Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Jeu 2 Oct - 17:48



Pendant ce temps, dans un champ, où il y a quelques temps encore flottait une serpillière rose et une ambiance martiale sous champi avec une belle gueule de bois, le choc.

Le chapeau est parti au loin, la régulation de la boite crânienne est partie en couille, et le cerveau aussi. Surchauffe glaciale. Ou un truc du genre. A moins qu'on soit complètement à coté de la plaque et que la raison soit plus contextuelle. Peu importe, ça reste supputatoire, ou suppositoire, là encore c'est flou, donc ne nous attardons pas, contrairement à Lastreaumont qui lui est bien resté là, tout seul au milieu, comme un con.

Pfffou... qu'est ce qu'il faut pas inventer pour combler les vides de ses absences. C'est fatiguant. Il faudra que je songe à investir dans une pelle mécanique...

Bref, le voilà qui reprend doucement ses esprits, constate qu'il est tout seul, vraiment tout seul. Plus de Belle Capitaine. Un jour peut être, tout se passera comme il faut. Plus de couvre-chef non plus. Plus facile à résoudre ça.

Coup d'oeil aiguisé aux alentours, du genre à faucher tout végétal qui voudrait squatter au milieu de la ligne de vue.

Il est là, il attend. Lastreaumont se précipite, ramasse et repositionne son chapeau sur sa caboche.


...

Oui, moi aussi.

...

Effectivement, ils sont tous partis.

...

Tu as raison, allons les rejoindre avant qu'ils trouvent la farine que j'ai planqué dans l'intendance et qu'ils se posent des questions, ou pire, qu'ils pensent à la vendre.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Jeu 2 Oct - 17:49



[ Le lendemain matin donc, au campement de l'Armée du Bonheur, le temps d'une ellipse]

Il avait encore échappé par miracle, ou peut être était il immunisé depuis sa dernière infection datant de 15 jours, à ce mal qui recouvrait le sol de selles, de sang et de glaire et qu'un esprit taquin baptisa la Legionelle puisque le premier cas s'était déclaré dans l'Armée de la Legione. Il y en avait même qui vomissaient vert et plusieurs assuraient que c’était un poison secret inoculé par les grandsonais.
Une odeur nauséabonde et insoutenable avait ainsi transformée le campement en enfer olfactif, et seul Déos sait si Aëlig en avait connu des enfers, mais celui-là était une atteinte à la pudeur helvétique. Il s'en plaindra.


Il se tenait assis sur les hauteurs auprès de Maria, afin d'échapper aux effluves de la fosse septique, et, comptant ses maigres provisions dans sa besace, il interrogea sa compagne :

-Maria, tu sais, la Dame seringeuse là, celle qui nous a recousus, qui à chaque fois que je parle , voudrait m'faire confesser parceque j'aurais quelque chose de caché au fond de l'âme qui m'perturbe et entraîne une grande pathologie...

Oui, Madeline...Enfin celle qui s' fait passer pour Madeline, parceque moi j'sais bien qu'elle à usurpé l'identité de notre Madeline à nous. Alors j'dis rien, mais j'l'ai à l'oeil !
Mais c'est pas pour ça que j'cause d'elle, c'est parc'qu'hier, elle m'a mis une drôle d'idée dans la tête et depuis ça me taraude l'esprit... tiens pas plus tard que cette nuit, j'ai rêvé qu'on me coupait les bras...Même que je voyais les os ! Tu crois qu' je suis normal ?

Non parc'qu'avoir les bras amputés, c'est quand même la loose.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Jeu 2 Oct - 17:49

- Madeline ? Madeline !

Ben où qu'elle est ?...


Oh, elle n'était pas bien loin.
Elle était là, oui juste là.
Regardez...
Vous la voyez marcher et déambuler dans le campement de l'armée du Bonheur.
Ce n'est pas une promenade digestive, c'est un passage en revue des troupes.


- Vous l'avez vu ?

Cette question, elle la pose depuis deux jours déjà. Et la réponse est toujours la même : non.

Elle ne comprend pas.
Elle a beau repasser les événements dans l'ordre chronologique, il y a un truc qui coince, un machin qui déconne, un détail qui manque. Un trou, une absence, une lacune...


- Mais c'est quoi ce délire ? Il a voulu qu'on aille se promener... J'ai lancé les chapeaux... et là... Ben je ne sais plus... un blanc...

Les soldats ne prêtent pas attention à ses réflexions formulées à haute voix. C'est qu'ils ont un peu l'habitude de la voir parler toute seule. Rien d'anormal pour eux...

Arrivée aux abords du campement, elle scrute la campagne helvète se met à hurler :


- RENDEZ-LE NOUS !!!!

A qui s'adresse-t-elle ?
A déos ? Non... Elle tutoie l'Unique.
A Rome ? Non... à Rome, on demande des femmes et de la bière.
A Qui alors ?

On l'ignore. Et si cela peut vous rassurer un peu, elle l'ignore aussi, ce qui équilibre l'ignorance. Et l'équilibre sur les hauts plateaux, c'est beau...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Charlotine
Pierre de Rosette
avatar

Messages : 1335
Date d'inscription : 16/01/2014
Age : 37
Localisation : bonheur'land

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Ven 3 Oct - 10:09

[Campement de l'armée du bonheur, un matin, après le réveil, et la toilette, et le lait de vache et .... puis c'est tout]

Petit être fragile au milieu de tout ces gens décidément étranges mais que je me prenais à aimer au plus haut point, je respirais l'air frais des alpages. Il faut dire que j'avais installé ma petite troupe un peu en retrait, une sorte d'intuition féminine surement liée à cette idée de "plan Q" .... enfin, j'sais pas, j'aurais pas eu idée moi. Non, vraiment, il y a des choses auxquelles je ne me ferais jamais.

Bref, assise sur un cailloux, suffisamment gros pour accueillir mon séant, qui n'était pas gros pour autant, je rangeais ma besace dans laquelle j'avais enfouit une somme de courriers, principalement de pépé d'ailleurs. Devant moi, un petit feu pétillait parce que bon, voilà quoi, faï pas caou* dans ce pays et c'est une habitude que j'avais perdu après mon passage sous le soleil de Provence.

Je partais donc pour un tri à la verticale qui assurerait une longévité à mon petit feu dans l'attente que des bras musclés viennent m'enlacer et me réchauffer


Hum, pépé .... feu
pépé ... feu
alli ... feu
phonya ... ah celui, faut que je le garde, l'heure approche
pépé ... feu
V ... je garde, par principe
pépé ... feu
Child ... oh, je l'avais oublié celui là ... le pauvre, maltraité par un curé, si c'est pas scandaleux


oui, tout le monde aura compris que je parle seule, mais pas comme une vieille, juste comme une fille, seule au coin d'un feu. et avant de le brûler, je relisais ce courrier qui m'avait bien fait sourire, même si je réalisais avoir oublié d'y répondre, enfin, je sais plus en fait

Citation :
Bonsoir Copine

il est vraiment gentil le patron. Très gentil.

Mais sinon moi j'aurais jamais osé pensé que c'était de votre cul que la lettre parlait. C'est pas bien de regarder le cul des Dames.

Y'a qu'une Dame dont je regardais le cul...je pouvais pas m'empêcher. C'était plus fort que moi. Elle s'appelle Mimicherie. On allait se marier, mais elle m'a jété comme un vieux cordage de bateau, elle a dis que j'étais un traite. C'était pas vrai, j'avais juste donné des sous de la mairie ou j'étais maire à mon copain Esclandres, parce qu'il me l'avait demandé. Alors j'ai du aller au tribunal. Mais celui -ci m'a fait justice, le juge a dit que j'étais trop idiot pour être méchant. C'etait un gentil juge. il ne m'a pas mis en prison.

Je peux vous aider à porter quelques chose? aussi je peux vous donner une ou deux tapisserie, pour que vous dormiez dans un lit douillet.

Childerik

Capitaine du bateau l'Ambuleur

______________________________
 

J'allais ouvrir la bouche quand j'ai entendu une petit voix dans ma tête. C'était Izaac alors je me suis tue
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Ven 3 Oct - 13:03



A qui s'adresse-t-elle ?
A déos ? Non... Elle tutoie l'Unique.
A Rome ? Non... à Rome, on demande des femmes et de la bière.
A Qui alors ?

On l'ignore. Et si cela peut vous rassurer un peu, elle l'ignore aussi, ce qui équilibre l'ignorance. Et l'équilibre sur les hauts plateaux, c'est beau...


A qui ? A notre bellâtre manifestement, puisque descendant du haut plateau et ignorant ces bruits de soupir dans le cœur de l'amoureuse transie, il négociait vivement la délicate désescalade funambulesque d'une pente raide et escarpée, lorsque soudain...

- RENDEZ-LE NOUS !!!!

... L'équilibre se rompit. Aëlig se cassa la figure, retomba sur l'arrière train et dévala les derniers cinquantes mètres du chemin pentu en roulé-boulé...youp tagada boum...cascade..avant de tomber sur Madeline - A ne pas prendre au sens littéral, mais comme celui d'un imprévu total, forcement indépendant de toute préméditation, auquel il est impossible de s'opposer. En un mot la fatalité Il est a noter que c'est la deuxième fois qu'Aëlig tombe sur son infirmière-thérapeute quand il lui arrive une bricole.

- Ben t'es folle ou quoi ?! pourquoi tu fais des cris d'chameau ?

Il se redressa, la main masquant une coupure au front, le regard hébété.

-J'ai cru que j'étais tombé dans une embuscade !

Il se releva douloureusement puis se dépoussiérera, le front en sang.

-Tu tiens vraiment à ce que j'me casse les bras, les jambes et la tête en plus de ça, hein ? Voilà qui est fait !

Il repartit vexé tout en claudiquant en direction du camp.

- Castratrice !

Une bonne infirmière devait être être capable de différencier la blessure (volontaire ou non), la maladie et la connerie. Avec Aëlig, les combinaisons étaient variables et les trois pouvaient être diagnostiquées en même temps.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Ven 3 Oct - 16:30

Quand on implore les cieux en y croyant fort, très fort même, il arrive parfois que les cieux vous entendent.
Seulement, il faut savoir être précis dans ses demandes, parce qu'aux cieux, on ne sait pas forcément qui mettre derrière un pronom personnel.


[Là-haut, tout là-haut dans les cieux.]

Un vieux barbu assoupi sur son nuage est extirpé de son sommeil par un cri strident.

- Laissez-moi deviner... C'est encore elle ? Qu'on lui rende quoi ? Qu'on lui rende qui ? On ne sait même pas de quoi elle parle ! Fait chier la Mad ! Qu'on lui balance un truc pour la faire taire, la première chose que vous trouverez !

[Sur le plancher de la vache mauve]

Et le premier truc qu'ils trouvèrent...


- Non mais non là... C'est pas lui... Non mais... Y'en a marre des vieux qui n'entendent qu'à moitié... Tiens, Aëlig... toi ici ? Si je quoi ? Du tout ! Je ne suis pas folle, je suis Mad ! Si je quoi ? Comme un chameau ? Du tout ! Je bosse moi ! Une embuscade ? Arrête de voir le danger partout... Pis tu saignes là... Si je veux que tu quoi ? Du tout ! Plus t'es amoché, plus j'ai du travail... Pis tu pisses bien le sang là... Si je quoi ??? DU TOUT ! CASSE-COUILLES OUI, MAIS CASTRATRICE, JAMAIS !

Elle le regarda s'éloigner en boitillant et soupira.

- Où ai-je merdé à Sion ???? J'ai dû remonter le mécanisme à l'envers.

Et oui Docteur Madeline, la mécanique du coeur est plus facile que la mécanique de l'esprit... Mais qui pourra te lancer la pierre ? Tu n'es qu'une externe occasionnelle en madecine ! OCCASIONNELLE vous entendez ? Cela signifie quand l'occasion se présente ou plus exactement quand Aëlig est cassé d'un peu partout... A fortiori, très souvent, donc...

Les mains sur les hanches, elle leva alors la tête vers les cieux et se remit à hurler :


- C'EST PAS LE BON ! !

Contrariée, elle repartit vers le campement, convaincue que les vieux, faudrait les tuer à la naissance...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Ven 3 Oct - 17:25

Very Happy

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Cendres
Narine Marchande
avatar

Messages : 10028
Date d'inscription : 01/10/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Ven 3 Oct - 18:46

Pigeons !

Volent !!!


Cendres donnait des coups de pieds dans tous les sens afin de faire s'envoler les volatiles qui portaient un courrier chacun. Le même en fait. Mais chacun un... Mais la même chose était écrite sur chaque courrier. Parce que si quatre pigeosn devaient emporter le même courrier à quatre personnes différentes, il y aurait un soucis. Les pigeons n'arriveraient pas à s'envoler. Déjà que...

Mais cassez vous cons de rats volants !! Cassez vous ! Bossez un peu ou je vous bouffe !

Après un certain temps. Les quatre pigeons s'envolèrent donc. Tous avec un courrier chacun sur lequel il y avait écrit la même chose... L'un d'eux volait de travers...

ET BEN... C'EST PAS GAGNE...

Oh ! ça va toi... T'es en avance, repasse dans la semaine...

J'AI VU QUELQU'UN QUI SE TORDAIT DE DOULEUR TOUT A L'HEURE...

Oui ben non... A moins que t'ai envie qu'il te chie dessus... Il n'est pas prêt non plus...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Sam 4 Oct - 12:35



La Paz était dans la place et reluquait Cendres.

De biais.

Armée d'un plumeau elle chatouillait l'un après l'autre les vieux coucous collectionnés au mur.
Un prétexte pour se mettre au chaud et un autre pour écouter aux portes sans se prendre un courant d'air dans l'oeil.
Battre la campagne avec une troupe à son cul, c'était sympathique et bucolique même si certains étaient restés accrochés aux ronciers. Il y a toujours un peu de perte au fond de la gamelle quand on remplit les pots de confiote.
Maintenant il fallait poireauter, attendre les ordres. Et faut dire que commençait à les lui briser menu menu, les castagnettes.

L'air de rien, elle s'était approchée du bureau en bois d'chez elle pour y laisser trainer un calot.
L'ibère est parfois austère et peu loquace. Et quand elle l'ouvre, c'est net et précis.

- Chez nous patrón, on toue d'abord, on discoute après ! Tou perds tou tiempo.

VLAN !!!


L'encrier s'en alla vomir son sang noir sur le parquet pourri.

- Mierrrda ! Ché pas moi, ché lé ploumo.


Les ambuleurs c'est bien connu, ont deux mains gauche.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Sam 4 Oct - 13:16



La Veille, à deux pas du campement des Chieurs …

Pas prêt, pas prêt j’vous en fich’rai moi ! Quand on a des tueuses en ordre de marche comme ce soir, on s’la ramène pas. Sauf qu’à tourner en rond en attendant un peu, beaucoup d’actions, à la folie, passionnément, ce soir pour le poison et la bridée c’est les tonneaux qu’on assassine ! Bah quoi faut bien noyer son chagrin hein. C’sont des filles quoi … de pauv’petites âmes sensibles et raffinées qui …


-Maryah : t'fais pas *hips* pipi des *hips* fesses comm' les italiens ?
-Arsenyk : font pipouna par là ?
- en c'moment j'crois bien !
- *hips* dans la *hips* raie du luc
- *hips* dans la braie du *hips* luc !
- on va les suivre à la trace, ça c'est une bonne tactique ! Je le sens.
- *hips* à l'odeur ! Et non l'eau *hips* ... d'heure ! On les suit à nos risques et périls, courageuses soldates !
- ils se font péter *hips* le groin, et nous derrière.
- *hips* et *hips* pas *hips* que !
- *hips* rhooooooooo *hips* non on passe d'vant
- comme les Reynes et tout ça
- mais nan ils seront mourus. Après les reynes passent, on prend *hips* les z'honneurs.
- oh héééééééééé, on s'ra des Imper *hips* ... à trisse ! : et *hips* on *hips* d'mandera pas c'qu'ils trissent hein


Aaaahhhhhhhhhhhh l’armée, l’ordre, la discipline, la solidarité entre frères d'armes ! Aristote est là, auprès de chacun rappelant les valeurs d'amitié …


Arsenyk : surtout pas
Arsenyk met son index devant le nez.
- Maryah : bahhhhhhhhhhh
- Arsenyk : ouhhhh il est pas droit mon doigt
- ça fait des vagues, *hips* la provençale
- ah ben vi... pourtant ... *hips* là-bas j'en ai pris des quillées
*Arsenyk ferme un œil pour faire tenir le feu droit*
- bah dit toi qu'ça va continuer *hips* encore et encore ; qu'c'est que *hips* l'début ... d'accord ? d'accord ....
- d'accord d'accord ... J'aime les cailloux ^^dans la cabane du fond.
- l'en *hips* faudrait beaucoup en c'moment. 'reusement Mad, la Mad...gnifique, la Reyne des Latrines -quel porté !- est là !
- huhu
- des câââabanes au *hips* fond du jâââaardin … pour les italiens !
- on va prendre des luths et jouer en bas des remparts. On va crier... et j'ai crié *hips* criééééééééééééééé oh Genève que tu me reviennes
- *hips* et j'aiiiiiii *hips* pleuréééééééééééé pleurrééééééééééééééé ! Oh j'avais tant de haine !
- j'écrirais ton nom sur le sabllllllllleuuuuh




L'Armée, c'est de fiers combattants, toujours prêts à défendre la veuve et l'orphelin. Des Hommes droits, des Hommes forts, avec une hygiène de vie irréprochable ... Des heures plus tard, toujours sans dormir sans manger, après deux feux de camps aux tonneaux vidés :


- Arsenyk : purée je suis saoule sans rien faire. Demain si je suis en travers de mon cheval c'est normal. J'aurai essayé de grimper dessus.
- Maryah : p'tain on fait pas succès c'soir, et pourtant qu'est c'qu'on s'marre !
- plus tard peut être
- comme à Genève, sûrement mais lentement
- *hips* va savouaaaaaaaaaar
- *hips* mais *hips* j'y vais, j'y *hips* vais
- ohlalala ^^
*Arsenyk est morte de rire*
- *hips* hé hééééééé
*Maryah tend l'oreille*
- demain on est mortes !
- j'suis bien faite, là … ah nonnnnnn bourrée !
- paix à notre âme ! O nous fera un enterrement.
- yiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! J'veux qu'on baise *hips* sur ma tombe !
- si j'agonise je tiendrai ta dernière volonté ; et pis moi je veux qu'on dise ... *hips* on vous aime on vous a bien eu ! hannnnnnnnnnnn on va survivre
*Maryah rigole bêtement*

- Aimons-nous vivant ! Et paf, je nique la mort !
*Arsenyk crie à travers les bois : nique nique nique*
*Maryah chantonne : "Bleep" you ... la la la la*
*Arsenyk fait des bras d'honneur aux arbres.*
- *hips* t'as pas l'impression qu'on est seules au *hips* royaume *hips* là ?
- tu croiiiiiiiiiiiiiiiiiis ? *voix hystérique*
- viiiiiiiiiiii !
- et pis si y'en a un qui vient, ... on le saoûle !
- y peuvent pas *hips* venir, ils *hips* ont tous caca mou !
- ché mon dernier mot Maryach
- je valide !
- un caca collé au caleçon ?
- pas d'appel à un ami hein ?
- j'dirais rien parole
- aux braies ... coulantes !
- beeeeeeeeeeeeeeerk
- moi j'lave pas leur linge. Même si on a bu et qu'on s'fait taper sur les doigts, on fait pas les lavandières hein ?
- t'es folle jamais ! Jje te tape si je te vois *hips* le faire, tu me frappes si tu me vois le faire ! Echhhhhhhhhhhhhclu
- *hips* hannnnnnnn oui
- c'est pas marqué ivrogne sur nos *hips* fesses
*Maryah chantonne* : quand te reverrrrraiiiiiiiiiii jeeeeeee, Genève Merveilleuseeeeeeeee ???où tout ceux qui chient ... chientttt pour deuuuuuuuxxxxxxx
- Paysssssssssssssss merveilleux
... Moi j'te dis qu'on n'est pas seules ici ! J'y vois du monde et des ombres passées, mais ils sont cachés ! On n’est pas fréquentables pour eux !

- quoi ? Qu’on n'est pas fréquentableuuuhhh ? n'importe quoi *hips* toiiiiiiiii !
- nan... on pourrait dires des conneries, ça changera ! Si quelque vient on sera dignes et fortes ... droites *hips* ... Enfin... comme on peut ...
- *hips* euuuuuhhhhhhh
- ouaissssssssssssssss


Arsenyk lui crache presque dans l'oreille, les noms des "soldats" de pacotille qui passent et ceux des chefs masturbateurs de première, selon leur avis aviné ! Les deux alcooliques ... euh acolytes se laissent tomber au sol, et observe en silence, reconnaissant tour à tour la tête des gars qui s'font chier ou qui vont chier :

- Arsenyk : j'vois du monde j'vois du monde Maryah ... Eurf je contrôle plus ma salive
- hannnnnnnnnnn bande de chiens ! Ouais on n'est pas *hips* assez bien hein !
- chiens castrés *hips* ! chiens galeux !
*Maryah crache par terre*
- pine d'œufs
- ouaisssssssssss ! Froussards de cacas mous !
- t'en connais d'autres ? on va vous foutre les casques *hips* à pointe pour vous faire avancer


Les insultes fusent et les soldates fières et droites doivent trouver autre activité. Nul besoin de rappeler que qu'est c'qu'on s'fait chier ... dans l'pré à chier ! D'ailleurs CHIER sera définitivement le mot de code pour libérer les contrées ! Pour un plan Q, ça s'invente pas.

Le commando passe bientôt à l'œuvre, et file espionner une autre taverne. Personne ne résiste. Personne sauf Elvy ! Elvy c't'une vraie soldate aussi ! Elle boit, elle jure, elle crache ... et elle récupère les déchets !
Du coup, après leur grandddddd Tourrrr de garde, c'est dodo.

Et c'est bringuebalante, dans la charrette, que Maryah s'éveille, en boule contre la porte, gueule de bois plus qu'en approche.
La porte s'ouvre sur l'hydrifique hydreuse, elle dévale le petit escalier et roule au sol. Maryah se dit qu'vaut mieux qu'ça soit Elvy que Cendres ... sinon sale quart d'heure, il aurait été capable de la noyer dans les latrines made in Mad !


- Terminus : Genève ! Tout l'monde descend !
Le bonheur est dans l'pré !


ça résonne ... pré pré pas prêt .... Genève ? GENEVVVEEE ???!!!

-Ah bravo ... quand on m'disait qu'le bonheur c'était comme un trou d'fion ... 'fin surtout comme un trouffion hein ... Vive le plan Q ... gloire à Déos ... bleuarrrpppp ...

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Madeline
La Madgnifique Ambuleuse
avatar

Messages : 6599
Date d'inscription : 22/02/2010

MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   Sam 4 Oct - 22:44

Elvy_lee (recherche de l'avatar non aboutie)

Elvy passe le camp d'à côté, le campement de l'armée du Bonheur. Cette odeur... Elle avait tout d'abord cru que c'était l'odeur de la camomille que Madeline apportait à Cendres. Elle avait aussi pensé que les râles étaient ceux du grabataire.
Sauf que depuis la veille, elle est malade et du coup, elle sait : c'est l'odeur du vomi et de la diarrhée et les bruits des gosiers qui régurgitent le maïs qu'ils refusent d'absorber.

les étendards roses claquent dans le vent qui fait refluer la puanteur jusqu'à la Legione et le coin des Hydreux.
'Tain ça coince ! Pas moyen d'ouvrir cette foutue roulotte. Grand coup de latte et un bruit mou, comme quelque chose qui roule.


Maryyyahhh !

Elle dort, roulée en boule contre la porte. Tellement bourrée de la nuit qu'elle a pas réussi à grimper jusqu'au lit. Le corps inerte déboule le petit escalier. Elvy se penche, attrape les pieds et hisse d'un coup sec la bridée sur son dos.
C'était moins une, encore un peu et elle ratait le départ, pas faute d'avoir prévenu pourtant !


Terminus : Genève ! Tout l'monde descend !

Enfin presque. A dire vrai, on est loin du compte. On dénombre les absents.
Anso manque à l'appel. On a enfin trouvé un lac et il est pas là. On peut vraiment pas compter d'sus.


AnsOOOOoooooooo

Pas de réponse, seulement la voix d'Elvy qui se meurt dans la campagne genevoise.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bonheur c'est rose comme un trou d'fion - Le plan Q [Aout 1462]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Bonne Lundi
» RàL de Rose Dawson
» Congolais, À Nous De Choisir – Vivre Dignes Ou Mourir Comme Des Chiens !!!
» muffins rose
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses-
Sauter vers: