Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP - IG] Pise - Genève via Lyon, le Manuel de navigation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10942
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: [RP - IG] Pise - Genève via Lyon, le Manuel de navigation   Jeu 29 Déc - 18:12

[Note : Mes excuses, mais l'utilisateur non enregistré ne peut visualiser les fichiers joints, j'essaie d'y remédier.]

Le journal d'une Ambuleuse, chevauchée par un Ambuleur.

[là où on croise plus de monde que sur n'importe quelle chemin du Royaume de France, à part peut être en banlieue Genevoise, cela dit, ce n'est pas en France.]

L'Ambuleuse entamait son deuxième jour de vie, vent moyen mais presque, mer peu agitée, courant inverse au sens de "marche". EN fin de journée elle aura parcouru en 2 jours ce que n'importe quel pécore aurait fait en 12.

Quelle chierie mes aïeux ! Y'a un monde fou dans le coin.

Vous noterez premièrement que vu l'âge avancé de notre gars en question, l'interjection d'ancestraux nous ramène un paquet d'années en arrière et que secondement, là où il se trouve, les coins ne font pas légion.

1...2...3 ! Avec ceux d'hier ça fait 6. Les baleines ne doivent pas avoir le sommeil facile.

Compas en main, sextant à porté des yeux (un maître du mélange des lettres et des mots quelque peu masochiste l'aurait dit autrement... Notre vieux calculait le trajet à faire pour éviter baleines, rafiots voisins et banc de sardines, sait on jamais...

Marseille. Si les vents nous sont favorables, nous seront à quelques nœuds de Marseille ce soir. Esclandres ! Toutes voiles dehors ! On test voir si ça change un truc...

Deuxième jour de voyage, on tentait le diable, option il y avait, option on testait.

Citation :
[Vous avez utilisé votre point de bonus]

Rien ne se passe... De visible en tout cas.

Le comment du pourquoi.
Remémorons nous un peu, le cul de l'histoire, l'avant cette première traversée. Si vous le voulez bien. Ou pas peu importe.

Après un long stage en mairie de Montmirail, terre Royale longtemps défendue, plus avant encore quelques periples qui font la fierté commerciale d'un vieux et de sa jument verte. Une phrase revenait souvent aux oreilles des Ambuleurs.

Qu'est ce que je m'emmerde... J'ai l'âge de canner et c'est l'ennui qui va me faire bouffer le pissenlit...

Par chance, une princesse perdue, pas le genre de greluche qui attend un baiser en haut de sa tour, un peu nunuche. Non. Le genre cuissarde, armée de 45 troufions qui la suit où qu'elle aille, quoique parfois un peu loin derrière, le genre à être un peu partout et ne pas attendre dans son plumard lascive. Certains diraient une chieuse, ils n'auraient pas tord. Bref... Un séjour angevin un peu bucolique, un peu citadin, pas le grand air, mais un petit courant plutôt revigorant. On y rencontre un borgne plein de fougue qui fait remettre le pied aux étriers, mais... Il n'y a pas à dire, le vieux radote.

Mais qu'est ce que je me fais chier...

Notre bon Roi, fait travailler ses ingénieurs d'arrache pied et le bateau naquit. pépère à un but, mettre un pied à l'eau sans en sortir une tanche ou quelques perches à 17 écus...

OOh le joli bateau ! J'en veux un !

Quand on veut on peut... Oui... Bon... Comme dirait Aelig, pire qu'un accouchement. Passage en Suisse, études, négociations trilingues, appels aux matelots, morts des uns, ennuie des autres, pour finalement se retrouver le bec dans l'eau.

Citation :
Nous sommes désolé, nous aurions bien aimé mais nous ne pouvons construire un navire de guerre pour Genève. L'église Romaine est contre, même grand Chambellan, je ne peux m'opposer à cela.

Allez expliquer au Sieur que le dit navire n'est pas vraiment pour Genève mais pour notre vieux mythomane qui quelques mois au paravent demandait à ses acolytes de lui ramener une mine savoyarde... Quand à expliquer que la raison des batailles genevoises sont humanistes et non religieuses... peine perdue.

Et le petit là... Je peux ?

C'est ainsi que toute une nuit le vieux paranoïaque fait faire des transactions à ses hommes et femme, afin que tout soit protéger. Parait que les bateaux, ça coule. Deux des meilleurs eurent déjà le droit de friser le jardin des délices... On ne va pas pousser pépé dans les edelweiss, il risquerait de s'y plaire.

Ainsi navire livré à 19h et des brouettes, premier ordre donné.


Esclandres ! Tu montes en 1er on ne sait jamais, je ne m'y connais pas en construction italienne. Il pourrait couler

3600 écus de transactions. 23h43 le reste Embarque. 23h51 on hisse les voiles.

Le lecteur pourrait dire que cette histoire est chiante, certes... Cela dit, elle résume bien la situation.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10942
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: Retour sur le pont   Jeu 29 Déc - 18:15

Il fallait un matelot et non deux comme cru. L'option fut tentée, le résultat, lui, était nul. Quand bien même.

Ah mais ça doit servir quand il n'y a pas de vent... Sujet à pousser tout de même.
Bon ça c'est fait.


Frustration ultime... il n'y a rien à faire sur un bateau. Le capitaine s'amuse toutes les deux heures à choisir le meilleur trajet. Le passager s'emmerde, comme le capitaine fût un temps. chacun son tour...

Direction du vent : Ouest
Intensité sur l'échelle d'Archibald H. : 3/4

Citation :
Le bateau est en pleine mer.
Position : X = 167, Y = 205
Points d'action : 8
Points de vie : 15

Vous effectuez un mouvement vers l'ouest.

Tout va bien...



Lorsqu'on a fait le tour, il est heureux d'apprendre
Drôle d'impression, les vents semblent changer, mais pas sur... On prend un vent faible et on se retrouve sur un vent moyen... On prend des notes, on observe, on conclu.

Le vent tourne ! la vie est bien faite quand même...

On avance fichtrement vite. On l'a dit plus tôt, mais là... On le répète.

Fichtre ! On avance vite ! A pied... ça aurait pris des plombes... Surtout dans l'eau.

On est seul au monde, mis à part les vacanciers qui trainent autour... Oui, nous l'avons déjà mentionné plus avant, mais il faut le dire tout de même, il y a du monde.

Citation :
L'Ambuleuse est le 445e navire construit sur le Royaume.

Mis à part ça donc, on est seul au monde. On a l'habitude de jeter un œil sur l'état des marchers. Il est important pour un commerçant de savoir quoi acheter. Mais surtout où vendre, car acheter... C'est déjà fait, pillage en bon est du forme du marcher de départ... 200 et quelques miches, environ 250 sacs de maïs, 80 sacs de blés achetés. 300 stères vendues sans se soucier d'une quelconque lois écrite en Italien...

Mais... On a pas de lavabo sur ce rafiot !

Des vents forts, des vents faibles, qui tournent ou pas... Même si un navire va vite, parfois on ne bouge pas des masses et s'y connaître en logique n'est pas un mal. 5 tours pour avancer de 2 cases...

Ainsi prendre un vent fort de côté pour atteindre un vent faible de face permet d'avancer. Soupire. Bien... Zig zaguons.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10942
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: La patience est peut être de mise.   Jeu 29 Déc - 18:20

Arrivée à Toulon, nous pouvons accoster ou continuer encore sur quelques nœuds.

Accostons.

Demande faite vers 22H35. 23h48, toujours pas de réponse... Plus ou moins normal vu l'heure. Continuons vers Marseille, on nous attend. Nous ferons une pause à Uzès, avec de la chance des personnes monterons pour aller vers Lyon. On ne peut demander l'accostage qu'une fois sur le port, normal, mais gênant. Peu d'anticipation. C'est comme le point de vue, il est court. il ne nous manque pourtant que navigation experte, le reste est acquis.

De l'embouchure du Rhône et ses environs

Citation :
14 janvier 1459

Nous devrions être proche d'Uzès, l'eau est toujours salée, étonnant... Pas tant que cela. La navigation devient rude, quelques 8 heures que nous faisons du "sur-place". Les vents tournent de micros tourbillons freinent le navire.

L'embouchure est proche, nous pouvons la distinguer, impossible de l'atteindre. Le zig zag est presque impossible, le vent n'étant pas que de front. Tantôt tribord, tantôt bâbord, puis de dos, ensuite de front, enfin rien... L'approche de Toulon, puis des calanques de Marseille nous ont donné du mal, mais là...

Un petit schéma des vents à cette heure. Visiblement faibles mais dans tous les sens sur l'embouchure, par chance en direction de la terre pour la plupart, c'est donc notre heure. Il y a de cela deux heures, tout était inversé avec des vents moyens à forts, 4h au paravent les vents étaient moyen venant du nord ouest.


Citation :
Le 17 Janvier.

Ce jour, nous sommes à Lyon, dans l'attente du droit d'amarrer, depuis quelques heures déjà...
Un point noir : Être chef de port ne devrait pas être un port confié à n'importe qui. Ou prévoir bien à l'avance de prévenir le chef de port. Par cela contacter le maire pour qu'il donne le nom du chef de port puis écrire... Toute une sinécure !

Naviguer sur le fleuve ne fut pas plus difficile qu'en mer.
Le courant était contraire, parfois les vents aussi. Nous sommes presque sur d'avancer avec un vent de force 1 de front et le contre courant. ce qui est moins le cas avec un vent plus fort, même si il est de bâbord ou tribord.

L'avenir nous dira que certaines remontée du Rhône ne sont pas évidentes... Avec le même navire.

La nave génoise fût un bon choix. Aurions nous eut les mêmes facilité avec une nave de combat ? L'avenir nous le dira, espérons. Il faut compter 3 à 4 jours de voyages pour faire Arles - Genève.

Ce jour, nous sommes dans une impasse. Les armées françaises campent autour de Genève, nous ne pouvons amarrer sans prendre le risque de nous retrouver les pieds dans l'eau, la gorge ouverte.

Nous n'avons croisé que de petits bateaux sur le Rhône. Intéressant.


Des Lois des ports
Citation :
18 Janvier

On va crever... Ce n'est pas le radeau de la méduse, vu qu'on est sur un fleuve, mais au moins celui de la tanche...
Plus de 24H à attendre une réponse positive pour amarrer L'Ambuleuse.

Démarches faites
- Demande officielle (click bouton)
- Contacter le chef de port (Courrier, mais il faut connaître le chef de port)
- Contacter le maire de la ville (Courrier, facile à trouver dans l'interface IG via les infos du Royaume)
- Contacter le porte parole du conseil (Courrier, il faut le connaître...)

La demande officielle ne peut se faire que lorsqu'on est sur le port, on ne peut pas anticiper. Le meilleur moyen semble donc de contacter le maire afin qu'il nous transmette le nom du chef de port.

18 Janvier
On va crever... L'un des passagers n'a presque plus d'argent pour se nourrir dans la taverne, le prix minimum même pour UN seul sac de maïs est 5 écus.

Les choses pourraient être tellement simples, on entre, on ressort. Et bien non. Le conseil est supérieur au maire, il faut donc demander à une personne de pouvoir entrer, celui ci transmet, si il a le temps et si il est présent... Ensuite le temps qu'un conseil se décide

"et si c'est un brigand ?"
"C'est vrai ! Vous avez vu ce gros bateau ! On ne sait pas ce qu'il y a dedans..."
"Une grosse bête, il y a une grosse bête je l'entendu mugir depuis 4 nuits !"
"4 nuits ?"
"Oui oui ... ça fait un paquet de temps qu'ils sont à la porte..."

trop de protectionnisme tue les pirates de bonne famille...

19 Janvier
On sera crevé.

Frustrations
Citation :
19 Janvier

Nous ne sommes pas mort, ni entrés dans le port du reste...

Des modifications on été faites sur les navires. Il semblerait que la Nave Génoise puisse transporter 8 personnes + son équipage (contre 10 + son équipage annoncé). C'est comme le nombre de matelot, 1 capitaine et 2 matelots prévus, réellement 1 capitaine et un marin. D'autres modifications ont été faites sur les autres navires, mais on s'en fout, on a une nave Génoise.

Rien à dire de plus, à part râler sur les chefs de ports et les conseils...

Note pour plus tard, avoir un droit d'entré voté par les conseils portuaires du Rhône.

Deux minutes d'arret

Citation :
21 Janvier.

Le conseil du Dauphiné soit loué, surtout leur porte parole, Dame non seulement agréable mais aussi prévenante et efficace.

Nous avons eut l'autorisation d'entrer une journée, Je les en remercie, même si il y a eut 5 jours d'attente et un homme affamé... Ravitaillement rapide, nous sommes à nouveau sur l'eau.

Autant on embarque sur un navire aussi rapidement que l'on peut dire "Ouf !", autant la descente se fait à petit pas. Débarquer prend une journée de travail, alors que l'embarquement est immédiat.

Embarquer se fait discrètement, seul le recensement journalier dira "XX est parti, il n'est sur aucun nœud répertorié", pas de rencontre de douanier ou autre. A l'inverse du débarquement qui est équivalent à une entrée en ville après un voyage.

Ce qui veut dire ?
Que l'on peut s'échapper sans risque d'une ville assiégée, mais qu'y venir en bateau est tout aussi dangereux qu'à pied si l'armée vous à listé.

Les passagers d'un bateau sont "invisibles", seul Esclandres qui est descendu à terre a reçu un courrier des douanes.
On ne connait donc que le capitaine.

A savoir, on peut entrer en groupe dans le navire, en lance, en groupe armé et en armée.
On peut former un groupe sur le navire, une lance. Mais pas une armée.
Il faut une journée à un groupe pour monter dans un navire, même si on est seul.

Lorsqu'une armée entre sur un navire, il semblerai qu'elle se disloque, mais elle existe toujours, il faudra donc faire rerentrer les soldats après être monté ou descendu. Plus besoin de 1000 autorisations pour traverser le pays avec une armée...

De l'emmerdement
Nous l'avons vu précédemment, il n'y a rien à faire sur un bateau.

La légende comme quoi en passant par la V2, "il est possible d'étudier" est fausse. On ne peut pas accéder aux RR via la V2 lorsque l'on est sur un bateau...

Notes en vrac :
Prochainement un rapport de combat.

Quelques notes cependant
- La fonction "naviguer et attaquer" ne fonctionne pas, il faut être sur la même case que la cible pour attaquer.
- Navires attaquables même si il est dans un port et sans capitaine, pas sans risque.
- Fouiller l'épave = que l'or pas les produits.

Sans matelot, un navire voir son déplacement réduit. Mais il semblerait qu'il suffise de déclarer un matelot pour que le navire ait les bonus liés. Il n'est pas nécessaire que le matelot accepte.

Le sur-encombrement n'empêche pas de monter sur un bateau. Il n'empêche pas de descendre non plus.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP - IG] Pise - Genève via Lyon, le Manuel de navigation   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP - IG] Pise - Genève via Lyon, le Manuel de navigation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grande Tétée 2010 - Lyon
» master culture de l'ecrit et de l'image Lyon II
» Des manifestations de lycéens dégénèrent à Nanterre et Lyon
» De la folie chez MAC Edouard Herriot à Lyon !!!!
» boutique mac lyon part-dieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses-
Sauter vers: