Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Ven 2 Oct - 10:48



L'heure du départ approche.
Girouette est attachée au coche que Phonya a emprunté moyennant une somme rondelette.
Il y aurait de la place pour tout le monde, malgré le nombre affolant de pelotes de laine qu'ils amenaient avec eux.
La malle à l'arrière abrite les vêtements de Phonya. Le choix a été ardu. les robes entassées une fois, puis enlevées quand elle a constatée que la malle refusait à se fermer. La bleue, la rouge, la noire … hum ça suffira. Il reste même un peu de place pour celles de Tatou.

Tout le monde s'affaire aux derniers préparatifs alors que Nicbur a déjà pris la place du cocher.
Phonya réfléchit comment lui expliquer que son sens de l'orientation est tel, qu'elle ne peut lui laisser les rênes tout cela sans froisser sa susceptibilité.


Nic ? Tu sais Girouette est souvent imprévisible.
Il vaudrait mieux que ce soit moi ou Sembre qui la guide, elle choisit parfois des chemins surprenants et nous avons un itinéraire à suivre cette fois-ci !
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Ven 2 Oct - 18:11

Malles bouclées, non sans peine.
Chignon ad hoc, mouais, personne ne rit !
Dernier baiser avant le départ échangé, pas le premier, pas le dernier non plus.
Equipement, en double.
Nourriture, plus qu'il n'en faut.
Laine, beaucoup.

Mince, avec tout ce qu'ils transportaient, la compagnie de l'Issime allait facilement passer pour un convoi commercial et non, nuptial à première vue.

Le départ approche, Tatoumi rejoint le point de ralliement décidé par Phonya.
Celle-ci tente subtilement de faire lacher les rênes au Sublimissime, subtil et nic, pas sur que ça marche...

Elle s'approche de son amie et lui murmurre :


Tu sais, entouré comme il est de jeunes mariés, il a peut-être décidé de passer le voyage le plus près possible de Girouette....

Devant l'air effaré de Phonya, Tatoumi rajoute :

Dis-lui qu'elle mord si on la caresse !
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Dim 4 Oct - 1:13

Phonya pouffe en entendant son amie et la prend au mot.
Nic sous la menace d'une Girouette aux dents affûtées se replie à l'arrière.

Le coche s'ébranle lourdement chargé, Sembre aux rênes Phonya recroquevillée contre lui somnole, bercée par les cahotements de la route.
Cliquetis d'armes, bruits de pas ... ils croisent beaucoup de monde. Des visages .. non des allures connues … mais dans un sens… puis dans l'autre, alors que Girouette avancet tranquillement. Une escorte imprévue ? des débroussailleurs de chemins ?


Citation :
Aujourd'hui, en chemin, vous avez croisé un groupe composé de Belgarath, de Zarathoustra, de Sanctus, de Petitfrere, de Andrew_largs, de Foulques_de_st_pol et de Mariposa.
Aujourd'hui, en chemin, vous avez croisé un groupe composé de Merveille.du.mounet et de Diego.de.anda, Kamazonia, Nimgly, Nasgo., et un groupe composé de Belgarath, de Zarathoustra, de Sanctus, de Petitfrere, de Andrew_largs, de Foulques_de_st_pol et de Mariposa.

Premier arrêt.
La solitude espérée pour un jour de noces, puisque de nuit .. autant ne pas y penser tout de suite …
Bref cette espèce de solitude que certains amants aiment cultiver à deux semblent bien compromise.
Il y a foule.

Citation :
Groupes présents ici :
Lance de Belgarath, Zarathoustra, Sanctus, Petitfrere, Andrew_largs, Foulques_de_st_pol, Mariposa
C'est vrai que la clairière est accueillante, qu'en son sein dégouline un ru bien vif.
Que le bois mort y est plus cueillable, que sur les rives du Léman … Mais là … C'est tout juste si on ne doit pas se battre pour une brindille.
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 5 Oct - 10:46

Tatoumi passa la journée en Belley, très agréable le village quoiqu'un peu désert...
On va pas se plaindre, hein ? Balades en amoureux, diner aux chandelles, la journée passe trop vite....

Elle a trop bu d'ailleurs la blonde, elle s'endort comme une souche à l'arriere de la charette.

Réveil aux aurores, fraiche comme une rose au petit matin ? Non !
Il veut que je lui torde le cou ce coq ?

Tout le monde ronfle dans l'équipage, elle sort donc discretement et sans écraser de membre, si, si.
Elle s'étire longuement, baille, se frotte les yeux et se prépare à découvrir le joli coin de campagne où ils vont passer la journée.

Du bruit, arf ce coq... Des batisses, mais heu, ç'sont les même qu'hier ?
Sont pas originaux les savoyards, on s'croirait à Belley....

Elle entend marcher derriere elle et lance :

Dis ?
On était pas censés s'arreter en pleine campagne aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 5 Oct - 12:04

Dis ?
On était pas censés s'arreter en pleine campagne aujourd'hui ?


Phonya se débarasse des dernières brindilles de paille accrochés à ses cheveux en s'approchant de Tatou.
Elle affiche un sourire rayonnant


Bonjour Tatou !
C'est joli Belley, reposant.
Ici au moins il y des écuries
Idéal pour une nuit de noces !


Elle rit et finit par s'excuser
Pardon, mais je crois que je me suis endormie pour de bon .
Nous partons ce soir ... sans faute !
Revenir en haut Aller en bas
nicbur l'Issime
Camelot
avatar

Messages : 466
Date d'inscription : 28/07/2008

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 5 Oct - 22:34

Il passer la moitié de son temps à dormir dans la charette de phonya, vu qu'il pouvait pas la diriger , et passait l'autre moitié de son temps à raler... Déjà, il avait pas aimé qu'on lui interdise de choisir l'itinéraire, et, en plus de ca, il était entouré de couples qui se bisouillaient à longueur de journée...

En entendant tatou, il éclata de rire...


Mouarffffff!!! Je sais peut être pas où je vais, mais au moins, j'y vais, Moaaaa...

Et il replongea dans son mutisme

______________________________
C'est moi l'plus balèze... tremblez comtois!!!
Revenir en haut Aller en bas
Dioscoride

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 5 Oct - 23:34

Les dernières braises du crépuscule se consumaient et sur le coin d'une table de ferme une grande silhouette s'activait à la rédaction d'une missive. Le papier coincé sous son moignon, sa main gauche faisait danser la plume, n'y laissant aucune rature orner les quelques mots qu'il faisant parvenir à la dénommée Phonya.
Citation :

On m'indique que je dois vous rejoindre et incorporer votre lance à Auch. Me faudra 7 jours environ. Cherchez à y rencontrer Dioscoride de Foix, mais ne prononcez pas mon nom dans le comté Toulousain, en Provence et en Languedoc. C'est aussi bien qu'ils continuent à m'oublier pour le moment.

Il avait assez gouté les cachots de la région et avait toujours des dettes à s'acquitter, Scarificare ne tenait pas à se rappeler à leur souvenir.

Citation :
Deux conditions à notre rencontre :

1 Elle se fera en ville, Auch ou une autre, mais pas sur un nœud.

2 Une fois mon incorporation à votre Lance acquise, je ne recevrais d'ordres que de vous et vous seule, aucune autre autorité, ni celle de Mélian, mon interlocuteur actuel, ni celle de vos supérieurs ne pourrons si suppléer.

Ma main, mes armes et ma parole sont au service de La Compagnie Du Léman, quoiqu'il en advienne. Seules la mort ou la fin de mon engagement m'y feront déroger.

Vous souhaitant bonne route.

Scarificare -Mercenaire-

Il espérait son pigeon bien dressé pour parcourir autant de lieux, mais après tout la poulaillerie moderne faisait des progrès extraordinaire.

Après avoir laissait 2 écus au fermier pour le couvert, il quitta l'endroit, non sans un œil avide pour le chargement de la charrette du vieux qui attendait dans la cour. Mais profil bas il devait faire...
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Jeu 8 Oct - 18:14

Montbrisson, charmante ville, toujours aussi accueillante.

Une pensée pour Poussin qui nous avait quitté ici, le temps passe....

Un coup d'oeil au sublissime, prostré à l'arriere de la charette depuis qu'on est reparti de l'escale inopinée à Belley et ses visites de granges à foin, toujours pas perdu, bien.

Un regard sur Barkus, présent aussi, parfait, quoique vu comment ils s'éloignent peu l'un de l'autre on voit pas comment il pourrait s'égarer...

Le convoi des jeunes mariés et de leur marieur file donc à bonne allure.

D'ailleurs, y a un truc qui la chiffonne, Tatoumi depuis un moment.
Sont-ils vraiment mariés ?
Manquerait pas quelques paroles pompeuses du célébrissime ex-avoyer genevois pour officialiser le tout ?

Elle guette donc un moment favorable, pas gagné, il est d'une humeur....
Une victoire en coupe de soule royale peut-etre ?
Elle croise les doigts...
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Ven 9 Oct - 9:16

Polignac

Elle a enfin le temps de répondre aux messages qu'elle a reçus. Assise dans une taverne de Polignac, une tisane fume sur la table, sa plume à la main, les mots courent sur les parchemins. Une lettre commencée il y a quelques jours déjà, attend une conclusion qu'elle ne sait pas écrire.
Mais il y a plus urgent une réponse à cet homme, ce mercenaire, une demande de laisser-passez qu'elle a complètement oubliée …


Citation :
Nous serons à Auch dans une semaine. J'y chercherai ce Dioscoride.
Nous vous attendrons en ville ainsi que vous le souhaitez.
Vous reconnaitrez l'équipage, un cheval, un coche, deux couples et un casque.

Bonne route

Phonya


Juste quelques mots, Phonya espère qu'ils seront suffisants. Le Rouergue maintenant. il parait que les armées sont en marche sur tout leur territoire.
Les pigeons lâchés, Phonya suit leur course un instant, avant de retourner à sa plume.
Revenir en haut Aller en bas
Dioscoride

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Ven 9 Oct - 23:36

Du bon papier que la missive de la douane, le feu prenait vite grâce à elle et il allait pouvoir manger la bécasse achetée à l'entrée de Cahors. Le dernier bout de viande avant un moment, il ne lui restait que quelques boules de pain sec pour tenir jusqu'à Auch.

Éternellement sous loi martiale le Périgord, il devait le quitter au plus vite avant que quelques imbéciles ne découvrent sa supercherie pour gratter un délai de 3 jours. Le coup du brigand qui attaque le pôôôvre voyageur, ça il maitrisait, les ayant souvent vu lui réclamer la vie sauve pour aller ensuite vomir leur haine et le trainer en justice. C'est pour cette raison qu'à présent, il essayait de n'épargner aucune de ses victimes.

En pensant à cela, il fulminait de voir des routes si fréquentées, des voyageurs si riches le côtoyer alors qu'il ne pouvait les soulager de leurs effets. Une colère noire le rongeait et le remède lui était inaccessible, pas moyen de s'enivrer, ses finances étant trop justes.

Il avait néanmoins eu de bonnes nouvelles, la promesse d'un refuge où lui et son amie seraient bien reçus. Même si le borgne doutait faire de vieux os dans une cité car préférant les chemins, la sulfureuse jeune femme pourrait sans doute exercer à loisir sans les quolibets des moralisateurs du Royaume et de ses gens trop noyés dans les paroles de leurs prêtres.

Et le billet de Phonya lui donnait un espoir. Un coche voulait dire des choses à transporter, et ces choses pouvaient bien être quelques tonneaux...

C'est sur de tels songes qu'il s'éloigna la panse remplie vers les monts rendus soyeux par la nuit, laissant sur sa droite le soleil lécher une dernière fois la campagne de sa langue sanglante...
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Sam 10 Oct - 16:27

Murat.

Tatoumi se réveille en sursaut, elle a l'impression d'avoir passé la nuit à chercher comment mettre KO le 2, le 3 et le reste de l'équipe adverse tout en marquant un but accessoirement.... Brrrr...
Elle se retourne et se blottit contre le corps chaud à ses cotés, ah non, rien, la couche est vide !
Qu'il est agaçant à se lever aux aurores !

Elle s'habille et sort à sa recherche, elle a besoin de réconfort.
En vain, l'est pas là, le Barkus...

Un pigeon arrive à ce moment, elle lit la missive, son sourire se change en grimace.

Un an jour pour jour ou presque, la même route, il s'était égaré déjà puis brigandé au même endroit ou presque....
Un an jour pour jour ou presque, l'arrivée à Villefranche, les deux amants qui se démêlent...


Ah non ! On se rejoue pas la même pièce !

La blonde échevelée retourne vers la troupe et s'active à ranger le campement.

Contre-ordre !
Demi-tour !
On r'tourne à Polignac !


Disparue la soule, elle y repensera quand elle aura retrouvé son mari.
Le premier qui discute se retrouve KO au prochain tour, parole de capitaine !
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Sam 10 Oct - 20:10

Contre-ordre !
Demi-tour !
On r'tourne à Polignac !


Demi-tour ??
Phonya émerge à peine des bras de Morphée et de son époux réunis. Mais qu'est-de qui prend à Tatou!
La blonde au chignon jette pêle-mêle dans le coche tout ce qu'ils avaient sorti la veille.
La brune tressée a tout juste le temps de mettre ses bottes avant qu'elles se retrouvent balancées au milieu du tas.
Des regards qui s'échangent sont lourds d'incompréhension. Nic réajuste son armement en grognant, Sembre réajuste sa chemise ...
Barkus ...
Barkus ...


Barkus !!!

Barkus ... Polignac


Un éclair de lucidité. Phonya a compris.
Le coche rempli, elle vérifie que tout le monde est présent. Au moins ceux qui doivent l'être.


Girouette ?
Et beh ... on garde nos bonnes habitudes !
Demi-tour !


Le coche arrivera-t-il un jour à Auch ?
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Dim 11 Oct - 10:03

Une cavalcade nocturne et Polignac est en vue.
Il ne reste plus qu'à trouver Barkus et l'attacher à Tatou, solidement, d'une autre manière que par les liens du mariage ceux ci semblant encore trop lâches !

Polignac et un message arrivé au lever du jour. Les Laissez passer pour le Rouergue ne sont pas accordés.

Citation :
Date d'envoi : 2009-10-11 07:22:39

Bonjour Dame Phonya,


Tout d'abord mes excuses pour le retard à vous répondre mais nous sommes assez débordés en ce moment.

Pour répondre à votre demande, en temps normal, je vous aurai accordé volontiers ce LP, d'une part car je me souviens en effet de votre nom, d'autre part pour le lien que vous avez avec Dame Princesselucy, une de mes maréchaux (qui pour information est actuellement basée à Millau)

Malheureusement, depuis que la loi martiale a été décrété le 30/09, plus aucun LP n'est accordé, y compris par la Capitaine, qui est maintenant en charge de ceux-ci.

Vous me voyez bien navré de ne pouvoir répondre favorablement à votre demande. Je vous souhaite une bonne continuation dans votre voyage


Arnaut Pantagon
Prévôt des Maréchaux

Ils allaient devoir décider:
traverser le Rouergue en faisant preuve de discrétion ?
ou le contourner par le Limousin ?
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 12 Oct - 17:02

Retour à Polignac, retrouvailles avec Barkus, chaleureuses ?
A peine, elle allait lui faire passer l'envie de voyager solo en lui faisant la tête quelques jours... Na !

Murat, rebelotte...
Tiens, qui s'amuse à vendre du poisson moins cher que moi ? Tss...

Pas de laissez-passer....
Traversée du Rouergue en toute discrétion ? Brr, pas pres de revoir un village et une auberge, alors...

Direction Le sanglier Muratais, un peu d'alcool avant la traversée du désert.

Fernand, Nenu et une de leurs amies... Le coin est pas si mal fréquenté on dirait...
Ils sont à la cueillette des champignons, nous sommes en voyage de noces, on se promet de se revoir très bientôt, par hasard, certainement...
Revenir en haut Aller en bas
Dioscoride

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 12 Oct - 22:31

De la suie lui coulait sur le visage qu'il nettoya d'un revers de main. La seule lueur de la forge lui permettait de mettre la touche finale à son faux document.



Nouvelles frontières fermées, même façon de procéder à la différence que la douanière demandait un déclaration écrite, à la vue de Scarificare, le doute devait la titiller.
Le manchot avait dit vouloir résider à Auch et demandé un délai de 10 jours pour faire sa demande, venant d'être racketté. Toujours gagner du temps...il espérait que ses nouveaux copains ne trainaient pas en route et avaient ce qu'il fallait pour passer les frontières.

Tenant sa missive à bout de bras, devant le brasier, il se félicita de son œuvre, et tant pis si un pauvre innocent était inquiété pour rien, tant que ça lui permettait de poursuivre son but...


Scarificare prit appuie contre le mur, il n'avait jamais eu besoin de dormir beaucoup, aussi surveiller le feu du maréchal-ferrant durant la nuit et réactiver les flammes à l'aube le faisait manger sans trop de contraintes, et e plus il était au chaud...


Dernière édition par Scarificare le Mar 13 Oct - 8:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 12 Oct - 23:13

La décision était prise.
Il ne servait à rien d'aller risquer leurs peaux trop tôt.
Les réponses aux demandes de laissez-passer étaient plus que claires.
Le conciliabule restreint qui s'était tenu, avait permis d'évacuer les premières idées et de s'en tenir à la plus raisonnable. Même s'ils ne connaissaient pas la situation dans les autres Comtés, ils avaient décidé d'éviter le Rouergue.

Ils ne perdraient pas de temps, seulement devraient se contenter de sommaires ablutions, du coche pour y dormir, alors que Phonya connaissait quelques auberges bien plus qu'accueillantes .

La carte est repliée, les verres vidés, les réserves en nourriture vérifiées.

Girouette tire le coche qui s'ébranle vers le Limousin.
Revenir en haut Aller en bas
barkus

avatar

Messages : 104
Date d'inscription : 25/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Mar 13 Oct - 10:20

Barkus filait droit depuis sa boulette à Polignac... Bon c'était dans ses habitudes ce genre d'évènement mais il faisait tout pour que cela ne se reproduise plus.
Petite escale "discrète" à proximité de Tulle... Barkus s'active pour préparer le campement (c'est qu'il avait à se faire pardonner....
--- Petit cri animal dans un fourré ---


-"Tiens !! on dirais que le repas est arrivé !"

Il avait posé un collet dès le choix du site trouvé par Phonya
Revenir en haut Aller en bas
Dioscoride

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Ven 16 Oct - 12:56

Cette odeur particulière, délicat assemblage de paille moisie, de mauvaise bière, d'urine et de repas pas tout à fait digéré qui lui chatouillait les narines ne le dérangeait pas plus que ça. Ni le brouhaha propre aux sordides tavernes qui fidélisaient une clientèle de coupe-jarrets et de bandits de grands chemins. Habitué qu'il était à ne pas toujours fréquenter les beaux établissements, Scarificare n'en accordait pas moins un réel intérêt pour ce qu'il avait dans son godet.

Mais l'essentiel était là, il ne pensait plus.

Il n'était pas fait pour rester inactif, cette attente le minait. Quand il était inactif il pensait, et ça ne lui réussissait jamais de penser. De mauvais souvenirs, lui remontaient à la mémoire, où il partageait le sentier avec son clan, vivant de leurs lames et de cet esprit de fraternité qui avait pourtant eu du mal à se dessiner.
Quand avec la jeune, trop jeune Morena ils planifiaient une attaque alors que le Mulot s'occupait à maltraiter un nid de fourmis et que Tresignies était une fois de plus en retard au rendez-vous... Ce clan si chèrement acquis et qui, alors qu'ils étaient promis au mieux à une mort rapide durant l'affrontement les avait soudés et menés à la victoire. Il n'avait jamais regrettéd'avoir payé l'addition par la suite et pour ne rien gagner.

Lui l'homme libre, détaché, dont seule la quête et la préservation d'une liberté guidait, n'aimait pas se souvenir de ces moments. Il ne vivait pas dans le passé, mais de savoir que les seules personnes auxquelles il avait vraiment tenu n'existait plus l'enfonçait un peu plus dans sa noirceur. Et quand cette dernière atteignait un certains point, il fallait qu'il s'en mette une, et celle qu'il tenait ce soir en était une bonne.

Il avait obtenu un délai de 10 jours, il n'espérait pas être déçu par ceux qu'il attendait, mais 10 jours à attendre, à penser... lui coutait un paquet d'écus en boissons de toutes sortes.

Le borgne devait atteindre ce soir l'apogée de son ivresse, alors maladroitement il fouilla dans sa maigre bourse, évaluant sa fortune à vue de nez, pour acquiescer à le gueuse qui lui promettant deux coussinets qui avaient visiblement plus perdu de plumes que tout les oreillers du Royaume...mais qui avaient gagné en duvet.
La pensée fugitive de son amie qui exerçait ce même métier mais dans des officines plus adéquates et plus chichement agencées ne fit que lui redonner la vigueur qui battait en retraite sous les coups sévères de la vue de cette femme et la bière ingurgitée. Mais s'il devait payer pour s'acoquinner avec cette putain qui tombée dans l'escalier de la laideur, au moins il reprenait de l'activité.


- Moouuais ça peut le faire. T'as une piaule au moins ? Lâcha-t-il en se mettant debout.

Mais un coup de roulis soudain fit bouger le navire fantôme, abandonnant Scarificare à la rencontre douloureuse du mur et du sol, où il s'accommoda d'un repos pertinent.
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Sam 17 Oct - 21:24

Des jours en pleine campagne, des nuits en pleine campagne.... La campagne à perte de vue....

Le chant des petits oiseaux, les promenades main dans la main, les baignades improvisées dans des ruisseaux à l'eau claire, le feu de camp et les discussions à belle étoile....

Ben non, faisait un froid de canard, quand il gelait pas, il pleuvait !
On s'entassait dans le chariot et on cohabitait.

Deux couples, un militaire et une jument, quel voyage !
Il allait bouffer la liquette, le Mélian quand elle le reverrait.

Tatou ruminait, pestait contre Barkus, toujours une bonne raison.
L'avait pas assez calinée ce jour-là, l'avait pas laissée respirer ce jour-ci...
Du Tatou des mauvais jours, quoi...

Elle posait toujours la même question, du Tatou en boucle....


Quand est-ce qu'on arrive ?

Et ruminait, ruminait...

N'en ai marre....
Revenir en haut Aller en bas
tatoumi
Camelot
avatar

Messages : 561
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Dim 18 Oct - 18:24

L'avait mis le temps à se lever le jour, ce matin....
Citation :
18-10-2009 04:24 : Quand vous ouvrez les yeux, tout est noir. Un peu inquiet, vous tentez de vous lever et vous comprenez que vous avez dormi avec une barque sur la tête. "Une barque ?? Mais qu'est-ce que c'est que ce jeu débile où des barques apparaissent pendant la nuit, sur la tête des gens ?" Une seule explication : quelque part ailleurs, une anti-barque a dû se matérialiser sur la tête de quelqu'un d'autre, afin que la quantité totale de barques soit conservée au passage de la nuit.

Mais, humm, un bon lit douillet et seuls dans une chambre, l'était de meilleure humeur, la blonde....

Citation :
18-10-2009 04:27 : Vous avez passé la nuit à l'hôtel (coût : 1,00 écu).

Donc, un réveil tardif après une nuit, hmm, pas de détails...

Auch, donc. Chic enfin du monde !

Citation :
Bonjour,
Notre comté étant en état de siège, la lois martial est promulguée sur l'intégralité du territoire. De ce fait tout passage de frontière non autorisé par les autorité comtales est interdit. Les sauf-conduits peuvent être octroyer par le Prévôt aux Maréchaux Antoineleroy ou par la Comtesse Caerellyn. Tout étranger n'ayant pas reçu d'autorisation de séjourner est prié de quitter le territoire dans un délai de 24 heures. Passé ce délai, si vous n'avez point d'autorisation ou de sauf-conduit écrit vous serrez passible de poursuites judiciaires.


Kaikhan,
Lieutenant de police d'Auch

Arf, l'accueil....
J'sais pas qui gère le comité du tourisme dans le coin, mais c'est pas terrible...
Vont tout de même pas passer leur voyage de noces en mer du nord, non ?

Bon, on déballe pas les malles, quelque chose me dit qu'on va pas faire long feu ici....

Et retour sous la couette, un bon lit, autant en profiter un maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Dim 18 Oct - 23:38

Elle pousse la porte de leur chambre, fébrile.

Aaahhh !!!


Elle essaime ses vêtements en se dirigeant vers le lit, aidée par Sembre presque aussi impatient qu'elle. Elle n'a pas pris garde, mais un morceau de parchemin a voleté jusque sous la couche. Un dernier effort pour délacer une botte, la deuxième la jambe tendue vers son époux, elle le laisse aux prises avec les lacets.
Son corps est noué, presque douloureux. Elle rêvait d'un baquet d'eau chaude.
Mais il fait si doux dans la pièce qu'elle sent déjà la torpeur l'envahir.
Elle se glisse sous la courtepointe en soupirant d'aise. Ses yeux mi-clos ne quittent pas Sembre, quand a son tour il laisse tomber ses vêtements et vient la rejoindre.
Deux bras qui se ferment autour de son corps nu, son nez qui frémit s'enivrant l'odeur de Sembre, leurs jambes qui se mêlent, leurs souffles qui se mélangent le temps d'un long baiser et se séparent pour s'abriter sur un torse ou dans un cou.

Les chandelles se sont éteintes. seul le feu dans l'âtre éclaire la pièce de sa lueur faiblissante.
Elle a oublié de parler de l'avertissement de la police d'Auch, oublié de parler de celle de la Guyenne, oublié de parler de la rencontre de ce borgne à une seule main ....

Oublier ...
Ses yeux grands ouverts se perdent.
Ce poids qui l'oppresse soudain.
Tout en elle se noue et lutte pour ne pas céder au vide.
Sembre s'est endormi confiant.
Elle peut laisser les larmes silencieuses couler.
Le sommeil gagnera et les effacera.
Revenir en haut Aller en bas
Dioscoride

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 04/10/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Lun 26 Oct - 23:19

Sordide éclat que celui de la lune sur les casques des soldats qui prenaient la relève à la porte principale de Lourdes. Ces soi-disant fiers béarnais qui avaient quitté les salons soyeux de leurs maisonnées pour venir ici se distraire... Scarificare en avait assez de ces bourgeois au verbe si bien pendu, si prompts à vanter des exploits chimériques... Qu'ils crèvent tous autant qu'ils sont, qu'il en tombe un maximum du moins...

Que de mauvaises nouvelles ces derniers jours...il serait seul à rejoindre l'Helvétie le cas échéant, elle faisait un métier qui la menait à sa perte, il n'était donc pas surpris...mais affecté sans doute. La dernière, à qui il voulait offrir un établissement digne de ce nom aux clients plus sûrs que ceux qu'elle rencontrait quand elle fréquentait le repaire des brigands...

Mais qu'importe, bientôt il allait pouvoir se jouer du destin, et même si la seule rencontre à ce jour avec les Réformés avait éveillé en lui le désir de voir le Léman (probablement grâce aux yeux de ce reître à peine croisé à Auch), il espérait bien ne pas survivre. Las d'une vie de coquin, las de voir ses compagnons tomber les uns après les autres, il n'avait plus envie de trainer sa carcasse sur les routes. Ainsi sa rage, sa haine, sa hargne était toute entière réservée aux béarnais, dommage pour eux.

Son seul amusement pour le moment était de savoir un innocent au tribunal...Il ne se savait pas aussi doué pour falsifier les documents.
Citation :
Bonsoir Messire,
Je suis Eloane, le lieutenant de police qui a pris votre plainte lors de votre arrivée à Muret quand vous vous êtes fait brigander.
Je vous écris car la personne qui vous aurai brigandé est en procès en guyenne. Il faudrait que vous m'envoyer votre témoignage sur cette nuit là.
Je vous remercie d'avance. bonne soirée.
Eloane,
Lieutenant de police
Elle n'avait pas idée de l'endroit où elle pouvait se mettre son témoignage...

Mais bien à l'abri dans une écurie d'auberge, au manœuvre alcooliquement soudoyé, ses armes attendaient le signal pour à leur tour défier la lune...
Revenir en haut Aller en bas
Avoyère depressive

avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 23/09/2009

MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   Ven 30 Oct - 1:12

Ils dorment tous comme des bienheureux.
Elle, elle tourne ... vire
Inquiète et sans mots !
Elle a essayé d'écrire ce maudit testament... ce n'est pas pour les biens qu'elle possède. Non ... ils sont ridicules.
Elle a essayé de décrire avec des mots ce qu'elle ressentait. Pour la première fois de sa vie, ils n'ont voulu se coucher.
Elle en est malade, plus qu'en pensant à Pau demain. Elle aurait dû boire ... plus ....

Un message reçu l'a bouleversée.
Des mots sur un point final. Tout semble si simple.
Demain ...
Elle veut le revoir qu'il lui parle du présent, qu'elle puise dans sa sagesse et sa détermination.

Demain ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457   

Revenir en haut Aller en bas
 
[archives béarnaises] La première compagnie dicte l'Issime - Lance de Phonya - automne 1457
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La première compagnie... tous les liens
» Hélène, Patrick et Jacky dans TPMP (02/02/2012)
» La première fois aux Archives Municipales du Havre
» Les archives départementales de Seine-Maritime en ligne à partir de 2010
» Archives catholiques d'Algérie en métropole, La localisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: [archives] Les belles histoires de la compagnie-
Sauter vers: