Forum associé au jeu les royaumes renaissants
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [RP] Le tour du front suisse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 8:45

[A fusionner plus tard avec le journal d'Aëlig]
Citation :

[Soleure, 25 août de l'an de Grâce 1461, derrière les barrières des Rösti]

A  la taverne Wilde Rose où  le décor est austère, la lumière tamisée et l’endroit désert,  un type parle à un borgne derrière un bol de bière.

-  Ben tu vois mon Raoul,  depuis que la guerre a commencé, on n’a pas arrêté d'tourner !  La pratique de la circonvolution continue que j'appelle ça. Et j’vais te dire un secret, mais ne le répète à personne, j’crois même avoir découvert que la terre est ronde….Enfin, quatre mois d’exil, tout ça parcequ'on était parti avec toi, Maria et Barh’ chercher du jambon de la forêt noir dans le Baden-Baden. Evidemment ç'est quand on s'y attendait le moins que ça nous est tombé dessus ! Genève assiégée, la route du retour coupée, impossible d’aller rejoindre nos milices, nos jambonneaux sur les bras. Puis  t’as voulu voir  Soleure, nous on a vu Fribourg :  on s'est enrôlé dans l'armée du cap'taine Blair, nous voyant déjà finir en martyrs...Ben non, la non plus, la guerre n'a pas voulu de nous.  Coup d'Etat, le conseil renversé, puis dans la confusion, on a quitté l'armée. On avait bien fait. On a quand même bien failli mourir.

Boit une rasade

Puis, pour tromper l’ennui, on est parti se dégourdir les jambes en tenue de spadassin. Ca avait l’air de bien mordre du côté de la frontière italienne, nous on a opté pour les brumes germaniques. On connaissait pas  : Lörrach, Constance, tu connais  le lac de Constance ? C'est très joli, puis faut aller à Shauffhouse, admirer  sa bénédictine et ses chutes de reins, heu... de Rhin.  C’est là que Maria s’est encore fait pincer pour vente frauduleuse de poisson. Parc’que nous on est généreux avec not’ poisson genevois, on le r’file à tout l’monde. Bref, le poisson,  Maria le noie, puis on fait demi-tour.  La brume était devenue trop épaisse. Retour chez les bourbines. J'crois qu'on a visité tous les cantons. C'est très joli aussi...emmerdant également. Ensuite, en entame finalement la traversée des Alpes, direction Cômo, la traversée du grand désert, sur la nouvelle route, le tout en vision panoramique. Le pays grison qu’ils appellent ça...Ben tu sais quoi ? Les grisons  sont les plus grands oubliés de l’histoire de la confédération ! Même Déos ignore leur existence.  Ils parlent un langue dérivée du latin. Barth’ m’a dit qu’il en a rencontré un en se perdant.  Ça faisait déjà la deuxième fois qu’on paume notre étourdi. Puis enfin, l’arrivée à Cômo, et là tiens-toi bien : un seul milicien pour surveiller la mairie ! Alors c'est là que j'me suis dit qu’il y avait un coup à expérimenter et qu'à trois c'était peut-être jouable...Imagine l’effet de la culotte de Maria flottant au-fronton de l’Hôtel de ville… Etions tout juste assez, parcequ’ on avait laissé à Soleure  le vieux Lafamine qu'on avait récupéré à Fribourg. Il nous aura manqué quand même : car dès qu’il y a une place qui se libère, il la prend, le vieux Benedict. Il aura tout fait le vieux filou : passager clandestin dans une armée allemande, CAC lorsque le conseil a été renversé et maintenant avoyer à l’issue de la dernière révolte à Genève. Ben moi j’te dis, il serait capable de devenir Empereur, parc’que l’occupant du trône sera parti 5 mn aux latrines. Une révolution de palais qu’on appelle ça.

Boit une lampée.

Dis donc, elle et curieuse la bière ici, c’est plein de grumeaux...Enfin, j’disais, La famine nous aurait été utile sur ce coup et toi aussi. Parceque vois-tu, notre affaire s’est compliquée : Après avoir dit à tout le monde où se poster Maria me fait savoir, par pigeon, que la bourgmestre en personne était venue lui tenir la jambe dans la milice tard dans la soirée. Du coup, c’était plus trois, mais  cinq qu’il fallait être…Oh  mais j’te vois tout de suite venir : tu vas me demander ce que foutait Maria enrôlée dans la milice si on projetait d’attaquer la mairie ? Je lui ai justement posé la  question, mais je me suis fait envoyé sur les roses ! Tu sais comme moi que notre castillane est fière et susceptible, faut pas trop la chatouiller …Alors pour sauver les apparences Maria a dû cogner notre Barth’ qu’était déjà en train d’attaquer les gonds de la porte. Et moi j’ai lu un livre. C’est qu’on avait l’air malin ! le lendemain ils ont mis en procès tous les genevois! Barth’ a même eu du rabe, du coup et ils n’ont même pas pris en compte que Maria avait contribué a mâté la révolte, les ingrats ! Alors j’ai dit à Barth’ encore un peu sonné : Cours Barth ! Cours vers Schwyz ! Et ne t’arrête pas avant ! Tandis que nous on  arrangeait les choses, mais comme on parlait pas bien italien, on a pas demandé notre reste non plus. Puis d’habitude, notre Barth' qui traîne des pieds, ben on a eu un mal fou à le rattraper avec ses deux procès au cul, en plus,  il avait oublié le nom de la ville. Heureusement qu’il était à court de provisions, sinon il finissait sa course à Hambourg !  

Finit son bol.

On dirait de la bouillie. Je me demande quand même si les céréales ont fermenté.... N’empêche qu’on a pas eu de chance sur ce coup.

Reprend son monologue.

J’en étais où ? Ah oui,  notre cavale, c’est à ce monent là qu’on  repére au col du Saint Bernard un type louche dans un buisson...italien. Bien gras de surcroît. Alors on se met en formation bosquet et on attend la nuit. Puis Paf ! On lui tombe dessus. Ben c’était plus le même. L’autre avait disparu,  et v’là qu’on se retrouve avec un sédunois sur les bras et trois croûtons. Un gars sympa, il nous en a pas tenu rigueur, même qu’il m’a demandé si je n’avais pas des armes à vendre pour se battre contre les imperiaux. La guigne, j’te dis. Mais attends, le plus beau, c’est qu’on a pas vu passer le beau carosse cette nuit là, du beau linge impérial ! L’ancienne régente de l’Empire ! C’était un dimanche, Deos faisait la grasse mât, bien pour ça qu’on sonne les cloches ce jour là.

7,50 écus la bière ! Elle a bon dos la guerre !

Quel menu ? Enfin, dans toute cette histoire, on aura quand meme rossé quatre allemands qui tentaient d'envahir le sol confédéral. Ils étaient déguisés en voyageurs, mais on nous la fait pas à nous. Puis on s’est mis au vert du côté de Montpellier et Marseille avant de reprendre la route de  Savoie durant la bataille de Bourg. On a bien essayé de les rejoindre, mais  la route était embouteillée. j’te dis que la guerre ne veut pas de nous.  Alors on a profité que Lafamine squatte le siège de l’avoyerie pour rentrer enfin et pouvoir terminer la boucle. Ben trois jours plus tard, v’la que tu te réveilles et que tu nous  demande de  t’ aider à  rapatrier ton barda,  ben c’était bien malin,  la route est coupée maintenant. Quand j’te dis qu’on n’arrête pas de tourner !

______________________________


Dernière édition par Aelig le Mer 2 Juil - 8:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 8:46

Citation :
[Genève, une semaine plus tard, le temps d'une ellipse ]

-Section de la Cardabelle, ce soir nous montons aux murailles ! En ce dimanche du 1er septembre 1461, l'Empire contre-attaque. Et nous n'attendrons pas le retour du jeudi pour repousser l'ennemi des portes de la ville.

-Monsieur Aelig, je vous en prie, vous n'allez pas encore tout me cochonner comme la dernière fois ! s'exclama la bocane.

-Madame, l'indépendance de la République de Genève, réunie au sein de la Confédération Hélvétique,  nous est formellement reconnue par la Déclaration d'Indépendance du 1er janvier 1456. Contesteriez-vous ce fait ?

- Je ne conteste rien. Je vous demande simplement de ne pas tout  casser comme l'autre fois.

- Oh..Si vous parlez de juin 1459, où les croisés avaient investi la place, il s'agissait d'un cas de force majeure. Mais rassurez-vous, ils  ont été chassés, sans barbarie inutile il est vrai. On n'a coupé que les mauvaises têtes. Le soldat Bartholom ici présent peut témoigner. Sur l'honneur ! *

La bocane haussa les épaules.

-Bon, ce soir nous nous deploierons sur le chemin de ronde du côté de la Porte Neuve. Et d'après les instructions du Général Cromwell,  ratifiées par le  Contre-Général Maethor,  nous nous battrons nus...comme  Spartacus . Je vous dis pas la portée symbolique de la chose. Préparez vous, compagnons, à entrer dans la littérature !  

Alors, voici nos rôles  :

Maria ! Une fois en haut des remparts, tu hisseras ta bannière culottée...

Si tu peux rester dans l'échauguette  ?

Hum...T'as raison, je soupçonne l'italien d'être polisson  et le teuton escaladeur.


- Oui Barth ?

Pourquoi tu as une feuille de vigne et Raoul une feuille de chataignier ?
Euh...Parc'que c'est Raoul...Il est plus grand.  Barth !  Tu seras affecté à la  préparation de l'huile bouillante.

Pourquoi faire une salière ?


- Quant à toi Raoul, tu armeras la couleuvrine pour faire le tir de contre-charg...

((( (( (BAOUM) )) )))

Crrraaak !

Keuf keuf keuf
teuh ! teuh ! teuh !
ReuheuheReuh


- Monsieur Aelig ! Je vous demande : par quelle convention confédérale vous vous donnez le droit de  ramener un canon dans  mon établissement  et de tirer  en plus ??!! Regardez moi ça ! vous avez encore tout démoli  ! J'vous avais dit de ne pas transformer ma taverne en souk  !

- Mais c'est pas moi... C'est Raoul.

______________________________


Dernière édition par Aelig le Mer 2 Juil - 8:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 8:47

Citation :
[ Soleure,  à la taverne Wild Rose , même décor.]

- Engore fous ? S'exclama le tenancier avec l'accent bourbine.
- Ben ouais. ..
- Ach die Krieg* !  Gross Malheur...

Cette fois-ci, l’aubergiste me proposa directement la formule pension complète. C’était sympa.  
Neuf mois et quelques coucous plus tard,  au début de la saison des transhumances estivales,  retour à la case départ : Soleure…où rien avait changé. Si, quand même l’avoyer.  C'est qu'entre guerre, contre-attaque, puis le retour de la guerre du retour contre-attaque, nous, on avait toujours pas fini de tourner : l'errance, l' enrégimentement, la guerre asymétrique et les portes qui coincent. Fribourg, Côme, Chambery, Toul, Vaudemont, même combat ! Puis il y eut  l’accalmie, le temps d’un tournoi et son pactole, après  la mer  nous avait pris : Barcelone, vous connaissez?  Son  bord de mer, ses petits estaminets à tapas pas cher,  l’amour à la plage, baisers et coquillages aou cha-cha-cha …on y fit pousser des mâts aussi…Ensuite, ce fut Gilbratar  et ses singes, en hiver,  juchés sur son gros rocher posé sur la mer, sa forteresse grenadine et ses arbres surmontés d'un bouquet de feuilles palmées. On y avait même mangé un délicieux plat exotique, le couchcouche, comme ils  appellent ça la- bas dit. Ensuite, ce fût l’amarrage dans  la lagune d’Aveiro, Portugal  : C’était bucolique, sympa, il y avait même un petit port de pêche spécialisé dans la morue -  Faut savoir  que la morue est également une créature qui  se poste généralement au bord des points d’alcool, avec un œil de requin,  prête à bondir sur le premier marin venu. La petite sirène qu'on l'appelle dans certains folklores scandinaves. Mais nous on  n'est pas bêtes, on sait que c'est une morue** - .  J’avais  profité du séjour à Porto, grosse citée du nord, ville pentue, qui n’était pas sans me rappeler Lausanne-les-Ruines,  pour me perfectionner à l’Ecole de l'Infant Henri le Navigateur. Qui c'est ça Henri ? me diriez-vous :  un prince qui poussa les caravelles jusqu'en Afrique, car  c'est ça l'avenir, l'Afrique. Songez à  20 000 lieues de côtes... Pour les flâneurs, quelle promenade!  Puis  nous  amarrâmes au quai du port de  Bordeaux..Aaah si vous aviez  entendu le cri du cormoran, le soir, au-dessus des gabarres… Creuaaa-creuaaa-creuaaa-creuaaa ! L'enchantement de l’océan, quoi.

Bref, ce prologue pour dire qu'après  moultes péripéties et aventures***, on retrouva Soleure, la cité toute briquée  et soignée, tellement propre d'ailleurs, que personne n'osait sortir. Et je ne parle pas de la qualité des tapisseries qui se vendent à prix d’or à la cour du roi d’Aragon. Puis deux jours après, on tombait nez à nez sur le capitaine Wahl. Et là,  fini de lambiner, parcequ' il y a du travail à faire:   l’ogre Namaycush chevauchait encore à brides et couilles rabattues dans nos  alpages. C'est ainsi que, tenue du terciero alpin sur le dos,  couteau suisse  en bandoulière, peau hâlée (ou rouge, c'est selon) par le soleil  et l’air marin,  nous reprîmes  la route avec la troupe confédérale qu’avait été un peu dégarnie comme le crâne d'un moine. On y parlait d'ailleurs toutes les langues helvètes : le français-bernois-allemand, l’allemand-suisse-allemand, on entendait même les vaches meugler aux loin.  C'était bientôt l’été, les filles étaient en fleurs, la route bonne, le soleil de la partie, les marmottes aussi. Même qu'on chantait des Cantiguas avec Maria pour se donner de l'entrain :


Patatapatapatá ♩
Tatam Tam Tam ♪
Titú Pim Pim Pabú ♫
Pim Pim, lililililililililiiii ♬
¡papapapá !


On atteignit  le canton de Fribourg  comme ça.

*Oh la guerre !
** Prostituée en argot
***Citation laudative manifestement bidonnée

______________________________


Dernière édition par Aelig le Mer 2 Juil - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 8:48

Citation :
[La promenade Sion-Fribourg, quelle aventure ! ]

Sion, nichée entre ses deux collines fortifiées, Valère et Tourbillon,  qu'un oeil lubrique associerait à deux mamelles,  ses vielles maisons patriciennes, ses belles églises, ses rues pavées. Nous étions le 26 juin de l’an de Grâce 1462.

Avec Maria, nous avions quitté Fribourg, le cœur et surtout le porte-monnaie allégés,  pour faire la récolte de fruits et profiter de la quiétude du verger dans le doux songe d’une nuit d’été, lorsque la nouvelle arriva par pigeon voyageur de l’armée hélvète : Les bandes Memento Mori du capitaine intérimaire Lise et  "INFESTISSUMAM" du Capitaine Rackam, 29ème du nom (fallait au moins être de confession sataniste pour donner un nom pareil à une armée, Rome devrait se pencher sur la question), siégeaient à nouveau devant la capitale confédérale, dans le canton pittoresque de Fribourg, sis sur la barrière des Rösti, zone tampon et de transit en temps momentané de guerre, mais nous savions depuis l'année dernière que le provisoire avait la fâcheuse tendance à se  transformer en définitif…

Ainsi, le fou du Roy, l'electron libre, le condottiero Namaycush, profita sûrement d'un moment de répit et d'amorce de palabres entre  belligérants pour placer ses pions et  probablement chercher à forcer la main de  Lothaire pour gratter des renforts, puisque ceux dépêchés par la France avaient-ils été paradoxalement stoppés par les françois eux-même. Faut dire aussi que le berrichon, c'est un peu comme le Lion de Juda, ça passe mal les portillons de sécurité.


Pff, pfff...

Deux lunes après, nous retrouvions nos deux héros sur la route Sion-Fribourg, un parcours de 20 lieues à pieds, à cheval et à vol d'oiseaux, où l'on traversait des forêts, des petits bourgs agricoles et des champs loin des grands axes routiers.

Un observateur avisé dirait qu'ils fonçaient vers Fribourg.

Ils couraient en effet.  Ils avaient dépassé la treizième  borne et la cinquième heure de course. Et ça c'était juste l'échauffement. Une vache insomniaque, un  brin d'herbe mâchouillé au coin de la bouche, regardait passer nos reîtres suisses sans réagir.


Pff, pfff...

Sept heures moins le quart plus tard (il y avait du dénivelé), les pieds meurtris, les jambes endolories, la gorge sèche,  nos coureurs débouchèrent du bois et arrivèrent face à une bifurcation. C'est là que ça se compliquait : au loin on  distinguait à peine,  dans le brouillard matinal, la silhouette de la cité de Fribernbourg posée sur son méandre surplombant la Sarine et le  danger qui attendait nos deux téméraires. Nous nous retrouvâmes devant un choix cornélien :  La ville n'était pas complètement bouclée par la soldatesque françoise et devant nous deux options se posaient pour entrer dans Fribourg :

1 - Prendre le chemin de la porte de Stalden :   l'itinéraire etait vivement conseillé, mais étions très indécis,  nous allâmes plutôt tenter la porte du Bourg.

2 - Ma main au feu qu'il faut prendre la porte Stalden !  Mais nous allâmes quand même tenter par la porte du Bourg.


Pff, pff, pfff !

Dernière ligne droite, nos  deux marathoniens  couraient, couraient, plus vite encore, évitèrent le  furet, sautèrent un obstacle,  bientôt ils allèrent atteindre le petit pont, l'arrivée était proche...Il ne restait plus que quelques mètres...

Et c'est là qu'on a pas tout compris. Devant nous, il y avait des gens, des tas de gens d'armes qui barraient la chaussée, des oriflammes, trois couleurs en tout, on discernait pas bien avec la brume, nous n'avions pas eu le temps de nous mettre a l'abri, pincés d'effroi et  sciés par la surprise que nous  étions. Çà nous avait arraché l'âme.

Pffiiioooouuuuu.

Nous  finissâmes finalement notre course, tombés raide morts,  dans la  stratosphère, l'Hélvétie vue du ciel, au milieu des canards sauvages et des enfants du Bon Dieu.


Citation :
28/06/1462 06:37 : Félicitations ! Vous avez débloqué le trophée Try again.
28/06/1462 04:09 : Votre bouclier a été détruit.
28/06/1462 04:09 : Votre arme a été détruite.
28/06/1462 04:09 : Kahhlan vous a frappé Vous êtes mort au combat.
28/06/1462 04:09 : Kelhyos vous a porté un coup d'épée. Vous êtes mort au combat.
28/06/1462 04:09 : Hooks vous a porté un coup d'épée. Vous êtes mort au combat.
28/06/1462 04:09 : Lise_ vous a porté un coup d'épée. Vous êtes mort au combat.
28/06/1462 04:09 : Louise_ vous a porté un coup d'épée. Vous êtes mort au combat.
28/06/1462 04:09 : Hooks vous a porté un coup d'épée. Vous êtes mort au combat.
28/06/1462 04:09 : Kahhlan vous a frappé Vous avez été légèrement blessé.
28/06/1462 04:09 : Vous avez été grièvement blessé.
28/06/1462 04:09 : Vous avez été légèrement blessé.
28/06/1462 04:09 : Vous avez été attaqué par l'armée "*Memento Mori*" dirigée par Lise_.



On ne sut jamais pourquoi nos deux héros avait péri, ni même pourquoi il avaient couru. Une estafette à cheval avait en effet annoncé une heure plus tôt qu'à Fribourg, on zigouillait tout les passants . Nous avions néanmoins laissé une trace dans l'herbe et dans l'histoire de l'athlétisme helvète.

-----------------------------------------------------------
Dans la boîte à brouillard.

Déos : Encore toi ?
Aëlig : Dieu l'père ?
Déos : Aëlig t'abuses !
Aëlig : J'ai pas fait exprès...
Déos : Tu redescend, c'est pas ton heure.
Aëlig : Je redescend où ?
Déos : Par la porte de droite
Aëlig : Ah non ! Qu'on me fiche la paix avec ces histoires de portes !
Déos : SÉCURITÉ !

______________________________


Dernière édition par Aelig le Mer 2 Juil - 8:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 8:49

[Sion.]

Coup d' théâtre ! Les deux armées nous ont suivies !

Citation :


Armées présentes ici :

Armée "*Memento Mori*" commandée par Lise_
L'armée est aux portes de la ville

Armée "INFESTISSUMAM" commandée par Rackam29
L'armée est aux portes de la ville

Devant la porte de Savièse, où nous retrouvions Aëlig allongé, impotent et décousu, l’œil scrutateur, qui commençait à n'en pas mener large.

- Dis, Maria...Khhhwwwouuuu..... Khhhsssiiii ....Il était bien brave ce paysan qui nous a panser et....Khhhwwwouuuu..... Khhhsssiiii ..... ramené jusqu'ici dans sa chariote...
Mais tu crois
....Khhhwwwouuuu..... Khhhsssiiii .....que ça lui aurait coûté de nous déposer derrière la porte ? ....Khhhwwwouuuu..... Khhhsssiiii .....

-...

- Dis Maria...Khhhwwwouuuu..... Khhhsssiiii .....T'es morte ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Aelig
Boussole sur-magnétisée
avatar

Messages : 3792
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 8:49

Aelig a écrit:
[Sion - 42 jours d'indisponibilité]

Le lendemain matin, surprise ! Les armées françoises avaient disparu sans laisser un mot. Les habitants ont échappé au pillage, au massacre, à l'incendie et au viol. Ils étaient soulagés. Non ce n'est pas vrai, même pas sûr qu'un tremblement de terre les fasse sursauter. Les mikados qu'on va les appeler : le premier qui bouge a perdu.

La nuit, nous avions entendu le son long, isolé et mélancolique d'un cor des Alpes au loin. Puis au réveil, un pigeon Confédéral Express, en provenance de Fribourg, apporta la dépêche de ce qui deviendrait l’événement de la journée, dans un billet, certes, assez laconique :

[rp]Combats violents à Fribourg dans la nuit du 30 juin 1462 et 1er juillet 1462 : la liste" Coucou le Chapeau !" toujours en ballottage.[/rp]

Ainsi, la Bella Ciao fit une sortie alors que Namaycush avait fait demi-tour. C'était les retrouvailles des Capitaines Fracasse. La fille qui saute dans les bras du père. Y'a eu des morts. A Sion ce matin, nous vîmes revenir quelques cavaliers françois allongés sur leur monture dans des postures acrobatiques assez improbables. Même que le douanier, ça l'a frappé.

Finalement, avec Maria, nous avions pris trois jours d'avance sur tout le monde. Nous on anticipe.

N'empêche, nous disions tantôt que dans la capitale valaisanne, les habitants étaient calmes , un p'tit peu beaucoup trop calmes. Tous ? Non, il y avait quand même un irréductible qui faisait du tapage diurne et nocturne et gueulait à tue-tête à qui voulait l'entendre :


Citation :
Sisi, je t'aime, si, c'est vrai, je t'aime et tout le monde doit le savoir ! ton Toine !

Et si Sisi n'avait toujours pas compris, il y avait aussi la version bilingue.

Citation :
Sisi, ich liebe dich,ja doch, ist wahr, ich liebe dich und alle die welt mußt die wissen!Ihre Toine!


Sisi, Sisi, nous aussi on t'aime ! Auch wir lieben Sie!

Voilà, le message était passé.

______________________________


Dernière édition par Aelig le Mer 2 Juil - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Archibald
Ambuleur
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 11/10/2013

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 10:53

Spoiler:
 

______________________________
 
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Camelot
avatar

Messages : 2942
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Mer 2 Juil - 15:23

Izaac aime 

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Kirkwood
Camelot
avatar

Messages : 2942
Date d'inscription : 28/09/2008
Age : 11

MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   Jeu 10 Juil - 14:53

Je ne sais pas si c'est le meilleur endroit pour l'info ?
En tout cas, des Parmesans sous les murailles de Sion.

Citation :
Armée "VII Mediolanensis Invicta" commandée par Gabryjay
L'armée est aux portes de la ville

Camarades confédérés, défendons les fromages alpins contre la bufflonne de la Maffia impériale (et radioactive) !

______________________________
Réformaté et causifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Le tour du front suisse.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le tour du front suisse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Grand Tour de Suisse pour découvrir le pays
» La Flotte Suisse sur le Lac Léman
» Poussette double QUATTRO TOUR DUO 2008
» Tour du Roc. Granville (50).
» Appel à un front républicain contre Sarkozy...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie du Leman :: "Je fleurirai là où je serai portée" - Décrets, Patentes et Brevets. [Accès à tous] :: Des légendes ambuleuses :: Les petits carnets de la compagnie-
Sauter vers: