Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Transhumance estivale in Heidiland

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Transhumance estivale in Heidiland   Ven 4 Aoû - 20:52

Citation :
RP ouvert à tous dans les limites habituelles : cohérence, respect du jeu z'et des joueurs, toussa toussa Smile

Une banderole dominait le groupe de notables devant le châtelet d’entrée de Genève, celui qui faisait face au défilé de l’Écluse.
« Pax peregrinatio omnibus »* : paix au convoi de pèlerins. En fait, « à la charrette » de pèlerins, voire la carriole qui fait des allers-retours réguliers. Baste.
Après se les être caillés sévère à son arrivée à l’aube, le groupe profitait du soleil qui dépassait maintenant le mont Salève, ça allait mieux. D’un point de vue calorifique en tout cas…


- Bon, qu’est-ce qu’ils fou… ?

- Ca va comme ça, laisse-leur le temps…

- Juste que j’ai d’autres chats à fouetter, et de plus importants. Je…

- Ferme-la, tu veux que Kirk t’entende ?

- Ouais, ben moi je lui donne pas tord, qu’est-ce que j’en ai à faire de pèlerins poitevins aux cavales mauves ?

- Angevins et Poneys roses, plutôt, non ? Bien séparés ?

- Ah bon ? Je croyais que c’étaient des Lorrains aux bonnets roses ?

- (Soupir) Non…

- Je persiste, kenavo à foot quand je pourrais faire mes comptes pour voir ce que je peux investir ?

L’orateur allait continuer quand ses narines semblèrent pris d’une vie indépendante, sans même qu’il s’en aperçoive.
Enfin, pendant deux secondes. Après, son visage se décolora quand il reconnu la fragrance inimitable de Kirkwood, l’historique Lecteur de Genève. Il ne s’agissait plus de ses limites hygiéniques (d’ailleurs fort raisonnable comparées à d’autres, on est en Helvétie quand même), très sérieusement corrigées depuis son mariage avec la splendide et madnifique Madeline.
Non, il s’agissait de son goût pour l’ail, que la dite Madeline Wood semblait porter aux nues…


- J’allions t’le dire, pourquoi ça t’importions, Gérard Donnadieu d’Ouchy. Biscotte l’accueil de pèlerins qui venions sacrifier à œuvre pie en Genève, en nos temps de malemort du sommeil qui gagnions depuis trop de temps les Royaumes, estions preuve de vie, adonc de la présence du God-Tout Puissant. A moins que tu voulions que je te rappelle les si nombreuses preuves du Livre des vertus et d’Averroès ?

Réflexe immédiat de Gérard et du reste du petit groupe :

- Non, non ! Pas de problème ! Inutile ! Ca ira !

Satisfait d’avoir remis de l’ordre dans le comité d’accueil, Kirkwood s’inquiétait quand même. Et si les pèlerins étaient passés par le Lac ? Les formalités de douanes étaient parfois si délicates…



* En latin de cuisine, carrément version souillarde, même
Illustration : Plonk & Replonk, » Les plus beaux dimanches après-midi du monde », 2005

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Sam 5 Aoû - 14:40



Kayhan a écrit:
A l'aube, et à la tête d'une des lances Angevino-Poneytoises, Kay voit se profiler au loin ce qu'elle se rappelle être l'entrée de Genève.

C'est avec une certaine dose de bonne humeur, qu'elle lancera à ses compagnons de route :


Ah puuuuuuuutain, on y est arrivé ! Et en traversant tout le Lyonnais Dauphiné du sud au nord en plus. HAHA !

Elle ignore si le ducaillon qui tient la tête de cette contrée française aussi marrante qu'un jour de pluie peut l'entendre d'aussi loin, mais le cœur y est.

Le groupe presse ses chevaux en direction du petit castel, car la route fut longue.  Et compliquée.
A certains, il tarde de dormir. A d'autres, il tarde de manger. Certains tordus du groupe rêvent sans doute d'un bain. Tous rêvent de pouvoir picoler.

Se dressant sur sa selle, un peu avant d'atteindre l'entrée, Kay repère des silhouettes ainsi qu'une banderole qu'elle ne peut encore déchiffrer.


Y A DES GENS !!! DES GENS !!!!


Plissant les paupières pour mieux voir :

Ils bougent ! Ils sont vivants !!!!

Après le désert français, elle pourrait en chialer de joie, si elle était émotive.
Peu lui importe à cet instant, si ces gens sont là pour les tirer à vue à l'arbalète (méthode traditionnelle d’accueil des Angevins en terre française et à laquelle ils sont rodés) ou leur jeter des pots de chambre et des poissons à la figure (méthode plutôt réservée à la Touraine).
Elle n'y tient plus, et se levant droit dans ses étriers, commence à agiter les bras dans un ballet façon sémaphores, voulant tout à la fois dire :

- Coucou !
- On vient en paix (c'est toujours utile de l'annoncer quand on est Angevin) !
- Ça caille dans votre pays !

Un œil très exercé dans l'art du langage corporel arrivera même à déchiffrer le dernier message brassé :

- Vous avez un tonneau de rouge sous la main ? On a bu tout notre stock en chemin.

Kay laissera le soin au Majeur Archiducal de les présenter  à leur arrivée le cas échéant.
En attendant, l'essentiel est annoncé.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Sam 5 Aoû - 20:30



Yap. a écrit:
« Bah c'était moche ! Moi j'dis qu'il aurait fallu tout cramer sans faire exprès » avec un clin d'oeil loupé, mais plein de sous entendus. De toute façon, elle n'en avait pas vu grand chose, puisque la visière de son armure lui empêchait de voir à un angle supérieur à 30°, ce qui réduisait inévitablement sa vision à celui d'une poule borgne. De toute façon, la France était moche, et à son humble avis, ces barbares de français ne méritaient même pas qu'on y pose un œil. Les seules choses intéressantes qu'elle avait vu était le fond des bouteilles englouties au fur et à mesure du voyage, si bien que la gueuse s'était retrouvée dans un état constant d'ivresse. Ce qui l'avait bien sûr aidé à supporter ce long voyage en terre ennemie où on avait pas arrêté de vouloir les tuer. Mais la délégation angevine/périgourdine était vachement bon au jeu de saute mouton, et ils étaient enfin arrivés sans heurts à leur première destination officielle : Genève.

Elle arriva à distinguer à travers sa visière les murailles de la grande ville, et quand Kay les averti de la présence d'individus de type humain, Yap ne manqua pas de s'affoler quelques secondes :

« Est-ce qu'ils ont des lances et des fourches ? Ont-ils l'air hostile ?! Devons-nous lancer la charge ? Moi, j'ai oublié quelques trucs à l'arrière... attendez... non... Foutue carne ! Arrête d'avancer ! Arghhhh.... »

Paniquée par les mouvements brusques de Kay sur son cheval, celui de Yap partit au galop droit devant ; l'animal, fort de plusieurs expériences de guerre, avait très certainement interprété le geste comme un signal d'alerte. D'un point de vu purement rationnel, c'est vrai que voir Kay s'agiter comme ça n'était jamais vraiment quelque chose de bon et ça pouvait faire flipper n'importe qui. L'échevelée avait donc l'air d'une boîte de conserve qu'on trimballait négligemment pour aller jeter à la poubelle, sauf que c'était dans la douve que celle-ci atterrit alors que le cheval avait pilé directement devant la douane. Dans l'histoire, elle perdit une genouillère, son casque, et deux coudières, ce qui lui permit de vite remonter à la surface. L'eau était glacée comme elle ne l'avait jamais ressenti auparavant, autant que ses souvenirs pouvaient lui rappeler, puisque ça faisait à peu près deux décennies que Yap ne s'était pas immergée ainsi complètement.

C'était chiant, et elle pensait déjà qu'elle allait mourir à peine arrivée. Même si sa vie n'était certes pas en péril, le peu de dignité qui lui restait fit tourner l'affaire à un drame diplomatique.

« Blurrrp...bordel !! J'en étais sûre ! DES PIEGES ANTI-ANGEVINS ! »

Parce que le voyage avait été semée d'embûches, la moindre chose devenait suspecte aux yeux de Yap, surtout s'il s'agissait d'eau glacée. Elle s'attendait à recevoir une volée de flèche en pleine tronche, mais rien ne vint, à part des rires, et quelqu'un qui lui tendait une perche. Elle préféra nager jusque la rive en râlant, avant de hurler à destination de ses compagnons de route, toute pataude avec ses cheveux noirs dégoulinant si bien qu'elle avait un air de chien battu -elle en avait au moins l'odeur- :

« FUYEZ PAUVRES FOUS !! L'EAU EST GRAVE FROIDE PUTAIN !! »

Pendant ce temps là, son cheval broutait tranquillement, comme si rien ne s'était passé. C'était sûr, il se vengeait des mauvais traitements de sa cavalière. Foutue bestiole ; on ne pouvait décidemment pas faire confiance à un poney.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Sam 5 Aoû - 20:33

Kirkwood a écrit:
- Les v’là !

Branle-bas de combat : on se remet debout, se rajuste, reprend la position qu’on veut pleine de dignité avec un résultat plus ou moins réussi, on fait des « hum » et des « ho ho », on range les carte ou les bilans comptables et on zyeute l’horizon…

- Naaaan, c’est la grosse Mijote qui mène ses vaches à paître…

- Avec un peu de chance, cette fois-ci, elle ne les mène pas dans le terrain d’un autre…

- Ou bien qu’elle ne peigne pas en mauve le troupeau d’un autre…

Soupir d’exaspération générale. Bon, ce n’était que la xième fausse alerte, après Nicbur le Tueur de Franc-Comte, menant une lance à l’entrainement et tentant de les ramener sans trop de blessures. Et Haroun el-Arachide, le fameux marchand ambulant aux chameaux si exotiques de sa tant folklorique caravane de l’Orient mystérieux.
Pour ne mentionner que les plus « sérieux » de l’innombrable liste des erreurs.
On fit donc comme d’habitude : on mit une baffe au jeune desservant du culte (et accessoirement de la messe lors des occupations romaines) Helmut Tagueule, pour le principe et parce qu’il demandait des explications.

On se remettait à ses diverses occupations, qui les dés, qui la drague, qui la comparaison des techniques comptables, toussa toussa, quand retentit encore, d’une part la voix d’Helmut, de l’autre la réaction habituelle :


- Hay, un convoi, sur la route de l’Ecluse !

BAF !

- Hay, mais y’a du monde qui arrive ? Debout, tous, y sont là !

- Ben alors, j’avais pas tord, pourquoi que…

BAF !

- Qu’est-ce qu’y font ?

- Chais pô, on dirait qu’ils font des signes ?

- Et ça veut dire quoi ?

- Chais pô, j‘les connais pas ?

- C’est quoi, là ?

- Ben, on dirait un cavalier –non un chevalier, l’est en harnois blanc–, qui nous fonce dessus…

- C’est pô censé être des pèlerins ?

- Ouais mais ‘faut bien qu’ils soient protégés des brigands, non, là, il nous fonce carrément dessus, sûr…

- Et donc ?

- Cassos !

Et le roncin de dévier au dernier moment et de piler juste devant les douves du châtelet, propulsant sa cavalière dans lesdites.
On dit les Genevois être ceux qui portent vertus et défauts des Helvètes au plus haut point. Peut-être y a-t-il exagération de ci de là, mais en ce cas précis, ils hissèrent l’apogée à un nouveau stade.
Car tout Genevois porte sur lui la trompe confédérale XG-12 modèle 1356, amélioré Conférence de la paix de Bale 1439. Et tous l’embouchèrent d’un même élan :


POUEEEET !!!

Et en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, on entendit le cri de la Brigade de volontaires de la Sécurité Civile :

- Pin Pon ! Pin Pon ! Pin Pon

Ce cri, en hommage à Myrdhyn, le druide de la forêt de Paimpont, annonce en effet leur venue et demande d’assistance. Et avec une célérité qui me laisse encore pantois rien que de le raconter, une chaîne humaine se mit en place pour récupérer le débris humain qui surnageait péniblement en hurlant.
Bon, comme d’habitude, l’entrainement vaut ce qu’il vaut, et on aurait pu critiquer les gestes imparfaitement échelonnés du point de vue du protocole confédéral TRM 1426, puisque le Saint-bernard de service mené par un maître un brin trop pressé lui injecta entre les lèvres une eau-de-vie titrant quelque 50° alors même que la victime était encore dans l’eau.

Mais bon, comme dit le proverbe : « À gnole donnée, on ne regarde pas le tirage ».
Qui rappelle l’autre proverbe : « À gnon donné, on ne regarde pas le foirage ». De là à dire qu’il y a un rapport…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Dim 6 Aoû - 15:16



Katina_choovansky. a écrit:




Un jour, un sage avait dit « ce n’est pas la destination qui compte, mais le voyage. »
Si le Majeur Archiducal avait eu ce grand philosophe sous la main en voyant les portes de Genève ce matin là , elle lui aurait cassé un bras et aurait essuyé ses bottes talonnées sur son front.
Après elle lui aurait gravé un arc en ciel sur le front et l’aurait expédié dans un sac de hérissons jusqu’en Anjou, avec obligation de passage par le Lyonnais Dauphiné, halte forcée en Bourbonnais Auvergne, et détour par l’Angoumoisi pour finir par être délivré devant un verre de Cabernet aux portes d’Angers.
Ensuite seulement, lui aurait elle écrit depuis les berges du lac Léman une simple phrase, quelques mots, histoire d’ouvrir la conversation : « Alors, finalement, on n’est pas bien content d’être arrivé ? »

Elle aurait volontiers partagé cette pensée avec Mahaut, car Mahaut aimait à partager les pensées profondes, mais n’eut que le temps d’ouvrir la bouche avant d’être interrompue par un enchainement assez improbable de mots/sons/mouvements:


- « Y A DES GENS !!! DES GENS !!!! Ils bougent ! Ils sont vivants !!!! »
- « ... Attendez... non... Foutue carne ! Arrête d'avancer ! » ** Plouf** « Arghhhh.... Blurrrp...bordel !! J'en étais sûre ! DES PIEGES ANTI-ANGEVINS ! FUYEZ PAUVRES FOUS !! L'EAU EST GRAVE FROIDE PUTAIN !! »
- « POUEEEET !!! »
- « Pin Pon ! Pin Pon ! Pin Pon »


Et de comprendre, portant une main sur son cœur avec émotion :

- « Une fanfare ! ILS ONT PRÉVU UNE FANFARE !! »

Non y avait pas à dire, la Suisse ça avait de la gueule. Clairement, elle n’était pas fâchée d’être enfin arrivée chez Heidi.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Dim 6 Aoû - 21:09

Cmyrille a écrit:
Genève.
Ça commence à faire quelques années sa dernière visite, avec la belle-famille dans le porte bagage. Bon cette fois-ci aussi il s'est fait arnaquer, puisqu'il est venu avec des "amis". Amis qui n'ont pas arrêté de vanter les mérites de la suisse, de leur accueil, de leurs si bonnes manières et de leur philosophie au combien meilleure que celle de la France. Ça va quoi. Les gars ils ont des montagnes, une flaque d'eau gelée et des vaches mauves. A Sarlat y'a des collines, une flaque d'eau qui gèle jamais et des poneys roses. Je ne vois pas en quoi c'est mieux la Suisse. Surtout qu'en passant la frontière ils ont appris que Maurice a bouffé tous les chocosuisses. Alors dites moi ? Quel intérêt ?

Nan, le sage il a tord, ce ne sont ni le voyage, ni la destination qui comptent, c'est le point de départ bordel !

Même si, il faut l'avouer, certains des pèlerins, ou disons une pèlerine, y met du sien pour soigner leur arrivée. A la voir sortir des douves en armure, on dirait un panier à crabes plein d'algues qu'on tire de l'eau. Ça coule de partout, y'a une bestiole qui gigote dedans et des machins noirs et filants qui pendouillent. Mais bon, encore une fois, ça on peut toujours le faire à Sarlat. Y'avait pas besoin de traverser la moitié du pays.
Surtout en se cachant des habitants et en prétendant éviter des armées... A écouter les "stratèges" fourbir leurs arguments pour tel ou tel chemin, il a cru qu'ils expliquaient les règles du flipudu, un jeu angoumoisin. Mais non en fait. Ils se sont juste chié dessus parce qu'un abruti a cru que de dire "Vous ne passerez pas" ça suffirait à les empêcher de passer.

Des amateurs ces angevins...

Fourbu par la dernière partie du voyage, et surtout par les écarts de températures entre les plaines lyonnaises où il ne faisait pas bon garder son armure, à moins de vouloir ressembler à un crabe cuit, et les montagnes de Savoie puis de Suisse, où on se pèle les rubidules dès qu'on en met une dehors, il descend de Pedro, son âne, à quelques encablures de la porte de la ville :


- Bon. Ça y'est là ? On arrête les conneries ?...
On picole ou on s'en...



Edit pour un peu plus de cohérence entre les paragraphes

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 7 Aoû - 15:07



Yap. a écrit:
C'était avec un magnifique doigt d'honneur mouillé que Yap salua les douaniers, ce qui voulait forcément dire dans ce genre de circonstance « donnez moi plutôt à boire ». Mais c'était aussi une forme de politesse angevine pour saluer l'étranger, ce qui revenait en fait à la même chose. Il ne fallait pas se vexer, bien au contraire, c'est plutôt que la brune les considérait. Par contre, si le doigt d'honneur avait été accompagné d'autres gestes grossiers, il était formellement conseillé de prendre vite le large avant que les dites salutations ne se transforment en crise de nerfs. Pour l'instant, il n'en était -presque- rien, puisque la gueuse s'affairait à ramasser ses morceaux d'armures, bien qu'elle n'avait pas manqué de remarquer qu'on donnait à boire à un chien plutôt qu'à elle.

C'était vraiment des barbares inhospitalier. Mais au moins, ils n'avaient pas l'air de vouloir la tuer, la pourfandre de leur hache, de la ligoter et de la pendre à un pieu avant de dévorer son cœur encore chaud. Ils n'avaient pas non plus remarqués qu'elle n'était plus à l'eau ; peut-être l'avaient-ils confondues avec ce bout de bois qui flottait et qui ressemblait étrangement à une angevine faisant la planche. Et en plus, ils donnaient à boire à un chien. Il fallait quand même leur en toucher deux mots :

« Mais bordel on vous a jamais appris qu'il fallait donner à boire à un angevin avant d'le pousser à la flotte ? Vous êtes français ou quoi ?! Donnez moi cette bouteille, incapable ! » dit-elle en arrachant des mains la flasque de gnôle à 50°, avant de s'en descendre une rasade qui la réchauffa. En glissant un pouce vers le convoi angevin qui attendait un peu plus loin, elle glissait déjà en douce sur un air confidentiel « La prochaine fois, prenez Myrmille ». Ca allait déjà un peu mieux, et adressa de grands signes en sautillant vers ses collègues, ce qui soit voulait dire : 1) faites demi-tour ils sont tarés ici 2) y a à boire mais plus beaucoup 3) venez et mettez Myrmille en première ligne 4) j'me pèle le cul alors j'saute pour me réchauffer.

Il s'agissait en fait un peu d'un mélange des 4.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 7 Aoû - 15:07



.mahaut. a écrit:
- Et c'est là que Myrmillmze m'a dit : "vas-y, prends le temps de cueillir un gros bouquet, je dis à tout le monde de t'attendre". Oui. Il est vil, c'est incroyable comme il est vil. Ce n'est pas pour rien que même la reyne de France murmure "traiiiiiitre" quand on dit son nom, hein. Il est vil, c'est un fait indéniable. C'est pratique, notez, si vous le perdez, vous allez sur la place et vous criez "avez-vous vu un vil personnage ?", ben en général on vous le retrouve de suite tant il est vil. Et on vous l'amène avec les fers aux pieds. Alors des fois, je dis pas, c'est Raymond qu'on nous désigne, comme il est blond... Mais généralement ça passe. Vous avais-je dit qu'il était vil ? C'est bien simple, c'est la vilitude incarnée. Tenez, un autre exemple... Regardez-le une minute et...
- Là-bas, une ville !
- Ah, vous voyez ? Incroyable n'est-ce pas ?


Posée sur Petit Tonnerre dont elle ne tenait pas les rênes ("mon poney est un poney libre et s'il passe 3h à manger du trèfle c'est qu'il avait faim, voilà tout, profitons de ce magnifique paysage un peu plus, voulez-vous ?"), la brune essayait de convaincre la troupe entière à sa cause anti-beauf'. Certes, la chose n'était pas difficile puisqu'à peu près tout le monde s'accordait à huer Mymrmillmze depuis le début du voyage mais elle sentait confusément qu'il lui fallait insister un peu histoire de faire oublier ses dernières erreurs de suivi de groupe. Aussi désignait-elle l'angoumoiso-limousin (n'essayez pas de visualiser, c'est atroce) de tous les bouts de céleri qu'elle avait ramassés sur les chemins. Un jour, elle demanderait à un botaniste pourquoi on trouvait autant de céleri dans la nature et dans le doute, elle demanderait même à un homme d'église "pourquoi le céleri ?" mais l'heure n'était pour l'instant pas venue pour de telles interrogations métaphysiques. Car devant eux se dressait une ville. Des maisons, des remparts, non, pas de doutes c'était indéniablement une ville.
La brune sortit de son "itte-bague " une carte postale de son ancien voyage à Genève et hocha la tête.


- Bon, le lac, c'est bon, les maisons, c'est bon... Est-ce qu'il y a des vaches avec des grosses cloches autour du cou ? Et une marmotte qui met ses mains devant sa bouche comme si elle pouffait ? Ah et la montagne, est-ce qu'il y a de la montagne ?

Ne faisant confiance à personne, elle mit elle-même sa main au dessus de ses yeux pour scruter l'horizon. Tcheque. Ils étaient arrivés.


- Bien alors, Katina et moi vous le confirmerons, en diplomatie, la première impression est toujours importante, on ne discute pas de la même façon avec des bouseux qu'avec des importateurs du bon goût. Or que sommes-nous, à l'exception de Myrmillmze ? Des importateurs de bon goût. Aussi devons-nous entrer avec classe et distinction et...

La main toujours au dessus de ses yeux, elle regarda Yap foncer vers le lac, semant derrière elle des morceaux d'armure. Stoïque, elle se dressa quand même sur les étriers pour suivre la fin de la chevauchée avant de lâcher :


- Oui, bon, on peut aussi faire ça comme ça.

Grimaçante, elle aperçut des formes se précipiter pour sortir l'angevine de l'eau, tout en entendant de loin des sonorités étranges.

- Une fanfare ! ILS ONT PRÉVU UNE FANFARE !!

Pointant son doigt vers une forme étrange se jetant dans le lac, tonneau autour du cou, la brune ajouta aussi avec émotion :

- Ils ont des poneys à poils longs ! Regardez ! Et... *snif snif* ET A BOIRE ! Vite !

Talonnant soudainement Petit Tonnerre, elle partit à fond de train vers le cortège d'accueil.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 7 Aoû - 15:08



Phinomene a écrit:
Le voyage était compliqué. L'espace d'une journée ou deux, ce fut même totalement le chaos, et vas-y qu'on va tout droit, et qu'on retourne sur nos pas, et que certains s'obstinent à vouloir passer par la Bourgogne -elle était d'ailleurs à ça, je vous jure, à ça, d'en assommer un ou deux pour les ramener à la raison et prendre le bon chemin-, qu'on bifurque au dernier moment, et qu'on insiste pour éviter les armées du Lyonnais-Dauphiné en choisissant de traverser toute la région de part en part.. Non, vraiment, c'était alambiqué comme trajet. Phinomène en a conclu qu'organiser un voyage, c'était loin d'être la panacée, et surtout, qu'elle n'était pas prête de s'y mettre.

Mais les voilà arrivés à bon port, et en train d'assister à une démonstration impressionnante d'hospitalité helvète. Spectacle qui ne la laisse pas insensible.

Qu'ils sont forts ! Vous avez vu comme ils sont bien coordonnés ? Et puis cette façon de vous remettre sur pied après une noyade ! Et regardez-moi ces trompes ! Pfiou, vous ne trouvez pas qu'il fait chaud ici ?

Et la voyante de tenter d'attirer l'attention du maître-chien et d'obtenir un peu de bibine par la même occasion.

Youhou ! Ah non, il faut le prononcer façon helvète, c'est comment déjà ? Ah oui ! Yodeléhihou !! Vite, je vous en prie, aidez-moi, moi aussi je suis en nage !

Spoiler:
 

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 7 Aoû - 18:51



Pere_stanislas a écrit:
Le vieux Stanislas, comme d'habitude, avec une régularité de coucou suisse (avouez qu'à Genève, c'est un peu le minimum), avait préparé son office au temple. Il y voyait toujours les mêmes habitués, la charmante Phonya, l'efficace avoyère, et quelques autres. La routine, quoi !
Mais ce dimanche, changement de programme !


Citation :
Ils ont assisté à la dernière messe :
Colh
Gerfried
Notwen
Olindron
Phinomene
Sumber67
Walderhon

Que de têtes nouvelles ! que d'accents étranges ! Et alors au moment de la communion, mazette ! Ils ont une de ces descentes ! Le pauvre vieux en sera pour retourner chercher un peu de Fendant...

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 7 Aoû - 18:52



Kayhan a écrit:
Ayant fini de brasser de l'air, à Katina, elle répondra, non sans une certaine pointe d'émotion dans la voix :

'tain, qu'est-ce que c'est beau ces coups de cornet.
On croirait entendre du Mainois qu'on éventre.


Oui. Kay a déjà un peu le mal du Pays.

Elle note que le Suisse, c'est plein de savoir vivre, quand elle regarde tout en terminant le chemin qui les sépare du poste de douane, la manière qu'ils ont de retaper Yap.
Se faisant, elle force son louvet a coller au passage un coup d'arrière train au cheval de Cmyrille, marquant par là son dépit de n'avoir pas su trouver, pendant les nuits de bivouac, d'occasions d'estourbir ce dernier propre et net durant son sommeil.
Et pourtant, c'est pas faute d'avoir guetté l'opportunité.


Aux douaniers elle déclare sobrement, ayant l'habitude de se faire contrôler à tout va dès qu'elle fout un patin hors de l'Anjou :

Bonjour Messers.
On vient pèleriner dans votre pays.
On en a chié des briquettes pour arriver jusque chez vous avant l'automne.
Les Français vous craignent beaucoup on dirait. On en deviendrait presque jaloux !
Je m'appelle Kay, soudarde Angevine, et je m'engage à pas essayer de péter une porte de mairie sur vos terres, même lorsque je serai bourrée.


L'effort, venant d'elle, mérite d'être salué.
C'est presque aussi précieux et rare qu'une déclaration d'amour.
Elle laisse ainsi aux autres le soin de se présenter.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 7 Aoû - 19:45

Kirkwood sortit du groupe, silhouette et surtout face d’ours avec sa barbe sombre qui lui mangeait le visage, et répondit à Kayhan :

- Dame Kayhan, j’estions Kirkwood de Genf, bourgeois et premier Lecteur aristotélicien réformé d’la cité, et j’avions le grand privilège, en nom dame Notwenn d’la Concorde, bailli d’la Confédération et Conservatrice de l’Argenterie fédérale, not’ avoyère –vous dirions l’maire en français de France–, de vous souhaiter, à vous z’et t’aux z’autres de votre compagnie, la bienvenue en Confédération helvétique et en l’canton de Genf au nom de la république souveraine et largement réformée de G’nève.

Ouais, Genf estions l’nom bourbine, alémanique quoi, de not’ ville. Un des p’tits trucs qui faudrions qu’on vous expliquions, mais c’estions peut-être point l’urgent du moment.

Que Deos et ses Quatre prophètes vous fassions trouver ici terre d’accueil, de repos après voyage ardu, de spiritualité dans l’Omphalos dressé de l’Aristotélicité, d’agapes avec fromages et bons vins –qui n’estions point de Beaune mais vous verrez à force de les taquiner qu’les crus de nos coteaux les valions bien ! Ah ah !

Sonnez trompettes, résonnez musettes, car aujourd’hui…

Les autres membres du groupe s’entreregardèrent un instant, puis levèrent les yeux au ciel et haussèrent les épaules. Ils avaient l’habitude des sermons interminables et à moitié incompréhensibles (les bons jours) du premier Lecteur qu’ait connu la cité et savaient qui si nul ne l’interrompait –discrètement, il avait un bon uppercut–, ils en auraient pour un bon moment avant de passer à l’essentiel, la boisson, et accessoirement (?) la bouffe.
Adonc ouvrirent-ils bruyamment les tonneaux et commencèrent-ils à servir larges gobelets de bon vins du Léman !

Mais bon, Kirkwood a beaucoup, non, pas mal, heu, un certain nombre, disons quelques qualités, mais le silence n’en faire guère partie. Aussi bouda-t-il d’abord, mais brièvement. Il finit donc par lâcher :


- Hum, broum, j’croyons qu’un chant pourrions faire plaisir à nos invités, en plus de l’indispensable boisson…

Réflexe –quasi– unanime des Genevois présents : pendant que Kirk s’éclaircissait la voix, on sortit des vêtements des quantités assez impressionnantes de persil –la chasse aux simples encouragée par l’avoyerie avait plusieurs avantages– et on se les mit dans les oreilles.
Il est vrai que la voix de Kirkwood sert parfois d’unité de mesure pour les catastrophes à Genève…


Citation :
Le canton de Genève*

Ville fertile aux bancs
Des banques de pierres
Autour du Lac
C'est pour les vivants
Un peu d'enfer
Le canton d’Genève
Des nuages noirs
Qui viennent de Rome
Colorent la terre
Le Lac, les rivières
C'est tout l’arôme
Du canton d’Genève

À l’hiver suivant
Les confédérés
Étaient en paix
Maddy a plongé
Nue dans le Lac
En plein mois d’janvier
Le Kiki s'est dit
Je suis réformé
Maddy aussi
Ta grippe est passée
Tu m’as scotché
Maddy a dit oui
Les Sudénois
Bocans, Fribourgeois
Les Soleurois
Ils sont arrivés
Pour les mariés
Du canton d’Genève
Y'avait les sicaires
Ivres de prières
Les Ambuleurs
Qui f’saient pas d’manière
Et de quoi boire
Trois jours et deux nuits

Là-bas au canton d’Genève
On sait le silence des banques
Là-bas au canton d’Genève
On dit que la vie
C'est une folie
Et une bien jolie
Saltimbanque

Ville fertile aux bancs
Des banques de pierres
Autour du Lac
C'est pour les vivants
Un peu d'enfer
Le canton d’Genève
Des nuages noirs
Qui viennent de Rome
Colorent la terre
Le Lac, les rivières
C'est tout l’arôme
Du canton d’Genève
On y chante encore
Le temps des croisades
Pis des balades
Le rythme des pluies
Et du soleil
Le pas des chevaux
On y croit encore
À l’archange du Lac
Qu'on voit bronzer
Certains soirs d'été
Puis replonger
Pour l'éternité
On y voit encore
Des hommes d'ailleurs
Venus chercher
Pas d’fiscalité
Et pour le cœur
Un goût d’liberté
L'on y croit encore
Qu’Aristote est là
Averroé**
Et Christos ben ouais
Cousent la paix
D’une croix poissonnée***

Là-bas au canton d’Genève
On sait tout le prix de la guerre
Là-bas au canton d’Genève
On ne subit pas
Les édits sans foi
Comme ceux des rois, des empereurs

* Spéciale dédicace to Izaac Smile
** Averroès, avec l’accent helvétique, si, si…
*** Symbole réformé

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5240
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Mar 8 Aoû - 8:27

Descendu en mule de son ashram-ermitage sur le Salève, le vieux était inquiet. Il régnait une atmosphère lourde dans le pays du bord du Lac. Le temps était à l'orage et l’Écluse, le col entre Annecy et Genève pour ceux et celles qui n'ont pas le compas dans l’œil et on les comprend, dégorgeait d'hommes et de femmes.

Poc poc poc !

Panneau d'affichage. Si j'avais un marteau... ♫

Citation :
Les personnes migrantes sont un public particulièrement vulnérable, disposant d’un statut fragile et vivant souvent dans des conditions très précaires. Qu’elles fuient la misère, la guerre, la France, les persécutions, qu'elles soient avec ou sans laisser-passers, ces personnes sont au cœur de la mission du Poisson Rouge genevois. L’aide et l’assistance du Secours Réformé, en Suisse comme ailleurs dans l'Aristotélité, demeurent essentielles pour leur permettre de vivre dans des conditions dignes et pour faire valoir leurs droits.

Parce que les personnes migrantes sont souvent isolées ou traumatisées, la création de liens sociaux et l’aide à l’intégration à la culture helvétique sont une partie essentielle de la mission du Poisson Rouge. Cela commence par l’initiation à la langue welsche, bien sûr, mais se poursuit à travers divers ateliers – cuisine, cors des Alpes, optimisation fiscale, yodel, et, depuis longtemps, théâtre-marionnettes quand on retrouve Andrew - et des groupes de discussion ou de mobilisation citoyenne.

Rejoignez le Poisson Rouge ! Faites un Don pour Soutenir l’éducation de milliers de petits n'Enfants migrants. Déduisez 66% de votre Don !


Le Poisson Rouge, association reconnue d'utilité publique par la République de Genève
26 Taverne-Hôtels à Genève - menus dès 6 €cus, jusqu'à -78% sur la bière

Et poc !

parce qu'il y a quatre clous.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Mar 8 Aoû - 11:06

Elle se penche vers son voisin.

- Et Déos sait à quel point elle peut être froide l'eau du lac en janvier... Hum ?

Le voisin la regarde et se contente de hausser ses gros sourcils. Le gars n'a pas compris... ou plutôt, n'a pas entendu... Parce que la Mad, sans le savoir, elle se retrouve pile à côté du seul gars de toute la Helvétie qui ne supporte pas les chansons de Kiki.

Oui, messieurs, dames, ça existe !

En Suisse, on trouve spécimen de tout :

On a du riche (quelques milliers de spécimens), du bourbine , du madgnifique (ONE specimen, s'il vous plaît), des coupins et des coupines , des vieux (98% de la catégorie riche) , du beau, du laid, du pas gentil, du vraiment pas gentil, du terriblement pas gentil, du "même pas gentil qu'il est dans mon dico" et.... LUI... là... oui, lui !

Le seul, l'unique anti-mélomane. Celui qui confond l'arpège et l'asperge. Celui qui pense que la clé d'Ut sert à ouvrir une bâtisse rudimentaire, celui pour qui yodler c'est blasphémer et jouer du cor c'est tuer le cochon.

Et il fallait qu'il soit là...
Juste posté à côté de la Mad...

Madame Wood prend alors sur elle. Ce n'est nul le moment de se lancer dans une épilation orientale des sourcils de ce gros con qui ne sait pas apprécier ce qui est beau.

Elle se contente alors de prendre le godet au couvercle fendu sur lequel a été peint le Poisson Rouge et de le secouer sous le nez de son voisin.


- T'as donné pour les migrants Ducon ?

Oui, la Suisse est terre d'asile, d'amour, d'amitié, de respect et de pognon !

Gling Gling Gling

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Mar 8 Aoû - 16:52

Ah, ça faisait longtemps, content Izaac aime

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Zarathoustra
Ambuleur
avatar

Messages : 820
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Mar 8 Aoû - 18:04

Une main sous le revers de sa liquette, l'autre en visière calée sur le front, Zarathoustra observait l'horizon depuis les remparts. Les remparts au petit matin l'été, c'est bucolique, et c'est bon pour la goutte, lui avait dit son médicastre. Sans compter les 374 marches à monter. Du coup, une fois en haut, il observait bien bien, jusqu'à épuisement total de ses capacités d'observation.

Y'a marqué quoi sur la banderole?

C'était Hartwig, qui avait le tempérament vernaculaire.

Pax peregrinatio omnibus. Ca veut dire "Terminus, tout le monde descend, attention à la marche". On a annoncé un groupe d'Angevins et de Périgourdins. J'ai autrefois combattu les armées de Rome au sein d'une armée angevine.

Il plissa les yeux derrière ses bésicles embués par la rosée matinale.

Je me demande si...

Il pointa un index hasardeux.

Tiens, là-bas, le gros moustachu, il n'avait pas son pareil pour embrocher du Croisé!

Non, ça c'est le vieux Gutemberg qui essaie de manger une marmotte.

Là, je le reconnais, l'unijambiste, un arquebusier formidable qui jurait comme un pattier.

Non, ça c'est Hobb qui a manqué marcher dans une bouse. Il a tort, ça porte bonheur!


En plus d'avoir une bonne vue, Hartwig était un érudit en matière de sagesse populaire.

Aucun doute, le grand blond avec une chaussure noire, là-bas, c'était notre chef de lance, un vrai brave!

Non, ça s'est le boucher de la rue de la Truite, il... va avoir beaucoup de bonheur.


Zarathoustra se résolut à aller voir ça de plus près et à rejoindre le comité d'accueil, non sans avoir laissé passer l'orage que laissait deviner les échos sonores qui lui parvenaient.

Dites, la prochaine fois, on attache le barde à un arbre avant les festivités. Salve les pèlerins! Comme disait Christos, que son nom soit loué par trois fois trois cent vierges en chaleur: "Bénis celui qui vient de loin, car il a mal aux pieds". Bienvenue à Genève, je suis Zarathoustra, autochtone d'adoption.

Zarathoustra avait un doute sur la citation.

"A celui qui voyage donne du pain, et lave lui les pieds?"

"Si tu veux aller loin, ménage ta monture et lave-toi bien les mains?"

______________________________
Eins thut Noth.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3114
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Mar 8 Aoû - 20:19

Very Happy

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:33



Katina_choovansky. a écrit:
Et d’applaudir gaiment tandis que son poney avançait. Bien sur, au choix, elle aurait aimé arriver juchée sur le dos de Thierry, cette ours de l’Empire que son époux lui avait ramené lors d’un énième conflitvoyage, mais Thierry n’était pas prête, preuve en était, le bras à moitié arraché de l’écuyer qui avait tenté de lui mettre une selle sur le dos dans les écuries de Noyant.
« Je ne comprends pas », avait confié Katina à Gligor, à l’occasion. « Elle est pourtant si enthousiaste dès qu’on sort la laisse. »

Alors, les chants helvètes s’élevèrent dans l’air, figeant le monde à l’orée de sa renaissance, oui, c’est très abstrait comme pensée, mais c’est quand même l’idée.

- « Et ils ont une chorale », couina-t-elle , les yeux embués avant de confier aux angevins qui n’étaient pas loin : « Je vous préviens, s’ils nous demandent de la thune sous prétexte de faire la quête, je chiale, tant pis pour le maquille. »

Elle aussi, avait le mal du pays, un peu.
Il fallait admettre qu’après avoir traversé la France les deux mains en l’air en disant « Nous venons en paix », rencontré la grande bureaucratie française et un Frayner sur la route, l’Archiduché d’Anjou lui manquait.
Dieu merci, les Helvètes étaient assez fascinants pour lui faire oublier toutes leurs mésaventures. En plus, ils avaient encore du temps pour pousser Myrmille depuis une montagne à défaut de l’avoir abandonné mort dans un fossé sur la route. Et bien sûr, le clou du pèlerinage, la tombe d’Heidi était à portée de main, car n’était-ce pas là la raison ultime de leur voyage malgré les fantasmes de la connétablie française?


- « Bonjour Genève ! » fit elle en s’arrêtant devant Zarathoustra, non sans adresser un de ses sourires radieux à l’attention des gens qui leur avaient fait l’honneur de se déplacer. Posant un pied par terre, elle se présenta, polie qu’elle était: « Katina C.S.S de Montmorency, Majeur Archiducal d’Anjou, représentante de la délégation diplomatique angevine. »

Voilà, ça , c’était fait. Au moins, étaient-ils désolidarisés de Myrmille.

- « Ce fut un long périple, une lutte acharnée et l’occasion d’une étude fascinante sur la Bourgogne et le Dauphiné dont la conclusion est, je ne vous le cache pas, absolument alarmante... »

Plantant ses yeux dans ceux du vieux, car à 38 ans, on a déjà un pied dans la tombe ;

- « Je ne sais pas si vous savez, mais les bourguignons… » Un instant d’hésitation avant d’ajouter à mi-voix, d’un air effaré : « Les bourguignons ne connaissent pas Heidi… »

Toussotant, elle reprit :

- « Hum… Aujourd’hui, bravant tous l’inculture française, et sa paranoïa, nous sommes venus en pèlerinage pour honorer la mémoire d’Heidi, la petite fille des montagnes. »

Inutile de dire qu’elle était morte de la syphilis, ça devait encore faire jaser dans le coin.

- « Si après la semaine de festivités marquant notre arrivée... »

Car elle ne doutait pas un instant que c’était la suite des réjouissances. Après la fanfare et la chorale, on ne pouvait qu’enchainer sur un bon gueuleton.

- « … vous pouviez nous indiquer un guide pour aller jusqu’à là-bas, vous seriez un ange. »

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:34



Skarry a écrit:
Tiens, de la visite.
C'est d'un oeuil circonspect que j'examine les arrivants.

A bien dévisager je reconnais quelques figures du clan royalo de France.
Des angevins également.
Des angevins? Avec des royalos?

C'est louche!
Des potes a Falco?
Je vais contacter des amis en Anjou, me rencarder sur eux également

Héé, petit, va te renseigner savoir qui c'est ces gus la qui se croient à l'aise partout?

Je glisse une pièce au gamin, qui détale et bientot; il me ramène un vélin, direct du bureau des clans.


Citation :
Keyfeya (chef) VI Angoulême(Comté du Périgord) 2767
Lotx VII Périgueux(Comté du Périgord) 666
Orkaange VI Périgueux(Comté du Périgord) 359
Samsa V Alençon(Duché d'Alençon (Domaine Royal)) 205
Matpel VI Angoulême(Comté du Périgord) 125
.mahaut. VI Périgueux(Comté du Périgord) 108
Cmyrille VI Périgueux(Comté du Périgord) 96
Phinomene VI Périgueux(Comté du Périgord) 74
Erwelyn VI Le Mans(Comté du Maine (Domaine Royal)) 69
Sorianne VI Sarlat(Comté du Périgord) 52
Clelia VI Patay(Duché d'Orléans (Domaine Royal)) 27
Raymond_de_petrus VI Périgueux(Comté du Périgord) 26
Anefleur03 V Angoulême(Comté du Périgord) 13


Oulaa, les lèches reines sont de sortie ...
Je ne me mêle pas, poutrage, pas poutrage?
Autant les laisser discuter, je me ferais une idée.
Parce que on fait ami ami ici, et on les revoit en Bourgogne ou en Lyonnais, dans les armées du Lys hein ^^
Donc autant rester tranquille, on évitera de se tromper de camp.


Les intentions semblent pacifiques.
Je ne remarque pas d'arme particuliere.
Ils sont en cure aux eaux thermales peut être?

Les genevois les accueillent.?
Bon, c'est tous les genevois. non plus.
Heureusement, ce serait pousser a la guerre civile sinon ^^

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:34



Kayhan a écrit:
Campée aux côtés de ses compagnons de route, elle zieute du coin de l’œil un gugus qui semble parler peu, mais penser beaucoup.
C'est un étonnement toujours renouvelé pour elle, de croiser un grand penseur.
Elle s'émerveille donc d'en croiser un en Empire et en déduit qu'il s'agit là d'un modus vivendi international, un peu comme l'amour sans frontière.

Parlant de frontières, si le penseur du jour s'était un peu creusé la courge et avait réellement fait quelques recherches, au lieu de filer, sans doute, quatre pièces à un gniard pour qu'il lui lise un extrait de la liste d'un clan, il aurait su qu'en France, les Grands Feudataires venaient de prendre annonce accablant ce même petit groupe de Français qui avait osé voyager en compagnie de cet autre petit groupe d'Angevins indépendantistes jusqu'au bout des chaussettes.
Il aurait également su que la Reine de France avait par une annonce du même jour validé celle de ses Grands Feudataires.
Il aurait même appris, s'il ne le savait déjà, que Falco est pour sa part au contraire, devenu serviteur de la couronne de France, et que de facto, ces mêmes Angevins qu'il avait sous le nez l'avaient combattu bec et ongles pendant la récente guerre.
Et même que s'il avait parlé et posé ses questions, au lieu de confier des recherches alambiquées et silencieuses à un enfançon, il aurait sans doute trouvé quelque adulte pour lui répondre.

Mais le voici devant eux eux, et à la place, les examinant sans mot dire, affichant la figure longue de ceux qui trouvent tout louche.
Alors, fatalement...


*A Skarry*

Bonjour Messer. Quand vous faites cette trogne, on dirait le Duc de Bourgogne quand on lui a annoncé qu'on pensait passer par chez lui.

Et ouais. Jusque là, y avait que les Français pour avoir trouvé louche le petit groupe bigarré.
Au point de leur interdire tout passage, et de les menacer de poutre.
Comme quoi, à trop cogiter, on finit par penser comme un foutu royalo.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:35



Raymond_de_petrus a écrit:
Tandis que ses compagnons de voyage déposaient bagage, prenaient des bains ou tentaient de hisser le drapeau blanc en guise de bonne volonté, Raymond lui contemplait la scène avec un poil de curiosité. Diable, les français les accueillaient avec des pierres - les béotiens - et voilà qu'on passait une frontière et que les types se montraient amicaux.
Franchement, le nationalisme, ça vous laissait circonspect quand vous aviez le patriotisme aussi acéré que la verve mollassonne de Keyfeya depuis qu'elle était reine (et nous ne parlerons pas de la verge du consort pour ne pas choquer les âmes prudes).

Après la fanfare, ce fut les chants locaux qui furent offerts par la maison, et Kirkwood. Le journaleux grimaça.


Ah, un chant d'accueil, franchement fallait pas.
Non, vraiment, je crois que j'ai les oreilles qui saignent un peu là...


Des énergumènes crurent bon alors de les dévisager, leur parler, planter des trucs sur une pancarte, ou rester bée à les voir.


Tiens, c'est pas un type nommé Kayden qui vous a appris le truc des sourcils ? Il fait ça tout le temps ! Et moi, j'ai beau me bouger les sourcils avec les doigts, j'y arrive jamais !
Non ? Ah, au temps pour moi...


Et puisqu'il fallait bien parler des choses sérieuses, il décida de se radiner non loin de Katina.

Sinon, j'suis bien d'accord avec Myrmille quand même... Ya quoi à bouffer dans le coin ? Parce que les soirées de feux de camp, c'est champêtre, mais ça manque de boustifaille. Ca mange quoi un hélvète ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:36



Blackjack212 a écrit:
Bon bon, il va falloir lister

des collabos angevins indépendantistesquidisent
des clébards de la reine.

Ou des procès?
Skarry, tu me dira.
On va en France, on est listés, et poutrés, collés en procès car indésirables il n'y a aucune raison de ne pas rendre la politesse.

Et le zarathoustra il fait quoi?
Il a été déclaré traitre a la couronne de FR, il se met a genoux ici ou quoi?
C'est le plaid en déporté. Une supplique discrete à la reine des Francois?

Ou c'est l'effet religieux?
Il tend la joue droite maintenant?
J'ai eu raison de quitter le Lion!
Les valeurs se perdent


A la Greluche liseuse de pensées
On est pas en Empire, on est en Helvétie
Comme l'Anjou n'est pas la France

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:37



Skarry a écrit:
[Toujours immobile et muet, petit sourire indéfini du gros chat qui se taperais bien du poney]

Tu ne fais rien BJ, j'observe et j'attend le préposé au courrier.

Laisse les parler, on ne va pas troubler par notre méfiance - royaliste hein ^^ - cet attelage étonnant et bigarré.
J'aurais du ne pas intervenir, mais j'aime tester.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:37



Sorianne a écrit:
So les a laissé passer au devant afin d'aller présenter la petite troupe. Elle est fatiguée du voyage, et profite maintenant un peu du calme, un peu en arrière. Puis après l'accueil reçu par la plupart des Comtés traversés, la noiraude se passera bien de recevoir le même ici, même s'il semblerait que ce ne soit pas le cas.

Tout en ramassant quelques fleurs pour les ajouter à sa collection pendant au plafond de ses différents appartements, elle tend l'oreille, s'étonne de l'accueil chaleureux qui leur est fait, et salue ainsi les autochtones d'un signe de tête et d'un sourire. Pollux, le grand mâtin, gambade à ses côtés, découvrant la montagne.

Elle sourit un peu plus toutefois aux paroles de Raymond et finit par froncer un sourcil en entendant un nouvel homme parler. Redressée, elle déplore que même ici les visiteurs soient accueillis de la sorte. Alors arrangeant son petit bouquet, la So s'approche, non sans remarquer la ressemblance du greluchon liseur de pensées, qui y répond de vive voix en plus -sorcellerie que tout ceci, sans nul doute possible- avec son ancien Promis. Elle renfouit les sentiments qui remontent, et s'approche donc du "BJ" et lui tend le bouquet... Le lui colle dans les mains même.


Je ne suis pas encore un chien. Je n'ai ni queue ni truffe et je ne suis encore moins celui de la Reyne, qui n'est pas là d'ailleurs, notez bien. Et je suis Sorianne, vous pouvez essayer de dire nos noms, vous verrez, ça change tout d'un coup.

Que vous ayez peur se comprend, vous découvrez, mais nous n'allons massacrer personne.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6769
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   Lun 14 Aoû - 12:38



Zarathoustra a écrit:
Bonjour Madame Céhéssesse. Voilà bien des contrées barbares que vous avez traversées. Nous ne désespérons pas de redresser un jour leurs rudes manières en matière de tourisme. C'est notre désert des Tartares à nous.

Heidi... Heidi... C'était pas Didi-pattes-en-l'air, la plantureuse blonde de chez la Mère Denis?

C'est pas les jeunes blondes à tresses qui manquent dans nos contrées, on vous laisse le plaisir de la découverte.

Après quoi Zarathoustra entreprit de satisfaire aux attentes légitimes des voyageurs en matière de découverte des coutumes locales.

Voici les remparts de Genève, toujours debout après trois croisades. La haut, c'est le Mont Salève, et sa pension des Mimosas, où notre vieil Izaac purge une retraite paisible -mais peu chaste, à ce qu'on dit- en compagnie de sa mule Ingebruge.

Des index tendus étaient lancés tous azimuts.

Là, c'est la bascule municipale, où les jouteurs viennent se peser lors du grand tournoi de lutte gymnopédique, chaque année en janvier. Là, c'est le temple réformé, ouvert à toutes les confessions et agnostiques. Là, c'est chez Hobb, l'opiniâtre Ritter Teutonique qui ne désespère pas de ramener Genève dans le giron de l'empire et de l'Eglise de Rome. Et bien sûr nos tavernes, où vous pourrez déguster cardons et fromages avec ou sans trous, desquels nos Genevois sont friands.

Vers le Nord.

Là-bas c'est le Col de la Faucille, vers la Franche Comté, assez mal fréquenté ces derniers temps.

Vers le Sud.

Le Défilé de l'Ecluse, qui mène à Annecy. On aime bien se taper dessus avec nos voisins savoyards à l'occasion, quand ils nous poutrent un marchand ou quand ils maltraitent nos Réformés.

Vers l'Est.

Les ruines de Lausanne, très romantique. Après c'est Fribourg, je vous le déconseille, en été c'est plein de moustiques.

Tiens, quand on parle de Fribourg!

Ennemi, Monsieur Jacques le Noir, ennemi de la Couronne. Pour en être traître, il eut fallu que j'en sois sujet, ce qu'à Deos ne plaise!

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Transhumance estivale in Heidiland   

Revenir en haut Aller en bas
 
Transhumance estivale in Heidiland
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lecture estivale
» taille de la lavande
» Archives Municipales Le Havre - fermeture estivale 2012
» Dans la série "Les tenues estivales"
» Tenue de gala.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: