Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Maine, le retour II et cascades en Anjou - juillet 1459

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10032
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: [RP] Maine, le retour II et cascades en Anjou - juillet 1459   Jeu 29 Déc - 17:18

[Aelig]
Citation :

Claquement de sabots sur le pavé mouillé d'un cheval à la robe singulière et harnaché à une charrette, au milieu de laquelle dormait une jeune femme sauvage et farouche à qui manquait une pantoufle. Et qui dort trop à la tête comme une citrouille, comme dirait le vieil adage. Notre bonhomme, cape rapiécée et décolorée sur le dos, bâton en guise de soutien, marchait en avant de l'équipage, les brides de la monture à la main.


-Le Maine enfin !
On avait voyagé longtemps et comme tout voyage inorganisé, la balade bucolique s'était transformé en Odyssée, digne du roman d'Homère. En plus Barth' avait égaré son épée et nous Barth'.

-C'est calme...
Tout ça pour ça.


Mais ne nous arrêtons pas à la surface des choses. Sûrement doivent ils fêter un mariage quelque part.
Nous sommes jeudi ? Ah !
Un banquet peut être? Non la guerre !
Mais non, c'est pas ici la guerre. La guerre, c'est derrière, en Touraine.
Les transhumances estivales alors ?
C'est possible.



Et dans le Maine, les premières impressions qui frappent notre voyageur de retour sur ses terres d'enfance, c'est la pluie et le redressement fiscal sous forme de pigeon scellé d'un cachet de cire rouge estampillé Mairie de Montmirail.


-Allons bon, pour 7 écus...
[size=150]42,49 écus de pénalité ! [/size]
Ah, quand même.
J'en ai payé plein, aurais-je oublié cette dernière traite?

Cherche dans sa bourse.
sort un écu.
Mazette. Bon? qu'est ce que je vais bien pouvoir inventer cette fois-ci ?
J'ai usé le répertoire.
[...]
Je vais peut être payer.
Ce sera moins fatiguant....


- Heulà !

Interpella un badeau curieux, s'approchant.

Voilà bin une étrange bête que vous trimballez. De quel pays v'nez-vous, M'sieur l' voyageur ?

- D'Hélvétie.

- D'Hélvétie ! Ah ! ah ! Et là-bas, c'ment nomme-t-on la couleur de vot' ch'val ?

-Violet.

-Ah ! ah !

-Et dites-moi, en échange, savez-vous comment on nomme chez moi une face comme la vôtre ?

- ...

-Tête de cul.

Citation :
Arrivée dans les vastes forêts d'Anjou.
...Où la nature libre et hardie, Irrégulière dans ses traits, s’accorde avec ma fantaisie....

J'ai retrouvé une vieille cache, une planque abandonnée. Depuis les ronces sont montées vers les arbres, les arbres se sont baissés vers les ronces.

Va falloir que j'élague.

Il y avait là aussi un cadavre. Un soldat avec les armes d'Orléans. Il est Mort à première vue.
Un observateur peut être.

Il a déjà dû être dépouillé, sa bourse est vide.
Pas bon de le savoir là. Il va me gêner, je risque de trébucher sur lui.
Puis j'ai vu personne d'autre cette nuit.

Je me tâte de savoir si je ne vais pas traverser la capitale aujourd'hui et me planquer entre Angers et Craon.
J'y serai plus à l'abri.

Citation :
Quand on écoute pas ses intuitions...

Au milieu de la nuit, tapis dans la pénombre, Aelig a la surprise de voir que le cadavre du soldat se relève soudain. (Il se connecte)



Citation :
24-07-2011 04:05 : Vous avez racketté Flodusmv qui possédait 0,00 écus.
24-07-2011 04:05 : Vous vous êtes battu avec Flodusmv (coefficient de combat 5), qui essayait de vous résister. Vous avez triomphé, l'obligeant à vous ouvrir sa bourse.

M'a fait peur ce con.

Voilà ce qui me coûte de tenter le diable.
Y a vraiment dégun ici.

Lève le camps.

Citation :
Sur la route de Craon.
Où une lune presque ronde inondait le chemin d'une lumière bleutée, où les yeux grands ouverts on tendait les oreilles à l'affût des bruits suspects.
Lorsque soudain les chuchotements d'une conversation se firent entendre.


[Allez hop , cascade]

-Tac tac Badaboum ! A vot'bon coeur msieurdame !

Citation :
26-07-2011 04:04 : Vous avez racketté un groupe composé de Azelmie et de Leborgne qui possédait 62,87 écus et des objets. (6 miches de pains.)

(Franc-comtoise et du Limou.
Mon revenant a dû vouloir se venger, je viens de voir qu'il avait 31 écus sur lui depuis hier, sûrement pris à un passant.)

Mon bonhomme maitrise bien la course à pied aussi. En plus des roulades.

Citation :
Mot d'excuse.
Citation :

Chère Damoiselle,

le bonsoir

Pardonnez mon irrévérence et je tiens par la présente à vous transmettre mes plus humbles excuses pour vous avoir incommodé cette nuit.
Veuillez cependant, par mon acte, y voir une autre volonté que celle de vous blesser ni plus de vous toucher dans votre orgueil. Je comprends aisément l’indélicatesse dont je fais preuve dans le cas fort probable où vous n’avez à mon endroit aucune bienveillance, ni même pardon.
Mais sachez, damoiselle, si j'avais eu le choix, c'est non point de quelques piécettes dont je me serai emparé, mais de votre charmante personne.

Je vous baise la main et vous répète mes plus plates excuses.

Un admirateur masqué.

Citation :
Réponse émoustillée :
Citation :

Azelmie frémit a à lecture de cette missive...Elle rougit et revoit le sieur qui les as dépouillé cette nuit, son regard qui se posait sur elle.. heureusement Le Borgne était présent et avait fait en sorte de lui donner rapidement les écus demandés.
Elle était seule en taverne quand le pigeon se posa.. elle plaqua sa main sur sa bouche et sorti prestement de la taverne.. elle couru pour rejoindre Virgil et lui tendit cette missive qui lui brulait les doigts...

Citation :
27-07-2011 04:03 : Vous avez racketté Cedric0582 qui possédait 138,40 écus et des objets.

24 pelotes de laine
1 peau

Citation :
Arrivé à Craon ce matin suite à une invitation à me rendre... au tribunal.
Qui a dit que les voyages avec Aelig étaient monotones ?


Citation :
procès opposant 2011-07-27, Aelig au Duché d'Anjou

Aelig est accusé de trouble à l'ordre public.

Le juge attend la première plaidoirie de la défense
(à déposer sous deux jours ouvrables après l'accusation)

Acte d'accusation
Date de début de l'affaire : 27 juillet 1459
Nom du Procureur au moment de la mise en accusation : Estrella.iona
Nom du juge au moment de la mise en accusation : Alinéa
Cas de récidive : Non


I/ ENONCE DES PARTIES

Nom de l'accusé : Aelig
Déclarant demeurer le Saint Empire romain germanique, dans la ville de Genève.

Nom de la victime : Cédric0582, craonnais.


II/ ENONCE DES FAITS

Dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 juillet, un homme a sauvagement agressé sieur Cedric0582, lui dérobant une centaine d'écus et plusieurs dizaines de pelotes de laine et de peaux. La victime, craonnaise, accuse le sieur Aelig d'être l'auteur de cette agression, accusation corroborée par un événement ayant eu lieu la nuit précédente au même endroit durant lequel un homme a pareillement agressé deux personnes et a envoyé une missive non signée à l'une des victimes. Cet homme pourrait donc aussi être l'auteur de l'agression perpétrée contre le sieur Cédric0582.

L'accusé est suspecté de trouble à l'ordre public.


III/ PREUVES

Témoignage de sieur Cédric0582
Témoignage de dame Azelmie de Kaedel
Témoignage de sieur Virgil de Kaedel


IV/ TEXTES DE LOIS

Articles de la Coutume angevine :

15- La présomption d'innocence est de mise pour les nobles angevins et les gueux de bonne réputation de sang angevin. La procure se devra de prouver leur culpabilité
16- La présomption de culpabilité est de mise pour tout autre individu. La défense se devra de prouver son innocence.
18- Du trouble à l�ordre public
Constitue un acte de trouble à l�ordre public, toute perturbation au bon ordre, à la sécurité, à la salubrité et à la tranquillité publique.
22- Le brigandage commis en Anjou est un crime. S'il est commis contre un angevin, cela constitue un caractère aggravant.

Entrez ici votre plaidoirie

Sur le chemin, Aelig traversa le marché.

-T'ain ! 15 écus la viande !

Citation :
Madame le Juge, bonjour.

Si fait, je me vois avec circonspection accusé de braconnage sur la chasse privée appartenant aux Seigneurs d'Anjou.
Mais avant toute chose, j'aimerais éclairer un point concernant la mauvaise transcription de votre greffier quant à ma demeure. Je ne réside point dans le Saint Empire Romain Germanique, à moins que vous considériez par chez vous que les territoires de la rive droite du Rhône appartiennent au Saint Empire d'un point vue géographique, mai en confédération helvétique ou Schweizerische Eidgenossenschaft comme disent les bourbines. Les bourbines sont les helvètes qui parlent un dialecte compris que par eux-même, le suisse allemand. Ceux là nous appellent les welch, et ça c'est nous les Romand et nous parlons une langue comprise par le Grand Public, nous, sauf quand un Romand vous dit qu'il est né en septante-huit huitante-quatre, ou nonante-et-un et qu'il passe la panosse. Mais j'ai pas envie d'y passer la journée à tout vous expliquer non plus, alors ce petit point pour vous faire simplement remarquer que je ne suis point sujet de l'Empire, mais un citoyen respectable du canton de Genève dit « Le Phare », faisant parti des cantons Helvètes, unis et réunis au sein de la Confédération Helvétique qui depuis le 20 Août 1455, à été déclarée indépendante par l'Empereur LongJohnSilver. Ainsi, toute institution relevant du SERG n'a aucune valeur sur les terres helvètes, non sans vouloir vous morigéner, mais il y a des choses qui fâchent du côté de nos alpages. D'où l'éclaircissement avant-propos.

Ensuite, je me vois accusé d'agression sauvage. Mais je n'ai agressé personne Madame ! et je vous ferai remarquer la légèreté de l'accusation de ce Monsieur à mon encontre .
D'une part, comment peut il m'accuser moi ? je donne rarement mon nom aux gens que je croise, sinon autour d'une bonne bière et je soupçonne ce messire de quelque sorcellerie. je vous démontrerai dans la deuxième cas l'incohérence de ce double crime dont on m'accuse.
Soit, j'étais bien sur la route entre Craon et Angers cette nuit là où j'ai croisé ce messire, mais je demande à ce que vous vérifiez la véracité du témoignage du plaignant. Je ne me suis battu avec personne, frappé personne et encore moins sauvagement.

Car par agression on entend attaque contre l'intégrité physique d'une personne et je jure n'avoir porté aucun coups contre quiconque. Et voyez vous même ce messire : porte il des ecchymoses ? des traces de coups ? A t'il une preuve à présenter d'une agression qui l'aurait laissé inanimé dans la fange ? d'une perte partielle des ses facultés intellectuelles ou physiques ? Cet homme ment quant au chef d'accusation d'agression qui plus est fut sauvage. Et dans tel cas, cet homme devrait être a l'heure actuelle au dispensaire et non ici, car je peux vous dire que la dernière fois que j'ai agressé sauvagement des gens, c'était durant la guerre dans nos Alpages. Hélas ils ne sont plus là pour en témoigner et à juste titre. Et si ce messire dit la vérité concernant la nature de cette agression, il me confond alors avec quelqu'un d'autre.

Et j'aimerais appuyer également mon propos quant à l'énumération de ses pertes qui est somme toute très évasive et irrationnellement exagérée. Mais je répète, je n'y suis pour rien, ce n'est pas moi. Outre le fait de m'accuser sans aucune forme de signalement ici présenté, cet homme ne savait pas ce qu'il transportait ! Je peux comprendre qu'il a dû me confondre avec son agresseur, étant moi même sur le lieu cette nuit là, mais de là à deviner mon nom et de m'accuser, moi je vous dis que cet homme est animé par le sans nom et aveuglé par sa colère en me fustigeant par erreur. Et je vous demande, Madame, de bien regarder ce messire. Il est dans la force de l'âge, il porte une barbe hirsute, signe de virilité, on voit qu'il est un travailleur manuel. Pensez-vous honnêtement qu'il se serait laissé dépouiller de dizaines de dizaines de biens, comme il dit, sans se défendre bec et ongle ?

Ensuite, je vois qu'on me suppute une autre agression sans me citer. Je demanderais également, Madame, que soient présentées la plainte publiée au tribunal avant date de mon procès qui appuie le bien fondé de cette prétendue agression et les preuves de coups et blessures à l'instar du premier cas. Et il est tout de même assez contradictoire que l'accusation s'appuie d'un côté sur une victime qui cite mon nom je ne sais par quelle magie et que de l'autre il n'est fait mention ni d'un nom, ni d'un signalement, et avec ça l'envoie d'une lettre non signée pour preuve ! C'est quand même un comble ! Ce dossier ne démontre aucun lien entre les deux agressions, si supposé étant qu'il y eut une autre agression, puisque les victimes n'ont pas porté plainte. Je n'y vois que malversation entre les trois protagonistes et un coupable vite trouvé en ma personne. A se demander si la prévôté n'aurait pas quelque peu bâclé cette histoire en se fiant simplement aux dires de la première victime sans faire de recherche de signalement et de corroborer celui-ci avec celui de la prétendue seconde victime qui n'a pas porté plainte, cela sur une coïncidence et ma présence en effet sur les lieux. Il se trouvait plusieurs personnes au même endroit ces deux jours, et voyez-vous, j'ai campé deux jours. Je me suis oublié la première journée, épuisé après avoir parcouru 200 lieues à cheval. Et effectivement, j'ai également croisé ces gens la deuxième nuit. Mais je vous jure qu'il y a erreur sur la personne.

Voilà Madame le juge, j'en ai fini avec ma plaidoirie. J'espère que tout ceci ne fut qu'un malentendu et que ce procès sera annulé.

Un souvenir

Citation :
Il y a trois jours, en chemin, vous avez croisé un groupe composé de Azelmie et de Leborgne, Cucugol, et Virgile.

La donzelle a témoigné, la victime se fait toujours attendre.

Citation :
*Azelmie se présenta devant le juge en rougissant. Elle était intimidée et toussa. Une voix claire et douce se fit entendre.

Je me nomme Azelmie, je suis de Vésoul. Dans la nuit de mardi a mercredi alors que je faisais route avec messire Virgil de Kaedel, entre Angers et Craon un homme nous a dépouillé de nos écus et nos maigres provisions.

Il nous a mis en garde en nous disant qu'aucun mal ne serait fait si nous lui donnions nos écus et nos provisions. Ce que nous avons fait préférant la vie à ces quelques écus.

Comme nous étions en route et sans le sous nous nous sommes arrêter à Craon afin de chercher gite et pitance.

Hors le lendemain j'ai reçu une étrange missive. Seul Virgil et moi même savions que nous avions été dépouillé, le signataire de cette missive était donc bel et bien celui qui nous avait dépouillé. J'ai remis la lettre à la mairesse de Craon pour le procureur. Il était évident pour moi que le pilleur était un homme instruit, malgré le manque flagrant de son instruction pour oser envoyé une telle missive a une personne qu'il vient de dépouillé de son peu.

Si je ne connais pas le nom du pilleur, il n'en demeure pas moins que celui ci a été vu par moi. Il avait de fort belles manières. Mais utilisait un patois dont je ne connais pas l'origine. il avait un visage angulaire et un menton assez long. il avait les cheveux noir et une tresse ce qui est étonnant. Je n'oublierai pas ce regard car il était insistant sur ma personne.. il est resté un long moment a me dévisager.

*Azelmie serra les mains en se souvenant de ce regard qui lui avait fait peur.

c'est le lendemain que j'ai reçu cette missive.

Voila, ce que j'avais a dire. Je reconnaitrais ce... pilleur si je devais le revoir.

*Azelmie attendit qu'on lui dise de se retirer. Elle serra les mains.. et avait peur de revoir cet homme. On lui fit signe de se retirer et elle s'exécuta.

Finalement... La Victime...
Citation :
Madame le juge,

le 26 juillet je rentrais tranquillement d'un déplacement a Angers .
J'étais donc sur la route d'angers vers Craon lorsque je me suis fait agressé par cet individu qui m'a subtilisé près de 150écus + une vingtaine de peaux et pelotes de laine.

Aujourd'hui je suis complètement démuni car il s'agissait de toutes mes économies. Je pensais ce secteur calme et sur mais je ne pensais pas que de tels barbares étaient sur les routes.

J'espère en tout cas que cet individu sera jugé comme il se doit et que les biens subtilisés me seront restitués rapidement car étant en difficulté aujourd'hui...

Veuillez trouver ci dessous une preuve de ces méfaits..
27-07-2011 04:03 : Vous avez été racketté par Aelig .

A suivre... Ou pas

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3803
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] Maine, le retour II et cascades en Anjou - juillet 1459   Jeu 29 Déc - 18:08

[Super ! j'arrivais plus à mettre la main sur la lettre envoyée à Azelmie

Bilan : 50 écus d'amende et 4 jours de prisons deux mois après. Je n'ai pas pu assister au verdict. Le mari du juge, je crois, avait tenté de me débaucher je ne sais pour quelle sombre histoire et Azelmie m'a invité à la retrouver en taverne Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Maine, le retour II et cascades en Anjou - juillet 1459
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Swedish Navy - Maine Suédoise
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» y a-t-il un point de non retour ?
» Retour à la maison après accouchement - pas de voiture!
» retour du Sénégal...voyage initiatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses-
Sauter vers: