Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3244
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   Jeu 14 Mai - 18:31

Plus loin, plus tard.

Dans le cimetière de Pontarlier.

Six silhouettes hirsutes et recouvertes de poussières émergent d’un petit caveau. Ils reconnaissent le coin, ils s’y sont battus en février…


- Ben ouais, c’estions quand même curieux, c’te tête de bouc…
- Ta gueule, Kirk, firent-ils unanimement fatigués…
- Déjà qu’on a eu une chance insigne que le mur, en se fracassant, ait ouvert ce passage à ce tunnel qui nous a amené jusqu’ici, ça va comme ça !
- Oh, j’estions sûr que c’estions prévu par les ceusses qu’avions construit ça ! Sinon pourquoi qu’la tête elle aurions regardé dans cette direction-là ?
- Ta gueule, Kirk !

Triste d’avoir raison et tort à la fois, non ?


- Nom de Deos, fait Vittorio feuilletant à nouveau le grimoire, écoutez ça, tous ! La machine à tamponner de Strasbourg va pouvoir fonctionner à plein régime !

Ils rentrèrent au plus vite au campement…

______________________________
Réformaté et causifiant.


Dernière édition par kirkwood le Dim 24 Mai - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3244
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   Dim 17 Mai - 16:28

Le manuscrit trouvé dans la tombe de pierre

Je vais bientôt mourir, aussi dois-je présenter rapidement les notes qui accompagnent le Skeptikon dont j’ai commencé la traduction. Un autre devra la finir. Deos ne m’en a pas jugé digne.

Dans une ancienne vie, j’ai été Umberto, de la cité de Venise. J’ai été prospère et envié, après avoir commencé comme simple représentant de commerce en saumon. J’avais même des facteurs à mon nom et celui de la compagnie, Umberto and Co, à Londres, Paris, Brême et Anvers. J’ai fait des affaires avec le doge, des évêques, des princes. J’ai fait riche mariage avec une bonne épouse qui m’a donné trois beaux enfants que j’ai pu joliment marier.

Vanitas vanitarium et omnia vanitas, comme l’affirme l’Ecclesiaste, voire Mataiotès Mataiotêtôn panta mataiotès…

Aujourd’hui, dans une cahute délabrée au fond de la forêt de Pontarlier, en ce jour de l’an de grâce de Notre Seigneur 1227, celui qui est devenu Humbert d’Eco écrit d’une main tremblante à la lueur d’une bougie à la lueur vacillante. Le vent souffle lugubrement dehors à travers les branches pendant qu’une pluie fine et glaciale s’abat sur le toit. Mes dernières bûches développent de pauvres flammes et ma couverture me réchauffe à peine de sa crasse. Heureusement que Pataud, mon vieil ami fidèle, mon chien rhumatisant, couvre mes pieds…

Mes doigts, engourdis du froid qui irradie des pierres, peinent à couvrir mon dernier parchemin de ma confession entre deux quintes de toux. Parfois, Pataud hurle à la mort, mais je n’ai plus la force de saisir une bûche ou une masse, alors je laisse choir un lourd glaviot…

Ce manuscrit, le Skeptikon, provient du sac de Constantinople lors de la IVe Croisade. Je ne l’ai d’abord acheté que parce que je croyais faire une bonne affaire. Par curiosité, je l’ai feuilleté d’abord. Mon grec était rouillé, mais j’ai pu comprendre tout de suite le propos général.
Si j’avais su, l’aurais-je fait ? Feuilleterai-je à nouveau ? Traduirais-je encore une fois, si le choix m’était laissé ?
La volonté de Deos toujours se fait. Pourtant, il nous a laissé le libre-arbitre…
Bientôt, je saurais.


J’ai fait mon enquête sur le Skeptikon et son auteur, Skeptikos.
Il s’agit du secrétaire d’Eusèbe de Césarée, l’évêque ami et chroniqueur de Constantin le Grand, le premier empereur romain aristotélicien. Celui qui organisa le concile de Nicée en 325, qui décida de l’organisation de l’Église Aristotélicienne. Le grand bienfaiteur, nous disent nos diacres et curés…

J’ai authentifié Skeptikos de manière certaine. En Rome, Venise, en toute grande ville ou abbaye qui vénère la science, là où mes pas m’ont porté, j’allais trouver les théologiens, les savants en Écritures saintes, et je les interrogeais au moyen de quelques phrases, tournures de style et raisonnements que j’avais repéré dans le texte.

Et tous, toujours, m’ont affirmé qu’il ne pouvait que s’agir de lui, du personnage célèbre parmi les érudits. Celui qu’on soupçonne depuis longtemps d’avoir écrit sous d’autres noms, y compris des apocryphes….

Voici maintenant le texte, avec ma traduction, à peine commencée. Je n’ai réussi à traduire que le témoignage de Skeptikos, le logion 17 de Christos, un de ses prêches et l’épître de Jacques. Certains titres me laissent perplexe. Vite, qu’un autre achève cette traduction ! Les aristotéliciens méritent de connaître la vérité entière sur le personnage de Christos et son message, non la version édulcorée de l’Église Aristotélicienne.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3244
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   Dim 17 Mai - 16:29

Le Skeptikon

Moi, Skeptikos, sincère et fervent aristotélicien, secrétaire d’Eusèbe de Césarée, évêque de la Très Sainte Église Aristotélicienne, témoigne de ce que j’ai vu à Nicée lors du Grand Concile.

Les débats se déroulaient vaille que vaille entre les différentes factions aristotéliciennes, je venais chercher des rouleaux de parchemins officiels dans le bureau de l’évêque, et y trouvait Constantin en colère qui lui parlait. Ils remarquèrent à peine ma présence


- Vieux fou ! Tu veux mettre toute ma politique en échec avec ce livre ?! J’ai conquis l’empire de haute-main, légalisé l’aristotélisme, je vais l’organiser pour que l’État et l’Église se tiennent la main et se soutiennent mutuellement, et tu veux tout ruiner avec ces élucubrations ?!

Le Très Saint Empereur le regarda un instant et reprit, avec son calme et l’air chagrin : Tu devrais le savoir, Eusèbe, en politique, parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. Car nombreux sont ceux qu’on retrouve déportés dans les mines de sel, comme tous les évêques qui ne suivront pas mon organisation…
- Monseigneur et Maître, ce n’est pas de politique qu’il s’agit, mais de foi…
- Tu oses douter de la sincérité de mon engagement, moi qui fus soutenu à la bataille du Pont-Milvius par Christos Tout-Puissant ? Alors que les boucliers de mes légionnaires portaient son signe ? Il n’était plus en colère, juste étonné d’une audace sans doute impensée…

- Certes non, mon Seigneur et Maître, en aucun cas ! Nul parmi les aristotéliciens dans l’empire n’ignore ce qu’il Te doit ! Mais tous les théologiens et savants interrogés ont considérés comme plausibles ce que portent ces rouleaux, cet évangile apocryphe… Et cela remet beaucoup de choses en question !
- Eusèbe, écoute ton Empereur quand Il te dit : tu m’énerve. Et-ce que tu comprends ce que dit ton Empereur qui t’aime et t’apprécie à ta juste valeur ? Car j’en serais triste, mais s’il le fallait, je te ferais exécuter, mon petit Eusèbe…
- Mais, mais, mais, ô Ta Seigneurie, le Logion 17 de Christos n’est pas connu, car illisible ! Or ce parchemin correspond aux brides de ce que l’on en connait… Et si le Logion est juste, le reste du parchemin a de fortes chances de l’être aussi !

L’Empereur se tint les tempes un instant avant de reprendre…

- Eusèbe, mon cher Eusèbe, mon évêque favori, laisse-moi te rappeler quelques éléments rapidement…
Derrière la porte, en train de se haïr et de s’agonir d’injures plus ignobles les unes que les autres, j’ai plusieurs centaines d’aristotéliciens. Des pélagiens, des arianistes, des sophistes, des iconophiles, et j’en passe.

Je dois aussi gérer un empire de plusieurs millions d’habitants. Accessoirement, j’ai une famille et des alliés qui m’épaulent mais qui voudraient également gérer l’empire à ma place. J’ai des Perses et des Barbares le long des frontières… Je te passe mes aigreurs d’estomac, mes disputes conjugales et mes autres petits problèmes personnels...

Alors, on va terminer ce concile comme je l’ai dit, en oubliant les petites bêtises qui fâchent, les parchemins trop enquiquinants, les remarques futiles, les débats stériles, le Lion et les autres factions aristotéliciennes.

Parce que mourir en bonne santé, c'est le vœu de tout bon vivant bien portant.
Mais on peut aussi mourir en mauvaise santé, après avoir rencontré durant un temps plus ou moins long les bourreaux impériaux…

Ca y est ? C’est rentré dans ta petite tête ?

L’évêque fit « oui » de la tête et l’empereur lui sourit à nouveau…
J’ai saisi ce parchemin, qui suit maintenant mon témoignage. Il s'agit d'une compilation de textes qu'un copiste ultérieur devait inclure dans un nouveau Livre des vertus, plus complet.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3244
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   Dim 17 Mai - 16:29

Evangelion

Cycle inconnu, 3 titres : encore à traduire

Cycle d’Oane

1) Oane perd ses billes
2) Oane perd la tête
3) Alouette

Cycle d’Aristote

1) Aristote contre les tortues-ninjas
2) Aristote et la tarte aux concombres
3) encore à traduire
4) encore à traduire

Cycle de Christos

1) Logion 17 de Christos
2) Où des rois viennent s’incliner devant le nouveau-né
3) Où Christos prêche à Gethsemani
4) Où Christos prêche à Olive-Oued
5) Où Titus renie trois fois son maître
6) encore à traduire

Cycle inconnu, 2 titres : encore à traduire

Cycle de Sainte Martine

1) Martine à la plage
2) Martine a oublié sa pilule
3) Martine se réincarne

Épître de Jacques
2 épitres, encore à traduire

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3244
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   Dim 24 Mai - 20:34

Cycle inconnu, 3 titres : encore à traduire

Cycle d’Oane
1) Oane perd ses billes
À traduire
2) Oane perd la tête
À traduire
3) Alouette
À traduire

Cycle d’Aristote
1) Aristote contre les tortues-ninjas
À traduire
2) Aristote et la tarte aux concombres
À traduire
3) encore à traduire
4) encore à traduire


Cycle de Christos

1) Logion 17 de Christos
A ceux de ses disciples qui lui l'interrogeaient sur la perfection de la société des hommes, il répondait : "Autant la plaine est une montagne plate, autant les Hommes entre eux doivent-ils être de même hauteur".

2) Où des rois viennent s’incliner devant le nouveau-né
À traduire

3) Où Christos prêche à Gethsémani

Christos et ses disciples allaient rentrer à Jérusalem le lendemain. Il décida de prêcher en un village de pêcheurs. Malheureusement, comme cela arrivait parfois, les habitants voulaient avant tout entendre un prophète-magicien, bien plus que le messie habité par Deos et expliquant Aristote.[/i]

Alors il leur dit : En vérité, celui qui dans la vie est parti de zéro pour n'arriver à rien dans l'existence n'a de merci à dire à personne.

Comme les villageois s’offusquaient de cette réponse peu amène et devenaient menaçants, saisissant des pierres pour le lapider, Titus et les autres voulurent s’interposer, mais Christos les arrêta : Aussi vrai que ceux-là ne veulent pas m’entendre pour ce que je suis et sont en colère de ma réponse, un jour arrivera où certains d’entre vous me trahiront.

Alors Titus s’étonna et voulu connaître le nom des traitres, mais Christos lui rétorqua : Regarde-toi en un miroir, tu en connaîtras un. Trois fois le buffle chantera, et trois fois tu me renieras… Et pourtant, l’amour de Deos existe, de toi envers moi et de moi envers toi, mais le péché est en tout homme et tu n’y fais pas exception.

Titus, effondré, indigné et éberlué, niait, mais Christos lui dit : Comme je vous l’ai déjà conté dans d’autres circonstances, il faut une patience infinie pour attendre toujours ce qui jamais n'arrive. Serez-vous, dans votre vie humaine, épargné du péché ?

Et si, bien sûr, vous ne le souhaitez pas, n’oubliez pas que s’il y a loin de la coupe aux lèvres, il y a près de 25 lieux de Jérusalem à Nazareth, et pourtant nous y serons demain. De même comme je te l’ai dit, tu construiras l’Église Aristotélicienne malgré tout, mais elle sera marquée par ton péché, car elle sera humaine, et non divine…

Vous m'avez parfois interrogé sur la perfection de la société des Hommes et je vous ai dit : "Autant la plaine est une montagne plate, autant les Hommes entre eux doivent-ils être de même hauteur".
Car en effet, puisque Deos est une myriade de fois supérieur aux hommes, ses créatures, alors elles sont égales entre elles et nul ne peut s'arroger un titre de supériorité sur les autres...

Comme les villageois étonnés se moquaient de lui qui dénigrait ses disciples qui avaient voulu le protéger, ils l’appelèrent « imbécile », « prétentieux » et d’autres noms aussi indignes, il leur asséna alors : L'imbécile prétentieux est celui qui se croit plus intelligent que ceux qui sont aussi bêtes que lui.

Et comme les villageois intrigués cherchaient à comprendre sa réponse, il compléta : N’avez-vous pas, emporté par la curiosité, abandonné les pierres dont vous comptiez me lapider, il y a un instant ?

Et les villageois constatèrent qu’il disait vrai et rirent, et ils firent apporter à manger et ils écoutèrent Christos prêcher. Et les disciples, subjugués encore une fois par son éloquence, oublièrent alors ce qu’il avait annoncé…

4) Où Christos prêche à Olive-Oued
À traduire
5) Où Titus renie trois fois son maître
À traduire

6) encore à traduire

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Jamais sans ma gousse
avatar

Messages : 3244
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   Dim 24 Mai - 20:35

Cycle inconnu, 2 titres : encore à traduire

Cycle de Sainte Martine
1) Martine à la plage
À traduire
2) Martine a oublié sa pilule
À traduire
3) Martine se réincarne
À traduire

Épître de Jacques aux Galacticants, de la légion l’Étoile guerrière

Jacques, serviteur de Deos et de Christos, aux légionnaires, salut !
Tenez pour une joie suprême, mes frères, d’être en butte à toutes sortes d’épreuves et d’avanies. Vous le savez : la valeur de votre foi produit la constance ; mais la constance s’accompagne d’une œuvre parfaite, afin que vous soyez parfaits, irréprochables, ne laissant rien à désirer pour ressembler à la perfection de Deos.

Que le frère d’humble condition se glorifie de son exaltation et le riche de son humiliation, car tout cela passera comme fleur d’herbe, face à l’œuvre de Does, pleine d’éternité.

Que nul, s’il est éprouvé, ne dise : « C’est Deos qui m’éprouve ». Deos n’éprouve personne, n’éprouve pas le mal. Mais chacun est éprouvé par sa propre convoitise qui l’attire, le leurre et le trompe. Car comme Christos le transmis à ses disciples : « En vérité, je vous le dis, il faut une patience infinie pour attendre toujours ce qui n'arrive jamais ».

Et Deos n’éprouve point, jamais, mais laisse libre chacun, car le libre-arbitre est la condition de la liberté dont Il nous a fait don. Et attendre que Deos vous éprouve, c’est attendre en vain. La liberté dont il nous a doté nous éprouvera avant Lui !

Donc, que chacun soit prompt à écouter, lent à parler, lent à la colère, car la colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Deos. Ne soyez pas seulement des auditeurs qui s’abusent mais mettez la parole de Christos en pratique.

Écoutez, mes frères bien-aimés : Deos n’a-t-il pas choisi les pauvres selon le monde comme riches dans la foi et héritiers du Royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment ? N’est-ce pas les riches qui vous oppriment ? N’est-ce pas eux qui vous traînent devant les tribunaux ?

Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs de la Loi. Vous le savez, nous n’en recevons qu’un jugement plus sévère, car à maintes reprises, nous commettons des écarts, tous sans exception. Vous êtes des légionnaires, restez-le. La cité d’Aristote vous a placé au second rang après les rois philosophes, et vous êtes indispensables.

Néanmoins, demandez-vous d’où viennent les batailles entre vous ? Ne médisez pas les uns des autres, frères. N’imitez pas Popaul dans ses épîtres, ou Jeannot dans son apocalypse qui se contestent violemment ! Il en est d’autres, des épîtres et des apocalypses ! De toutes origines ! Mais, de toute façon, celui qui médit d’un frère ou qui juge son frère médit de la Loi et juge la Loi. Or, il n’y a qu’un Législateur et Juge, Celui qui peut sauver ou perdre.

Et toi, qui es-tu pour juger ton prochain ?
Comme nous le rappelle le Logion 17, Christos répondait à ceux de ses disciples qui l'interrogeaient sur la perfection de la société des hommes : "Autant la plaine est une montagne plate, autant les Hommes entre eux doivent-ils être de même hauteur". Vous ne pouvez prétendre être meilleurs que vos frères face à l'immensité de Deos...

Mes frères, soyez patients comme le laboureur, affermissez vos cœurs, ne vous plaignez pas les uns des autres, et si quelqu’un parmi vous s’égare loin de la vérité, qu’un autre l’y ramène. Celui qui ramène un pêcheur de son égarement sauvera son âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.

2 épitres, encore à traduire

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457   

Revenir en haut Aller en bas
 
[archives] le pendule de Jean-Pierre Foucault - mai 1457
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Anniversaire Jean-Pierre R
» Le médecin belge Jean-Pierre Kanku Mukandi détenu à l'ANR/Kinshasa
» Jean Pierre BEMBA GOMBO
» Jean-Pierre Mbelu : « Le danger de la disparition du Congo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: [archives] Les belles histoires de la compagnie-
Sauter vers: