Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [JDR] Carnets de Kirkwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Sam 20 Déc - 20:17

C'est plus une crèche, c'est une arche de Noé clown

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Par-don ?

La voix de Michel évoque un très grand iceberg. Très. Modèle qui mérite un code postal. Voire planétaire. Si ce n’est mieux…
Panique dans la fabrique du côté de Trugludu. Façon Apocalypse. La Vraie, celle du Jugement de Deos, de la Fin des Temps, des haricots, des scoubidous et des mistrals gagnants.
Même Isfaction regrette qu’on n’ait pas retenu l’idée des ailes pour les anges, parce qu’elle craquerait plus facilement et se barrerait. Avant d’être rattrapé par la haine de Michel et mourir de façon atroce. Mais c’est sans importance.
Ce qui n’est pas fait pour rassurer Trugludu, qui se raccrochait quand même un peu au calme apparent de la sainte.
Même si cela pose pourtant une belle question théologique. Comment peut bien mourir un saint débarrassé de son enveloppe charnelle et travaillant déjà à plein temps pour Deos ?


- Rrrhâ, Michel, tu crrrois peut-êtrrre que j’ai oublié ton petit jeu à Domrrremy avec la p’tite pucelle, y’a pas si longtemps ?

Heu, une pucelle, maintenant ?

- Ho, Michel, tu t’imagines qu’il est passé inaperrrçu, ton sketch à Domrrremy avec la Jehannette, y’a pas si longtemps ? Et gnia-gnia-gnia, le pôv rrroi de Frrrance, et gnia-gnia-gnia, la vie est trrrop injuste, et gnia-gnia-gnia, ‘faut lui donner un coup de main, gnia-gnia-gnia.
Et de fairrre bosser Catherrrine et Marrrguerrrite, même le dimanche ! Et pas comptés en heurrres sup’, en plus, petit joueurrr.
Comme si on ne savait pas que le rrroi brrritton avait prrréférrré dédier sa chapelle à l’arrrchange de l’Amitié Georges, au lieu de toi, ce que tu n’as pas aimé ! Faut dire que sur ce coup-là, tu lui as rendu justice, ha ha ! ou plutôt TA justice ? ha ha ha !


- Je ne vois pas du tout de quoi tu parles.

Fait la voix boudeuse de l’Archange Michel.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Dim 21 Déc - 21:10

une imprévue qui passait par là, faut voir si ça devient intéressant ?:
 

Citation :
Genf, décembre 1462
Kirkwood passait dans le coin quand il vit un nouveau message sur la porte du Temple. Bou diou d'boudin, 'estions point fout'... d'lire ce qu'il y avions d'marqué, nom d'un p"tit Christos en pagne pour l'anniversaire d'Averroès quand l'Aristote s'enrhume ?!
Tsss ?
Il écrit rapidement sur le dos de l'affiche qui l'énervait :


Citation :
Chère E.

Je, Kirkwood, Primus inter pares ET Lecteur de la cité sainte de Genf, dite Genève en françoys de France, Umphallos de l'Aristotélicité en toute modestie, vous demandions de bien vouloir lire ce qu'il y avions à lire.
A savoir les horaires des cultes.

Vous rappellions de même que "évêque" estions nom grossier et vulgaire, et qu'il n'y avions guère qu'en les vallées les plus reculées et touchées par des restes de paganisme moral indécent voire barbare qu'on usions encore d'ce vocable pour le moins coupable...
Ici, en Helvétie, Confédération à la pointe de la Réforme de l'Aristotélicité, on disions "Primus inter pares", Premier parmi ses pairs, afin d'souligner la portée incommensurablesque du Logion XVII de Christos, namého.
Si les romains de l'Antiquiture avions été réformés, jamais qu'ils aurions disparus d'abord.

Deos vous épargne les bosses, mais vous-avions-t-il mis au courant du grand Tournois de Genève ?
Non ?
Allions immédiatement à l'adresse suivante vous inscrire, vous ferions des jaloux dans les meilleurs cercles.... : frappez la bobinette et la chevillette choira

Kirkwood, services enreligiosifiés genfois...


un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Ça va comme çi, Michel, n’en fait pas trrrop quand même… Tsss… T’as bien mené ta barrrque, sur ce coup-là, chapal…

Trugludu déglutit avec difficulté. Tiens, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas eu l’impression d’avoir un corps corporel, bizarre ? Voilà qui lui remonterait presque le moral.

« Chapal » ?
Ah, oui, un chapal, des chapeaux…
Qu’est-ce qu’ils sont crons, les démons, avec leur humour à deux osties… Comme on dit à Rome…
Ouais, bon, d’accord…

Léviathan sourit, son regard vers le bas. L’équivalent de lever les yeux au ciel ?


- Dis-moi, Michel, en quoi sont fabrrriqués les pavés, chez vous ?

- Hein ?

Ouch ! Michel carrément interloqué se laisse aller à manifester son étonnement. Ca va devenir légendaire, cette affaire ?!
Heu, naturellement, si ledit Michel ne fait pas un sort abominable aux deux saints présents, excessivement témoins. Genre aller évangéliser une dimension perdue ou carrément les envoyer s’occuper du Premier cercle des Élus, quel que soit le nom qu’on donne à ce rassemblement de boulets qui ont fini par se décider à arrêter les incarnations et d'accepter un rendez-vous avec le Patron.
Prétentieux. Et naïf…


- Ben oui, on le sait, « l’Enferrr est pavé de bonnes intentions ». Mais chez vous, vous pavez avec quoi, comme matièrrre ?

[i]Réflexe idiot de Trugludu, Isfaction et même Michel qui regardent le sol, comme d’habitude discrètement caché par des volutes de fumées grisâtres.
Sourire carnassier de Léviathan.
Sur une tête de taureau, c’est très vilain. Et ça ne donne pas confiance en l’avenir…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mar 23 Déc - 11:27

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Je ne m’occupe pas de ce genre de choses.

Tête -très- vaguement intriguée de Michel, qui s’est repris. Totalement paumée pour Isfaction et Trugludu. Léviathan reprend :

- Ah ben si, ben si, fais pas ta mèrrre Michelle, mon Arrrchange de la justification ! Surrrtout ne pas sous-estimer ton action ! Tu penses vrrraiment que j’aurrrais utilisé la Ligne rrrouge uniquement s’il y avait eu une brrrebis bourrrée ? Niet, niet !

Léviathan sincèrement étonné se désole :

- Ah ! Je vois bien que tu n’as toujourrrs que méprrris pour moi et les miens. Tsss ! Alors que nous, nous vous haïssons, mais avons du rrrespect pourrr nos ennemis… Da, c’est vérrrité vrrraie et tu n’y crrrois pas, bérrrézina ! Tant pis… Il y avait pourrrtant tant à reconstrrruire, même sans être ensembles…

Il secoue la tête, chagrin.

- Tant pis. Bon. Toi et les tiens nous obligez à accepter tous ceux qui se voient rrrefuser l’entrrrée du Paradis parrr Titus. C’est la rrrègle, je ne prrroteste pas. Mais je commence à me demander si vos rrrègles ne sont pas à géométrrrie variable…

Michel imperturbable pendant que Trugludu explique discrètement l’idée générale à Isfaction. Il a étudié un peu les mathématiques avant de défuncter. Oui, l’université existait déjà en ces temps reculés, c’est pas parce qu’il n’avaient pas notre civilisature qu’ils étaient plus stupides pour autant…

- Parrrce que bon, Michel, la pluparrrt, je comprrrends bien. Mais pour cerrrtains, j’ai quelques doutes ?
Des arrrtisans qui dénoncent les monopoles des notables ? Des maitrrres de compagnies de commerrrce qui veulent examiner les comptes de l’avoyerrrie ou du duché ? Des currrés ou de simples parrroissiens excommuniés pour d’êtrrre étonnés des comporrrtements minables de cerrrtains membrrres de la Curie ?
Des exaltés plutôt sympathiques selon vos crrritères, d’habitude, non ?


Michel froid à déclencher une crise de jalousie chez un iceberg. Trugludu et Isfaction perplexes…

- Nos critères t’intéressent, maintenant ? Et inadéquat avec la question.

- Da, da, trrrès trrrès adéquat, Michel ! Parrrce que ces gens savent s’orrrganiser et qu’on se rrretrouve avec la prrremière grrrève de l’histoire des Enferrs, paganisme inclus !
Plus de chauffage depuis deux frrragments d'éterrrnité... C'est drrrôlement frroid, le froid ?
Ils disent vouloirrr l’améliorrration de leurrrs conditions de trrravail... Et ceux qu’on interroge crrrient : « Justice » ! Justice, entends-tu, Michel, mon petit Arrrchange ?
Heu, de quoi, déjà ?
Ah, oui, je sais, Archange de la justice…


Silence tonitruant de Michel face à Léviathan satisfait de sa démonstration. Isfaction et Trugludu se concentrent obstinément sur leurs orteils, tentant sans doute de les faire communiquer par télépathie ?

- Bien, bien. Je te laisse, j’entends les grrrévistes à ma porte… Mais tout ça pourrr te dirrre que ton idée d’agents dorrrmants, je retiens, je retiens, très bonne idée…
Mes amitiés à madame, faites un petit et garrrdez-le moi pour le dîner…


La tête de Léviathan se brouille quelque peu alors que la brume s’éclaircit. On l’entend encore un court moment :

- Da, da soyez les bienvenus ! Camarades Jan Hus et Zizka ! Signor Machiavel, vous avez pu vous libérrrer ! Maîtrrre Étienne Marrrcel ! Je sens que la converrrsation va êtrrre intérrressante…


Heu, là, j'hésite. J'en finis là pour rendre le post à son objet formel (le culte) ou je continue puisque c'est bon pour le fond (religion) et que ça a l'air d'intéresser ? Des idées scratch ?

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mer 24 Déc - 19:20

Spoiler:
 

Citation :
un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


L’éternel brouillard cotonneux des lieux en reprend possession comme si rien ne c’était passé. Plus la moindre trace de rouge, retour aux nuances de blanc et de gris clair.

Oh oui, s’il te plaît Deos, il ne s’est rien passé, rien de rien, je n’ai rien vu, entendu ni parlu, pense intensément Trugludu, je me suis simplement évanoui à l’apparition de Lévianthan, non, mieux, j’ai rêvé et…
Mais Trugludu sait bien qu’il n’en est rien. Un saint au Paradis ne mange ni dort ni ne rêve dans son corps glorieux. Il vit l’ineffable merveille de sa condition au service de Deos, point.
Pendant un instant, une voix au fond de lui-même lui susurre même qu’une telle main d’œuvre ferait rêver des tas de gens, et qu’on comprend mieux que les responsables de corporations figurent si peu nombreux dans les registres de sainteté…

Mais sa trouille efface ces idées certainement néfastes. Surtout quand il relève la tête et constate que Michel les regarde, lui et Isfaction. Et que c’est la première fois qu’il a l’impression d’être examiné jusqu’aux tréfonds de l’âme par un iceberg suspicieux.
Impression inhabituelle. Et désagréable ô combien.
Surtout quand l’iceberg ajoute :


- Un commentaire ?

Tiens, mon cerveau n’a toujours pas décidé de fuir par les oreilles, constate Trugludu ? Encore que ça ne va sans doute pas tarder.
D’ailleurs, ses pensées vont dans tous les sens. Cela étant, pour être très franc, elles reviennent toujours à l’expression « silence assourdissant ».


- Saint Trugludu et Sainte Isfaction. Deux saints millénaires. Impossible que vous n’ayez des observations à faire.

Isfaction n’a pas l’air tellement mieux dans son suaire. La sainte si courageuse ressent la même difficulté que le plus grand trouillard du Paradis. Petite satisfaction ridicule.
Trugludu sourit de ce trait d’esprit involontaire. C’est complètement crétin comme jeu de mot, « Isfaction » avec « satisfaction »…
Bah, juste avant de subir les affres que Michel leur réserve certainement, c’est pas si mal, comme adieu à la scène, non ?


- Les Sacrés Registres vous recensent comme très intelligents. Observateurs. Ce silence pourrait être considéré comme entrave à l’ineffable projet de Deos ?

Non, c’est ridicule.
Il ne faut… Il n’est pas possible… Il y a sûrement… Deos ne…
Pendant que son mental semble vouloir partir sucrer les fraises pour se réfugier dans des recoins obscurs dont il a oublié depuis longtemps le souvenir, Trugludu devine ce qui peut s’approcher d’un sourire chez Michel.
Façon ours polaire qui voit son repas apparaître à ses côtés.


- Les services de Galadrielle manquent de personnel. Les sous-commissions à l’attribution des mérites vertueux.

Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !!!!!!!!!!!!!
Pas les services de l’Archange de la Conservation ! Pas ces sous-commissions où se retrouvent faute de mieux tous les arrivistes les plus minables de la sainteté. Ceux qui n’ont pas réussi à s’évertuer* plus haut que leur crul et stagnent là en attendant d’être remarqué par un Archange…
Le plus haut turn-over du Paradis ! Tous plus mesquins et carriéristes les uns que les autres.
On se sourit, se tutoie, on se fait la bise, et le plus souvent, c’est le nombre de jambes tentant de faire un croche-pied en même temps qui étonne.
Vrai qu’il y a des saints unijambistes aussi…

Ce qui peut ressembler à un cerveau chez Trugludu se fait la malle-poste. Peu de chances qu’il y ait un retour à l’envoyeur. Mais ça le soulagerait presque, finalement, après toute cette tension.
Devine-t-il un geste chez Michel ?


* S’évertuer, c’est aussi tenter d’atteindre les vertus de Deos, voyons… Bon, d’accord, mais moi ça me fait sourire, ce qui suffit, je trouve 

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Jeu 25 Déc - 19:59

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


Isfaction tente de retenir sa peur, mais elle sent qu’elle va céder sous -très- peu si rien ne se passe.
Bon Deos, trois millénaires de service saint pour en arriver là ? Transféré au 666e sous-sol (formulation pour le moins ridicule dans un espace qui n’a ni lieu ni dimension exactes, mais passons, on n’en est plus là depuis longtemps…), le coin où on recale tous les nazes dont on ne sait que faire ?

Elle sait bien n’avoir que peu de mérites ou de vertus par rapport à d’autres, mais pas dans l’absolu d’une part (qu’est-ce qu’elle ficherait là, sinon ?), et de l’autre, si ce n’est pas un abus de pouvoir, va falloir revoir toute la grammaire, l’orthographe et la linguistique vite-fait…
Alors même que Trugludu part vraisemblablement en vrille comme le premier shaman venu…

D’abord, il va falloir se prendre ça dans la tête. D’accord. Sur une échelle d’éternité, ça va être long…
Quant à savoir si Michel n’en profitera pas pour leur faire pire ? Qu’est-ce qui arrive à la foule insatisfaite des loosers là-bas ? Est-elle indigne à ce point ? Quelles règles régissent ces poubelles du Paradis ?
Les rumeurs sont-elles vraies ?
Les derniers sous-sols du Paradis communiquent-ils avec les limbes des Enfers ? À moins que ce ne soient d’autres règles, d’autres logiques, carrément hérétiques celles-là ?

Michel amorce un geste. Ça y est, on va savoir. Serrer les fesses.
L’idée lui arrache un –dernier ?- sourire.


- Machiavel.

Arrêt du geste de Michel et étonnement d’Isfaction. Trugludu, l’air complètement halluciné, vient de lâcher un nom. Machiavel, et alors ? Il continue par saccades :

- Machiavel. Observation : ne correspond pas à notre époque de référence. Même pas né. Colle pas. Problème. Hypothèse : déformation temporelle.

Ridicule. Quelle horrible diction hachée. Mais ça a l’air d’intéresser Michel, par contre ?

- Sous-hypothèses multiples. Origine de la déformation ? Involontaire ou volontaire. Inconsciente ou non. Inconsciente : informations à en déduire ? Autre possibilité : déformation volontaire. Objectif : nous manipuler. Pourquoi ? Vérifier dossiers en cours « Léviathan ». Prévoir sous-dossiers : « Sans-Nom », « Ange noir », « Taureau fou »…

Michel écoute le délire verbal pourtant agencé de Trugludu et a l’air curieux. Autant que peut l’être une statue de glace certes, mais finalement, on s’habitue. Isfaction sent indiscutablement une attention de sa part. Elle aurait du mal à expliquer les indices, il n’empêche.
Elle se rend enfin compte qu’il serait temps pour elle de profiter de cette idée désespérée de Trugludu et se lance :


- Intéressants déductions de saint Trugludu, ô Michel. Qu’il nous faut poursuivre. Si la déformation temporelle est involontaire, l’Ennemi d’Enfer a sans doute davantage de problèmes qu’il ne l’imagine, soit un moment propice à une action d’envergure de notre part ? D’autre part, si l’on veut nous manipuler, nous devons…

Michel la regarde, esquisse un geste d’interruption et lui sourit.
Des frissons lui parcourent tout le corps, d’une extrémité à l’autre. Vagues souvenirs de frissons d’une autre nature, du temps de sa vie de mortelle. Carrément aucun rapport, à part le mot. Dans un cas, on veut prolonger au mieux, dans l’autre, en finir le plus tôt possible.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6654
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Jeu 25 Déc - 20:12

Spoiler:
 

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Ven 26 Déc - 12:06

Spoiler:
 

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Sam 27 Déc - 18:20

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Ô Michel l’Aréopagite, retiens ton geste.

Michel se retourne vers la voix. Trugludu et Isfaction itou, bien sûr.

Un barbu, d'âge mûr mais de belle prestance, habillé d'un manteau antique.
Rien qu'à le voir, on a envie de retsina, d'olives noires et de discuter philo entre mecs au milieu de colonnes de temples. Nulle nécessité qu'il y ait des hommes nus et enduits d'huile, mais bon, l’hypothèse n’est carrément pas à exclure.
On sent aussi qu’on a envie de lui porter la contradiction, mais pour être corrigé. Il va être gentil et aimable, d’ailleurs, en nous montrant à quel point on avait tort. On comprend pourquoi la concurrence l’appelle « Papy Noël » avec un air de dégoût. Mais bon, c’est la concurrence…

Têtes d’Isfaction et Trugludu. Non, pas possible ? Michel, par contre, reste identique à lui-même. Petit blizzard autour de sa voix :


- Que me veux-tu, Aristote ?

- N’allais-tu pas, ô Aréopagite, mener cet homme à sa Dissolution sacrée ?

- Elle aussi.

- Elle ? Ah, oui. La, la fem, non, la sain… Non. La femme… C’est vrai…

Aristote se reprend, mais on sent bien la déception qu’il ressent à avoir été interrompu dans une de ses belles tirades qu’il affectionne particulièrement. Et pour un sujet si secondaire…

- Mh, reprenons. As-tu bien réfléchi, ô Aréopagite, aux conséquences de ta décision pour cette âme, heu, ces deux âmes, pourtant choisies parmi d’autres pour rejoindre les phalanges divines ?

- Oui.

- Il commence à me courir sérieusement sur le haricot, Papy Stote ?

- Calmes-toi, Isfaction, on ne dit pas des choses pareilles de lui, voyons ? Tu vois bien qu’il tente de nous sauver la mise, non ?


- Et tu penses que les souffrances atroces qu’il va (Arrêt puis regard désabusé vers Isfaction qu’il a oublié un bref instant ; il soupire puis reprend…), qu’ils endureront à travers leur Dissolution seront moralement acceptables, eût égard à ton insigne position au sein des institutions divines, position que leur témoignage pourrait compromettre ?

- Oui. Leurs martyres terrestres prouvent leur disponibilité au sacrifice en faveur d’une cause qui les dépasse.

- Certes, cela s’entend. Mais n’oublions pas que le bien de l’homme est une vie vouée à assurer les conditions de l’harmonie au sein de la cité, et que le bien de la cité est tout ce qui participe à son équilibre, puisque la nature de la collectivité est de se perpétuer* (y compris notre Cité divine, au service de Deos). Comment leur éradication si douloureuse pourrait-elle être harmonieuse et bénéfique à la Cité divine ?

- Ma réputation participe de cette perpétuation de la Cité de Deos. Ce martyre-ci restera inconnu.

- Ah, ben… Oui ? Ça manque un peu d’éléments de liaison, mais c’est convaincant. Je crois qu’il n’y a rien à rajouter.(Un regard -vaguement- tracassé vers Trugludu)Navré, mon vieux, j’aurai essayé. Bon courage…

Trugludu et Isfaction interloqués, protestent comme ils peuvent…

- Nan mais ça va pas, non ?

- Il est beau, Papy Logique ! Papy est si logique qu’il fait le collabo, ouais !?

- Mais pas du tout pas du tout pas du tout ! Et d’abord, si Aristote est témoin de ce qui nous arrive, il devient témoin gênant à son tour ?!

Sourire façon buche glacée d’un côté, hésitation de l’autre…

* Dialogues, “La morale”.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Dim 28 Déc - 18:54

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Non. Aristote est unique. Il se taira pour éviter ma colère. J’oublierai ma suspicion à son endroit. Les saints sont des myriades. Deux de moins. Aucune différence.

- Mais moi aussi, je sais me taire, proteste Trugludu ! Et Sainte Isfaction me surveillera !

- Impossible d’en être sûr. Rien de personnel.

Pendant qu’Aristote absorbé cherche à analyser un détail d’une colonne, Isfaction cherche en vain des silhouettes à interpeller. L’archange lève la main…

- La justice est toujours aveugle, voilà qui fait partie paraît-il de ses qualités. Quant à savoir si l’albinisme la rend plus acceptable ?

Un nouveau venu. Inconnu pour les deux saints qui s’entreregardent, intrigués autant qu’à nouveau remplis d’espoir. Michel le regarde, un peu crispé, ses yeux rouges luisant sous son bizarre bandeau blanc. Aristote pâlit :

- Oh non, pas lui ?!

- Hé si, Aristoto…

Comment qu’il se la joue, pense Isfaction. Voilà quelqu’un qui va en faire des tonnes ? Incontestablement, il pose. Bonne nouvelle, ou on va encore passer en pertes et profits ?

- Mais qu’est-ce que tu fais là ?! Déjà chez Myrdhin ! Tu me suis partout ou quoi ?!

- Mais non ! Tsss ! Et puis, l’Autel California de Myrdhin, ça commence déjà à dater un peu, non* ? Comme d’habitude, tu ramène tout à toi, Aristoto. T’as toujours la grosse tête, alors que j’ai surtout l’impression que t’as été premier dans un concours de circonstances, dans les plans du Patron. Parce que bon, Socrate est pas passé loin du poste, dans mes souvenirs…

- Oh, ben, ça, franchement, c‘est bas ! Et pis d’abord, toi aussi, ça tenait plus du hasard que d’autre chose, si j’ai bonne mémoire…

- Hé hé, pas faux, je l’admets. Mais contrairement à toi, en l’occurrence, j’ai le bon goût de le savoir. Et surtout, je le répète, je ne suis pas là pour toi. Tu décores, comme souvent, mais c’est plutôt Michel qui m’inquiète.

L’Archange reste immobile et silencieux, comme d’habitude.

- Oh, mais je ne me suis pas présenté, et nos saints ignorent sans doute qui je suis. Oane, premier prophète de Deos…


* Lors du couronnement de la reine Nébisa de France.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Lun 29 Déc - 20:34

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:




Oui, Oane a beaucoup changé en quelques millénaires… Tronche des deux saints… Pas tout-à-fait ce qu’ils avaient imaginé. Pas grave, mais ça surprend.
Là-dessus, il quitte son sourire et se poste devant Michel.
En y réfléchissant, Michel n’est pas non plus si conforme que ça aux textes dogmatiques. Il ne devrait pas être en armure avec une épée et tout ça ? Ou les ailes ? Bon, en même temps, sa personnalité se passe bien d’avoir ça, on a peur de toute façon, hein…


- Revenons à nos moutons, si je puis dire avec ce qui s’est passé à Genève… Tu n’aurais pas l’impression d’en avoir trop fait, dans cette histoire, par hasard ?

Habituel hommage de Michel à la statuaire, rien qui bouge… Oane continue :

- Enfin, je ferais mieux de dire « d’en faire trop », d’ailleurs… Tss, pas honte de t’en prendre aussi aux saints ? Quand je pense qu’en plus, tu prétends qu’il n’y a rien de personnel dans ce que tu fais… Médaille olympique de l’hypocrisie, là-dessus, mon coco… avec Aristoto derrière, ça commence à faire revue de cabaret, tu trouves pas ?

Là, on sent bien qu’il craque, le Michel.
Bon, en même temps, il n’a guère l’habitude qu’on lui repasse les plats façon « prends dans la tronche » par paquet de douze. Mais comme ne plus, Oane lui balade son petit sourire de plus malin de la classe et qu’Aristote rougit comme une pivoine, genre gamin prit en faute, on peut comprendre…

Bref, il craque carrément et balance un uppercut qu’Oane évite tranquillement, mains dans les poches. Même Lucky Luke ne ferait pas aussi bien.
Étonnement plus que marqué de Michel. Il y a déjà de quoi s’étonner pour les témoins de la scène.
Sourire de commisération d’Oane.
Crochet.
Pareil. Résultat physique comme attitude d’Oane.
Direct.
Ben, pas différent.
Re-crochet.
Re-pareil.
Série identique dans les intentions comme les conséquences ; on vous passe les détails…

Au bout d’un moment, Michel commence à ralentir sérieusement et chercher son souffle. Oane en profite pour faire un petit geste en haut à gauche de Michel, qui se crispe brutalement et tombe à genoux.
Yeux écarquillés de l’assistance.
Sourire faussement modeste d’Oane.


- Aaaaaaarh !

- Tu n’avais aucune chance, Michel, j’ai fait un stage de 523 ans chez les shaolins… Alors, choper tes ailes invisibles et y appliquer un point de pression efficace, c'est de la gnognotte pour moi...

Il se penche, sincèrement désolé, sur Michel.

- Bon, maintenant que les rapports de force sont clairs, on va peut-être pouvoir discuter sérieusement ? Parce que mon petit Michel, je crois que tu t’es fait avoir dans les grandes largeurs, dans cette histoire, et que tu ne t’en rends toujours pas compte…
Qui peut bien avoir mis le souk à la Montagne de la Désolation, sous les mers, en Enfer ? Si ce n’est pas toi, même si tu n’as aucune envie de le reconnaître ?
Parce que je sais que ce n’est pas toi…
Allez, t’as pas les épaules, pour ce genre de truc subtil…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5093
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Lun 29 Déc - 20:39

il a craqué..

Musique ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mar 30 Déc - 13:50

Pour le final Smile

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mar 30 Déc - 21:26

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Hein, Michel, que c’est pas toi le méchant qui a comiquement enquiquiné Léviathan ? Alors même qu’on a, disons, des « arrangements » avec la concurrence pour ne pas se mettre des bâtons dans les roues sur le territoire d’en face ? Hein que c’est pas toi ?
Le gros dur qui réagit au quart de tour –à l’échelle de l’éternité, je veux bien, mais quand même- dès qu’on le provoque dans la cour de récré, ça, ça c’est toi. Celui qui roule des mécaniques pour impressionner les midinettes et les copains, oui. Ça c’est bien toi, mon p’tit Michou.
Je te connais bien, tu sais. On te regardait grandir, de loin en loin. On surveillait tes progrès, râlait quand tu allais en retenue, s’émerveillait aux remises de prix. Alors je sais que ce n’est pas toi, Michou…


L’archange Michel, toujours à genoux devant Oane qui lui met la main sur l’épaule, le regarde et lâche d’une petite voix :

- C’est vrai, m’sieur Oane. C’est pas moi.

Grand sourire d’encouragement d’Oane.

- C’est un gros péché d’orgueil ça, Michou…

- C’est bien vrai, m’sieur Oane. Je regrette.

- Et manquer d’éradiquer saint Trugludu et sainte Isfaction ?

- Un gros péché de colère, m’sieur Oane.

- C’est bien vrai, Michou. J’espère que tu te repends ?

- Oh oui, m’sieur Oane. Très fort beaucoup beaucoup même.

- Et tu te contrôleras, à l’avenir ? En particulier vis-à-vis d’eux qui te voient te confesser devant eux ?

- Oh oui, m’sieur Oane. J’le promets….

- C’est bien, mon petit Michel. Relève-toi, maintenant.

- Merci, m’sieur Oane. C’est gentil… Mais… Mais qui c’est alors qui a enquiquiné le Léviathan en mon nom ?

- Très bonne question, Michel…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Jeu 1 Jan - 11:20

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Oui, c’est une bonne question. Mais peut-être pouvons-nous y répondre ? En réfléchissant. Voyons, des événements de cette importance, il ne doit pas y en avoir tant que ça ?

- Certes non ? Oh, mas bien sûr, je comprends ! En comparant avec les fois précédentes, peut-être trouvera-t-on des points communs ?

- Hé oui, mon bon Trugludu, nous avons l’arme, il nous faut encore trouver l’opportunité, et c’est peut-être en réfléchissant au mobile que nous remonterons jusqu’au moteur de ce puzzle. Mais pour l’instant, il nous faut tous nos moyens. Michel, récite-nous donc ton mantra angélique ?

- Oui, ô Oane. Il se met en position du lotus sur une seule jambe et respire profondément, puis prononce distinctement et répète sans arrêt : Heauuuuuuuuuuuuuume.

- Dis-donc, Isfaction, c’est bien le fameux mantra de la Michelade ? C’est censé servir à quelque chose ?

- Se concentrer avant un grand effort, méditer, des trucs comme ça. Ça a plutôt marché, lors de la Première croisade.

- Ah ? Parce qu’ils méditaient, lors des croisades ? Je n’avais pas compris ça comme ça ?

- Je n’ai jamais dit que les croisés méditaient. Mais imagine 10 000 tarés aux yeux brillants sous les murs de Jérusalem, hurlant à s’en faire péter les cordes vocales « Heaume, sweet heaume » avant de se jeter à l’assaut des averroïstes ? On dit que certains étaient tellement pressés qu’ils se jetaient sur les murailles avant que l’échelle soit en place…

- Ha oui, en effet… Bon, en même temps, ça a sûrement affaibli les murs, ces types en armure qui se jetaient dessus à toute vitesse ?


- Dites, c’est pas bientôt fini, les messes basses, vous deux ? Aidez-nous plutôt à trouver une des occurrences précédentes ?

- A ma connaissance, ô Aristote, la première occurrence dans les archives saintes, c’est l’ère des grands tremblements de terre après la chute d’Oanylone. En particulier lors du Déluge, qui a donné lieu à toutes ces histoires avec l’Arche et tout et tout…

- Juste. Sylphaël du Plaisir. Son canard pouïc-pouïc. Le jouet a coincé l’écoulement de son bain.

Têtes affligées d'Aristote et Isfaction, qui redoublent de consternation au fur et à mesure que Trugludu développe ses explications.

- Hélas non, Isfaction, c’est bien documenté. Son bain a duré trop longtemps et les vapeurs de l’eau trop chaude empêchaient de retrouver le robinet. Le Patron a fait la tronche un moment, quand il a vu le globe couvert d’eau. Trugludu rajoute discrètement à l'intention d'Isfaction, avant qu’Oane poursuive la réflexion : Et encore, ça pourrait être pire. Si tu veux, je te parlerai des œufs mal battus en neige par Miguaël, Archange du Don de soi, responsables de la disparition des dinosaures un million d’année trop tôt…

- Oui, le Patron n’a plus décroché un mot, jusqu’à ce que George de l’Amitié et Raphaëlle de la Conviction Lui démontrent que c’était bon en termes de Com’ et que le Sans-Nom nous lâcherait un peu quelques temps… Oui, Michel ?

- Avec justesse. Le Sans-Nom est moins intervenu pendant presque un millénaire.

- Oui, faut avouer qu’il nous a fichu une paix assez royale. En même temps, organiser les cultes païens pour qu’ils puissent nous résister quand viendrait Aristote et Alexandre le Grand, ça a dû lui demander un peu d’organisation et d’efforts, ça occupe, il ne pouvait pas tout faire à la fois quand même, l’Innomé…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
iZaac
Père Castor
avatar

Messages : 5093
Date d'inscription : 10/06/2008

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Jeu 1 Jan - 11:32

Toi, tu ne t'es pas arrêté après le pinard, hier soir...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Jeu 1 Jan - 11:41

Si peu Smile

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Ven 2 Jan - 23:15

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Heu oui. Mais Léviathan s’est bien servi du même moyen pour nous insulter. Déjà.

- C’est toujours Léviathan qui s’en sert, alors ?

- Non, Isfaction, la fois suivante, ce fut Asmodée, Prince de la Luxure, mais du diable si je me souviens… Heu, pardon…

Aristote et Trugludu sont choqués. Sourire discret d’Isfaction. Immobilité habituelle du visage de Michel, quoique son regard s’attarde sur Oane qui rougit un peu, mais balaye la chose d’une main négligente. Isfaction finit par intervenir :

- Je crois me souvenir qu’il s’agissait d’une affaire à Paris ? Un couple célèbre, non ? Paydéraste et Médisante ou un truc comme ça ? Ça te rappelle rien, Trugludu ?

- Non, c’était…Heu, Pelléas et Mélisande ?

- Tatata, nan plus. Ah ! Tristeult et Isan, non ?

- Non. Tristan et Iseult. Mais rien à voir. Un autre jugement. Auquel j’ai participé.

- Ben qui, alors ? Un couple, tu es sûre, Isfaction ?

Chacun se lance, à l’exception d’Aristote dont le visage s’allonge au fur et à mesure de consternation :

- Certaine, Trugludu. Heu, Tom et Jerry ?

- Jacob et Delafon ?

-Stone et Charden ?

- Il suffit ! Vos idée sont ridicules et délirantes, enfin !? Bien que le lieu terrestre soit en effet l’Université de Paris. Il s’agissait d’Abélard et Héloïse. Ils étaient soutenus par George de l’Amitié et Sylphaël du Plaisir, contre saint Bernard de Cîteaux, écouté par Gabriel de la Tempérance. C’est bien toi, ô Michel de la Justice, qui a exécuté la sentence, non ?

- Oui, Aristote. J’étais derrière la main du bourreau. Procès et condamnation. Donc rôle habituel : couic…

- Heu, le jugement a condamné certaines des thèses d’Abelard, Michel. Certes. Par contre, autant qu’il m’en souvienne, il ne s’agissait pas de lui couper les bijoux de famille ?

Silence consterné.

- Ah ? Je n’avais pas compris cela ? Gabriel m’avait dit… Pourtant… Enfin…

Trugludu tente de passer à autre chose. Il aurait –presque, faut pas pousser- pitié de Michel

- Hum, en fait, il y a eu un autre moment, auparavant. Je n’y ai pas été mêlé directement, mais je m’en souviens bien. La Grande panne de brouillard de l’An Mil… Brrr…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Dim 4 Jan - 1:28

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Qu’est-ce que c’était, ta « Grande panne de brouillard de l’An Mil », Trugludu, je ne comprends pas ?

- Un truc immonde, Isfaction. Ça se voit que tu n’étais pas là, tu n’aurais pas pu oublier quelque chose d’aussi horrible. Comment expliquer ?
Hé bien ici, maintenant, tu, tu passes à travers des nappes de brouillard mi-blanc mi-gris, qui nous guident et font finalement office de murs, qui dessinent couloirs, corridors et escaliers.
Même si des dizaines et des dizaines de colonne de marbre parcourent l’ensemble et diffusent une lumière sourde. On n’y voit finalement jamais beaucoup plus loin que les cent prochains pieds ?

- Oui, et alors ?

- Ben, disparus les nuages, à un moment. Sans prévenir. Plus de brouillard. Pas le moindre cumulo-nimbus ou stratus.
Des plates formes à perte de vue, qui tiennent en l’air toutes seules, comme les escaliers qui les relient. Des places de travail à l’infini, où des myriades de saints et d’anges sont complètement désemparés à voir l’étendue démesurée où ils se tiennent, genre fourmilière céleste.

- Glups..

- Oui, une véritable épouvante. J’ai triplé ma dose de prières pour tenir le coup. Certains ont été jusqu’à dix fois plus que la norme considérée comme dangereuse…

- En effet. Abominable et déprimant. J’en ai ralentit trois exécutions…

- Hé bien ? Heureusement que j’étais en mission ailleurs ?

Ambiance morose à cette remémoration. Avec un effort dans la voix, Aristote intervient, et Oane lui répond :

- Oui, c’était déjà Léviathan qui se manifesta ici. Ce n’était pas une histoire à propos des ligues de vertus angéliques de Gabriel, archange de la Tempérance ?

- Oui, je m’en souviens, maintenant que tu le dis. Un complot de George, archange de l’Amitié et Miguaël du Don de soi. Contre Gabriel.

- Un complot ? Abomination que doit pourfendre le glaive de la Justice !

- Oui, Michel, mais il y eu une commission d’enquête, tu t’en doutes. Une des hypothèses était qu’ils voulaient entacher sa réputation, car il soupçonnait une curieuse application de leur vertu, disons…

- C'est-à-dire, demande Trugludu ?

- L’un se serait beaucoup donné à l’autre qui lui aurait rendu par amitié, ça ira comme métaphore ?

Trugludu pique un fard pendant qu’Isfaction cache discrètement son étonnement. Michel regarde vers l’Ailleurs, les traits durcis si c’est le Patron possible ! Aristote, quant à lui, sourit avec indulgence.

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Dim 4 Jan - 20:14

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


- Les ligues de vertu angéliques de Gabriel ont été dissoutes. J’y ai veillé., assène Michel pour faire revenir la conversation sur un thème qui le défrise moins.

Aristote grogne en complétant :

- Tant mieux, des embrenneurs de première, toujours à chercher des poux sur la tête des chauves… C’était pas Raphaëlle de la Conviction qui dirigeait la commission d’enquête, si ?

- Oui. Elle s’est même désolidarisée de certaines conclusions de sa commission.

- Original mais intéressant ? fait Aristote perplexe, auquel répond Oane :

- Oui, je crois me souvenir qu’elle sous-entendait que c’était surtout un argument pour faire oublier l’incompétence des services de Galladrielle de la Conservation ?

Isfaction, discrète depuis un moment face à un événement qu’elle n’a pas vécu, reprend la balle, ce qui permet ensuite à Trugludu d’intervenir à nouveau :

- Ah oui, je me souviens de ce bruit, qui s’appuyait sur le fait que Galadrielle était copine comme cul et chemise avec Miguaël…

- Je ne savais pas, tiens ? Ils s’entendent si bien que ça ?

- Ah, obligatoire. Galadrielle et ses services, c’est toute la maintenance administrative et technique ici et dans le Jardin des Délices, soit un boulot rarement marrant, crois m’en !

Michel, Aristote et Oane, chacun à sa façon, acquiescent à la déclaration d’Isfaction. Le premier hoche le menton, le second fait une moue approbatrice, et le dernier complète :

- Oh oui… Comme Raphaëlle de la Conviction. Si elle et Miguaël, qui inspire une bonne dose de Don de soi aux saints qui bossent pour Galadrielle, n'étaient pas là, à mon avis, on fonctionnerait beaucoup moins bien…

- Tu veux dire encore moins bien ?

- Pareil, Aristote… De toute façon, on en revient toujours à Satan, prince de l’Envie. Petites causes, grands effets, mais ce qui est sûr, c’est que les services de Galadrielle n’ont pas été à la hauteur, quelque soit le moyen utilisé…

Un silence sans commentaire s’installe, jusqu’à ce qu’Oane reprenne la parole :

- Bon, revenons à notre sujet. Qui trouve-t-on dans chacune de ses affaires ?

On se regarde, réfléchit, se remémore les différentes affaires, propose « heu… », « ben… », « si je réfléchis… », etc… Jusqu’au sourire triomphant d’Oane, en particulier vers Aristote qui cache à peine sa déception de n'avoir pas trouvé lui-même :

- George de l’Ammitié, tout simplement. Et le fait même, Michel, que tu ais fait perdre son champion, le roi anglais, en allant chercher la bergère, là, Jeannette, constitue un indice supplémentaire.

Brouhaha. On commente, « ah oui… », « mais c’est bien sûr », « je me disais aussi », « je crois n’avoir jamais fait confiance à ce gars-là… ». Et Oane de conclure avec le sourire :

- Bien. C’est parfait. Nous savons qui est le responsable, nous pouvons le lier à d’autres éléments qui vont dans le même sens, tout est bien qui finit…

Pile à ce moment précis, entre deux colonnes de marbre, le brouillard se colore de vert et on entend une voix rugir :

- Par mon marteau Mjöllnir ! Pourquoi doit-on en arriver à dialoguer avec les sbires de Deos, qui nous méprisent au point de nous nier toute existence !? Et personne pour me répondre?!

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mar 6 Jan - 20:26

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


Aristote commente sans aménité l’apparition : - Qu’est-ce qu’il vient plastronner chez nous, le dieu païen ?

- Qui est-ce ? demande Trugludu, à qui répond Isfaction :

- Thor, dieu du tonnerre. Il est assez reconnaissable, il ne peut pas s’empêcher de mentionner son marteau une phrase sur deux…

- Oui, et il la ramène tout le temps, mais il oublie volontiers ce qui le gène. Tu te souviens, Aristote, au couronnement de Nébisa, la comtesse de Lattre-Ouches-en-Bois lui avait défoncé les gesticules, pile avant la bagarre générale ? sourit Oane, qui complète devant l’air intrigué de Trugludu : Une très ancienne vampire.

- Bonne chose. Mais pourquoi vouloir nous contacter ?

- Bah, sûrement sans importance, Michel. Et puis, ce gros cronnard de Tothor va se faire méchamment envoyer sur les roses quand Galadrielle va s’apercevoir de son intervention contre toutes les procédures. Je suis même étonnée de ne pas l’avoir déjà entendue pour celle de Léviathan. Elle qui a horreur de ça…

- Qu’est-ce qui t’arrive, Trugludu, pourquoi frémis-tu ?

- Rien, rien, Isfaction, c’est juste la couleur qui me perturbe, pas l’habitude. Ici, c’est blanc ou gris, avec des intermédiaires entre les deux, mais jamais coloré. Alors après Léviathan, ça commence à faire beaucoup pour mes nerfs…

- Contrôle-toi donc, saint Trugludu. Cela va finir bientôt.

- Hé bien, Trugludu, calme-toi, on dirait que ça empire ?

- Gnia, gnia, c’est, c’est, c’est pire… Regardez. Du, du rouge aussi maintenant, là-bas...

On se tourne évidemment tous dans la direction indiqué, où en effet on aperçoit des nuages colorés et on entend une nouvelle voix, alors qu’on distingue toujours celle de Thor.

- Je suis le Serpent à Plumes, Quetzalcoatl ! Qui me répondra ? Qui en aura l’audace ?

- Par mon père Odhin, le meilleur des Ases ! Va-t-on enfin me répondre, ou ces misérables vont-ils continuer à tergiverser et paniquer, effarés ?

– Voilà qui fait du monde chez nous… Un dieu mexica, maintenant ? Hé bien, que vous arrive-t-il encore, saint Trugludu ?

Lequel ne répond qu’à peine à Aristote et pointe de nouvelles directions, pendant que les visages s’allongent à l’écouter :

- Là… là…là, et puis là… et… et … et…, gnia, gnia…

En effet, ici et là apparaissent de nouvelles nappes de couleur, bien sûr suivies de voix étranges et impératives ou interrogatives selon le cas. On échange maintenant des regards franchement inquiets.

- Calme-toi, Trugludu, calme-toi…

- Gnieu peut pô, Isfaction, gnieu peut pô… Ça, ça, ça me stresse ! Gniéééé…

- Là, elle va vraiment criser, Galadrielle… Je n’aimerais pas être à la place de celui qu’elle aura dans le collimateur, ça va le dépoter sévère. Il va manger grave…

Au moment-même où Oane achève sa phrase, des nuages gris très très très foncés se matérialisent en différents endroits, accompagnés de la voix aussi dure que les traits de la femme brune qui se trouve au milieu :

- Par les cheveux sales de Christos, ça va pas être la fête des braies ! Quel est l’ahuri d’abruti de dégénéré dignes des fils du Sans-Nom qui a fâché Léviathan !? J’ai 61% de saints et 43% des anges qui sont en grève, dont 80% de chaque hurlent « colère » entre deux revendications sur leur conditions de travail !

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mer 7 Jan - 20:40

un lieu, ailleurs dans l'espace, le temps et un bon nombre de dimensions a écrit:


Échange de regards atterrés. L’inquiétude change de nature…

- Qui est-ce,demandent Trugludu et Isfaction ?

- Heu… Galadrielle. répond Michel. Son inhabituelle hésitation n’améliore pas l’appréhension croissante d‘Isfaction

- Heu, bon, ben… Ça va pas être facile de s’expliquer, mais on finira bien…

La tentative d’optimisme d’Oane est vite balayée par la déclaration suivante de Galadrielle :

- Et cette satanée grève explique ces fichues apparitions aux quatre coins de démons, dieux païens, esprits chamaniques et autres vampires ! Ca va devenir pire qu’après un banquet d’Aristote et ses p’tits copains !

– Elle est énervante à toujours rappeler nos petits travers pour nous mettre mal à l’aise, vous ne trouvez pas ? demande Aristote, visiblement gêné.

- Pour une fois d’accord avec toi, Aristote. lâche Oane, mal à l’aise.

- J’aime autant dire à tout le monde que quand je vais savoir qui sont les coupables, ils vont souffrir ! Ca sent la mutation express dans mes sous-sols les plus profonds et les plus minables ! Que ça se sache ! Et je suis sûr que le Boss va me suivre, OK ?!
‘Vaudrait mieux se dénoncer d’urgence avant que les non-grévistes terminent l’identification des…


– On, on se dénonce rapidement ou bien… ? demande Aristote.

- Tu, tu crois qu’on est concerné également ou bien…complète Isfaction à destination de Trgludu, de toute façon en train de se manger les mains…

- Saints, anges ou archanges, je vous préviens, ça va être la Grande Purgation des humeurs ! Façon équarrissage ! Je vais faire faire ça par les plus maladroits et ineptes des membres des services de la Conservation qui échouent ici faute de mieux !

– Elle, elle est sérieuse, là s’inquiète encore plus Aristote ?

- Toujours. En comparaison, il m’arrive d’être drôle, une ou deux fois par millénaire… assène Michel.

Tête de tous les autres, moins au fait des personnalités des archanges. Il achève sa remarque et les autres d’un :


- Deos l’avait choisi à ce poste en raison de son caractère. Personne ne revient inchangé des sous-sols de la Conservation…

- Ah ! Enfin, vous avez les premiers résultats de l’enquête. De qui… Par le pagne minable de Christos ! Michel ?! Oane ?! Quand je vous aurais, même les sbires du Sans-Nom pleureront de pitié envers…. Qui d’autre ? Aristote !?!? Ce peigne-cul moralisateur et prétentieux ?! Et des saints ?! Mais qu’est-ce que c’est que… Mais je vais les envoyer évangéliser les amibes, moi !?!

Panique totale dans la fabrique, accentuée par le fait même que Michel soit l’initiateur de la proposition :- Partons. Urgence. Quelqu’un a une idée ?

- Suivez-moi, situation désespérée, solution de même déclare Oane. Ils s’éloignent pendant qu’un bruit étrange se fait entendre. Allez, rentrez tous là-dedans…

– Mais, mais, on ne rentrera jamais tous dans cette grande boîte bleue ? Mais puisque je vous dis que ce n’est pas…

- Rentrez et arrêtez de poser des questions, Aristote, c’est vraiment pas le moment ! presse Isfaction.

– Heu ? Mais, mais, c’est plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur ?

- Oui, oui, bon, je vais vous expliquer pendant qu’on se barre. C’est une nouvelle idée du Patron, qu’il me fait expérimenter en ce moment… Trugludu, arrête de pleurer en tentant de te manger les pieds ! Bon, départ !


THAT’S ALL, FOLK’S !!!

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Mer 28 Jan - 20:39

Culte aristotélicien réformé à Genève, le 27 janvier 1463 de l’Ère de la réformation de la Foi

Deos, - accueillions en Ta miséricorde et Ta bonté les brothers z’et sisters qui sont là, sincères z’et respectueux et voudrions te prier.
J’vous bénissions tous, z’au nom du God, comme disent les Brittons, pis faut point z’oublier ses prophètes Aristote, Christos et Averroès.
Chantons la Profession de Foi aristotélicienne réformée

Citation :
Je crois Deos Créateur du monde
Depuis l’Enfer qui est sous l’onde
Au paradis où volent les colombes
La Réforme

Il nous jugera à l’heure du trépas
Sur nos actes et surtout notre Foi
Son sourire déjà nous donne de la joie !
La Réforme

La Réforme, la Réforme
Proclame Oane, ancêtre vénéré
La Réforme, la Réforme
Car de tous, il fut le premier.
Il soupesa en sa chair, les belles vertus de l’Esprit
Et l’essence de Deos, si Aimant, il comprit
C’est la Réforme

Aristote fut premier prophète
Les lois divines, il décachète,
Et cette sagesse, c’est vachement chouette
C’est la Réforme !

Christos a toujours voué sa vie
À pointer l’chemin du Paradis
Même si c’est pas toujours du sucre candi
C’est la Réforme !

La Réforme, la Réforme
Averroès fut dernier prophète
La Réforme, la Réforme
Ce fut le dernier de cette belle brochette
Vivr'au mieux ici-bas, comment savoir faire les choix ?
Il nous l’a montré, entre émois et tournois !
C’est la Réforme !

La Réforme, la Réforme
Si c’est un rêve, je veux rêver
La Réforme, la Réforme
Si c’est un rêve, je rêverai

Frangines z’et frangins, j’pensions qu’il fallions célébrer le grand exploit de ce début d’année, l’succès du tournoi d’la Compagnie lémanique et la victoire audit tournoi des fiers capitaines z’et bourgeois genevois Maethor et Caméliane. L’inspiration d’Deos avions z’été z’avec eux, bénis soyons-t-ils !

Autre bonne nouvelle de ce début d’année, l’installation de la « Maison d’Averroès » du brotha Rahab, belle taverne qui portions à son tour les idéaux de la Réforme aristotélicienne. Faisions vivre sa taverne et notre Foy !
Et qu’il soyons ici aussi remercié pour avoir tenu le culte du 9 janvier en ces murs de Saint-Pierrot. C’estions grâce à des croyants comme lui qu’la Réforme s’développions, par les braies sales de Christos lors d’un séminaire d’Averroès sur Aristote !

Chantons la réforme aristotélicienne, à travers Le prêcheur réformé

Citation :
Par une chaude soirée d’été
Dans une gargote oubliée
J’ai rencontré le prêcheur
Trop fatigués pour dormir
On regardait sans sourire
L’ennui gagner la cité
Et la foi être oubliée
Puis il dit avec cœur :

''Fils, j’ai passé toute ma vie
A chercher Dieu sans répit
C’est en regardant les gens
Qu’j’ai compris l’jeu d’Son plan
Et vu que t’as l’air bien largué
J’vais t’dire c’qu’Il a gambergé
Pour quelques gorgées d’ton vin
J’te cracherai l’plan divin

Dieu te ressuscite sans cesse
Fais preuve de sagesse
Nul bien n’se corrompt
Pourquoi s’faire tant d’mourron ?
C’qui s’gagne un jour s’perd le lend’main
L’inverse s’fera à quat’mains
C’est à un jeu que Dieu t’convie
C’est celui d’la Vie.

Chaqu’ joueur de Dieu
Connaît Ses dons si généreux
‘Faut pas s’mettre martel en tête
Ou chercher la p’tite bête
Car c’est à plusieurs qu’on s’amuse
Avec d’autres qu’on trouv’ra nos muses
C’est ensemble qu’il faut jouer
Même de camps opposés''

Il a fini de parler
S’est couché pour roupiller
Content d’sa gorgée d’vin
Et d’causer du divin
On peut dire que ce prêcheur
Aura bien gagné son beurre
Et dans tout son discours
J’ai trouvé d’quoi finir mes jours.

Dieu te ressuscite sans cesse
Fais preuve de sagesse
Nul bien n’se corrompt
Pourquoi s’faire tant d’mourron ?
C’qui s’gagne un jour s’perd le lend’main
L’inverse s’fera à quat’mains
C’est à un jeu que Dieu t’convie
C’est celui d’la Vie.

J’avions choisi c’thème, biscotte j’pensions qu’il estions temps d’parler maintenant du simultaneum. L’débat estions en cours et tous pouvions y participer…

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Sam 31 Jan - 20:24

Le Simultaneum…
Ça concernions tout l’monde. Alors, s’il vous plaise, allions tous en halle participationner, bon Diou !
Tous ! Et faites le savoir. Défendions vot’point d’vue, en disant pourquoi vous estions pour ou contre l’abrogature, l’abrogatation, heu, la fin du Simultaneum ou non.
Mais ouvrez-là ou lâchions l’affaire !

On estions à Genf, terre de libertés, république et où la voix du plus grand nombre décide.
Mais pour que cette voix se fasse entendre, fallions p’têt un brin se sortir le doigt du fion ! Si vous faisions rien, les autres déciderons z’à vot’ place, et faudra point s’lamenter sur la fin des haricots, des saisons et autres mistrals, passqu’y s’ront perdants, les mistrals et tramontanes qui s’la fermions alors même que c’estions l’moment !
La chouinure, c’estions gonflant après un moment. ‘Fin non, c’est terrifiant d’toute façon…
Vous pouvions z’être pour ou contre, mais dites-le ! Argumentationnez ! Vous pouvions penser que c’estions bonne idée de principe, mais inadéquate en ce moment.
Ramenez-la, comme aurions pu l’dire Aristote lors des cérémonies en l’honneur de Christos dans les séminaires averroïstes !

Alors, j’rappelions z’aussi qu’le Simultaneum, c’estions l’partage à égalité entre aristotéliciens réformés et hérétiques papistes. Point l’exercice du culte, qu’estions et restions libre en not’ Cité terre des libertés.
Ça avions été grand moment pour Genf, j’le dis et j’le pensions.

Et j’prétendions pouvoir donner mon point d’vision, biscotte j’avions fait partie des ceusses qu’avions lutté pour élaborer et obtenir ce texte, c’te loi.
C’estions autre époque. Aucune reconnaissance alors du culte aristotélicien véritable et réformé.
Et qu’est qui avions été mis en place ?
La partageation à égalité de Saint-Pierrot.
Résultats ?
Parfait partage organisé entre aristotéliciens réformés et papistes romains. Que ces derniers avions longtemps refusé, en s’isolationnant dans une taverne indigne. D’une part.
De l’autre, refus obstiné et systématique d’laisser place au vrai culte d’la Vraie Foi réformée quand les paillards papistes des armées hérétiques de routiers romains tenions Genève.

Alors, j’disions qu’y avions point icône. Abrogation.
Mais j’pouvions comprendre qu’on trouvions ça inadéquat. J’estons point d’accord, mais oky-doky, let’s go et one around the clock, c’estions la règle : les plus nombreux l’emportent.
Donc, venions argumentationner

Bon, pour être très franc z’avec vous, j’rajoutions qu’il serions raisonnable que les z’ignobles z’hérétiques romano-papistes s’trouvions autre chose à faire, taquiner la gueuse ou l’goujon, pas d’raison d’enquiquinationner toujours les mêmes.
Mais bon, z’estions libres, hein ?
Mais pourquoi v’nir, d’abord ?
Si j’estions « logisch » avec leur argumenture, vue qu’ils avions perdu systématiquement Genf à la guerre, c’estions à cause d’leur pêchés, nenni ?
Alors, qu’les hérésiarques papistes allions plutôt prier ou assister à leur messes, ça nous ferions des retraites chez les nonnes…
P’têt qu’on pourrions raisonnablement causationner, alors ?

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Sam 14 Fév - 20:08

Kirkwood a écrit:
Le Primus au carré, car Primus du Lion du Juda et du diocèse de Genève (ce que les romains nomment –mal, bien, sûr, ils sont romains…- « évêque »), repris son souffle après cette tirade. Puis il sourit, manœuvre habituelle et malhonnête de sa part pour effrayer ses concitoyens et reprit :

- J’me doutions bien que certains allions s’gausser d’ma parladure z’et diront : « mais quel bonimenteur, quel affabaluteur, pour qui qu’y s’prenions d’nous asséner ses sentences z’outrancières ? », hein…

Mais faudrions p’têt r’venir aux z’essentiels. Souvenions-vous de ce qu’assénions Aristote z’à son disciplounet :
Livre I, Les Dialogues, 10 - La morale a écrit:
l’homme ne fait le bien qu’en s’intégrant pleinement à la cité, en participant à la politéïa.
Sans compter c’qu’il assénait à l’ermite prétentieux qui évitationnait ses semblables pour éviter tout péché :
Livre I, 12 - L'ermite a écrit:
Une véritable amitié se fait entre égaux. Tu es donc l'égal d'un olivier : planté et immobile. Tu survis en marge de la Cité au lieu d'y participer comme le fait tout véritable humain. Je vais donc te laisser prendre racine, adieu !"
Si ça voulions point dire qu’il fallions participer aux débats z’actuels ?! J’savions point c’qui vous fallions ? Un pigeon en direct live des Cieux ? C’estions bioutifull, la modestie, non ?

Et pour ce qu’estions d’la questionnature sur l’abrogation ou non du Simultaneum qu’assurions z’aux z’hérétiques romano-papistes une présence en Saint-Pierrot, ayons donc souv’nance des paroles d’Averroes z’à propos d’eux ! If te plize, quoi !

LIVRE IX – SUR LES GENS DU LIVRE, Verset 5 a écrit:
S'ils avaient appliqué le Livre des Vertus et ce qui est descendu sur eux de la part de l'Unique, ils auraient certainement joui de ce qui est au-dessus d'eux et de ce qui est sous leurs pieds. Il y a parmi eux un groupe qui agit avec droiture ; mais pour beaucoup d'entre eux, comme est mauvais ce qu'ils font !
Ben ouais, quoi ! J’admettions, ça m’faisions comme des r’montées z’acides, si ce n’estions pire mais j’vous passions les détails, mais ouais, y’en avions z’aussi des biens…
Point si mal. Point à butter au premier r’gard. Pis même qu’y…
Enfin…
Brefle…

Là, notre Kiki sentit bien qu’il était un brin en train de s’enfoncer tout seul, façon course à l’envers. Il fallait donc revenir à l’essentiel, comme il l’avait si bien dit il y a peu :

Mais bon…, même si, n’oublions point cette autre parole du Messager, du dernier prophète justement :
LIVRE IX – SUR LES GENS DU LIVRE, Verset 8 a écrit:
Christos n'était qu'un Messager. Des messagers sont passés avant lui. Et Averroes est venu après lui pour sceller la Vérité. Et les aristotéliciens ont cru que Christos était le dernier car leur esprit est borné et à courte vue.

Borné z’et à courte vue…
Si ça voulions point tout dire ?
Allez, ça suffisions comme ça, pointez-vous en halle pour participationner z’aux débats pour aller, d’un pas fermement penché vers l’avant d’l’avenir z’et solidement planté en arrière, pour les destinées glorieuses de l’Umphallos des Cieux aristotéliciens !

Ouais, c’était pas glorieux. Adonc acheva-t-il sa harangue et l’assistance :

- J’insistions point. Sinon, les ceusses parmi vous qu’estions en ménage dont l’autre estions point parmi nous allions s’faire enguirlander, pis j’me prendrions tout sur la tronche après, alors, avant la Cène, le banquet d’souvenir du dernier breakfast du Christos en pagne, dansons z’ensemble !
La réforme, c’estions tenir l’compte du passé pour mieux s’engoncer dans l’futur !
Dansons ! Dansons la danse des calices, c’t’ancienne antienne endiablée des chanoines de Genf d’autrefois !

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Ambuleur
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   Dim 22 Fév - 15:23

Kirkwood a écrit:
Culte aristotélicien réformé à Genève, le 1 de février 1463 de l’Ère de la réformation de la Foi

Deos, soyons sympatoche en Ta miséricorde z’et Ta bonté, biscotte les brotha z’et sista qui sont là, voudrions ben te prier, avec sincéritude z’et respect, maugré qu’ils savions bien z’être pêcheurs mais voudrions ben être meilleurs.
J’vous bénissions tous, z’au nom du God Tout--Puissant, pis merci d’point z’oublier ses prophètes Aristote, Christos et Averroès.
Chantons la Profession de Foi aristotélicienne réformée

Citation :
Je crois Deos Créateur du monde
Depuis l’Enfer qui est sous l’onde
Au paradis où volent les colombes
La Réforme

Il nous jugera à l’heure du trépas
Sur nos actes et surtout notre Foi
Son sourire déjà nous donne de la joie !
La Réforme

La Réforme, la Réforme
Proclame Oane, ancêtre vénéré
La Réforme, la Réforme
Car de tous, il fut le premier.
Il soupesa en sa chair, les belles vertus de l’Esprit
Et l’essence de Deos, si Aimant, il comprit
C’est la Réforme

Aristote fut premier prophète
Les lois divines, il décachète,
Et cette sagesse, c’est vachement chouette
C’est la Réforme !

Christos a toujours voué sa vie
À pointer l’chemin du Paradis
Même si c’est pas toujours du sucre candi
C’est la Réforme !

La Réforme, la Réforme
Averroès fut dernier prophète
La Réforme, la Réforme
Ce fut le dernier de cette belle brochette
Vivr'au mieux ici-bas, comment savoir faire les choix ?
Il nous l’a montré, entre émois et tournois !
C’est la Réforme !

La Réforme, la Réforme
Si c’est un rêve, je veux rêver
La Réforme, la Réforme
Si c’est un rêve, je le rêverai

Mes ben chères frangines, mes ben chers frangins.
J’voudrions ben vous causationner ce jour des marginaux.

Aille, se dirent illico les Genevois, ça sent l’autocélébration ou quoi ? Il confond avec « originaux » ou ?
Difficile en effet de ne pas craindre cela du Lecteur genevois. Kirkwood est certes un Lecteur, l’équivalent aristotélicien réformé du « prêtre » papiste, magie en moins.
Quand il bénit, c’est une simple formule. Il n’a pas gagné de pouvoirs un peu bizarres à obtenir ce poste, poste que la communauté religieuse pourrait lui retirer si elle l’en jugeait indigne.
Pas besoin de faire appel à Rome ou à un évêque.

D’abord, parce que Kirkwood est aussi Primus inter pares, Premier parmi ses pairs, ce que justement les romains appellent évêque. Bref, si vous vouliez vous plaindre du Lecteur dans la logique papiste, c’est à lui-même qu’il faudrait s’adresser.
Et comme il a indéniablement une très bonne droite, ce n’est pas ce qu’on recommanderait de prime abord.
Et ça ne fonctionne pas comme ça chez les réformés. C’est la communauté du lieu considéré qui décide de nommer ou démettre le Lecteur de ses fonctions. Quelle que soient par ailleurs ses qualités dans l’art du marquis de Queensberry*, il ne tiendrait pas…

Enfin, parce que, autant que pour les papistes, les réformés connaissent, avec la grande peste du sommeil qui désertifie les Royaumes, une crise des vocations.
Donc, si on le vire, on vire l’unique qu’on ait sous la main pour l’instant.

C’est pas les motifs qui manquent. Il est sale, sent mauvais pour cause de goût marqué pour l’ail et les oignons crus, prétentieux et pontifiant, parle une langue que peu savent déchiffrer spontanément. On a vu mieux, pour le poste.
Mais il faut reconnaître aussi qu’il est distrayant. Même les aristotéliciens romains viennent parfois à ses prêches, parce que bon, il n’y a pas toujours de distractions à horaires réguliers dans le coin… Nombre d’entre ceux-ci regrettaient même ses absences lors des occupations militaires papistes ou impériales.


*L’inventeur largement postérieur des règles actuelles de la boxe. Oui, c’est anachronique, pourquoi ?

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [JDR] Carnets de Kirkwood   

Revenir en haut Aller en bas
 
[JDR] Carnets de Kirkwood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les carnets de Rubens
» "Le NP mal aimé"
» Le festival Passeurs de mots. 13 ème édition.
» Bateaux français pour armée belge?
» Carbonara de courgettes (Julie Andrieu)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: