Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Arrivée à Genève - Mai 57

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10028
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: [RP] Arrivée à Genève - Mai 57   Sam 21 Jan - 21:38

Esclandres
Il deboula dans le bureau de police en se jettant sur le bureau

AUX VOLEURS !!!

Il était taché de sang, ILS l'étaient ! Lors de son entrée quelques peu fracassante, il portait un ami inanimé qu'il avait jeté sur le parquet negligemment

On m'assassine ! On m'dérobe ! L'peu d'chose qu'j'avais sur moi mon bon M'ssieur sergent d'police !

Il posa une stere sur la table

Vilà ! On m'a volé ça !

Regarde sa stere

Oui ... Enfin non ... Pas celle ci ... Une autre, celle ci l'était caché dans mes frusques

range sa stere

C'est arrivé comme j'vous l'dis ! PAF ! Sur la trombine qu'ils ont cognés les deux malandrins ! Ces deux langoustes n'ont pas eut la pitié d'laisser passer 2 pauv' bougres comme nous

Regarde son ami qui n'avait pas fiere allure, par terre, la gueule en biais

J'sui un honnete homme ! Mon camarade, j'dis pas ... Mais moi ! J'suis comme l'papillon d'printemps, j'volette gentillement sans faire d'mal à personne et PAF ! On m'rosse à coup d'tatane et d'baton et d'épées et d'barque et d'je n'sais quoi encore ... Sans pitié ! Z'auraient eut une grand mère sous la main, ils m'en auraient filé un coup ! Et un coup d'grand mère, c'est grave M'ssieur l'd'la marechaussée ! C'est grave !

Montre sa blessure et ses poches vides



Z'avez vu ? c'du serieux ! m'ont pas loupé

Regarde son copain au sol

Pis lui non plus ! C'est gens là faut les pendre, les decouper en rondelle et les jeter aux marcassins, faut en faire d'la viande des grisons et la r'vendrre aux François ! J'ai envoyer un'bafouille au juge. Mais j'preferai vous prev'nir tout d'même, l'coin 'lest pas sur ! Moi j'le dis comme j'le sens ... Va avoir d'la bagarre dans l'coin si ça continue comme ça. Une attaque dans l'genre et PAF ! ça finit sur une route a 40 zigues qui s'tapent dessus sans raison.

Essuie son arcade sourciliaire en sang qui coulait sur les dossiers de police

Alors ? on fait quoi ?

Arlam

Au sol, Arlam se dit que son meilleur pote, c'est ce sol, justement, toujours à le soutenir en toute circonstance, du moment qu'il ne s'en éloigne pas trop. Durant le discours de son compagnon, c'est sur, il ne va pas bien, un peu comme un type qui se réveillerait de la pire gueule de bois de sa vie, en plein milieu d'un concert de hard rock. Il patiente, attendant que celui ci ait fini et que le niveau de décibel ambiant redevienne supportable pour risquer de se relever et de parler un peu. Dur, on sent qu'il se concentre.

Ouais ben pareil qu'mon copain Esclandres, 'm'ont pulvérisé les salopiauds. J'm'd'mand'ncore comment qu'j'suis encore entier.

Arlam reprend son souffle, et cherche un support afin de soulager un équilibre de plus en plus précaire. Finalement, il aurait peut être du rester au sol.

'z'étaient une grosse troupe d'deux au moins.


Qu'est c'qu'on fait maint'nant?

Nefti

L'avoyere se pointa, sica à la taille...

Hey les deux comiques..on remballe son étalage sur le marché!
Z'avez pas le droit de commerce ici...et pour les plaintes, z'allez voir la police qui va arriver...mais en silence.
Si vous voulez séjourner tranquilles, pensez à respecter les lois de Geneve aussi, on n'est pas à la foire à neuneu!


Powerjeff

Le lieutenant-procureur écouta patiemment les 2 inconnus en notant tous les faits.

"Messires, vous serez avertis dès que les choses évolueront. Laissez la police faire son travail, vous serez les premiers informés en cas de nouveauté".

Il aurait bien répété la phrase en anglois et en espagnol, mais il ne savait pas parler ces langues.

Power vit GN entrer et invectiver les 2 malheureux. Il fronça les sourcils en entendant que ces manants avaient déja mis des marchandises en vente sans autorisation.

"Ah bein vous allez battre un record : un dépot de plainte en votre faveur et un contre vous , le même jour ! ? Dépêchez-vous de retirer votre camelote de notre marché !"

Esclandres

Regarde ses papiers d'identité

D'où qu'on a pas l'droit ? J'ai ben r'gardé vot' tableau d'affichage, pas l'droit d'vendre de bois, ni d'fer ... J'pas d'fer et comme j'vous l'ai dit dans l'courrier, j'ai enl'vé mes steres dès qu'j'les ais mises, quand j'ai vu qu'la mairie s'reservait les 50 deniers d'benefices qu'elle faisait en vendant son bois. J'respecte, même si l'bénéf est pas ben grand.

Regarde son carnet

Sinon pas d'papelard qui dit qu'les G'nevois n'ont pas l'droit d'vendre leur viande et leur farine moins chere qu'les autres ...
S'non pour le brigandage, laissez courir. Les deux zigotos étaient a G'neve ces jours ci mais ... A premiere vu z'etaient plus rapide qu'certains, sont partis en Savoie vu la configuration territoriale ... Pis m'ont pris qu'une stere ... C'pas comme si m'avaient pris l'reste.


Ramasse Arlam

C'pas qu'on a du travail, mais ... le lac est ben beau, on va prendre l'soleil

Sort du poste de police avec son camarade sous le bras.

Powerjeff

"Dites donc l' "ami", ce n'est pas parce qu'on a emménage à Genève depuis 2 jours qu'on est genevois pour autant ! "

Esclandres

Alors qu'il allait sortir pour faire trempette dans le lac, le gardien de la paix et des bonnes moeurs l'interpela

De ... Euh ... Vous dites qu'vous r'fuseriez l'asile politique à d'pauv' victimes comme nous ? Des biens faisant pour l'peuple ! D'gans qui r'viennent d'entre la mort et la Franche Comté ? Deux qu'on bataillé pour sauver l'Princesse d'France y'a pas si longtemps. Un ancien combattant d'la guerre qui fit rage en France v'là une belle année qu'en a encore des cicatrices là ...

Montre sa jambe

Ici

Montre son autre jambe

Là aussi

Ouvre la bouche bien grand et montre les 9 dents qui lui restent

Enfin y'en a une qu'j'ai perdu lorsqu'Arlam m'a fait tomber en Bourgogne ... Nous ! Qui cherchons la terre promise par l'prophete Raoul ! C'fait des années qu'on marche l'pied nu pour trouver l'pays d'la neutralité sans l'trouver et qu'enfin Saint Raoul nous dit "Mon gars ! T'f'rais ben d'me suivre dans mes montagnes ! L'air y est pure et l'fromage plein !". On nous r'jett'rai à la bordure d'pays vers les Comtois pas trés francs d'collier ... Vous f'riez ça ? Alors qu'on a d'jà pris sur la mouille avec l'deux teutons qui nous attendaient derrier un arbre alors qu'on allait faire la pause pour la pissouille. M'dites pas ça ... Non ... Non ... M'dites pas ça M'ssieur l'garde d'la paix ! L'Raoul m'a tant dis "T'verras là bas y'a d'chocolat pis des vaches violettes avec d'marmottes qui sont libres d'faire c'qu'elles veulent avec l'chocolat sauf d'le manger"

Regarde Arlam avachi sur le sol

Ben mon corniaud ... Y veulent pas d'toi ... T'vas devoir rentrer en rempant comme un animal ...

Regarde a nouveau Powerjeff

Et si j'denonce ceux qu'on ach'té ma viande par paquet pour la vendre direct un chouille plus cher, l'pain aussi, c'vrai c'bizzard un boulanger qu'achete d'pain ... J'dis pas un boucher ... P'etre qui voulait r'couper la viande bien comme il faut pis mettre un'marque d'suisse, j'comprends ... 10 Viandes le bougre, l'avait faim. Bon y'a un brave qu'a ach'té un'truite qu'j'avais mis à 20 ecus pour voir ... L'est assez couillon pour ach'ter d'la truite a c'prix là alors qu'y'a d'la p'tite poiscail a 17.50 ... Lui j'donne pas son nom, j'y vais même lui offrir la chopine des qu'j'le vois.
Alors si j'donne des noms, ça fait d'moi un G'nevois ? Pour l'champs va faloir attendre un peu qu'je vende encore un truc ou deux, pis y'a tell'ment d'choix, qu'je sais pas l'quel prendre ... Mais j'reflechi ! Dur même pour et' sur d'prendre l'bon.
Qu'est qu'j'dois faire pour qu'on regarde pas d'traviole comme un vilain ? Qu'j'sois l'un des votres ? Si faut souffler Cor des Alpes j'suis partant, si faut faire un'tite partie d'Jass, j'suis d'accord, j'tape l'carton ! J'suis Suisse dans l'âme mon bon M'ssieur ! Et dans l'corps ... Dans pas l'ongtemps


Powerjeff

Le lieutenant écouta le gueux dans son langage à couper Hokuto de cuisine puis répondit :

"Messire, la loi est la loi, je ne fais que l'appliquer et je pense que vous avez tout simplement contourné la notre en vous intallant hativement pour vendre vos denrées qui proviennent certainement des pays de l'est ou de marchans à bas couts ... mais à qualité médiocre, ceux qui se font appeler les Chefs des Prix ! Me trompes-je ... Messire ?"

Le lieutenant haussa un sourcil


"Nous verrons bien ce qu'en dira le procureur ... ah ! mais suis-je bête, je suis aussi procureur !"

Un sourire narquois naquit sur le visage du lieutenant-procureur dont les fonctions semblaient lui faire gonfler dangeureusement la ciboulot ... n'était-il pas temps qu'il passe la main ?

Esclandres

Finalement ce n'est pas ce jour qu'il profiterait du bain de pied. Cela dit vu l'altitude, c'etait un coup à vous geler les arpions, autant rester au chaud avec le local de sang, Raoul lui avait parlé de l'absinthe, l'homme aux multi-taches en avait peut etre ...

Moi ! Calomnie votre honneur ! R'gardez moi bien ! J'ai l'poil sombre. La fourrure d'l'Est l'est fadasse. J'ai du sang d'sud ! A dire vrai, j'suis né en Guyenne, coté Atlantique. Soit d'l'Ouest.

Les chefs des prix ... C'pas un nom d'oiseau ça ? Qui qu'peut bien s'faire app'ler comme ça ? Moi j'suis d'ceux qu'on appel les Ambuleurs. Un'famille du Maine, un pays où y'a pas d'fromage ... Ni d'pinard ... Rien. Pour la picole, j'suis obligé d'aller en Normandie pour m'fournir un truc potable. Une tite goutte ? C'est du Calva


Sort une fiole et sert de godets de poche

C'pas l'reve, mais ça nettoie bien. Donc j'disais. J'fais pas partit d'ces gens là. J'me suis installé dans la premiere piaule qu'j'ai trouvé. Pas vilaine d'ailleurs. En bord d'lac, on patauge un chouille, mais bon ... pour pecher d'coup, c'plus pratique. Pis mon bois c'est du chêne, bien français, pas d'la broutille d'sapin ou d'meleze ! C'est du robuste. C'pour ça qu'je l'vends pas du reste. Pis là ... y'a une loi, qu'j'ai respecté ! D'mandez donc à M'dame la maire. J'ai vendu d'la viande, 5 morceaux qu'la mairie en a pris, pas d'malade a c'que je sache. R'gardez les prix du marché d'la viande, c'pas possible ... J'fais l'bon samaritain et on dit qu'j'suis un poilu fade de l'est ... Alors qu'j'ai fait un tas d'heureux.

Vide son verre

Buvez, c'est d'bon ! M'en direz des nouvelles. En plus, vu qu'j'ai pris la torgnole chez vos voisins, j'ai la balafre en travers d'la bouille. M'dites pas qu'vous l'avez pas r'marqué ! Bon ben .. ça ... c'est pas vendeur, ça attire moins l'client. Vous pouvez pas dire qu'j'fais d'la concurence deloyale ! Pis si j'vends pas trois bricole, comment qu'j'fais pour vivre par ces temps ci ? La vie l'est dure dehors ! Si j'avais été un malfrat qu'en a rien a fiche des aut', pis qu'veut vendre a tout pris ... Ben ... J'aurai tout mis sur l'marché. C'que j'ai pas fait, j'ai mis un peu pour qu'tout l'monde ait sa chance et pis pour pas faire un genre d'inflation ou d'surproduction ou j'ne sais quoi.

Alors la loi ... moi j'dis pas, j'suis l'premier à la respecter. J'vois une affiche j'la lis et pis j'suis les instructions. J'vois pas d'loi qui dit qu'faut un avis d'conseil pour s'installer, y'a qu'les bouseux d'Breton qui font ça ... Si si ! J'vous assure, pour être Breton faut remplir des fiches et montrer l'certificat du r'bouteux ... M'dites pas qu'j'ai choisi d'm'installer dans un pays comme ça ! Ce s'rait pas juste. J'dirai même l'injustice ! Pour une fois qu'je trouve la terre d'accueil, la terre promise ...

Qu'on me mette en procés parce qu'j'ai fait du mal à quelqu'un ... Mais là ... A qui qu'j'ai fait du mal ? J'ai fourni d'la viande a la mairie, des produits aux speculateurs, j'depense l'écu en taverne pour boire du local et en plus j'me lave les pieds avant d'les mettre dans l'lac. Enfin j'le f'rai car pas eut encore l'temps d'y aller ...


Arlam

Arlam continue à avoir mal à la tête, et l'incessant discours de son compagnon n'arrange rien. Il hausse un sourcil, se concentre pour remettre correctement en marche ses fonctions auditives.

La position affalée n'aide pas à la compréhension. Dans un grand effort accompagné de crispement de douleur, il se met debout, dans un équilibre précaire autant que douteux.

Dans un éclair de lucidité, il préfère rester à écouter plutôt que de sortir une bêtise.


Nefti

Nefti, l'avoyere Réformée et sicaire, fit son entrée, en demandant à Popo de venir écouter ...petite entrevue privée...

Jeune gens..

Popo, tu peux venir?


chuchottis, y'a personne qui peut nous entendre...


Euh...Izaac il a fait une boulette, il leur a transmis des mauvaises dates pour la Foire...A mon avis, ils pensent qu'elle est ouverte...Mais j'avoue qu'avec son accent et son haleine, je comprends que tu ne t'approches pas plus près de lui...
Tu crois qu'on pourrait...juste les réprimander, pour pas passer pour des nouilles devant un tribunal?


Powerjeff

Le lieutenant alla voir l'avoyère et se pencha vers elle pour qu'elle lui sussure ses mots ... .les plus doux ? non ! du tout !

"bon, messire, je pensais que cette histoire de tournoi ne commençait que le 25 mai, mais je dois faire erreur .... je vous laisse régler vos pb avec dame Nefti, notre avoyère"

Sur ce, le lieutenant quitta son bureau

Esclandres

Ah ... Presque deçu

Kirkwood

Kirk revenait chez lui.
A Genève.
Comme un héros auréolé de gloire, beau et mystérieux...

Bon, la gloire sur deux pâtés de maisons, autour de l'église dite cathédrale et de la mairie où il a longtemps sévi (il a une voix, disons, forte...).

Le mystère pour comprendre ce qu'il peut bien vouloir dire quand il fait des phrases plus subtiles que "moi voir, moi manger", ce qui complique d'une manière incroyable ces prêches réformés. C'est peut-être ça, la gloire...

Quand à la beauté, il y a longtemps qu'on ne fait plus de procès à tant de laideur, sinon le lieutenant Power se serait fait un plaisir.

Déjà qu'en tant que procureur, il devait parfois supporter (pour la raison évoquée plus tôt) Kirk en avocat (seuls les étrangers ou les désespérés faisaient appel à lui...), ce qui aurait déjà du lui valoir une médaille d'honneur pour courage mental si le règne de Deos avait pris ses quartiers sur place...

Ce qui n'était toujours pas le cas, dû se dire Power en voyant Kirk entrer dans son bureau...


Salut, Power Chef !
J'estions d'retour d'Pontarlier et j'faisions une ch'tite visite ! Comment qu'ça allions !?
Oh, mon avoyère préférée ! Ze nefti, ze only oane !

Et ni une ni deux, il la prend dans ses bras et la serre de toutes ses forces en hurlant sa joie à l'oreille de cette dernière :
Yaouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !

Puis se tournant vers les deux voyageurs, sans leur laisser placer un mot non plus :

Alors, les gaillards, on avions eu des problèmes ?! Faisions confiance aux z'autorités d'Genève, elles estions là pour vous aider !
Vous avions déjà déposé plainte ?
Alors, vot'affaire estions en de bonnes mains !
V'nez, j'allions vous montrer un coin qu'il est bon. Des pauv'réfugiés des guerres de France ! Sûrement un coup de l'EA encore ! Vous savions vous battre quand même ? 'Y avions un superbe tournoi dans peu d'temps, je, pardon, on cherchions des combattants aguerris ! D'l'a vraie joute, j'vous l'dit ! On vient d'toute l'Aristotélicité !
Z'avez mangé ? Z'avez soif ? Une ch'tite goutte ? Oui ? parfait !
Là où l'pinard coule, y'a point d'bêtises qui saoulent, disions mon paternel !
Le tout, c'est l'mental ! J'connaissions une recette qu'avions fait ses preuves, à base de chair fraiche d'ours abattu à mains nues (l'ours, pas la chair, là on avions droit à un coutal...).

Kirk revenait, et il était content.
Les jours sombres revenaient pour les autres...


et euh ... J'suis G'nevois alors ? On trempe les levres dans l'godet pour feter ça ?

Arlam

Arlam regarde le nouveau venu d'un oeil dubitatif, l'autre étant momentanément indisponible, pour des questions de pochage.

J'suis pas spécialement combattant, mais j'suis aguerri. Très aguerri même. Et en c'moment, j'suis tellement aguerri qu'j'vais aller m'r'poser que'qu'part histoir'd'guerrir un peu.

Esclandres

Esclandres avait les yeux plus ecarquillé que ceux d'un goby en phase de respiration intense aprés une apnée vaseuse de quelques heure, la bouche grande ouverte, un peu comme le même poisson cité précedemment au même moment. Il existait en suisse un gars capable de dire autant d'mots à la seconde, dire si ça devait defiler dans sa caboche, un gars qui comme toute hospitalité oblige demaned si on a bu la goutte et croqué dans la charcutaille. Un gars ... Un vrai ... Comme on en fait plus, le genre qu'on adopterait bien chez les Ambuleurs. Et pour emprunter la phrase d'un ami juge qui lui avait envoyé un courrier il y a peu, dixit "n'est pas camelot qui veut", ben là pareil. Bref ... cet inconnu lui avait fait le même effet que lorsqu'il avait vu le Raoul pour la premiere fois ... Palpitations nasales, et ça ... ça voulait tout dire. Il tendit la main direct vers cet homme

Esclandres d'Avanie ! Ambuleur, fils d'pas grand chose et père d'rien !
D'la joute j'en suis, j'viens d'loin pour la faire


Regarde le lieutenant et la maire

Même que j'vais vivre ici ! Si mon gars ! J'suis installé ! J'attends plus qu'les autorités disent qu'suis G'nevois, dès qu'j'aurai soufflé dans l'cor des alpes, car parait qu'c'est l'seul moyen.

Grand sourire puis regard de retour vers le sieur Kirk

Me manque juste l'part'naire ... L'Glaber doit m'presenter un zigue, Kirkwood qu'on l'appel, parait qu'c'est un fortiche, il a tué 2 geants rien qu'du r'gard, tordu les bras d'un manchot et ça ! c'est pas facile. Le Kirkwood mon gars, il pense et Paf ! Il agit ! Il s'repose pas entre les deux.

Fait un grand oui de la tête, mouvement lent et accentué

Et toi ? T'en es ?

Kirkwood

Kirkwood avait quand même dû s'arrêter de parler pour respirer, séquelle navrante (selon lui) des blessures de Pontarlier. L'Esclandre en avait profité pour lui voler le crachoir, ce qui était fâcheux au premier abord, mais il avait ensuite réussit à intéresser Kirk, puis à l'interloquer.

Rire ou se fâcher ?

Boh, il avait une bonne trogne, le nouveau combourgeois genevois, pis la franchise, y'a point, ça se respecte, surtout quand des nouveaux déboulent à la catapulte dans un environnement nouveau !


Ouhlà, mon gaffiot, comme qui disent les Romains, c'est-t-y qu'y aurait maldonne, confusionage voire, qui sait, entourloupement ? Ton Glaber, ça m'disions que'qu'chose, quoique j'soyons point sûr, mais ce qui estions certain, c'est qu'il a milkshaké les G'nevois, comme qui disent les Brittons !

Cui qu'tu m'décrit, c'est l' Nicburissime Nicbur himself, l'roc de Gibraltar d'Genève, l'occitueur de comtes dolois ! La placide férocité d'la marmotte et la puissance d'l'ours !
Adversaire avec lequel faudra comptifier durant l'tournoi !

Et m'regardions point comme ça, biscotte c'estui dont t'avions donné l'blaze, le Kirkwood, c'est myself z'en personne !

Hé ouais, j'estions Kirkwood. Lecteur réformé. Soldatifié z'et tout c'qui s'en suit. Avocationneur à ses heures, celles de sz'autres et le malheur d'certains. Rescapé d'l'Armée du Salut républicaine étrillé d'vant Pontarlier et vainqueur du tournoi à deux reprises !

Ah ah, ça t'la coupe, hein !

Viendez z'avec moi, j'vous offrions l'coup !

Tu veux guérir pour t'aguerrir, l'Arlam, t'avions ben raison ! Mais l'tournoi, c'estions aussi l'occasion d'faire des rencontres, d'vendre des tas d'trucs z'au marché, quoi qu'vous avions peut-être du mal à comprendre notre organisation.
C'estions helvète, parfois complicated, toujours nett !

Allez, serre-m'en cinq, l'Esclandre, l'estions temps d'faire connaissance et d'affiner not'strategion, comme disent les Byzantins !
J'allions t'faire découvrir l'lieu d'not future victoire !
T'as d'jà tiré à la catapulte ? La baliste? L'arbalète p'têt ?
Tu vas m'raconter vos exploits !

Mais d'abord, fallions qu'on causions mental.
Très important le mental.
Comme qu'on va s'battre entre la forêt, la mine et l'lac, l'mieux à mon avis, mais tu m'dis c'que t'en penses, c'est d'penser comme un arbre.
Sentir comme ses feuilles.
Respirer par ses racines l'humus accumulationné par les temps.
Devenir le guerrier z'ultime d'Robin de Loxley, quoi...

Le Rhône en crue est un aimable plaisantin face à Kirkwood inspiré.
Au moins, ça ne lui arrive qu'une fois par an, on est plus ou moins prévenu, c'est plus reposant...


Esclandres

Les mêmes yeux globuleux et la bouche toujours grande ouverte, Esclandres avait trouvé son maître. Il ne savait quoi dire. Il tendit la main doucement pour serrer celle de Kirkwood. Et lacha simplement un petit

je vous suis ...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Arrivée à Genève - Mai 57
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Soirée "inauguration" Mac Manor Genève !
» Livre aidant a comprendre l'arrivée du petit frere/Soeur
» arrivée 2éme enfant?
» Genève : La chouette chevêche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses-
Sauter vers: