Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 [RP] Dans les coulisses du château de Berne...

Aller en bas 
AuteurMessage
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:02

http://forum.lesroyaumes.com/viewtopic.php?p=92201096#92201096




[hrp]Au départ de ce topic, un copier-coller d'un début de discussion, qui se poursuivra dans les couloirs du chateau... ou ailleurs Wink[/hrp]


Du couloir, il avait entendu des propos, alors il s'était approché, avait ouvert la porte non verouillée pour lire et écouter au départ, mais il était trop curieux, et avide de connaissances.

Un peu surpris de lire les minutes de la concertation sur l'Eglise, Louis fronce les sourcils. En temps que fidèle de l'Eglise Romaine, il n'était pas pour autant un mouton, et lire qu'Orée était pressentie pour devenir Eveque le glaçait littéralement.

Il ne se permet cependant pas d'intervenir, il lui manque certainement des éléments pour la compréhension, et il risquerait une bévue. Pour autant qu'il observe le silence sur son opinion, il pose quelques questions.

Bonjour. Louis Track, Fribourgeois et aristotélicien romain.

Au risque de paraître stupide, mais bon, ça ne serait pas la première fois et ça ne m'a pas tué jusqu'à présent, je me lance pour quelques questions afin de comprendre la situation.

On a un Eveché Romain, tenu par... Monseigneur Tibère si je ne m'abuse ? Et vous voulez y coller la diaconnesse Orée ?

On a une genevoise qui s'occupe de l'église genevoise... Réformée, certes, mais aristotélicienne... nommée par l'empereur... aristotélicien romain...

Je veux bien un petit résumé de la situation, si possible. On n'aurait pas deux Evechés sur la confédération ? Lausanne et Annecy ? J'ai un peu de mal à saisir.


Pas dit qu'il va donner son opinion directement en place publique, mais il ne peut s'empecher de relire le passage qui parle de nommer Orée... P'tain, y en a un qui veut qu'il change de religion ? Louis regrette sincèrement l'absence de Zarathoustra pour le coup, il aurait bien voulu un cours de rattrapage.

J'entend dire que les cantons sont autonomes... Mais l'Eglise, peu importe laquelle, doit-elle s'occuper des affaires du siècles ou seulement des âmes ? Les avoyers sont-ils responsable de la foi de leurs citoyens ? Ou la foi est-elle pour les paroissiens et l'avoyerie pour les citoyens ? Vous me direz que les citoyens et paroissiens, c'est pareil, mais je ne pense pas... Citoyens c'est la personne qui habite un canton quelque soit sa religion, et Paroissien, c'est la personne qui a une foi, peu importe laquelle... Un citoyen peut être réformé ou aristoromain, ou spinoziste, mais un paroissien aristoromain ne peut pas prétendre être réformé... Est-ce que je me trompe ?

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue


Dernière édition par Charlotine le Mer 4 Juil - 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:02

Nous avons deux évêchés sur le territoire de la Confédération: Genève et Lausanne. Le premier couvre les paroisses de Genève et d'Annecy, donc à cheval sur la Confédération et sur la Savoie. Le second couvre les paroisses de Fribourg, Solothurn et Grandson.

J'ai été nommée Évêque de Genève par l'Empereur. Nous sommes tous deux aristotéliciens, lui Romain, moi Réformée. Et c'est Esclandres, Réformé également, qui tient la cure de Genève.

Clausus a pour sa part été nommé Évêque de Lausanne par la Chancelière de l'époque, il y a de ça deux mois.

Les affaires des cantons, qui en effet sont souverains et autonomes, c'est une chose. Les affaires religieuses en sont une autre. Cela n'empêche pas d'avoir des personnes qui, comme moi, sont à la fois en charges des affaires cantonales en tant qu'avoyère, par le passé en charge en même temps des affaires paroissiales et à présent, en charge des affaires diaconales.

Pour ceux qui est de l'avoyerie et de la paroisse, se sont les mêmes personnes qui s'expriment, par le vote et par la prière. C'est donc de ces derniers que découle la nomination. Aussi, citoyen et paroissien (dans sa définition IG), c'est du pareil au même, quelle que soit sa religion.


Pour l’évêque, il y a une liste de candidats potentiels (mise à jour chaque dimanche et qui tient compte des points de Foi). Il appartient alors au Chancelier pour Lausanne (car toutes les paroisses sont en CH) et à l'Empereur pour Genève (car à cheval en CH et en Empire) de choisir.

J'espère vous avoir un peu éclairé.

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:03




Hum, oui, j'avoue que c'est un peu plus clair... Merci pour cet éclairage. Vos lumières sont précieuses et m'aident à m'y retrouver dans cet imbroglio.

Il a pris des notes hein, parce que bon, pas pour dire, mais la confédération, ça marche vraiment pas comme l'Empire qu'il connaissait.

Clausus est-il romain ou réformé ? Pardonnez-moi, mais si je n'ai personnellement rien contre la réforme, j'avoue avoir quelques difficultés à saisir lorsque vous parlez d'Evêché, de diaconnat... Qu'en est-il des Lecteurs, Sicaires ou des "grades" si je puis m'exprimer ainsi que j'ai pu connaitre par le passé ? Visiblement, beaucoup de choses ont changé depuis quelques années. J'avais quitté la Lorraine et l'Empire lors du mandat de feue Sa Majesté Impériale Jade de Sparte, et je suis fribourgeois depuis environ un mois. Je tente de mettre un peu à jour mes informations.


Je suis un peu surpris de voir que ceux qui détiennent le pouvoir temporel : Chancelier et Empereur, s'occupent des affaires spirituelles et inversement, de voir que des lecteurs ou diacres, curés ou autres puissent s'occuper du temporel au lieu de se contenter des affaires spirituelles.


Il relit ses notes et esquisse un faible sourire.

Esclandres... J'ai déjà entendu ce nom. Que Genève soit restée... Comment disait-il ? Genève l'Eternelle... que la Réforme y soit représentée ne me surprend guère. Cela s'entend parfaitement. Par contre, Annecy... est une cité impériale. Difficile pour des aristotéliciens romains de... sans vouloir vous offenser, je vous donne mon sentiment tout personnel, Sicaire, si j'ai pu entendre un lecteur dans un temple réformé, il n'en demeure pas moins que j'aimerais mieux un curé romain pour mon office hebdomadaire. Acceptez mes excuses d'avance si mes propos vous choquent... J'imagine que vous accepteriez mal qu'un curé romain fasse la messe le dimanche à Genève en lieu et place du Lecteur Esclandres, non ?

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue


Dernière édition par Charlotine le Mer 4 Juil - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:03

sourit
 
J'utilise les termes généraux (IG) pour éviter toute confusion. Mais si  le sujet vous intéresse vraiment, je serais ravie d'échanger avec vous, en d'autres lieux, pour ne pas polluer cette discussion propre au Diocèse de Lausanne. On risque de se faire houspiller

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:05




Il sourit et hoche la tête.

Oui, pardonnez-moi. Ma curiosité me joue souvent des tours.


Et ils se tourne vers les personnes présentent.

Veuillez pardonnez mon impudence. Je ne voulais pas interrompre le débat.

Puis, il se dirige vers la porte, et retse dans le couloir pour attendre la Sicaire. Pour ceux qui espéraient le voir sortir une arme, c'est raté. Il n'a pas offert son amitié à Zarathoustra pour ensuite aller "casser du réformé", ce n'est pas dans ses habitudes.


[hrp]La suite de la discussion se poursuivra donc dans le couloir, permettant aux protagonistes de retourner dans la salle de discussion si besoin, la porte restant ouverte et les deux personnages se trouvant dans le couloir pourraient être interrompus par toute personne passant par là.
Se trouvent sur la "scène" :
- Louis Track, Arisotélicien Romain, ex-capitaine impérial
- Charlotine Durand, Sicaire Réformée (à corriger si je me suis planté)[/hrp]

Il esquisse un sourire, poursuivant sa conversation intéressante avec la réformée qui lui a si aimablement répondu jusque là.

Clausus est-il réformé ou aristotélicien ? Pardonnez-moi d'insister... Mais comme je vous l'ai dit, bien que je n'ai absolument rien contre la Réforme, je doute que vous appréciez de suivre une messe romaine, tout autant que vous comprendrez sans doute qu'un romain puisse avoir des difficultés à suivre une lecture réformée hebdomadaire. Même si j'ai pu en suivre et ait tenté de comprendre les enseignements réformés, ayant poussé ma curiosité jusqu'à être talib dans le temps, après ma rencontre avec le Sieur Zarathoustra, mais je n'ai pas poursuivi... Je suis aristotélicien romain, du moins, tant que je ne suis pas excommunié.

Il rit, discrètement toutefois, pas non plus un éclat de rire ou un fou rire, non, juste un bref rire discret, amusé par la situation, parce que oui, il n'est pas du genre à se dire que ce sera éternel, à force de faire des bourdes, ça lui pend au nez sans doute, surtout avec les tensions entre lui et la diaconnesse de Fribourg.

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:06

Ainsi en quelques pas, nous voilà dans les couloirs de Berne, au départ d'une discussion des plus intéressantes à mes yeux. Il était bon de pouvoir échanger calmement, entre personnes suffisamment ouvertes d'esprit pour dépasser leurs points de vus mais aussi leurs à priori.

Je fus d'autant plus surprise que l'homme soit un ancien talib, connaissance, voire ami, de mon frère de Foi, Zara.
Bon, d'un autre côté, j'avais longuement déserté la forêt alors je pouvais bien me permettre quelques ignorances


Clausus est aristotélicien, tout comme moi, mais de confession romaine pour sa part.

Petit sourire sur ce petit "rappel". Réformés ou Romain, nous étions tous des aristotéliciens.

Pour le reste, je vais tenter de vous expliquer de la manière la plus claire possible. Vous avez beaucoup de questions et votre propos montre une grande confusion dans vos connaissances. N'y voyez là aucune injures de ma part surtout.

Nous n'avons pas de "grades", ni au sein de la Réforme, ni au sein du Lion. Nous sommes tous frères et sœurs, égaux devant le Très Haut.

Alors oui, vous avez des lecteurs, ce sont ceux qui officient au temple, qui est aux Réformés ce que l'église est aux Romains, tout comme ils pourraient le faire sur les bords du Léman ou en plein milieu des bois, peu importe le lieu, ce sont les prières qui comptent. Ils ont fait des études théologiques et sont là pour accompagner les fidèles dans leurs prières. Mais à la différence des ecclésiastiques, ils ne parlent pas au nom du Très Haut et ne s'octroient pas un quelconque pouvoir qui leur aurait été transmis par ce dernier.

Pour ce qui est de l’évêque, que nous appelons plus communément "épousseteur de la cathèdre", il s'agit surtout là d'un poste de gestion du Diocèse, avec toute l'importance que ça implique, mais en aucun cas, cela ne donne, chez les Réformés j'entends, un quelconque pouvoir.

En ce qui concerne le Lion de Juda, vous ne manquez pas savoir que c'est une branche armée de la Réforme, qui a pour vocation de lutter contre Rome, considérée comme l'usurpateur. Et à l'intérieur de ce groupe, vous avez des étudiants, les talibans, que vous avez donc côtoyés par le passé. Une fois leur initiation finis, ils peuvent devenir des sicaires et porter la marque de Déos, comme c'est mon cas.


Et parce que même si beaucoup de choses avaient évolué en moi, je n'en restais pas moins fière d'avoir été choisie, aussi je remontais délicatement ma manche pour lui montrer la tête de Lion en haut de mon bras.

Enfin, vous aviez le Primus, qui n'était autre que le représentants du Lion, élu par ses pairs pour une période donnée. Mais il n'était pas le "Chef" pour autant. J'en parle au passé car cela fait bien longtemps que Le Lion s'est endormi. Nul doute qu'il rugira à nouveau un jour, mais ce n'est pas d'actualités.

petit sourire de transition. Rien ne servait de s'étendre sur la question. Avant de poursuivre sur les pouvoirs temporels et spirituels, pour lesquels corrections allaient aussi être importantes, je m'assurais que mon interlocuteur suivait sans difficulté mes explications

Est ce que jusque là, et sur ces derniers points, j'ai réussi à vous éclairer?

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:06




Louis esquisse un sourire, savourant sincèrement une conversation qui promettait d'être très riche en enseignement. De toujours, il a pu apprécier les gens qui savaient ne pas être insultants parce qu'eux, ils savent, mais qui au contraire, partageaient leurs connaissances en toute amitié aristotélicienne. C'était quelque chose qui lui plaisait et le sourire qui éclaire le visage de l'ex impérial en dit long sans doute.

Donc ce n'est plus Monseigneur Tibère, mais Monseigneur Clausus qui est en charge pour Lausanne. Probable que la diaconnesse de Fribourg m'aurait induit sciemment en erreur. Il faut croire qu'il y a autant de tensions entre aristoromains qu'entre les cantons de la confédération.

De nouveau, une lueur d'amusement dans le regard qu'il porte sur la Sicaire.

Je n'y vois pas injures, c'est une réalité que mes connaissances sont incomplètes. C'est bien parce que je ne connais pas grand chose, ou plutot... que j'ai des informations erronées que je me suis permis de poser des questions.

Vous dites qu'il n'y a pas de grades pourtant..... Talib, Sicaire, Lecteurs, ce sont bien des appellations différentes selon le degré de connaissances.


Il la regarde, attentif, écoute et apprend en même temps, même si lui, n'a pas tout à fait la même manière de voir les choses.

Vos lecteurs ne sont-ils pas des guides spirituels au même titre qu'un curé ou un diacre romain pourraient l'être ?

Limite qu'il en aurait la chair de poule, quoi que... Souvenirs souvenirs, une auberge, une Sicaire, un Capitaine Impérial et un Cardinal dans la campagne de Franche Comté, ça ne s'oublie pas.

Les combats entres Réformés et Romains, je n'y ai pas pris part... J'étais présent aux côtés de Sa Majesté Impériale Ludwig lorsqu'il a pris la décision de marcher sur Genève, mais je n'y suis pas venu avec Sa Majesté. Je n'y suis venu... qu'en compagnie du Sieur Zarathoustra pour y faire du "tourisme pacifiste" comme il me l'avait suggéré, bien que je portais l'uniforme impérial à cette époque.

Un regard discret sur la marque, une main qui se tend pour la toucher, mais le geste reste suspendu... Cette marque est celle de son ennemi d'antant, celle de la division et de la haine. Il laisse sa main redescendre.

Pardonnez ce geste. Cette marque... est le symbole de la division. Je sais que nous sommes aristotéliciens, mais ce que je ne comprends pas, c'est cette volonté de refuser Rome à tout prix, de refuser une hiérarchie nécessaire pour la bonne administration du culte... Vous-mêmes, vous appelez aujourd'hui curés, évêques... Quel intérêt que de refuser Rome ?

N'ayez crainte, je ne fais pas partie de l'inquisition...
lui dit-il, ne rajoutant pas qu'il n'en fait plus partie, mais qu'il en a eu été et je ne suis pas de la garde épiscopale non plus. Son regard marron clair se plonge dans les yeux de la Sicaire. Pour Rome aussi, nous sommes égaux devant le Très-Haut... Les appellations ne sont là que pour aider à l'administration, et pour que les fidèles puissent simplement avoir des guides spirituels... Je ne saisis pas trop le pourquoi de cette division entre Romains et Réformés.

Pour les Romains, le diacre est un laïque qui peut donner des lectures en l'absence d'un curé. Les deux, Diacres ou Curés, seraient l'équivalent de vos Talibs, Ils ont étudiés pour pouvoir prétendre guider. Les Evêques seraient l'équivalent de vos Sicaires... les Cardinaux de votre Primus... Les Romains ayant plus de territoires que les Réformés, il y a un Pape pour chapteauter les Cardinaux, en gros. Ma pastorale est très ancienne, et mon séminaire date un peu également.

Pourquoi dire que vous n'avez pas de grades, vous venez de me démontrer le contraire...

Les curés ne parlent pas au nom du Très-Haut, ils s'en font porte parole, tout autant que vos lecteurs, ils guident les fidèles, non ?


Il avait eu une discussion avec le Sieur Zarathoustra, un peu de la même teneur, mais il voulait une confirmation de ce qu'il croyait savoir. Visiblement, il avait vraiment besoin d'un cours de rattrapage sur la Réforme, entre autres choses. Il avait saisi l'idée générale, mais il voulait aller au fond des choses, la pousser un peu dans ses retranchements pour posséder le sujet à fond. Il n'est pas du genre à s'avancer ou prendre position s'il n'a pas une maîtrise de son sujet.

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 16:06

L'écoute est attentive, un petit signe de négation s'affichant discrètement, ici et là, à certaines remarques.

Le geste est surprenant, tout autant que furtif. Curiosité doublée de gêne ou autre chose? les minutes qui suivraient me l'indiqueraient peut être.

Le rire, léger, mais bien présent, à l'évocation de l'Inquisition et de la garde épiscopale. Si seulement, il savait ... et il allait savoir car c'est sur cette partie de son discours que j'intervenais en premier.


Vous seriez de l'Inquisition ou de la Garde Épiscopale que cela n'y changerait pas grand chose. Il y a belle lurette que je ne reconnais plus ces institutions et surtout, que je ne les crains plus, bien au contraire. J'aurais plutôt tendance à les combattre. Je suis excommuniée et sicaire. Rome ne me fait pas peur. Ses lieutenants non plus.

Petit sourire amical cette foi. Je ne cherchais pas à lui faire peur, juste à lui faire comprendre que si chez certains évoquer ces institutions déclenchait une crise d'angoisse, chez moi, ça ne faisait ni chaud ni froid.

Essayons de vous expliquer autrement parce que vous êtes réellement dans le faux pour le coup.

Dans la religion aristotélicienne Romaine, vous avez des niveaux hiérarchiques. L’évêque a autorité sur le curé, l'archevêque sur l’évêque, le cardinal sur l'archevêque et le Pape sur le cardinal. Je fais ça en mode simplifié, car à cela se greffent des choses plus complexes qui nous échappent sans doute. Mais dans les faits, c'est ainsi que cela fonctionne.

Chez les Réformés, vous n'avez rien de tout ça et je réalise que vous appliquez aux pratiques de ces derniers des pratiques qui ne sont propres qu'au Lion. En fait, dans la religion aristotélicienne Réformée, tout le monde est égal. Celui qui veut être Lecteur suit des études théologiques mais ça ne fera pas de lui un Réformé plus important que son frère qui a choisi de suivre des études militaires par exemple. C'est juste qu'il a une certaine faculté d'écoute et d'expression qu'il souhaite mettre au profit des autres. Quant à un Réformé qui aura la charge du Diocèse, comme je vous l'expliquais précédemment, son rôle sera de gérer correctement ce dernier, de veiller à ce que toutes les paroisses soient pourvues de quelqu'un pour mener l'office mais aussi que l'ensemble des paroissiens du Diocèse soit protégés et vivent le mieux possible. Il n'est pas le supérieur hiérarchique du lecteur.

Enfin, au sein du Lion de Juda, qui ne représente pas la Réforme, mais une branche armée de la Réforme, il y a des talibans, qui s'instruisent sur les préceptes de la Réforme et sur ceux du Lion, et des sicaires qui ont fini leur initiation et qui leur servent de guide. Or la vocation du Lion est de lutter contre Rome par les armes, pas de guider les fidèles, même si parmi ses membres, certaines personnes ont choisi de concilier les deux. Mais ça c'est encore autre chose. En fait, le Lion est à la Réforme ce que l'Inquisition est à Rome. En ce sens, quand vous essayez de comprendre les différences entre les deux variantes de l'aristotélisme, vous devez occulter le Lion.


Petite pause pour reprendre mon souffle. Cette discussion s'annonçait longue et aurait bien mérité un bon vin en accompagnement. Hélas, dans ce couloir, ça s'avérait difficile. Soit je reprenais

Vous dites que les curés ne parlent pas au nom du Très-Haut mais s'en font porte parole. Pourtant, c'est la même chose. Celui qui porte la parole d'un autre parle alors en son nom.
Or, nous, lecteurs, nous ne sommes pas les portes paroles de Déos. Nous guidons les fidèles à travers les ouvrages que nous avons étudié, l'expérience que nous avons. Mais notre action se limite là où commence celle du Très-Haut. Pour prendre un exemple concret, un curé qui vous reçoit en confession vous dit à l'issu de cette dernière que si vous faites pénitence,vous serez pardonné. Mais qu'en sait il dans le fond? Rien, car il n'est pas Dieu. Quand je reçois quelqu'un en confession, je le guide au mieux pour que ses prières et son souhait d'être pardonné monte jusqu'au Très-Haut, mais en aucun cas il ne m'appartient à moi de lui imposer de faire pénitence pour être pardonné. Car "il n'est Dieu que Dieu" et lui seul pardonnera le jour du jugement dernier.
De la même manière, quand je participe à une cérémonie de mariage, je n'approuve pas ce dernier, je me contente d'accompagner les futurs époux, de prier avec eux, pour que Déos accepte leur union car cela n'appartient qu'à eux et que je n'ai pas à m’immiscer dans ce choix


Il me semblait avoir été claire, mais comment en être sure .... je le laissais digérer tout ça, rajoutant qu'un seul petit détail, pas si petit que ça

Je me permet de rectifier autre chose. Si j'admet la notion d’évêque, ce n'est pas comme statut hiérarchique religieux mais comme gardien du Diocèse. Quant à la notion de curé elle est propre à Rome, pas à la Réforme. Toutefois, il existe un langage universel en matière de religion, quand l'on traite de questions d'ordres général, et imposé par les lois In Gratibus, sur lesquelles seules les hautes sphères ont la main.*

Quant à l’intérêt de refuser Rome, il est simple. La seule Autorité qui existe, c'est l'Unique, Déos, le Très-Haut et nul homme ne peut se prévaloir d'exercer une quelconque autorité en son nom.
Chacun est libre de ses croyances et à la différence de Rome qui lutte contre toute forme de religion autre que celle qu'elle impose, nous sommes pour la liberté de culte et nous ne fermons pas les cures à des personnes qui ne sont pas réformées.
Si Rome ne cherchait pas s'imposer aux autres et en s'enrichir sur le dos des fidèles, nous ne lutterions pas contre elle, nous l'accepterions comme nous acceptons les autres.


[hrp]* L’ambiguïté existe du fait que ce sont des termes propres à des fonctions IG. En ce sens, ce sont les termes issus de la religion initialement instaurée à la création du jeu, et ce, à juste titre. On peut donc difficilement s'étendre sur la question RP parlant, d'où cette réponse évasive Wink[/hrp]

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mer 4 Juil - 20:05




[hrp]Pas de souci pour l'ambiguité. Quant à la justification ig/rp évasive : elle est légitime Wink Je vous ai prévenue que mon pantin est chieur ascendant pénible ? Very Happy[/hrp]

La marque est bien visible, et il avait été tenté de la toucher, mais avait retenu son geste, sans trop savoir pourquoi lui-même, encore sa curiosité sans doute. Pas de savoir si elle avait eu mal, non, ça, il savait déjà ce que ça pouvait faire, c'est plus la curiosité de la volonté de défigurer son corps par cette marque, signe pour lui de déchéance, mais de fierté chez cette femme qui est son vis-à-vis. Il l'écoute toujours, très attentif aux propos, la religion étant un sujet qui le passionne depuis longtemps.

Je ne sais si je dois me réjouir ou non que vous n'ayez pas peur de l'Inquisition. En général, cela provoque une réaction de crainte, vous, j'ai l'impression que ça vous donnerait envie de dégainer votre épée.

Il reste souriant, n'ayant pour sa part nulle intention hostile, et n'ayant pas non plus peur de la Sicaire, il lui en faudrait légèrement plus pour lui faire peur. Un Aristokolès peut-être, et encore, le Padre comme il l'appelait, aux yeux de Louis, n'était rien du monstre qui semblait avoir marqué quelques esprits.

Cependant qu'il l'écoute, son sourire s'élargit, elle dépeint la religion de Louis d'une manière très négative et il semblerait que la Réforme soit la panacée. Sauf qu'il a vu l'intérieur des deux, et qu'il a fait son choix.


Navré de vous contredire sur votre vision de l'Eglise Romaine. A vous entendre, on a l'impression d'une prison, d'un carcan, il n'en est rien. J'ai choisi librement, tout comme vous, Sicaire, et je n'ai pas eu à défigurer mon corps pour le faire.

La Réforme confond armée et religion, confond apprentissage des écritures avec la Foy... La pastorale et le séminaire pourraient ressembler à l'apprentissage des talibs, mais contrairement à la Réforme, l'apprentissage ne crée pas des soldats... Ce n'est pas parce qu'on est baptisé par Rome qu'on est Garde Episcopal. Par contre, quand on est Sicaire, on est forcément soldat à la botte de la Réforme. Les talibs étudient pour devenir Sicaires, et se battre... Ce n'est que Haine, et non Amitié qui est pronée par la Réforme, de ce que j'ai pu constater.


Demeurant aimable, parce qu'après tout, il ne sait pas tout de la manière dont la Réforme a évolué, ni l'Eglise Romaine d'ailleurs, il sait juste que sa foi n'est pas la même, qu'il n'a pas la volonté de détruire.

Permettez moi de corriger, l'Inquisition n'est pas le bras armé de Rome... La Garde Episcopale est armée, les inquisiteurs ont un autre rôle.


Mais de nouveau, il l'écoute, souriant, le regard revenant régulièrement sur la marque de la Sicaire, cette marque dont il n'avait jamais voulu, même s'il avait eu la chance assez inouie, il en avait conscience, de lire les livres de la bibliothèque des Lions.

Vous venez de dire que les talibs sont des lions, que les sicaires sont des lions, que tous sont donc l'armée de la Réforme... Les lecteurs sont donc des armes, pas des épées, certes, mais des armes plus délicates, celles de la pensée.

Il lui sourit franchement à l'évocation des pénitences liées aux confessions romaines et secoue la tête en signe de dénégation.


Ma très chère Sicaire, vous faites erreur... Je crains que nous n'arrivions pas à nous entendre si vous avez de tels préjugés sur l'Eglise Romaine. Lorsque vous guidez comme vous dites, un pecheur que vous entendez en confession... vous lui donnez bien des conseils, non ? vous tentez de l'emmener à des réflexions, à faire des choix. J'ai déjà été entendu en confession, et croyez-moi, je n'ai pas été réduit à l'état d'esclave, contrairement à ce que vos mots laissent penser. Le Padre m'a surtout invité à réfléchir à mes actes, à leurs conséquences, ni plus ni moins, tel un père, ou un mère pourrait le faire pour son enfant, et j'insiste sur le mot "invité".


Impossible de s'entendre sur la question de la religion, mais il le savait. Pour lui, il y a Rome, pour elle, il y a Genève... Tout comme pour Léa. L'ex-impérial sourit, il est devenu fribourgeois, helvète, il vit là, malgré tout, mais n'a pas encore osé remettre les pieds à Genève.

Vous voulez la liberté, prétendez être libre, mais luttez contre Rome. Est-ce elle qui vous impose son dogme, ou vous qui voulez la détruire et imposer le votre ? Je suis Romain, et je ne cherche pas à attenter à votre vie. Je ne lutte pas contre la Réforme, j'ai mes convictions, mais ne suis toujours pas prêt à verser le sang pour une simple différence de dogme.

Il sourit, et songeur, regarde la marque de nouveau de la Sicaire, songeant à une autre Sicaire.

Dites, veuillez me pardonner, une question complètement incongrue, rien à voir avec notre discussion... Le Sieur Zarathoustra et la Sicaire Léamance sont-ils toujours en vie ? Oui j'imagine qu'un Romain demandant de leurs nouvelles doit surprendre...

Il lui en dira plus, ou pas, si elle le demande. Lui, il s'inquiète surtout de n'avoir pas de réponse de ses missives à Zarathoustra. Sortant un ichtus de sa poche, il sourit.

J'imagine que peu de Romains peuvent regarder ce symbole sans réagir. Il m'inspire une amitié, et non de la haine, alors que ma médaille romaine semble vous inspirer l'envie de tuer... Ai-je tord ?

Puis il le range. Il l'a conservé précieusement, ce symbole, ne s'en séparant que rarement, et le gardant sur lui bien souvent, alors qu'il a sa médaille aristotélicienne romaine autour du cou, il conserve un symbole qui pourrait le faire excomunier dans sa poche.

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 38
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Mar 10 Juil - 11:25

Je souriais. Cet homme avait le don de mélanger beaucoup de choses, mais il n'en restait pas moins sympathique dans son désir d'échanger alors je reprenais une nouvelle fois.

Taratata! Que nous n'ayons pas la même vision de Rome, de la Réforme ou même d'une autre forme de religion s'entend. Les différences d'opinion sont un moyen d'avancer pour les uns comme pour les autres.

Mais encore une fois je me dois de vous reprendre.

De une, je parle de Rome telle que je la connais, telle que j'ai pu la vivre de l'intérieur. J'y ai passé suffisamment de temps pour m'en faire l'opinion que j'en ai aujourd'hui.

De deux, ce n'est pas la Réforme qui confond religion et armée, c'est vous. Et pardonnez moi de vous dire que malgré mes explications vous vous entêtez dans ce sens.


Petit sourire cordial et je continue

Romains comme Réformés comptent dans leurs rangs des armées et donc des soldats. Si vous n'en faites pas une généralité chez les premiers, alors il ne faut pas en faire une chez les seconds.

Et je vous prierais de ne pas me faire dire ce que je n'ai pas dit.
Talibans et sicaires sont des termes propres au Lion de Juda. Ce sont les noms donnés à ses membres, que vous appelez à tort "des lions".
Le terme de lecteur est quant à lui propre à la Réforme.
Alors certes, vous pouvez avoir des lecteurs qui ont aussi choisi de prendre les armes, mais là encore, c'est loin d'être une généralité. Pas plus qu'un prêtre ou qu'un archevêque qui prend les armes au côté des soldats des armées papales.


Nouveau petit sourire. Les souvenirs ont beau être lointains, ils sont toujours présents. L'avantage d'avoir fait partis des deux camps sans doute, et d'avoir vu les deux côtés de chacun.

Nous luttons contre Rome autant qu'elle lutte contre nous. Et si le romain que vous êtes aspire à la paix, soyez sur que nombres de vos frères et sœurs de foi sont bien loin d'avoir le même point de vu que vous.

Aussi, il serait temps que l'on arrête de voir chez les Réformés ce que l'on refuse de voir chez les Romains.


Il n'y avait pas grand chose de plus à ajouter dans le fond. Pour le moment en tout cas. Et puis d'un coup, l'on se mettait à parler d'autre chose ... ou presque

J'ignore où est Zara en ce moment. Cela fait bien longtemps que je ne l'ai plus croisé nulle part. Mais Léa est toujours là, en forme, à protéger Genève avec son armée.

Et oui, vous avez tort. Ce n'est pas contre les fidèles romains que nous luttons. C'est contre Rome et le pouvoir papal. Si vous saviez comme la différence est grande!

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Archibald
Lov'symbol
avatar

Messages : 721
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   Jeu 12 Juil - 18:26

Izaac aime

______________________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Dans les coulisses du château de Berne...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Dans les coulisses du château de Berne...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» par quoi rempacer le yaourt dans les gâteaux ?
» Flan pâtissier ananas et vanille
» Dans les coulisses de Game of Thrones (Bryan Cogman)
» DANS LES COULISSES DU GALA DES ETOILES
» Énigme 7 - Le château d'Olivet dans la forêt de Grimbosq

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses-
Répondre au sujetSauter vers: