essoufflée par la course et zozotant légèrement rapport à des dents de lait disparues sans être encore remplacées.


Meffire Anacron, ze suis Quitterie du hameau d'Iraty. Z'ai un parssemin de meffire Holden et de sa promisse Dyvina, les zeunes avocats qui se marient à côté et vous z'attendent, ze crois.

Elle tendit le parchemin mal fermé qui se déroula.


[rp]Anacron,

Nous avons vu que des gens, avec un drôle d'accent qui traîne étaient à la Grange. Qu'ils se joignent à nous, si ce sont des frères. Ils n'ont pas l'air d'être dans le besoin mais nous devons accueillir les voyageurs que Deos envoie dans ces parages.

Fais toi notre interprète auprès d'eux. C'est avec plaisir que nous les invitons au mariage.

Dyvina et Holden.[/rp]

Zeu repars, Meffire Anacron. On m'a promis 10 sous et des oublies.

Et la gamine repartit vers la noce.

Maria_paz a écrit:
Tout en parlant, Anacron s'était détourné pour préparer le repas.

La castillane en profita pour se laisser choir sur une large chaise qui lui tendait d'avenants accoudoirs. Un léger nuage de poussière s'enfuit pour aller tourbillonner sous le rai de soleil qui s'invitait par la fenêtre ouverte. Elle observa un instant Aelig étrillant lentement les chevaux. Oui, le suisse a tout son temps. Et puis c'est sa nature : précision, qualité.

Une première botte valsa, suivie spontanément d'un soupir d'aise.
La seconde allait prendre le même envol lorsqu'un petit minois fendu d'un sourire troué fit irruption.
Maria retint l'élan avant que la botte crottée ne fasse un trou supplémentaire dans la pomme de l'enfant richement vêtue.

- Meffire Anacron, ze suis Quitterie du hameau d'Iraty. Z'ai un parssemin de meffire Holden et de sa promisse Dyvina, les zeunes avocats qui se marient à côté et vous z'attendent, ze crois.

Le temps qu'elle comprenne, l'oiseau s'était envolé en cramponnant les pans de sa parure et Anacron terminait la lecture du parchemin.
Etonnée par cette fulgurante intrusion, La Paz qui baillait encore du bec se ressaisit.


- C'est courant dans ce coin aussi isolé, les gamines en tenue de bal ?
Je crois avoir compris que tu étais attendu. Ne t'inquiète pas, je vais terminer la préparation du repas.

Anacron a écrit:
Une gamine fit irruption toute endimanchée … En la voyant prendre la pose, déclamer son texte puis s’enfuir aussi vite, le Réformé tout sourire tenta de s’adresser à elle :


Attendez princesse Quitterie du hameau … d'Iraty …



Mais la fillette filait déjà à toute allure à travers champs …



Je ne sais pas pourquoi … Certaines personnes, les princesses en particulier, n’aiment pas venir ici …


Il parcourut le parchemin puis répondit à Maria qui s’interrogeait sur l’enfant …



Si le cœur vous en dit, vous êtes invités à une noce ! Deux bons amis, deux fidèles croyants, se marient à deux pas d’ici … Ils nous invitent !


A deux pas d’ici … On ne pouvait pas dire mieux puisque le mariage se déroulait dans le près attenant …
Si les vents avaient été favorables, sans doute aurait-on entendu la musique des troubadours !

Téléportation Monsieur Spock ?

______________________________
L'hiver approche, Aëlig aussi.

Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5286
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   Ven 20 Avr - 11:02

Après ça, on me dira encore que notre guerre du Béarn de 57, elle a servi à rien... Suspect

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
[mi rp/mi hrp] Carnet de route de deux commis voyageurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» 16 mars 1957- extrait de mon carnet de route..
» Protège carnet de santé
» Au travail, sur la route, je suis 100% sécurité !
» Bientôt une route des falaises.
» Lepesqueux, la route du Rhum et les Conquérants.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses-
Sauter vers: